Ouvrir le menu principal

Cul-de-sac (gare)

gare ferroviaire en cul-de-sac
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cul-de-sac.
La gare de Lyon-Saint-Paul est un exemple de gare en cul-de-sac.

Une gare en cul-de-sac (ou gare tête de ligne) est une gare ferroviaire qui ne possède pas d'issue. Les voies se terminent à l'extrémité des quais. On parle de voie en cul-de-sac (ou voie en impasse) pour désigner une voie qui n'est reliée au réseau qu'à une de ses extrémités (l'autre se terminant quasi toujours par un butoir). Les gares en cul-de-sac sont aussi parfois appelées gare terminus, du fait du nombre important de voyages s'y terminant du fait de la configuration de la gare.

L'opposé est une gare de passage ou une voie de passage.

Les trains qui arrivent dans une gare en cul-de-sac y ont le plus souvent leur terminus. Cependant, certaines liaisons de poursuivent après une gare en cul-de-sac et nécessitent alors un rebroussement, comme pour les trains assurant une liaison Paris-Marseille-Nice/Toulon (rebroussement à Marseille-Saint-Charles, majoritairement gare-terminus) ou la gare de Morez sur la ligne d'Andelot-en-Montagne à La Cluse (gare de passage à rebroussement). On peut alors parler de gare de rebroussement.

Des exemples principaux sont :

La liaison Lyon-Perrache - Gare de Bordeaux-Saint-Jean a besoin de plusieurs rebroussements car elle utilise plusieurs tronçons de ligne.

Notons également que certaines lignes ont besoin d’un rebroussement afin de gravir plus facilement un dénivelé important, comme sur la ligne La Chaux-de-Fonds – Le Noirmont – Glovelier, à l'arrêt Combe-Tabeillon.