Ouvrir le menu principal

Nikolay Davydenko

joueur de tennis russe

Nikolay Davydenko
Image illustrative de l’article Nikolay Davydenko
Nikolay Davydenko à Roland Garros 2012.
Carrière professionnelle
1999 – 2014
Pays Drapeau de la Russie Russie
Naissance (38 ans)
Sievierodonetsk
Taille 1,78 m (5 10)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Eduard Davydenko
Gains en tournois 16 186 480 $
Palmarès
En simple
Titres 21
Finales perdues 7
Meilleur classement 3e (06/11/2006)
En double
Titres 2
Finales perdues 2
Meilleur classement 31e (13/06/2005)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/2 1/8 1/2
Double 1/32 1/16 1/4 1/16
Titres par équipe nationale
Coupe Davis 1

Nikolay Davydenko (en russe : Николай Давыденко), né le à Sievierodonetsk en Ukraine, est un joueur de tennis russe. Professionnel de 1999 à 2014, il a remporté 21 titres en simple sur le circuit ATP dont le Masters en 2009 et trois Masters 1000. Il intègre le top 10 du classement ATP en juin 2005 après une demi-finale au tournoi de Roland-Garros et y reste jusqu'en avril 2009. Son meilleur classement est une 3e place mondiale atteinte en novembre 2006, lorsque Roger Federer dominait le circuit. En 2006, il remporte la Coupe Davis avec l'équipe de Russie.

Il est l'un des seuls joueurs à avoir régulièrement disputé plus de 30 tournois en une saison, et sa régularité en fond de court lui a valu le surnom de « machine à balles »[1]. Il est également un des seuls joueurs à avoir un bilan positif face à Rafael Nadal (six victoires pour cinq défaites).

Sommaire

CarrièreModifier

2006 : la consécrationModifier

Révélé au grand public en 2005 par une accession à la demi-finale de Roland-Garros, Nikolay Davydenko est, en 2006, récompensé de son opiniâtreté. Il est régulier et véloce, capable de prendre la balle tôt et de la renvoyer. À Bercy, avec seulement 27 jeux perdus en cinq matchs, il a ainsi échoué à une unité du plus petit nombre de jeux cédés par un vainqueur, Stefan Edberg, en 1990, qui avait profité de l'abandon de Boris Becker au premier set de la finale[2]. À la suite de sa victoire au tournoi de Paris-Bercy (décimé par les forfaits de marque), Nikolay Davydenko s'apprête à conclure, au Masters de Shanghai, la plus belle saison de sa carrière. Le Russe d'origine ukrainienne, âgé de 25 ans, remporte à Paris son cinquième titre de l'année pour se hisser au passage au troisième rang mondial, son meilleur classement.

En 2006, il dispute 31 tournois, contre 16 par exemple pour Roger Federer, et remporte 67 matchs.

Sa saison en chiffres : 5 titres (Pörtschach, Sopot, New Haven, Moscou, Bercy), 2 finales disputées (Estoril, Bastad), quart de finaliste à l'Open d'Australie, Roland-Garros, demi-finaliste à l'US Open.

Il clôture également cette année avec à son actif des statistiques de retour de service impressionnantes, puisqu'il termine meilleur retourneur du circuit ATP, avec 35 % de jeux de retour gagnés en 94 matchs (le 2e, l'Espagnol David Ferrer, est à 33 % de jeux gagnés en ayant toutefois joué 30 matchs de moins).

 
Davydenko-Nalbandian (Roland-Garros 2006).

2007 : un début d'année mitigé, puis des soupçons surprenantsModifier

Après une demi-finale et un huitième de finale à Doha et à Sydney, Davydenko commence l'année 2007 par une défaite prématurée en quarts de finale de l'Open d'Australie face à l'Allemand Tommy Haas. S'ensuivent 4 tournois où il n'atteint pas la finale, ce qui lui fait perdre sa place de no 3 mondial au profit d'Andy Roddick. Son ratio après deux mois est de 12 victoires pour 6 défaites. En mai 2007, Nikolay Davydenko va atteindre la demi-finale du tournoi de Rome : il fera un match d'anthologie contre Rafael Nadal, roi de la terre battue, et le poussera à l'extrême limite de son talent et de ses forces (ce faisant, ce dernier remporte sa 76e victoire de suite sur la brique pilée). La gestuelle épurée, la précision et la vélocité de son jeu de jambes, son revers extraordinaire neutralisent les missiles liftés et bombés du gaucher espagnol. Ce jour-là, Nikolay Davydenko dicte le jeu en prenant la balle très tôt et parsème le cours de coups gagnants. Le physique du Majorquin lui permet de reprendre le dessus dans les deux derniers jeux du dernier set. Cette défaite, 63-7, 7-68, 4-6, au terme d'un match de 3 h 38, relance sa saison[3].

Le 2 août 2007, lors de l'Open de Sopot, en Pologne, Nikolay Davydenko qui vient de perdre au 1er tour dans trois tournois sur terre battue est de par son classement le favori légitime du match contre l'Argentin Martín Vassallo Argüello modeste 87e mondial. Betfair, l'une des sociétés de paris en ligne, est alertée par des mises d'un montant inhabituel (7 millions de dollars, dix fois plus que d'ordinaire) sur la victoire de Vassallo-Arguello. En abandonnant au début du 3e set (6-2, 3-6, 1-2) en raison d'une blessure au pied, Davydenko est entraîné dans une tempête médiatique, tandis que plusieurs joueurs, dont Younès El Aynaoui et Arnaud Clément, reconnaissent avoir été dans le passé les cibles de tentatives de corruption. De son côté, Roger Federer lui apporte son soutien[4]. Le 25 octobre 2007, lors de l'Open de Saint-Pétersbourg en Russie, il est sanctionné par l'arbitre pour « manque de combativité » lors du troisième set (à 0-4) de son match perdu (6-1, 5-7, 1-6) contre le Croate Marin Čilić, alors en pleine progression et qui venait déjà de battre le Russe un mois plus tôt. Nikolay Davydenko sera blanchi par l'ATP en septembre 2008[5].

2008 : en dents de scie, victoire à Miami et finale à la Masters CupModifier

Après un Open d'Australie bien entamé mais une sortie abrupte contre son compatriote Mikhail Youzhny, Davydenko est défait à Rotterdam et à Indian Wells par les futurs vainqueurs des tournois. Son meilleur résultat jusqu'alors reste une demi-finale à Dubaï. Mais début avril, quelques jours après que l'on a parlé en coulisses de la fin imminente des affaires qui l'avaient alourdi les mois précédents, Nikolay remporte le Masters Series de Miami. Il sauve deux balles de matchs en début de tournoi, domine pour la première fois Andy Roddick en demi-finale puis survole la finale face à Rafael Nadal[6].

Sur terre battue, il débute par une finale à Estoril perdue contre Roger Federer. Il enchaîne par une demi-finale à Monte-Carlo où il est battu par Nadal (6-3, 6-2). Après deux tournois ratés où il est battu deux fois au second tour (au Masters de Rome et au Masters d'Hambourg), il s'impose à l'Open de Poertschach en battant Juan Mónaco en finale. Il atteint ensuite le troisième tour des Internationaux de France de tennis, battu par Ivan Ljubičić, avant de s'imposer à l'Open de Varsovie en finale face à Tommy Robredo (6-3, 6-3). Cette victoire à Varsovie l'a contraint à réduire sa préparation pour le Tournoi de Wimbledon ce qui se ressent : il s'incline dès le premier tour contre Benjamin Becker.

Après un été bien pauvre en victoires, il est de retour pour l'US Open où il perd face à Gilles Müller en huitièmes de finale. Davydenko participe ensuite à la défaite de son équipe de Coupe Davis face à l'Argentine. Sa fin de saison n'est pas florissante, même s'il atteint la demi-finale du Masters de Paris-Bercy en éliminant notamment Rafael Nadal par abandon ; il est battu par David Nalbandian (6-1, 5-7, 6-4). Davydenko est tout de même qualifié pour la Masters Cup. Le tirage au sort le place dans le groupe Or en compagnie de Tsonga, Djokovic et Del Potro. Pour son premier match, il bat Jo-Wilfried Tsonga dans un match accroché (66-7, 6-4, 7-60) ; son deuxième match s'avère tout aussi serré mais cette fois en sa défaveur, Djokovic s'imposant 7-63, 0-6, 7-5. Davydenko se qualifie pour les demi-finales grâce à sa victoire facile face à la révélation de la saison 2008 l'Argentin Del Potro (6-3, 6-2). Puis, au terme d'une demi-finale remarquable, il bat Andy Murray (7-5, 6-2) qui était sans doute fatigué par son match contre Federer la veille. En finale, il se heurte à un Novak Djokovic solide et s'incline 6-1, 7-5[7].

2009 : victoire surprise aux MastersModifier

Nikolay Davydenko débute sa saison à l'Open de Chennai où il est tête de série no 1. Il passe le premier tour, mais déclare forfait pour la suite du tournoi ainsi que pour l'Open d'Australie, en raison d'une blessure au talon gauche[8]. En février, il participe au Tournoi de Rotterdam où il est battu dès les 1/8 de finale par Julien Benneteau. Son forfait au Masters de Miami le fait chuter au classement, passant ainsi de la 5e à la 9e place mondiale, une première depuis le 23 mai 2005[9].

Pour son retour à la compétition, il atteint les quarts de finale à Monte-Carlo en éliminant Ivo Karlović puis David Nalbandian en 8e. Il s'incline alors face à Andy Murray sur le score de 7-61, 6-4, après avoir pourtant mené 4-1 dans le deuxième set. À Rome, il est arrêté aux portes des huitièmes de finale par Jürgen Melzer (7-5, 7-6). Le Russe poursuit sa saison sur terre à l'Open d'Estoril où il atteint les demi-finales à la suite de victoires sur Juan Carlos Ferrero et Mardy Fish. Il est arrêté par James Blake. À Roland-Garros, il bat Stefan Koubek, Diego Junqueira, Stanislas Wawrinka et Fernando Verdasco pour accéder en quarts de finale ; il est alors facilement sorti par Robin Söderling (6-1, 6-3, 6-1). Il est ensuite éliminé dès le 3e tour de Wimbledon par le Tchèque Tomáš Berdych.

Après une défaite en quarts de finale à Stuttgart, il remporte coup sur coup les tournois de Hambourg et Umag. Ces victoires lui permettent de réintégrer le top 10 mondial, 3 mois après l'avoir quitté. À l'US Open, mené deux sets à un, il abandonne en huitième de finale face à Robin Söderling. Début octobre, il remporte le tournoi de Kuala Lumpur face à Fernando Verdasco, 6-4, 7-5. Il remporte deux semaines plus tard son troisième Masters 1000 en s'imposant à Shanghai contre le numéro 2 mondial Rafael Nadal, 7-63, 6-3[10].

Aux Masters, disputés à Londres, Davydenko remporte deux de ses trois matchs de poule. S'inclinant tout d'abord face au tenant du titre, Novak Djokovic, il enchaîne avec deux victoires en poule ce qui lui permet de se qualifier pour les demi-finales. En demi-finale, il se défait de Roger Federer pour la première fois en treize confrontations. Il bat en finale Juan Martín del Potro (6-3, 6-4), et remporte ainsi le tournoi le plus prestigieux de sa carrière[11].

2010 : saison mitigée mais victoire de prestige à DohaModifier

Nikolay Davydenko signe un début d'année remarqué en remportant son premier tournoi de l'année, à savoir celui de Doha, où il réalise l'exploit de battre consécutivement Roger Federer en demi-finale et Rafael Nadal en finale exploit retentissant que seuls Nalbandian, Djokovic et Del Potro avaient réalisé jusqu'ici (Andy Murray réalisera aussi cette performance de battre coup sur coup Nadal et Federer à Toronto en 2010)[12]. Cette victoire le fait entrer dans le cercle très fermé des joueurs encore actifs à avoir remporté au moins 20 titres sur le circuit ATP. Il rejoint ainsi Roger Federer, Rafael Nadal, Lleyton Hewitt, Andy Roddick et Carlos Moyà. Il arrive ainsi à l'Open d'Australie en confiance. Il remporte ses trois premiers matchs en trois sets contre Dieter Kindlmann, Illya Marchenko et Juan Mónaco. En huitièmes de finale il bat Fernando Verdasco en cinq sets pour se donner le droit d'affronter Roger Federer. Après un bon début de match qui le voit mener 6-2, 3-1, le Suisse se reprend et remporte ce quart de finale en quatre sets (2-6, 6-3, 6-0, 7-5).

Le reste de la saison restera plus calme, avec de bonnes victoires mais pas d'exploits.

2011 : dernier coup d'éclatModifier

Nikolay Davydenko signe un nouveau début d'année remarqué en allant en finale lors de son premier tournoi de l'année, à savoir celui de Doha, où il réalise l'exploit de battre Rafael Nadal alors no 1 mondial comme l'année précédente mais cette fois-ci en demi-finale[13]. Il affronte en finale Roger Federer no 2 mondial mais perd cette fois en 2 sets.

Plus de huit ans après son premier titre professionnel, Nikolay Davydenko parvient à remporter à vingt-neuf ans son vingt-et-unième tournoi à Munich en avril[14].

2012Modifier

Nikolay Davydenko n'atteint aucune finale cette saison. Il se hisse cependant en demi-finale à trois reprises, au tournoi de Rotterdam où il bat en quart Richard Gasquet no 16 mondial, à Nice où il bat cette fois John Isner no 11 et finalement à Metz.

2013 : dernière finaleModifier

Il atteint la finale de l'Open de Doha qui lui réussit bien, en éliminant en demi-finale David Ferrer no 5 mondial mais perd contre Richard Gasquet no 10 dans un match à suspense en trois sets[15].

2014 : retraiteModifier

Après des mois de galère pour retrouver son niveau à cause des blessures et de sa chute au classement, Nikolay Davydenko annonce le 16 octobre, lors du tournoi de Moscou chez lui, qu’il se retire du tennis professionnel[16],[17].

Style de jeuModifier

Nikolay Davydenko est un métronome de fond de court, jouant en cadence avec des frappes puissantes en coup droit et en revers. Il frappe la balle très tôt après le rebond et frappe à plat. Si son coup droit est puissant et solide, son revers est lui bien au-dessus de la moyenne et même meilleur que son coup droit. Il possède également un jeu de jambes formidable avec une très grande vitesse et une endurance vraiment exceptionnelle, il sait extrêmement bien gérer sa condition physique et ses efforts pendant les rencontres, ce qui en fait un joueur redoutable dans les matchs de longue durée. Rafael Nadal dira de lui qu'il se déplace comme une mobylette. Il est d'ailleurs avec Novak Djokovic le seul joueur à avoir un bilan positif contre l'Espagnol (en plus de huit rencontres), avec six victoires pour cinq défaites. Ce bilan favorable est dû aux difficultés que pose le Russe à Rafael Nadal sur les surfaces dures (six victoires à une pour Davydenko).

Il peut également compter sur un premier service puissant et est l'un des joueurs les plus efficaces du monde en retour de service. En revanche, il est perfectible au filet et peut se montrer irrégulier. Il est capable d'écraser son adversaire et claquer une pluie de coups gagnants comme une pluie de fautes directes dans un mauvais jour. Sa surface favorite est le dur, en particulier rapide. Il est néanmoins redoutable sur toutes les surfaces, bien que peu à l'aise sur gazon.

PalmarèsModifier

En simple messieursModifier

21 titres en simple 0 G. Chelem 1 Masters 3 Masters 1000 1 ATP 500 16 ATP 250 0 JO
8 sur dur 0 sur gazon 10 sur terre battue 3 sur moquette

En double messieursModifier

Parcours dans les tournois du Grand ChelemModifier

En simpleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2001 2e tour (1/32)   P. Rafter 2e tour (1/32)   L. Hewitt 1er tour (1/64)   F. Meligeni
2002 1er tour (1/64)   M. Hipfl 2e tour (1/32)   A. Costa 1er tour (1/64)   M. Kratochvil 2e tour (1/32)   J. Blake
2003 1er tour (1/64)   J. Nieminen 2e tour (1/32)   L. Hewitt 1er tour (1/64)   L. Childs 2e tour (1/32)   T. Dent
2004 2e tour (1/32)   O. Patience 1er tour (1/64)   G. Coria 1er tour (1/64)   M. Verkerk 3e tour (1/16)   K. Beck
2005 1/4 de finale   A. Roddick 1/2 finale   M. Puerta 2e tour (1/32)   J. Björkman 2e tour (1/32)   P. Srichaphan
2006 1/4 de finale   R. Federer 1/4 de finale   D. Nalbandian 1er tour (1/64)   A. Falla 1/2 finale   R. Federer
2007 1/4 de finale   T. Haas 1/2 finale   R. Federer 1/8 de finale   M. Baghdatís 1/2 finale   R. Federer
2008 1/8 de finale   M. Youzhny 3e tour (1/16)   I. Ljubičić 1er tour (1/64)   Be. Becker 1/8 de finale   G. Müller
2009 1/4 de finale   R. Söderling 3e tour (1/16)   T. Berdych 1/8 de finale   R. Söderling
2010 1/4 de finale   R. Federer 2e tour (1/32)   D. Brands 2e tour (1/32)   R. Gasquet
2011 1er tour (1/64)   F. Mayer 2e tour (1/32)   A. Veić 1er tour (1/64)   B. Tomic 3e tour (1/16)   N. Djokovic
2012 1er tour (1/64)   F. Cipolla 1er tour (1/64)   A. Seppi 1er tour (1/64)   A. Murray 2e tour (1/32)   M. Fish
2013 2e tour (1/32)   R. Federer 3e tour (1/16)   R. Gasquet 2e tour (1/32)   I. Dodig
2014 2e tour (1/32)   R. Gasquet 1er tour (1/64)   R. Haase

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En doubleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2003 1er tour (1/32)
  J-L. de
  R. Leach
  B. MacPhie
1er tour (1/32)
  S. Koubek
  X. Malisse
  T. Vanhoudt
2004 1er tour (1/32)
  I. Labadze
  H. Arazi
  N. Mahut
2e tour (1/16)
  I. Andreev
  B. Bryan
  M. Bryan
1/4 de finale
  A. Fisher
  J. Björkman
  T. Woodbridge
2e tour (1/16)
  A. Fisher
  J. Palmer
  P. Vízner
2005 2e tour (1/16)
  I. Andreev
  M. Bhupathi
  T. Woodbridge
1/8 de finale
  I. Andreev
  J. Björkman
  M. Mirnyi
2e tour (1/16)
  I. Andreev
  S. Aspelin
  T. Perry
2006 1er tour (1/32)
  I. Andreev
  J. Acasuso
  S. Prieto
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013 2e tour (1/16)
  M. Elgin
  R. Bopanna
  É. Roger-Vasselin
2014 1er tour (1/32)
  A. Golubev
  R. Haase
  C. Kas

N.B. : le nom du ou de la partenaire se trouve sous le résultat; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Parcours dans les tournois majeursModifier

Aux MastersModifier

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2005 Shanghai 1/2 finale Demi-finale
RR
RR
RR
David Nalbandian
Mariano Puerta
Gastón Gaudio
Andre Agassi
Défaite
Victoire
Victoire
Victoire
0-6, 5-7
6-3, 6-2
6-3, 6-4
6-4, 6-2
2006 Shanghai Round Robin RR
RR
RR
Rafael Nadal
James Blake
Tommy Robredo
Défaite
Défaite
Victoire
7-5, 4-6, 4-6
6-2, 4-6, 5-7
7-68, 3-6, 6-1
2007 Shanghai Round Robin RR
RR
RR
Andy Roddick
Roger Federer
Fernando González
Défaite
Défaite
Victoire
3-6, 6-4, 2-6
4-6, 3-6
6-4, 6-3
2008 Shanghai Finale Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Novak Djokovic
Andy Murray
Juan Martín del Potro
Novak Djokovic
Jo-Wilfried Tsonga
Défaite
Victoire
Victoire
Défaite
Victoire
1,6, 5-7
7-5, 6-2
6-3, 6-2
63-7, 6-0, 5-7
66-7, 6-4, 7-60
2009 Londres Vainqueur Finale
Demi-finale
RR
RR
RR
Juan Martín del Potro
Roger Federer
Robin Söderling
Rafael Nadal
Novak Djokovic
Victoire
Victoire
Victoire
Victoire
Défaite
6-3, 6-4
6-2, 4-6, 7-5
7-66, 4-6, 6-3
6-1, 7-64
6-3, 4-6, 5-7

Dans les Masters 1000Modifier

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[18] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[19] Paris
2002 2e tour
  N. Lapentti
1er tour
  J. I. Chela
2003 1er tour
  L. Horna
1er tour
  A. Costa
2e tour
  J. Nieminen
2e tour
  G. Kuerten
2e tour
  A. Agassi
1er tour
  J. C. Ferrero
1er tour
  J.-M. Gambill
1er tour
  T. Henman
2004 1er tour
  J. Hernych
2e tour
  R. Federer
1/4 de finale
  C. Moyà
1/8 de finale
  V. Spadea
1er tour
  S. Sargsian
2e tour
  V. Spadea
2005 2e tour
  J. Blake
2e tour
  G. Monfils
1/8 de finale
  R. Gasquet
1er tour
  F. Verdasco
1/2 finale
  R. Federer
1/8 de finale
  K. Beck
1/4 de finale
  L. Hewitt
1/8 de finale
  R. Ginepri
1/4 de finale
  R. Štěpánek
2006 3e tour
  M. Safin
1/8 de finale
  M. Ančić
1er tour
  R. Söderling
1/8 de finale
  N. Almagro
1/4 de finale
  M. Ančić
1er tour
  X. Malisse
1er tour
  J. I. Chela
2e tour
  J. Johansson
Victoire
  D. Hrbatý
2007 1/8 de finale
  A. Murray
3e tour
  A. Delić
2e tour
  R. Söderling
1/2 finale
  R. Nadal
1/8 de finale
  L. Hewitt
1/4 de finale
  R. Štěpánek
1/2 finale
  J. Blake
1/8 de finale
  M. Baghdatís
2008 3e tour
  M. Fish
Victoire
  R. Nadal
1/2 finale
  R. Nadal
1/8 de finale
  T. Robredo
1/8 de finale
  N. Kiefer
1/8 de finale
  N. Kiefer
2e tour
  C. Moyà
2e tour
  R. Ginepri
1/2 finale
  D. Nalbandian
2009 1/4 de finale
  A. Murray
2e tour
  J. Melzer
1/8 de finale
Forfait
1/4 de finale
  A. Murray
1/8 de finale
  G. Simon
Victoire
  R. Nadal
1/8 de finale
  R. Söderling
2010 3e tour
Forfait
1/8 de finale
  J. Chardy
1/4 de finale
  R. Federer
2e tour
  M. Zverev
1/4 de finale
  M. Llodra
2011 2e tour
  S. Wawrinka
1er tour
  K. Anderson
1er tour
  R. Haase
1er tour
  V. Troicki
1er tour
  M. Granollers
2e tour
  N. Djokovic
2e tour
  M. Fish
1er tour
  A. Seppi
2012 3e tour
Forfait
2e tour
  J. Isner
1er tour
  P. Lorenzi
2e tour
  R. Nadal
1/8 de finale
  N. Djokovic
2013 2e tour
  J. M. del Potro
2e tour
  A. Dolgopolov
2e tour
  J.-W. Tsonga
1er tour
  M. Granollers
1er tour
  M. Raonic
1/4 de finale
  V. Pospisil
2e tour
  J. M. del Potro
2014 2e tour
  J. Isner
1er tour
  A. Mannarino

N.B. : sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Vainqueur (3)Modifier

Année Tournoi Adversaire en finale Score
2006 Paris   Dominik Hrbatý 6-1, 6-2, 6-2
2008 Miami   Rafael Nadal 6-4, 6-2
2009 Shanghai   Rafael Nadal 7-63, 6-3

Classement ATP en fin de saisonModifier

En simple
Année 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Rang 653   134   79   85   44   28   5   3   4   5   6   22   41   44   53   251

Source : (en) Classements de Nikolay Davydenko sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Notes et référencesModifier

  1. « Nikolay Davydenko Interview US Open - September 7, 2006 », Tennis X, 8 septembre 2006.
  2. « Davydenko sacré, Bercy KO », sur Eurosport (consulté le 5 novembre 2006)
  3. « Nadal éblouissant », sur Eurosport (consulté le 15 mai 2007)
  4. Jeu, set, match et paris truqués, www.lemonde.fr
  5. Matches truqués: Davydenko blanchi par l'ATP, sports.fr
  6. « Davydenko expéditif », sur Eurosport (consulté le 7 avril 2008)
  7. « Mental strength leads Djokovic to Masters Cup triumph », sur The Guardian (consulté le 16 novembre 2008)
  8. Davydenko forfait, www.eurosport.fr
  9. Nikolay Davydenko (RUS) Rankings History
  10. « Davydenko mate Nadal », sur Eurosport (consulté le 18 octobre 2009)
  11. « Davydenko remporte le Masters », sur Le Monde (consulté le 29 novembre 2009)
  12. « Davydenko ce héros », sur Eurosport (consulté le 9 janvier 2010)
  13. « Davydenko épuise Nadal », sur Eurosport (consulté le 7 janvier 2011)
  14. « Munich: victoire de Nikolay Davydenko », sur La Presse (consulté le 1er mai 2011)
  15. « Gasquet remporte le tournoi de Doha », sur Le Monde (consulté le 5 janvier 2013)
  16. « ATP : Nikolay Davydenko prend sa retraite », sur Eurosport (consulté le 16 octobre 2014)
  17. « Tennis: Nikolay Davydenko prend sa retraite », sur Le Parisien (consulté le 16 octobre 2014)
  18. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  19. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier