Ouvrir le menu principal

Esclavelles

commune française du département de la Seine-Maritime

Esclavelles
Esclavelles
Vue sur le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Neufchâtel-en-Bray
Intercommunalité Communauté de communes Communauté Bray-Eawy
Code postal 76270
Code commune 76244
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2016 en diminution de 0,52 % par rapport à 2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 28″ nord, 1° 23′ 21″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 236 m
Superficie 9,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Esclavelles

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Esclavelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esclavelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esclavelles

Esclavelles est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Sommaire

GéographieModifier

 
Le village : à droite l'église & à gauche la mairie

LocalisationModifier

La commune est un village rural situé au carrefour de l'ancienne RN 28 et du tracé initial de la RN 15 (actuelles RD 928 et RD 915.

Elle dispose d'une entrée sur l'Autoroute A28.

Le village se trouve à 33 km au sud-est de Dieppe, à 38 km au nord-est de Rouen et à 60 km au nord-ouest de Beauvais.

Communes limitrophesModifier

Hameaux et écartsModifier

La commune compte de nombreux hameaux ou écarts : Les Hayons, Les Défens, la Folie, le mont Edeline, La Loquette, Beauséjour, Radegueule, le Mont Rémont, Rochard

HydrographieModifier

La commune est drainée par plusieurs ruisseaux, dont le Radegueule et le Vingtlaine, affluents de la Béthune.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Esclaveles entre 1017 et 1021, Sclavellis vers 1065[1].

Sans doute issu d’un diminutif *Sclava, « villa ».

D’après François de Beaurepaire ce serait un dérivé du latin sclavus, « slave » ; ce nom évoquerait un établissement de Slaves de l'époque du Bas-Empire romain[2].

HistoireModifier

On a retrouvé un dépot de monnaies en or qui fut vendu vers 1803, ainsi que des antiquités et médailles romaines trouvées en grand nombro au harneau de Morimont et conservées au musée de Neufchâtel, avec entre autres un vase en terre noire contenant trois cent quatre-vingts monnaies d'Antonin, de Faustine, de Marc-Aurèle, de Trajan, d'Adrien, de Commode et de Septime-Sévère, découvert en 1835, et quatre cent trente-huit monnaies de bronze du Haut-Empire renfermées dans un vase, découvertes la même année dans un ancien chemin dénommé rue aux vaches entre le plateau des Hayons et la route de Dieppe. Un grand nombre de tuiles à rebord antiques ont été retrouvées en 1853 près de la nationale 28[3],[4].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Dieppe du département de la Seine-Maritime. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la sixième circonscription de la Seine-Maritime.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Neufchâtel-en-Bray[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 23 à 70 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la communauté de communes du Pays Neufchâtelois, créée en 1998 et qui succédait à l'ancien SIVOM de Neufchâtel, constitué le 26 octobre 1977.

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la Loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[6], celle-ci a fusionné avec avec la communauté de communes de Saint-Saëns-Porte de Bray et huit communes issues de la communauté de communes du Bosc d'Eawy pour former le la communauté Bray-Eawy, dont est désormais membre la commune.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  juin 1816 Pierre-Étienne-Georges Patry[7]    
1902   Le Blond    
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1974 Camille Joly    
mars 2001 mars 2014 Rémy Caillet    
mars 2014 juin 2019[8] André Vieuxbled   Décédé en fonction

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 380 habitants[Note 1], en diminution de 0,52 % par rapport à 2011 (Seine-Maritime : +0,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
621619687603606580580556535
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
536536501484463460415462455
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
443433407372401419479446388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
430390348363328308355362369
2013 2016 - - - - - - -
373380-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

 
Plaque placée à l'entrée du porche de l'église.

Lieux et monumentsModifier

  • Église Notre-Dame.
  • Des circuites de randonnée ont été aménagés dans la commune.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre-Étienne-Georges Patry (30 avril ou 1er mai 1743 - Paris, 8 juillet 1820), auteur de La création d'Éve, conte moral et historique (Didot l'aîné, Paris, 1806), y vécut dans son domaine du Mont-Édeline. Il fut maire de la commune jusque juin 1816[7],[12].
  • Paul Lesueur, Jean Auriol, Christian Barrais, Louis Fromager et Maurice Maugis, résistants fusillés par les Allemands le , deux jours avant la libération du pays de Bray par les soldats canadiens[13].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Adigard des Gautries - Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 (suite) [article] page 139.
  2. François de Beaurepaire - 1979 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime - Page 73.
  3. Abbé Cochet, Répertoire archéologique du département de la Seine-Inférieure : rédigé sous les auspices de l'Académique des sciences, belles-lettres et art de Rouen,, Paris, Imprimerie nationale, , 652 p. (lire en ligne), p. 236-237, disponible sur Gallica.
  4. « Archéologie (supplément) », L'Écho du monde savant, no 67,‎ , p. 321 (lire en ligne, consulté le 29 juin 2019); disponible sur Gallica.
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  7. a et b Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale, CNRS Éditions, 1993, p.71-72
  8. « André Vieuxbled, maire d'Esclavelles, est décédé : Maire d'Esclavelles, André Vieuxbled, est décédé vendredi 21 juin 2019, à l'âge de 72 ans, des suites d'une maladie », Le Réveil, édition Bresle - Oise - Somme, no 3612,‎ , p. 11 (lire en ligne, consulté le 29 juin 2019) « Elu conseiller municipal il y a 25 ans, André Vieuxbled avait ensuite occupé le poste de premier adjoint pendant 2 mandats. Il était maire depuis 2014 ».
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. Félix Clérembray, Pocholle, troisième sous-préfet de Neufchâtel-en-Bray, Patry, maire d'Esclavelles, et le préfet Beugnot, épisodes de l'affaire Cadoudal : extraits documentés d'une biographie manuscrite de Pocholle, Rouen, Lestringant, , 30 p. (lire en ligne), disponible sur Gallica.
  13. « Esclavelles: recueillement devant la stèle des fusillés », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2019).