Gare de Montereau

gare ferroviaire française

Montereau
Image illustrative de l’article Gare de Montereau
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare en 2020.
Localisation
Pays France
Commune Montereau-Fault-Yonne
Adresse Place Pierre-Semard
77130 Montereau-Fault-Yonne
Coordonnées géographiques 48° 22′ 46″ nord, 2° 56′ 35″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87682302
Site Internet La gare de Montereau, sur le site de la SNCF
Services TransilienLigne R du Transilien
TER Bourgogne-Franche-Comté
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Lyon à Marseille-St-Charles
Corbeil-Essonnes à Montereau
Flamboin-Gouaix à Montereau
Voies 6 + voies de service
Quais 5
Transit annuel 2 665 992 voyageurs (2016)
Zone 5 (tarification Île-de-France)
Altitude 53 m
Historique
Mise en service
Architecte François-Alexis Cendrier
Correspondances
Siyonne (BUS)SiyonneABCEaEbFGILEmplet
ProCars (BUS)ProCars02061015
Seine-et-Marne Express (BUS)SME0746
STILL (BUS)STILL18B19
Comète (BUS)Comète208
Vulaines (BUS)Vulaines41
Cars Moreau (BUS)Cars Moreau2201
Transport à la demande (BUS TàD)Siyonne

La gare de Montereau est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, située sur le territoire de la commune de Montereau-Fault-Yonne, couramment appelée Montereau, dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Mise en service en 1849 par l'État, elle devient en 1852 une gare de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL) et de 1857 à 1938 c'est une gare de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM). C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par les trains de la ligne R du Transilien et par des trains du réseau TER Bourgogne-Franche-Comté.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 53 mètres d'altitude, la gare de Montereau est située au point kilométrique (PK) 78,627[1] de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles. Nœud ferroviaire, elle est également située au PK 93,273[1] de la ligne de Corbeil-Essonnes à Montereau et au PK 122,677 de la ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau ouverte uniquement au trafic fret.

HistoireModifier

Gare État, PL, puis PLM (1849-1938)Modifier

La gare de Montereau est mise en service le [2], avec l'ouverture au trafic de la section de Paris à Tonnerre par l'État[3] qui, après avoir effectué les travaux, rétrocède cette voie en 1852 à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL).

La gare entre, avec la ligne, dans le giron de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) lors de sa création en 1857. Le bâtiment voyageurs est l'œuvre de l'architecte François-Alexis Cendrier, qui a aussi construit de nombreuses autres gares de la compagnie du PLM.

En 1862, le trafic annuel est de 51 468 voyageurs au départ et de 58 991 voyageurs à l'arrivée ; il est de 16 065 tonnes de marchandises au départ et de 41 941 tonnes à l'arrivée[4]. En 1866, le prix d'un aller Paris - Montereau coûtait 8,85 F en 1re classe, 6,65 F en 2e classe et 4,85 F en 3e classe[5].

Gare SNCF (depuis 1938)Modifier

En 2001, environ 3 500 voyageurs, chaque jour, empruntent la gare qui devient une « gare Transilien ». La SNCF y effectue pour 3,6 millions de travaux qui concernent, notamment, le bâtiment voyageurs avec la modernisation des guichets et l'amélioration du confort de la salle d'attente mais aussi la sécurité avec l'installation de sept bornes d'appel d'urgence[6].

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 2 665 992 voyageurs, ce nombre s'étant élevé à 2 663 927 en 2015 et à 2 678 567 en 2014[7].

En , la SNCF ouvre le chantier de réaménagement et de mise en accessibilité de la gare et de ses abords, comprenant l'allongement et le rehaussement des quais, la création d'un souterrain équipé de quatre ascenseurs, le remplacement des anciens abris de quais, l'installation de bandes d'éveil à la vigilance, la reprise de l'éclairage et de la signalétique et l'agrandissement à 900 places du parking de la gare. Le coût de ces travaux s'élevant à 21 700 000 euros est pris en charge par Île-de-France Mobilités, la Région et la SNCF[8]. Le chantier est terminé depuis déjà un bon moment quand les ascenseurs sont mis en service le , ce retard étant dû, selon la SNCF, à des problèmes administratifs et à la pandémie de Covid-19[9].

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

La gare possède un bâtiment voyageurs ouvert au public. Un service commercial est assuré tous les jours de la semaine. Un passage souterrain permet l'accès aux quais.

Le bâtiment voyageurs ne permet pas l'accès aux voies desservies par les trains de voyageurs (TER, Transilien). En effet, la voie le long du quai 1 (côté du bâtiment voyageurs) est une voie de service. Un passage souterrain donne accès aux voies des quais 2, 3, 4 et 5. Les quais 2 et 3 forment en fait un quai central unique avec un bâtiment SNCF en son centre. Le quai 2 (côté est du quai central) dessert la voie en provenance ou à destination de Melun via Héricy. Le quai 3 (côté ouest du quai central) dessert la voie en provenance de Melun via Moret et à destination de Laroche - Migennes. Le quai 4 (un quai central) dessert les voies en provenance ou à destination de Melun via Moret. Le quai 5 (un quai latéral) dessert la voie en provenance ou à destination de Melun via Moret.

DesserteModifier

La gare est le terminus des trains de la ligne R du Transilien (réseau Paris Sud-Est) circulant depuis Paris-Gare-de-Lyon via Moret-Veneux-les-Sablons. En complément de ces trains des trains TER Bourgogne-Franche-Comté circulant entre Paris-Gare-de-Lyon et Laroche - Migennes desservent les mêmes gares jusqu'à Montereau. La gare est aussi le terminus des trains de la ligne R du Transilien circulant depuis Melun via Champagne-sur-Seine. Enfin, la gare est desservie en heure de pointe par des TER Bourgogne-Franche-Comté effectuant le trajet entre Paris-Gare-de-Lyon et Laroche - Migennes avec un unique arrêt à Champagne-sur-Seine entre Paris et Montereau. Cette gare étant la dernière située sur la ligne R en Île-de-France, la tarification relevant du syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) n'est pas valable au-delà, pour les trains poursuivant leur desserte vers Laroche - Migennes.

IntermodalitéModifier

 
Nouveau aménagement des accès Transilien en octobre 2020.

La gare est desservie par les lignes A, B, C, E, Emplet' express, F, G, I et L et le service de transport à la demande du réseau de bus Siyonne, par les lignes 02, 06A, 10 et 15 de la société de transports ProCars, par les lignes 07 et 46 du réseau de bus Seine-et-Marne Express, par les lignes 2 et M-1 de la société de transports Les Cars Moreau, par les lignes 18B et 19 du réseau de bus STILL, par la ligne 208 du réseau de bus Comète, par la ligne 41 du réseau de bus de Vulaines et par les lignes 2 et 201 du réseau de bus Cars Moreau.

Service des marchandisesModifier

Cette gare est ouverte au service du fret[10].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Livre : Nouvelle géographie ferroviaire de la France, par Gérard Blier, tome 2, page no 23
  2. Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 1939, p. 267 extraits (consulté le 11 décembre 2010).
  3. Adolphe Laurent Joanne, Atlas historique et statistique des chemins de fer français, L. Hachette, 1859, pp. 59-60 intégral en ligne (consulté le 11 décembre 2010).
  4. Conseil général, « Chemins de fer : trafic des gares en 1862 », [Rapports et délibérations] / Conseil général de Seine-et-Marne,‎ , p. 109-110 (lire en ligne, consulté le ).
  5. René-Charles Plancke, Histoire du Chemin de Fer de Seine-et-Marne, Éditions Amatteis, 1991, p. 321
  6. Site La République de Seine-et-Marne, article de Bernard Buzzi, La gare a fait peau neuve lire en ligne (consulté le 11 mai 2010).
  7. « Fréquentation en gares : Montereau », sur SNCF Open Data, traitement du 25 septembre 2017 [cf. l'onglet des informations] (consulté le ).
  8. « Gare de Montereau : Enfin le bout du tunnel ! », sur ville-montereau77.fr, (consulté le ).
  9. Thomas Berthelot, « Seine-et-Marne. Les ascenseurs de la gare de Montereau mis en service », La République de Seine-et-Marne, (consulté le ).
  10. Site fret SNCF : la gare de Montereau..

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Origine Arrêt précédent Train   Arrêt suivant Destination
Paris-Gare-de-Lyon Saint-Mammès TER Bourgogne-Franche-Comté Villeneuve-la-Guyard Laroche - Migennes
Paris-Gare-de-Lyon Champagne-sur-Seine TER Bourgogne-Franche-Comté Villeneuve-la-Guyard Laroche - Migennes
Paris-Bercy Paris-Bercy TER Bourgogne-Franche-Comté Villeneuve-la-Guyard Avallon
Paris-Gare-de-Lyon Saint-Mammès     Terminus Terminus
Melun La Grande-Paroisse     Terminus Terminus