David Nalbandian

joueur de tennis argentin

David Nalbandian
Image illustrative de l’article David Nalbandian
David Nalbandian en 2011.
Carrière professionnelle
2000 – 2013
Nationalité Drapeau de l'Argentine Argentine
Naissance (38 ans)
Córdoba
Taille 1,80 m (5 11)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Martín Jaite
Gains en tournois 11 123 125 $
Palmarès
En simple
Titres 11
Finales perdues 13
Meilleur classement 3e (20/03/2006)
En double
Titres 0
Finales perdues 1
Meilleur classement 105e (05/10/2009)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/2 1/2 F(1) 1/2
Double 1/32 1/32 1/16 -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 3 finales

David Pablo Nalbandian, né le à Córdoba (précisément à Unquillo dans le Grand Córdoba), est un joueur argentin de tennis d'origine arménienne et italienne[1], professionnel entre 2000 et 2013.

Il a remporté onze titres sur le circuit ATP, dont le Masters en 2005, ainsi que deux Masters 1000, à Madrid puis à Paris-Bercy en 2007.

Considéré comme l'un des joueurs les plus doués de sa génération [2][3][4], il a également été finaliste du tournoi de Wimbledon en 2002, demi-finaliste de l'US Open en 2003, de l'Open d'Australie en 2006, et de Roland-Garros en 2004 et 2006, faisant de lui le seul joueur Argentin de l'histoire à être entré dans le dernier carré de chaque tournoi du Grand Chelem [5], et le seul à avoir rallié une finale à Wimbledon.

Nalbandian atteindra à trois reprises la finale de la Coupe Davis avec l'équipe d'Argentine, en 2006, 2008 et 2011.

Membre du top dix mondial cinq saisons consécutives, de 2003 à 2007, il atteint son meilleur classement en mars 2006, à la troisième place.

Diminué par des blessures récurrentes, il annonce sa retraite sportive en 2013 [6].

CarrièreModifier

Sa mère est italienne et son nom d'origine arménienne provient de son grand-père paternel émigré en Argentine, et qui a construit un court de tennis qui lui a permis de s’entraîner[1].

En 1998, il remporte l'US Open junior face à Roger Federer et atteint le classement de numéro trois mondial. En 1999, il est disqualifié en demi-finale du Wimbledon junior pour avoir manqué son match contre le futur vainqueur Jürgen Melzer en raison d'un changement d'horaire de la rencontre.

Nalbandian accède au circuit professionnel en 2000. L'année suivante, il entre dans le top 50 mondial.

2002 : Finale à WimbledonModifier

En 2002, à seulement vingt-ans, il atteint la finale de Wimbledon après avoir écarté Xavier Malisse en demi-finale, mais il est largement battu par Lleyton Hewitt sur le score de 6–1, 6–3, 6–2. Pour ce tournoi, il s’était entraîné au club de cricket de Buenos Aires, transformé pour l'occasion en court de tennis provisoire [7]. En demi-finale de la Coupe Davis, lui et son coéquipier Lucas Arnold Ker battent Ievgueni Kafelnikov et Marat Safin en 6 h 20 et établissent le record du match de double le plus long.

2003 : Demi-finale à l'US Open et finale au CanadaModifier

Nalbandian entre dans le top dix mondial, à la huitième position, mais il subit à Roland-Garros la plus lourde défaite de sa carrière en Grand Chelem du point de vue de la différence de classement avec son adversaire : il s'incline en effet en cinq sets 3-6, 3-6, 6-4, 6-2, 1-6 face au modeste 208e mondial et local de l'épreuve Nicolas Coutelot ; même s'il inscrit finalement autant de points gagnants que le vainqueur (141), il échoue à sauver 8 balles de break sur 9.

L'Argentin brille désormais sur toutes les surfaces, lui permettant ainsi d'atteindre la finale du Masters 1000 de Toronto, au terme de laquelle il sera défait par Andy Roddick. À l'US Open, il bat en 1/8 de finale le Suisse Roger Federer, qui vient de remporter son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon quelques semaines plus tôt, mais il rate une balle de match en demi-finale face au futur vainqueur de l'édition, Andy Roddick.

2004 : Demi-finale à Roland Garros, finale à Rome et MadridModifier

Après une finale au Masters 1000 de Rome, concédée à Carlos Moya, il atteint la demi-finale à Roland Garros, mais s'incline contre toute attente face à son compatriote et futur champion Gaston Gaudio. Quelques mois plus tard, il se qualifie pour une nouvelle finale de Masters 1000, à Madrid, à l'issue de laquelle il est battu par le Russe Marat Safin.

2005 : Exploit à la Masters CupModifier

Nalbandian s'impose comme un poids lourd du tennis mondial, atteignant trois quarts de finale en Grand Chelem, à l'Open d'Australie, Wimbledon et l'US Open. Le , appelé pour remplacer Andy Roddick, il remporte le Masters de tennis masculin à Shanghai, en battant Roger Federer. Il comble à cette occasion un déficit de deux sets à zéro pour finalement s'imposer 6-7, 6-7, 6-2, 6-1, 7-6[8]. Il met ainsi fin à une série de 24 victoires consécutives du Suisse dans des finales de tournois de l'ATP World Tour. Il est, avec Rafael Nadal, Richard Gasquet et Marat Safin, l'un des quatre joueurs ayant battu Roger Federer durant cette saison.

2006 : Demi-finale à l'Open d'Australie, Roland-Garros et au MastersModifier

L'Argentin réalise un parcours remarquable à l'Open d'Australie où il atteint les demi-finales. Il devient, avec Roger Federer et Marat Safin, l'un des quatre joueurs en activité à avoir atteint les demi-finales des quatre tournois du Grand Chelem, et atteint son meilleur classement à l'ATP : 3e.

Il entre également dans le dernier carré des Masters 1000 de Miami, Rome et Madrid, et s'offre une nouvelle demi-finale à Roland-Garros, cette fois dominé par Federer.

Lors du Masters, il devient le seul joueur de l'histoire à sortir de sa poule avec une seule victoire pour deux défaites, mais sera défait en demi-finale par James Blake.

2007 : Victoire à Madrid et Paris-BercyModifier

Le , Nalbandian bat de nouveau Roger Federer en finale, cette-fois au Masters Series de Madrid et met fin à une série de seize victoires du Suisse dans des tournois de l'ATP World Tour. Il s'impose dans ce tournoi en éliminant successivement les joueurs numéros 3, 2 et 1 mondiaux.

Le , il bat Rafael Nadal 6-4, 6-0 en finale du tournoi de Bercy et met fin à une série de 25 victoires consécutives de l'Espagnol à Paris.

Depuis 1990 il devient le troisième joueur après Boris Becker en 1994 à Stockholm et Novak Djokovic à Montréal, à avoir battu les trois premiers au classement dans un même tournoi. Il finit l'année 9e et rate de peu une participation au Masters. L'état de grâce de Nalbandian est tel que certains joueurs arrivent à la conclusion que 2008 pourrait être l'année de sa consécration.

2008 : La déceptionModifier

2008 est cependant pour lui une saison en dents de scie, avec des défaites inattendues : il réalise l'un de ses pires résultats en Grand Chelem à Wimbledon 2008, où il est éliminé par Frank Dancevic dès le premier tour. Mais comme souvent, l'Argentin déploie ses ailes en fin de saison dans les tournois en salle : il atteint la finale de l'Open de Bâle, s'inclinant devant Roger Federer (6-3, 6-4). Le Masters de Paris-Bercy 2008 confirme cette tradition, où il bat successivement Nicolas Kiefer, Juan Martín del Potro, Andy Murray et Nikolay Davydenko. Il ne parvient pas à conserver son titre et s'incline en finale (6-3, 4-6, 6-4) devant Jo-Wilfried Tsonga, ce qui a pour conséquence sa non-qualification pour le Masters de Shanghai.

Il fait partie cette même année de l'équipe d'Argentine de Coupe Davis donné favorite pour la finale 2008 à domicile. Après sa victoire face à David Ferrer en baisse de régime, l'Espagne aligne trois victoires et remporte le trophée à la surprise générale sans Rafael Nadal. Nalbandian reçoit à cette occasion une amende de 10 000 dollars pour son refus de comparaître lors d'une conférence de presse après la défaite en double face aux Espagnols Fernando Verdasco et Feliciano López.

2009-2010 : Blessure et retourModifier

En dépit d'une victoire au tournoi de Sydney en janvier 2009, Nalbandian échoue dès le second tour à l'Open d'Australie. À Indian Wells, il perd contre Rafael Nadal pour la première fois après ses deux victoires de fin 2007. Lors de cette rencontre, il rate cinq balles de match et laisse filer la victoire au bout de 2 heures 54 de jeu : 3-6, 7-65, 6-0. À la suite d'une lésion de la hanche, il se fait opérer dans une clinique de Barcelone le 13 mai 2009. Blessé aux abdominaux à l'entraînement, son retour est reporté et il ne participe pas à l'Open d'Australie 2010.

Il revient sur le circuit en janvier 2010, après 8 mois de repos. Le 11 juillet 2010, il qualifie l'Argentine en demi-finale de la coupe Davis en battant Mikhail Youzhny en 3 sets. L'Argentine est opposée à la France en demi-finale du 17 au 19 septembre.

Début août, alors classé au-delà de la 100e place mondiale, il reçoit une wild card pour le Classic de Washington, où, surclassant tous ses adversaires et ne perdant qu'un set face à Gilles Simon en quarts de finale, il remporte son premier titre depuis un an et demi face au Chypriote Márcos Baghdatís. Au lendemain de cette victoire, David Nalbandian réintègre le top 100 du classement ATP, passant de la 117e à la 45e place.

Son succès en Amérique se poursuit aux Masters du Canada, où il élimine David Ferrer, puis Tommy Robredo et le numéro 5 mondial Robin Söderling. Il perd ensuite contre le quatrième mondial, Andy Murray, en 1/4 de finale. À Cincinnati, Nalbandian domine Ivan Ljubičić et John Isner. Il se qualifie ensuite pour les quarts de finale face au 3e mondial Novak Djokovic, après un bilan de 11 victoires pour une seule défaite depuis son retour en été, en Amérique, mais s'incline à nouveau. À l'US Open, il récolte encore deux victoires, battant Rik De Voest et Florent Serra, avant de s'incliner contre Fernando Verdasco.

Nalbandian joue ensuite une rencontre de la Coupe Davis contre la France, durant laquelle il perd contre Gaël Monfils en quatre sets. Puis, fin octobre, il s'aligne à Montpellier où il défait Marcel Granollers, avant d'être éliminé par le Français Gilles Simon. À Bâle, il bat Jan Hájek et Marin Čilić avant d'échouer face à Andy Roddick.

Il participe à son dernier tournoi de la saison aux Masters de Paris, où il bat encore une fois Granollers, avant qu'Andy Murray ne mette ensuite un terme à son tournoi et à sa saison. Il finit l'année 27e mondial, 37 positions plus haut que l'année précédente, et son meilleur classement depuis un an.

2011 : Blessures et troisième finale en Coupe DavisModifier

David Nalbandian commence l'année en tant que 27e mondial, avec l'objectif d'atteindre le top 10. Il débute à l'Open d'Auckland en Nouvelle-Zélande. En tant que 6e tête de série, il domine Fabio Fognini, Philipp Kohlschreiber, John Isner puis Nicolás Almagro sans perdre de set. Il s'incline cependant, en finale contre le favori David Ferrer. Sa performance le propulse au 21e rang mondial, et il redevient ensuite le no 1 argentin, aux dépens de Juan Martín del Potro, qui a été également blessé.

Lors du premier tour de l'Open d'Australie, Nalbandian affronte à nouveau l'un de ses meilleurs rivaux, l'Australien Lleyton Hewitt. Ce match, surnommé le « Choc des Titans » [9], est allé au cinquième set tout comme en 2005, mais cette fois-ci en faveur de Nalbandian. Au bout de 57 jeux et 4 h 47 de match, Nalbandian sauve deux balles de match et s'impose sur le score de 3-6, 6-4, 3-6, 7-6, 9-7. Les effets de ce duel se font ressentir au 2e tour, où il est contraint à l'abandon à cause de crampes et de fatigue, alors qu'il perd 1-6, 0-6, 0-2 contre Ričardas Berankis.

David Nalbandian, toujours 21e mondial, participe au tournoi de Santiago au Chili, pour la première fois en dix ans. Il commence la tournée sur terre battue en battant son compatriote Carlos Berlocq, avant de perdre contre un autre Argentin, Horacio Zeballos. A Buenos Aires, Nalbandian perd en quarts de finale face à Tommy Robredo. Il dispute ensuite un match de Coupe Davis, qu'il remporte en quatre manches contre le Roumain Adrian Ungur. En raison d'une déchirure aux ischio-jambiers et d'une hernie, Nalbandian manque les Masters d'Indian Wells, de Miami, de Monte-Carlo, de Madrid, et de Rome. Un virus finit par l'empêcher de participer à Roland-Garros.

Il participera néanmoins à l'édition 2011 de Wimbledon et commence sa tournée londonienne en battant au 1er tour l'Allemand Julian Reister (7-5, 6-2, 6-3). Au 2e tour il se défait de l'Autrichien Andreas Haider-Maurer en 4 sets. Au 3e tour il affronte le Suisse Roger Federer mais s'incline en trois sets.

Une nouvelle blessure empêche l'Argentin de briller sur la tournée américaine, au terme de laquelle il ne parvient pas à atteindre le troisième tour des compétitions. En fin de saison, il s'aligne pour une nouvelle finale de la Coupe Davis, une nouvelle fois perdue face à l'Espagne.

2012 : Incident au Queen's.Modifier

Pour la première fois depuis quatre ans, Nalbandian atteint les quarts de finale du Masters 1000 d'Indian Wells, battu par Rafael Nadal.

Au mois de juin, David Nalbandian parvient en finale du tournoi londonien du Queen's face à Marin Čilić. Après le gain du premier set au tie break, il se trouve en bonne position pour remporter son premier titre sur gazon après sa finale perdue à Wimbledon il y a dix ans. Le Croate réalise le break à 3-3 dans le deuxième set, avant que l'Argentin, sous le coup de la frustration suite à un point perdu, assène un violent coup de pied contre un panneau publicitaire se trouvant devant un juge de ligne. Ce dernier sera légèrement blessé, ce qui vaudra une disqualification immédiate de l'Argentin, lequel n'avait plus gagné de titre ATP depuis 2010[10].

2013 : Dernière saisonModifier

En début de saison, Nalbandian atteint la finale de l'Open du Brésil où il est dominé en finale par Rafael Nadal en deux sets.

En pénurie de résultats, et fortement handicapé par une blessure tenace à l'épaule droite, il est opéré au printemps. N'arrivant pas à récupérer intégralement de sa blessure pour évoluer au plus haut niveau, Nalbandian annonce la fin de sa carrière au début du mois d'octobre[11]. Il est alors 231e joueur mondial [11].

Style de jeuModifier

Considéré par Richard Gasquet comme le meilleur joueur qu'il a rencontré durant sa carrière devant Roger Federer et Rafael Nadal[12], David Nalbandian fut réputé pour être un des joueurs les plus talentueux du circuit[13] mais également un des plus grands gâchis de ce sport[14].

La caractéristique de l'argentin résidait dans un jeu de fond d'une remarquable efficacité de par la qualité et la diversité de son jeu[15]. La qualité de frappe de ses balles, sachant parfaitement doser puissance, angle, profondeur et toucher, fut à ce titre particulièrement réputée[16]. De même que sa grande pureté de jeu, lui permettant de renvoyer avec un certain contrôle les balles hautes et puissantes, en trouvant des angles aiguës et particulièrement gênants pour l'adversaire. Selon Lionel Chamoulaud, l'habilité de Nalbandian résidait "dans un bras exceptionnel lui permettant de jouer tout en variation et déviation en produisant un tennis d'école[17]". Des atouts d'autant plus redoutés qu'ils étaient complétés par une excellente intelligence de jeu[18], un coup d’œil extraordinaire et un remarquable sens de l'anticipation[19].

Son revers à deux mains fut à ce titre son coup le plus réputé. Unanimement considéré comme un des meilleurs de l'histoire du tennis[20],[21], il fut caractérisé par une technique irréprochable permettant à l'argentin de toucher n'importe quelle zone du court avec un angle court-croisé et un revers long de ligne faisant figure de références en la matière[22]. Doté d'une grande facilité et d'une réelle fluidité, il est également le plus puissant à ce jour avec un revers chronométré à 171km/h[23]. David Nalbandian possédait également un coup droit très puissant et d'une grande précision, faisant dire à Richard Gasquet que "Nalbandian, c'est très, très fort des deux côtés. C'est assez incroyable comme impression[24]". Le natif de Cordoba était enfin réputé pour être un des meilleurs relanceurs du circuit, arrivant régulièrement à effectuer sur les secondes balles adverses un coup très gênant, s'il n'est pas gagnant, et un volleyeur particulièrement habile du fait de son sens de l'anticipation et de son excellent toucher de balle[25]. Ses amorties furent en outre très réputées.

Son émotivité, son comportement et sa faible endurance furent considéré comme les plus grandes faiblesses de l'argentin. A l'instar de Miroslav Mečíř ou Marcelo Ríos, il est considéré comme l'un des joueurs les plus talentueux à ne jamais avoir remporté de tournoi du Grand Chelem[11],[26].

PalmarèsModifier

En simple messieursModifier

11 titres en simple 0 G. Chelem 1 Masters 2 Masters 1000 1 ATP 500 7 ATP 250 0 JO
5 sur dur 0 sur gazon 4 sur terre battue 2 sur moquette

En double messieursModifier

Classement ATP en fin de saison
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
245   47   12   8   9   6   8   9   11   64   27   64   82   229

Confrontations avec ses principaux adversairesModifier

Confrontations lors de tournois ATP, Grand Chelem, Jeux olympiques et Coupe Davis.
Entre parenthèses le meilleur classement du joueur.

Parcours dans les tournois du Grand ChelemModifier

En simpleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2001 3e tour (1/16)   I. Kafelnikov
2002 2e tour (1/32)   W. Ferreira 3e tour (1/16)   M. Safin Finale   L. Hewitt 1er tour (1/64)   S. Sargsian
2003 1/4 de finale   R. Schüttler 2e tour (1/32)   N. Coutelot 1/8 de finale   T. Henman 1/2 finale   A. Roddick
2004 1/4 de finale   R. Federer 1/2 finale   G. Gaudio 2e tour (1/32)   M. Youzhny
2005 1/4 de finale   L. Hewitt 1/8 de finale   V. Hănescu 1/4 de finale   T. Johansson 1/4 de finale   R. Federer
2006 1/2 finale   M. Baghdatís 1/2 finale   R. Federer 3e tour (1/16)   F. Verdasco 2e tour (1/32)   M. Safin
2007 1/8 de finale   T. Haas 1/8 de finale   N. Davydenko 3e tour (1/16)   M. Baghdatís 3e tour (1/16)   D. Ferrer
2008 3e tour (1/16)   J. C. Ferrero 2e tour (1/32)   J. Chardy 1er tour (1/64)   F. Dancevic 3e tour (1/16)   G. Monfils
2009 2e tour (1/32)   Lu Y-h.
2010 3e tour (1/16)   F. Verdasco
2011 2e tour (1/32)   R. Berankis 3e tour (1/16)   R. Federer 3e tour (1/16)   R. Nadal
2012 2e tour (1/32)   J. Isner 1er tour (1/64)   A. Ungur 1er tour (1/64)   J. Tipsarević

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En doubleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2003 1er tour (1/32)
  L. Arnold Ker
  S. Schalken
  J. van Lottum
1er tour (1/32)
  M. García
  M. Llodra
  F. Santoro
2e tour (1/16)
  M. García
  B. Bryan
  M. Bryan
2004
2005
2006 1er tour (1/32)
  L. Arnold Ker
  M. Knowles
  D. Nestor

N.B. : le nom du ou de la partenaire se trouve sous le résultat ; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Parcours aux MastersModifier

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2003 Houston Round Robin RR
RR
RR
Andre Agassi
Roger Federer
Juan Carlos Ferrero
Défaite
Défaite
Victoire
610-7, 6-3, 4-6
3-6, 0-6
6-3, 6-1
2005 Shanghai Vainqueur Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Roger Federer
Nikolay Davydenko
Ivan Ljubičić
Guillermo Coria
Roger Federer
Victoire
Victoire
Victoire
Victoire
Défaite
64-7, 611-7, 6-2, 6-1, 7-63
6-0, 7-5
6-2, 6-2
7-5, 6-4
3-6, 6-2, 4-6
2006 Shanghai Demi-finale Demi-finale
RR
RR
RR
James Blake
Andy Roddick
Ivan Ljubičić
Roger Federer
Défaite
Victoire
Défaite
Défaite
4-6, 1-6
6-2, 7-64
7-5, 67-7, 5-7
6-3, 1-6, 1-6

Parcours dans les Masters 1000Modifier

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[27] Canada Cincinnati Stuttgart puis Madrid puis Shanghai[28] Paris
2000 1er tour
  J. Courier
2001 1er tour
  W. Arthurs
2002 2e tour
  R. Schüttler
1er tour
  F. Squillari
1/8 de finale
  M. Safin
2e tour
  S. Grosjean
1er tour
  A. Martín
1/4 de finale
  A. Roddick
1er tour
  J. Nieminen
1/8 de finale
  F. Santoro
2e tour
  M. Safin
2003 1er tour
  J. I. Chela
3e tour
  Y. El Aynaoui
2e tour
  F. Volandri
1er tour
  F. Mantilla
1/2 finale
  A. Calleri
Finale
  A. Roddick
1/4 de finale
  M. Fish
2004 1/4 de finale
  G. Coria
Finale
  C. Moyà
1er tour
  D. Ferrer
1er tour
  M. Youzhny
Finale
  M. Safin
2005 1/8 de finale
  N. Kiefer
3e tour
  D. Ferrer
1er tour
  F. Santoro
1er tour
  R. Söderling
2e tour
  K. Beck
2e tour
  F. González
1/2 finale
  I. Ljubičić
2e tour
  T. Haas
2006 1/8 de finale
  P. Srichaphan
1/2 finale
  I. Ljubičić
1/8 de finale
  T. Robredo
1/2 finale
  R. Federer
1er tour
  D. Sanguinetti
2e tour
  S. Wawrinka
1/2 finale
  R. Federer
2007 1/8 de finale
  I. Ljubičić
3e tour
  J. Nieminen
2e tour
  P. Kohlschreiber
1/8 de finale
  N. Djokovic
1er tour
  C. Moyà
Victoire
  R. Federer
Victoire
  R. Nadal
2008 1/4 de finale
  M. Fish
2e tour
  X. Malisse
1/4 de finale
  R. Federer
2e tour
  N. Almagro
1/8 de finale
  J. M. del Potro
Finale
  J.-W. Tsonga
2009 1/8 de finale
  R. Nadal
2e tour
  V. Troicki
1/8 de finale
  N. Davydenko
2010 2e tour
  J. Melzer
3e tour
  R. Nadal
1/4 de finale
  N. Djokovic
1/4 de finale
  A. Murray
1/8 de finale
  N. Djokovic
2e tour
  A. Murray
2011 1er tour
  S. Wawrinka
2e tour
  A. Murray
2e tour
  F. Mayer
2012 1/4 de finale
  R. Nadal
2e tour
  J. Tipsarević
2e tour
  A. Murray
1er tour
  M. Raonic
1er tour
  T. Haas
1er tour
  T. Haas
2013 2e tour
  J. Janowicz
1er tour
  J. Nieminen

N.B. : sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Bilan des performances en simpleModifier

Tournoi 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Carrière Vic.-Def.
Open d'Australie A A 2R QF QF QF DF 4R 3R 2R A 2R 2R A 27-9
Roland-Garros A A 3R 2R DF 4R DF 4R 2R A A A 1R A 20-8
Wimbledon A A F 4R A QF 3R 3R 1R A A 3R 1R A 29-7
US Open A 3R 1R DF 2R QF 2R 3R 3R A 3R 3R A A 17-8
Grand Chelem Vic.-Def.1 0-0 2-1 9-4 13-4 10-3 15-4 13-4 10-4 5-4 1-1 2-1 5-3 1-2 0-0 93-36
Masters d'Indian Wells A A 2R 1R A 4R 4R 4R QF 4R 2R A QF 2R 18-10
Masters de Miami 1R 1R 1R 3R A 3R DF 3R 2R 2R 3R A 2R 1R 10-12
Masters de Monte-Carlo A A 3R 2R QF A 3R 2R QF 3R QF A A A 13-7
Masters de Rome A A 2R 1R F 1R DF A 1R A A A 2R A 11-7
Masters de Madrid A A 3R A F DF DF W 3R A A A 1R A 23-7
Tournoi de tennis du Canada A A QF F 1R 2R 1R 3R A A QF 1R 1R A 14-9
Masters de Cincinnati A A 1R QF A 2R 2R 1R A A 3R 2R 1R A 8-8
Masters de Shanghai le tournoi n'est pas un masters 1000 A A 2R A A 1-1
Masters de Paris A A 2R A A 2R A W F A 2R A A A 12-4
Masters d'Hambourg A A 1R DF 1R 1R A A A Fini 4-4
Masters A A A RR A W DF A A A A A A A 6-6
Total des titres 0 0 2 0 0 2 1 2 2 1 1 0 0 0 11
Classement fin de saison 248 47 12 8 9 6 8 9 11 64 27 64 81 229 -

A (Absent) = n'a pas participé au tournoi.
1. Le total de victoires n'inclut pas les forfaits d'adversaire, mais uniquement les abandons (règle de l'ATP).

Victoires sur le top 3Modifier

#   Lieu Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 47   Estoril 2002 Terre battue   Juan Carlos Ferrero no 3 1/8 4-6, 6-4, 7-64
2 no 14   Masters de Cincinnati 2003 Dur   Roger Federer no 2 1/16 7-64, 7-65
3 no 13   US Open 2003 Dur   Roger Federer no 2 1/8 3-6, 7-61, 6-4, 6-3
4 no 9   Bâle 2003 Moquette (i)   Andy Roddick no 2 DF 7-5, 7-5
5 no 8   Masters à Houston 2003 Dur   Juan Carlos Ferrero no 2 RR 6-3, 6-1
6 no 10   Coupe Davis à Sydney 2005 Gazon   Lleyton Hewitt no 2 QF 6-2, 4-6, 6-4
7 no 8   Masters à Shanghai 2005 Moquette (i)   Roger Federer no 1 F 6-74, 6-711, 6-2, 6-1, 7-63
8 no 8   Coupe Davis à Moscou 2006 Moquette (i)   Nikolay Davydenko no 3 F 6-2, 6-2, 4-6, 6-4
9 no 25   Masters de Madrid 2007 Dur (i)   Rafael Nadal no 2 1/4 6-1, 6-2
10 no 25   Masters de Madrid 2007 Dur (i)   Novak Djokovic no 3 DF 6-4, 7-64
11 no 25   Masters de Madrid 2007 Dur (i)   Roger Federer no 1 F 1-6, 6-3, 6-3
12 no 21   Masters de Paris 2007 Dur (i)   Roger Federer no 1 1/8 6-4, 7-63
13 no 21   Masters de Paris 2007 Dur (i)   Rafael Nadal no 2 F 6-4, 6-0
  • En 2009, il manque 5 balles de match contre Nadal, alors no 1 mondial.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. a et b The Armenian Reporter Monday August 30, 2010 - David Nalbandian: I really enjoy being back on the court (en)
  2. « The Talented Mr. Nalbandian », sur Tennis.com (consulté le 2 juin 2019)
  3. « David Nalbandian, quel talent ! (compilation de points) », sur Tennis : Points, Highlights, Vidéos, Histoire | Blog tennis légendaire, (consulté le 2 juin 2019)
  4. (en) « The unrealized talent of David Nalbandian », sur ESPN.com, (consulté le 2 juin 2019)
  5. « David Nalbandian | Bio | ATP Tour | Tennis », sur ATP Tour (consulté le 2 juin 2019)
  6. « Tennis - ATP : L'Argentin David Nalbandian prend sa retraite », sur Eurosport, (consulté le 2 juin 2019)
  7. « We Are Tennis », sur wearetennis.bnpparibas (consulté le 2 juin 2019)
  8. « Nalbandian la surprise », sur http://www.sport.fr/, (consulté le 25 mars 2010)
  9. (en-GB) Kevin Mitchell, « Australian Open 2011: Nalbandian and Hewitt fight dying of the light | Kevin Mitchell », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 2 juin 2019)
  10. Communiqué sur le site du tournoi, www.lta.org.uk
  11. a b et c « David Nalbandian range balles et raquettes », sur rts.ch,
  12. « Richard's 3 toughest opponents »
  13. « David Nalbandian, quel talent ! (compilation de points) », sur Tennis : Points, Highlights, Vidéos, Histoire | Blog tennis légendaire, (consulté le 16 juin 2020)
  14. (en-GB) Jonathan, « Who are the Biggest Wasted Talents in Tennis? - peRFect Tennis », sur https://www.perfect-tennis.com/ (consulté le 16 juin 2020)
  15. Cédric Mathiot, « Nalbandian, c'est du lourd », sur Libération.fr, (consulté le 16 juin 2020)
  16. Cédric Mathiot, « Nalbandian, c'est du lourd », sur Libération.fr, (consulté le 16 juin 2020)
  17. « [Coupe Davis - Demie finale : France - Argentine] Highlights - Monfils / Nalbandian (16:9) »
  18. (en) « The unrealized talent of David Nalbandian », sur ESPN.com, (consulté le 16 juin 2020)
  19. « Génération perdue | 15-lovetennis » (consulté le 16 juin 2020)
  20. « The Talented Mr. Nalbandian »
  21. « Le-toucan-top-10-des-meilleurs-revers-du-circuit-atp-de-tennis/ »
  22. « Le top 5 du revers »
  23. « Andy-murray-revers-a-159-kmh-shanghai-2010 »
  24. « Nalbandian, c'est du lourd »
  25. « The unrealized talent of David Nalbandian »
  26. Laurent Vergne, « Nalbandian est un cas », sur eurosport.fr,
  27. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  28. Les Masters 1000 de Stuttgart (1996-2001), de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.