Discographie de Georges Brassens

Quand margot décrochait son corsage

Cet article regroupe la discographie de Georges Brassens.

DiscographieModifier

Enregistrements en studioModifier

Dix-huit 33 toursModifier

Autres publications et participationsModifier

Enregistrements en publicModifier

Publication faite du vivant de BrassensModifier

Publications posthumesModifier

DocumentsModifier

Publications faites du vivant de BrassensModifier

Publications posthumesModifier

Coffrets discographiquesModifier

Note : De nombreuses compilations ou intégrales de l'œuvre de Georges Brassens ont été éditées. Ne sont retenues ici que celles qui ont fait l'objet d'un coffret.

Brassens chanté par d'autres artistesModifier

Si Maxime Le Forestier est le seul interprète notoire à avoir abondamment repris Brassens (il est allé jusqu'à enregistrer l'ensemble de son œuvre chantée), des centaines d'interprètes de tous horizons ont enregistré plusieurs de ses chansons, notamment le groupe acoustique toulousain Mej Trio (plusieurs albums en 30 ans), Maurice Reverdy et son BBB (« Brassens bien brassé ») ; Barbara, Barbara chante Brassens (1960), Renaud, Renaud chante Brassens, 1996 (300 000 albums vendus) ; le groupe toulousain Brassen's Not Dead, à la manière punk rock ; Rouge Oranger (« Chansons dérangées ») ; 2011 : Compilation de reprises Brassens, Échos du Monde conçue par Émile Omar à l'occasion de l'exposition Brassens ou la liberté, à la Cité de la Musique. Le rappeur JoeyStarr a également adapté une version de Gare au gorille dans son titre Gare au Jaguarr, issu de l'album du même nom.

2015 : Serge Mauro interprète deux chansons Le Parapluie et Dans l’eau de la claire fontaine sur son album Lectoure on the hill[1].

Chansons posthumesModifier

1982 : double LP Philips. Grand Prix international du disque 1982 - Académie Charles-Cros.
1991 : CD Dernières chansons de Brassens par Jean Bertola (couverture différente), Philips/Phonogram
1985 : double LP Philips
1991 : CD Le Patrimoine de Brassens interprété par Jean Bertola (couverture différente), Philips/Phonogram
1996 : CD Polydor (ce sont des Bertola)
  • D'après les Œuvres complètes, publiées en 2007 au Cherche Midi, il y a de nombreuses autres chansons posthumes : celles mises en musique par les feus Éric Zimmermann et Claude Duguet, 8 datant de Basdorf et chantées par René Iskin sur 2 disques, 6 chantées par Brassens sur le disque Il n'y a d'honnête que le bonheur. En 2007, on relève une soixantaine de textes de Brassens distribués après sa mort sous forme de chansons, pour 120 distribués par lui de son vivant.

Notes et référencesModifier