Ouvrir le menu principal

Porte des Lilas (film)

film de René Clair, sorti en 1957
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte des Lilas (homonymie).
Porte des Lilas
Réalisation René Clair
Scénario René Clair
Jean Aurel
d'après le roman de
René Fallet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 95 minutes
Sortie 1957

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Porte des Lilas est un film français réalisé par René Clair, sorti en 1957. C'est le seul film interprété en tant qu'acteur par Georges Brassens[1].

SynopsisModifier

Parce qu'un repris de justice, Barbier, a trouvé refuge chez un brave garçon qu'on appelle « L'Artiste », trois habitants du quartier de la Porte des Lilas voient leur existence bouleversée. L'Artiste qui subit mal la présence du bandit et s'ingénie à lui procurer des papiers, Juju le fainéant qui tombe en admiration devant Barbier et la petite Maria, qui, devinant un secret, s'introduit chez l'Artiste pour y découvrir Barbier. Celui-ci va lui jouer une sordide comédie qui révolte Juju, amoureux de Maria. Et Juju va aller jusqu'au crime en tuant celui qui anéantissait ses rêves.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

  • C'est en voyant passer un bus que le titre du film fut trouvé. René Clair : "Je voulais un titre qui évoque Paris, mais sans comporter le nom de la capitale. J'ai cherché longtemps et c'est finalement l'un de nos amis qui, voyant passer l'autobus Porte des Lilas, m'a proposé ce titre-là. Je l'ai accepté aussitôt[3].
  • C'est à Pierre Brasseur que Georges Brassens doit d'avoir eu le rôle de l'artiste[4].
  • Georges Brassens jugea le tournage du film comme une expérience négative et ne souhaita pas tourner d'autres films : "On m'a d'abord prêté une psychologie qui n'est pas la mienne. En me voyant à l'écran, je ne me suis pas tellement reconnu. Et puis dans un studio il fait très chaud et moi j'ai horreur de la chaleur, je me sens un peu perdu. Il y a beaucoup de monde et on crie toujours :"Silence... taisez-vous!..." J'ai travaillé chez Renault : ça ressemble un peu à ça ! Bref, je n'ai rien à faire dans cette galère. D'ailleurs, si je recommençais, je crois que le public m'en voudrait. Il aurait raison : moi, je suis fait pour faire des chansons.[5]"

Notes et référencesModifier

  1. Fabricio Cardenas, Brassens acteur, 29 octobre 2011
  2. André Bakst sur data.bnf.fr
  3. Télé 7 Jours n°339, semaine du 17 au 23 septembre 1966, p.30
  4. Télé 7 Jours n°339, semaine du 17 au 23 septembre 1966, p.30 : Pierre Brasseur : "Il était tout à fait le personnage et j'ai beaucoup insisté pour le faire engager"
  5. Télé 7 Jours n°339, semaine du 17 au 23 septembre 1966, p.30

AnnexesModifier