Curnonsky

Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky, né le à Angers et mort le à Paris, est un romancier, gastronome, humoriste et critique culinaire français, élu « Prince des gastronomes »[1],[2].

Curnonsky
Curnonsky.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Maurice Edmond SaillandVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Maurice Curnonsky
Cur-NonskyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
signature de Curnonsky
signature
Plaque Curnonsky, 14 place Henri-Bergson, Paris 8.jpg
Plaque sur le domicile de Curnonsky au no 14 de la place Henri-Bergson, Paris 8e.

BiographieModifier

Né à Angers dans un hôtel particulier, 10 avenue de Contades, orphelin de mère, abandonné par son père, il est élevé par sa grand-mère[3],[4]. Il a pour trisaïeule la bienheureuse Jeanne Sailland dont les descendants sont dispensés par rescrit papal de « faire maigre », dispense à l'origine de sa vocation de gastronome[5]. À l'âge de 18 ans, il s'installe à Paris pour préparer l'École normale supérieure et devenir journaliste. Il commence à rédiger des articles pour des journaux tels que La Vie parisienne, Le Music-Hall illustré du matin et Comoedia.

En complément de ses chroniques, il devient en 1895 un des nègres littéraires de Willy, le premier mari de Colette, et publie des romans ainsi que des contes et gazettes. C'est alors qu'il rencontre Paul-Jean Toulet avec qui il écrit 3 romans : Le Bréviaire des courtisanes, Le Métier d'amant et Demi-Veuve, paru en feuilleton mais dont Curnonsky signera seul l'édition en volume (Toulet ayant renié leur œuvre).

Curnonsky prête sa plume à la publicité (plaquettes pour Pyrex et Primagaz, Frigidaire, le roquefort, Michelin)[3]. Il écrit régulièrement dans Le Journal (à partir de 1911) et des Contes des 1000 et 1 matins dans Le Matin[6],[7],[8]. Après l'exposition universelle de 1900, il fait partie d'une délégation de presse qui part en Extrême-Orient : il y découvre «l'admirable» cuisine chinoise [9].

À partir de 1921, il publie avec Marcel Rouff La France gastronomique, une collection planifiée de 32 fascicules qui se limitera à 28 suite au décès de Marcel Rouff[10]. Énorme travail de recension sur la cuisine régionale et sur les meilleurs restaurants de France qui ne verra son aboutissement qu'en 1933 avec Le Trésor gastronomique de France. Répertoire complet des spécialités gourmandes des 32 provinces françaises, en collaboration avec Austin de Croze[11],[12].

 
Caricature de Cur dans Paris-Soir du 7 décembre 1927.

Le 16 mai 1927, à l'initiative de Pierre Chapelle de la revue La Bonne Table le Bon Gîte Curnonsky est élu Prince des gastronomes par 3 338 cuisiniers, restaurateurs et gastronomes devant Maurice des Ombiaux, qui sera élu Prince de la Treille[13]. 1929 est une année employée à la création de l'Académie des Gastronomes. En mai 1934, il participe à la création du bimestriel La France à table sur le thème du Tourisme et de la Table et dont il assure la direction littéraire [14]. En 1938, il lance en Belgique le Club de la bonne auberge, par la suite il s'appela Club des gastronomes et finalement Club royal des gastronomes de Belgique par brevet du roi Albert II en 1997.

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, il quitte Paris et s'installe dans une auberge à Riec-sur-Bélon en Bretagne[15]. Il retrouve son appartement parisien à la fin de la guerre et reprend son activité de journaliste. Il lance avec Madeleine Decure en juillet 1947 le mensuel Cuisine de France, qui devient Cuisine et Vins de France en 1948 [16] et qui donnera naissance en 1953 à un monumental ouvrage du même nom, 3000 recettes les plus réputées des régions de France, édité par Larousse, signé Curnonsky, réédité jusqu’en 1987 [17].

La fin de sa vie est une reconnaissance et une consécration : En 1950, il est nommé Grand Maître d'Honneur de la Chaîne des Rôtisseurs nouvellement reconstituée [17]. Puis il est Président d'honneur de l'Association professionnelle des chroniqueurs et informateurs de la gastronomie et du vin (APCIG) fondée en 1954 sous la présidence de Michel Piot [18].

Le 22 juillet 1956, il meurt d'une chute de la fenêtre de son appartement au troisième étage du 14 place Henri-Bergson[19], une brochure contenant les discours de diverses personnalités est imprimée à cette occasion[20]. Ses traits nous sont fixés dans plusieurs tableaux de son ami le peintre Maurice Asselin, dont l'un est conservé au Musée du Luxembourg.

 
Germaine Larbaudière, discrète compagne de Curnonsky.

Germaine LarbaudièreModifier

Il est inhumé au cimetière de Beauchamp (Val-d'Oise)[21] dans une tombe qu'il partage avec Germaine Larbaudière (1890 -15 mars 1931), Mémaine, « le tendre soleil de sa verte vieillesse », Lar devenue la Lolo du Guinoiseau de Marcel Rouff, de 18 ans sa cadette[22]. Nièce de l'écrivain Gabriel de Lautrec, actrice de théâtre et de cinéma, elle abandonne le spectacle en 1928 pour ouvrir - avec l'aide de Curnonsky - le restaurant L'Hostellerie de Jean-Jacques à Ermenonville dans un pavillon mis à sa disposition par le vicomte de la Rochefoucault [23]. Le Club des Cent l'inaugure avec le tout Paris, ses mérites de cordon bleu sont ensuite reconnus [24]'[25]. Le Grand Perdreau, dont Curnosky est membre depuis 1924 avec Marcel Rouff y organise son repas mensuel en juin 29 [26].

Curnonsky l'a connue quand elle avait 17 ans, elle a partagé ses jours et lors de sa mort de tuberculose à 41 ans il se promirent à son chevet, d'être enterré à côte à côte [27]. Ce qui sera fait 25 ans plus tard conformément aux volontés testamentaires de Curnonsky[28].

La gastronomie selon Curnonsky et son tempsModifier

Curnonsky est homme de plume doublé d'un gastronome pratiquant : il mène une vie principalement nocturne, il ne déjeune pas, ses soirées se passent dans les restaurants ou chez des hôtes où il lie une multitude de contacts. La fin de ses nuits est consacrée à l'écriture, il ne se couche jamais avant 7 heures du matin[29]. Son petit appartement, que Germaine met en ordre comme elle peut, n'a pas de cuisine. « Je connais de pauvres bougres comme le Prince des gastronomes ne mangent jamais chez eux pour la raison majeure qu'ils n'ont ni salle à manger, ni cave, ni cuisine, ni cuisinier, ni cuisinière »[30],[31].

 
Curnonsky et Germaine en avril 1922 à Vouvray (Archives Curnonsky, ed. Curnonska, 2007, T2)

Une connaissance doublée d'une sérieuse pratiqueModifier

La gastronomie est une connaissance raisonnée mais surtout une pratique. Curnonsky et son époque multiplient les académies, clubs, associations, confréries, etc. autant de prétextes à de bons repas entre membres. La gastronomie n'est pas une science spéculative : « La Gastronomie est vraiment une Religion au véritable sens de ce mot qui veut dire un lien entre les hommes » écrit-il à plusieurs reprises [16],[32]. Les médecins sont en première ligne mais pas pour leur science en nutrition : le docteur André Robine et Curnonsky pèsent chacun 126 kg quand ils appréhendent l'addition de homards vendus... au poids[33].

Une composante identitaireModifier

La seule gastronomie aboutie est française, qu'ils soient suisse comme son ami Marcel Rouff, belges comme Maurice Maeterlinck ou Maurice des Ombiaux, tous le clament, de même pour les vins, les fromages... « L’âme et l'esprit d'un peuple s'exprime d'abord par son génie culinaire » (formule de Gaston Derys reprise par Curnonsky)[34]. Le discours est clairement essentialiste, Françoise Hache-Bissette et Denis Saillard rapprochent Curnonsky de Léon Daudet et Robert Courtine, mouvance conservatrice, la référence aux grands classiques issus d'Antonin Carème est récurrente[35]. Selon son expérience, la cuisine chinoise « est la seule qui se puisse comparer à la nôtre »[36],[37].

Les cuisines ou manières de table étrangères (surtout américaine chez Curnonsky : écouter du Jazz en mangeant, horreur - les États-Unis, « un pays où le vin est interdit »…[35],[38],[39]), les falsifications (le faux camembert allemand[40]) sont perçues comme des dangers, de même l'innovation. D'ailleurs, même si le grand débat du homard à l'Armoricaine ou à l'Américaine est tranché pour l'Américaine... cette recette du chef Pierre Fraysse n'a pas grand chose d'américain, mais probablement un lien avec la langouste à la provençale ![41]. Les étrangers ne sont pas la seule menace, la déviance du snobisme en est une autre :« vers le début de ce siècle, l'éminente et millénaire supériorité de la cuisine française fut menacée par deux fléaux : le snobisme de la cuisine anonyme et cosmopolite qui sévissait dans tous les palaces et caravansérails de l'univers, et le goût suranné de cette cuisine compliquée et tarabiscotée qui tendait à dissimuler les saveurs et les arômes et à présenter sous des noms bizarres et prétentieux des plats où la chimie se mêle à la prestidigitation »

 
un dernier bon mot du Prince (de gauche à droite : André Robine, Édouard de Pomiane, et le Prince) Figaro illustré nov. 1932.

[5].

La fameuse phrase : « Le plus grand principe de toute vraie cuisine, c'est que les choses aient le goût de ce qu'elles sont » écrite par le chef Georges Poumot (restaurant 33, rue Saint-Roch[42]), citée et approuvée par Curnonsky dans un article de Paris-Soir du 26 janvier 1930 concerne le sujet des intrasauces du Dr Gauducheau[43]. Elle doit se comprendre dans ce contexte. Les intrasauces sont une technique nouvelle de sauces injectées à l'aide d’une seringue dans la viande avant de la cuire. Elle permettait de faire du lapin à la saveur de lièvre, du gigot de mouton à la saveur de chevreuil[36]. Pour ce chef elles sont un « cache-misère », « des artifices »[43]. Curnonsky en l'approuvant ne défend pas une cuisine minimaliste[44], il sait très bien que la cuisine gastronomique est une transformation élaborée. En la citant il exprime sa méfiance de la nouveauté. Il s'honore d'être le champion de la cuisine simple, soit d'avoir un « dégoût pour les plats qui n'ont pas le goût de ce qu'ils sont »[37].

Il est favorable à des repas de deux plats, voire d'un plat et avec peu de vin : « un repas ne doit jamais être ostentatoire »[45]. De même, il milite pour une simplification des noms des plats sur les cartes des restaurants[46].

 
Curnonsky et le menu du déjeuner annuel de l'Association des Gastronomes Régionalistes de décembre 1928 chez Drouant par Camille La Broue[47].

mais non unitaireModifier

Avec la liberté que donne les trains et les automobiles, l'époque voit naître le tourisme et les guides, des carnets de bonnes adresses. Curnonsky, curieux, infatigable dénicheur de bons coins occupe avec Marcel Rouff et Austin de Croze « la place d'honneur pour les cuisines du terroir »[10],[48].

Curnonsky est férocement régionaliste et angevin militant. Il consacre une grande partie de son temps à visiter les restaurants des provinces françaises (les unités gastronomiques ne recoupent pas les départements imposés par la République), cuisines multiples, typées, enracinées[35]. C'est par hasard qu'il découvre en 1922 le talent de Mélanie Rouat à Riec-sur-Bélon[49]. Il se réfugie chez elle pendant la Seconde Guerre mondiale (palourdes de belons farcies, ragoût de congre, bœuf rôti au sarrasin)[50]. Quand il est à Paris, son idéal est de trouver des petits restaurants de quartier, des bistrots avec une cuisine délicieuse : par exemple celui de Mme Guénot, rue de la Banque et son épaule de mouton aux salsifis (« ce fut un délire »)[33].

GastronomadismeModifier

Curnonsky estime que « le gastronome doit voyager, comme touriste, lettré, artiste, honnête homme bien entendu, mais aussi à des fins spécialement gourmandes. Le gastronomade va par toute la France chercher tel plat là où on le prépare le mieux, et il l'accompagne de vin et alcool de la même région »[51]. Il quitte Paris « 3 ou 4 mois par an pour inspecter sa principauté. Je suis un fervent et déterminé Gastronomade »[29].

 
Curnonsky est un amateur de Champagne tout angevin qu'il soit, ici un Crémant (Archives Curnonsky, ed. Curnonska, 2007, T.II)

Une personnalité attachanteModifier

Le pseudonymeModifier

Le pseudonyme Curnonsky apparaît dans L'Écho de Paris le 20 mars 1895 sous la signature de Willy (« malgré un nom qui fleure le pianiste polonais, il est bien français... Humour sacré de la Patrie ») et pour la première fois dans Gil Blas le 12 juin 1895, Maurice Curnonsky signe un article : Propos en l'air, sur les réjouissances funéraires[52]. Selon ses propres déclarations rapportées par Georges Vogt (1937) à cette époque ses parents « considéraient le métier des lettres comme une déchéance », il adopta le pseudonyme de Cur non (pourquoi pas ? - Curnonsky était latiniste) auquel il ajouta sky « par manière de plaisanterie lorsque les officiers russes vinrent en France en 1894 »[53].

Après guerre, quand il traite de gastronomie, il signe Cur. (« quelle drôle d'idée de choisir un nom étranger pour glorifier la cuisine française ? »[54]).

Diverses supposées origines et dates se rencontrent au sujet de ce pseudonyme : d'après Jacques Nassif il aurait été utilisé en 1893 dans une lettre ouverte sur l'éviction de Zola de l'Académie Française[55]. D'après Robert J. Courtine ce serait Willy qui aurait soufflé « Cur non sky comme dirait Virgile » à l'oreille de Cur[54]. Selon Frédéric Martinez ce serait en 1891 qu'Alphonse Allais lui aurait suggéré « Pourquoi pas sky ? ». Selon Fernand Woutaz, c'est en 1895 qu'Allais aurait incité Cur à prendre ce pseudonyme[56],[17].

Le pseudonyme collectif Perdiccas signe ses publications avec Paul-Jean Toulet, Sailland-Curnonsky celles avec Willy[1].

 
Certificat d'omelette au thon numérotée de chez Menessier à Saint-Rémy-les Chevreuse. Curnonski est orthographié avec un «i» ( à la polonaise) ce qui n'est pas rare [57],[58]. (Archives personnelles de Curnonsky)

La notoriétéModifier

Il a l'éloge facile, selon Marcel Rouff, « Curnonsky passe pour être - dans un soucis de ne faire de peine à personne - trop indulgent »[59]. L'homme attire la sympathie : « il emprunte souvent un ton débonnaire et amusé, par ailleurs excellent compagnon de table »[35]. Il n'a pas le don d'éloquence « s'il aime causer à table, il a horreur de parler au dessert. Il préfère écouter et goûter la sainte paix des digestions calmes »[60]. Il aime les calembours (« bien dire et laisser sphère »[61]). La Femme de France (1927) décrit ainsi le Prince des Gastronomes tout juste élu : « M. Curnonsky est à la fois un gourmet délicat, un humoriste impénitent, et un littérateur impeccable »[62].

Curnonsky est un homme de plume. Toute sa vie il écrit « La littérature et la gastronomie sont inséparable, l'une est la fille de l'autre. La gastronomie est née le jour ou de grands écrivains ont consacré leur talent aux choses de la table. L'œuvre des cuisiniers n'a de raison de durer... qu’autant que les gourmets en parlent et en écrivent »[60]. Son média favori est la presse, tout le monde connait ses rubriques hebdomadaires dans les Annales de la Gastronomie de Paris-Soir.

 
« un grand Bordeaux s'infiltre comme une extase au cœur de ceux qui savent le boire » [63].

Un multi-académicienModifier

Il fait partie des 20 premiers membres de l'Académie de l'humour née en 1923 [64]. Son nom apparaît dans plusieurs de ses dictionnaires[65]. Curnonsky en prend la présidence en 1939 [66]. En 1924 il est membre fondateur et restera secrétaire perpétuel de l'Académie des psychologues du goût [67]. En 1929 avec un groupe d'amis écrivains il fonde l'Académie des Gastronomes, dont il assurera la présidence de l'origine (1929) à 1949.

L'Académie du vin de France, conçue au cours d'un repas de journalistes en 1931, est créée en 1933 par Raymond Baudoin (secrétaire général), Maurice Crozet (trésorier), le baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié, André Robine (Président du Club des Purs Cent) et Léon Douarche, président de l'OIV[68],[69],[69]. Curnonsky est élu membre représentant l'Anjou en 1949 [70].

Citations et aphorismesModifier

  • Selon Simon Arbellot ou François Ascher, Curnonsky serait à l'origine en 1907 du nom Bibendum donné au bonhomme Michelin[71],[72]. Affirmation peu vraisemblable puisque dès 1893, Nunc est bibendum précède le slogan « le pneu (ou la semelle) qui boit l'obstacle ». En revanche, c'est bien Curnonsky qui rédige la rubrique Les lundis de Michelin, signée Michelin, du 25 novembre 1907 à juillet 1914 dans Le Journal et Les Sports[73],[74],[75]. Elle succède à Le Lundi de Michelin (journal l'Auto, du 15 avril 1901 au 16 septembre 1907) qui donnait des informations techniques et pratiques sur les pneus[76],[77]. Elle n'a rapidement plus rien à voir et devient amusante comme par exemple, Le compte rendu du procès entre la Semelle Michelin et l'Enveloppe Lisse avec pour témoins Tesson de Bouteille, Silex et Vieux Fer à Cheval[78].
  • « Plus je vieillis, plus j'aime la jeunesse, les vins jeunes, les primeurs, le gibier frais... »[48].
  • « J'ai trop d'urée, j'ai trop duré »[79].
  • « le jour se levait à peine, il était 11 heures du matin »[80].
  • « La dégustation, comme l'amour commence par les yeux, il n'y a point de dégustation sans la caresse du regard » aphorisme repris de Louis Forest[81].
  • « En cuisine comme dans tous les autres arts, la simplicité est le signe de la perfection »[5].
  • « Les cinq de Curnonsky », ses 5 vins blancs préférés : le château-grillet, la coulée-de-serrant, le montrachet, le château-chalon et Yquem[82],[83].
 
Le chiffre du Prince des gastronomes : la fourchette, le bon vin et la plume (La France à Table mai 1934)

Titres et récompensesModifier

Liste des dignités de Curnonsky donnée par Simon Arbellot (1965)[33]
  • Prince élu des Gastronomes
  • Président fondateur de l'Académie des gastronomes
  • Secrétaire perpétuel des Psychologues du Goût
  • Président des amis de Cuisine et Vins de France
  • Membre d'honneur du Club des Purs-Cent
  • Membre fondateur du Club royal des gastronomes de Belgique
  • Membre fondateur de l'Académie de l'Humour
  • Membre fondateur du Dîner du 15
  • Membre fondateur du Dîner de Paris
  • Président du Grand Perdreau
  • Président du dîner de la Pipe
  • Doyen des Anciens de chez Maxim's depuis 1892
  • Grand officier de la confrérie des chevaliers du Tastevin
  • Membre du Club des Cent
  • Membre de l'Association des Gastronomes régionalistes
  • Membre de l'Académie des Vins
  • Membre du Dîner du 14
  • Membre du Déjeuner du 28
  • Membre de la Jurade de Saint Emillion
  • Membre de la Connétablie de Guyenne
  • Membre de la Confrérie du Sacavin
  • Membre du club Prosper Montagné
  • Membre des Touristes gastronomes Kléber Colombes
  • Membre de la Confrérie de Saint Etienne d'Alsace
  • Membre de la Confrérie de la Verte Marennes
  • Membre de l'Ordre du Franc Pinot
  • Membre des Alambics Charentais
  • Membre de La Belle Table[33]
Titres honorifiques

PostéritéModifier

Chaque année, l'APCIG remet le prix Amunategui-Curnonsky à un journaliste.

 
A 80 ans Curnonsky publie son 63e livre, avec un titre calembour (Archives Curnonsky, ed. Curnonska, 2007, T.II)

PublicationsModifier

  • Willy [écrit par Curnonsky]. Poissons d'avril, 1986 [85]
  • Perdiccas, Paul-Jean Toulet et M. Curnonsky. Le Bréviaire des courtisanes, roman, Paris, H. Simonis Empis, in-16, X-275 p. 1899.
  • Perdiccas, Paul-Jean Toulet et M. Curnonsky. Le Métier d'amant, roman, Paris, H. Simonis Empis, in-18, 295 p. 1900.
  • Willy [écrit par Curnonsky]. Chaussettes pour dames. défense et illustration du mollet féminin..., Paris, Garnier, 194 p. 1905, Illustration Henry Mirande (1877-1955).
  • Curnonsky. Demi-Veuve, roman, Paris, A. Méricant, 342 p. 1905, avec 28 planches de Florane[a].
  • Willy [Curnonsky, 4 pages de Boulestin sur Biarritz, 10 pages de retripatouillage du patron].Une plage d'amour. Paris, Albin Michel, 287 p. 1906[85]
  • Willy [Curnonsky sur un plan de Bibesco]. Jeux de prince. Paris Albin Michel 1906? plusieurs rééditions non datées
  • Willy [écrit par Curnonsky]. Susette veut me lâcher. Paris, Nilsson, 252 p. 1906 [85]
  • Willy [d'abord écrit par P.-J. Toulet, repris par Curnonsky]. La Tournée du petit duc. Paris, Bibliothèque des auteurs modernes, 315 p. 1908.
  • Willy [écrit par Curnonsky]. Un petit vieux bien propre. Paris Albin Michel, 122 p. 1909 [85]
  • Willy [écrit par Curnonsky, dernier chapitre de P.J. Toulet]. Maugis en ménage. Paris, A Méricant, 1910. Couverture en couleurs de Rapeño
  • Willy [écrit avec P.-J. Toulet pour 3 chapitres et M. Curnonsky]. Lélie, fumeuse d'opium, roman, Paris, A. Michel, in-16, 317 p. 1911.
  • Willy [écrit avec divers écrivains dont P.-J. Toulet et M. Curnonsky]. L'Implaquable Siska, roman, Paris. A. Michel, in-16, 335 p. 1912.
  • Willy [écrit avec divers écrivains dont P.-J. Toulet et M. Curnonsky]. Les Amis de Siska, roman, Paris : A. Michel, in-16, 319 p. 1914.
  • Collectif [écrit avec une douzaine d'écrivains]. Charles Müller, par ses amis, Paris, Ernest Flammarion, 231 p. 1918.
  • Curnonsky. Jacques et Cécile, ou le Bonheur par le sport, dessins de Félix Lorioux, préface de Georges Carpentier, Paris, A.P. Éditeur Paris, 96 p. 1920.
  • Curnonsky et Marcel Rouff. La France gastronomique. Guide des merveilles culinaires et des bonnes auberges françaises, Paris, impr.- Frédéric Rouff, éditeurs, 148, rue de Vaugirard, 1921-1928, 28 volumes.
    • 1921 (5 vol) L’Alsace, 127 p. - La Normandie, 128 p. - Le Périgord, 128 p.- La Bresse, Le Bugey. Le Pays de Gex, In-16, 127 p - L’Anjou, 128 p.
    • 1922 (5 vol) Le Béarn, 128 p. - La Provence, 128 p - Paris 1 du Ier au VIIe arrondissement. - Paris 2 du VIIIe au XXe arrondissement - La Touraine, 112 p.
    • 1923 (3 vol) La Bourgogne, 143 p. - La Bretagne, 128 p. - La Savoie, 128 p.
    • 1924 (5 vol) Environs de Paris.I. (Seine, Seine et Oise et Oise), - Environs de Paris.II (Seine-et-Marne et Aisne) - Le Poitou La Vendée, 112 p. - L'Aunis. La Saintonge. L'Angoumois, 112 p. - Bordeaux. Le Bordelais et les Landes, 125 p.
    • 1925 (3 vol) Lyon et le Lyonnais (2 vol.) - Le Maine et le Perche, 112 p.
    • 1926 (3 vol) La Franche-Comté, 128 p. - Le Nivernais et le Bourbonnais, 128 p.- L'Orléanais, 128 p.
    • 1927 (1 vol) Le Vivarais, le Rouergue et le Gévaudan, 112 p.
    • 1928 (2 vol) Le Dauphiné, 105 p - Le Roussillon, Le Comté de Foix, 97 p.
  • Les facéties de M. Radinois. Paris : Albin Michel, 319 p. 1924.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. T.S.V.P. Petites histoires de tous et de personne. Paris, G. Crès et Cie, in-16, 295 p. 1924 (réédition 1926, 1934).
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Le Musée des erreurs, ou le Français tel qu'on l'écrit. Paris, Albin Michel, 1925. (réédition 1928).
Prix Saintour de l’Académie française en 1929.
  • J.-W. Bienstock et Curnonsky. Le bonheur du jour, Paris, G. Crès et Cie. 1925 (réédition 1926, 1938).
  • J.-W. Bienstock et Curnonsky. Le Wagon des fumeurs, Paris, G. Crès et Cie éd., 1925. (réédition 1931).
  • Arthur Szyk [adaptation J.-W. Bienstock et Curnonsky], Le Juif qui rit, légendes anciennes et nouvelles, Paris, Albin Michel, 246 p. 1926. Préface d'Anatole de Monzie.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Le livre de chevet, Paris, G. Crès et Cie, 285 p. 1927.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Joyeusetés et facéties, Le livre de chant. Paris, G. Crès et Cie, 287 p. 1927.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Le Café du commerce, Paris, Albin Michel, 1928. (réédition 1932).
  • Curnonsky préfacier. La Cuisine, Paris, édition de la Mode du jour, in-8, 310 p. 1928.
  • Curnonsky. (en 3 langues) (en) The Art of enjoying the good fare of Alsace ; (es) El Arte de comer bien en Alsacia ; (fr) L'Art du bien manger en Alsace, Paris, Chemin de fer d'Alsace et de Lorraine, In-8, 16 p. 1928.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Le Magasin de frivolités. Paris, G. Crès et Cie, 295 p. 1928.
  • (es) Curnonsky. El Arte de comer bien en Alsacia. Paris, Chemin de fer d'Alsace et de Lorraine, in-8 16 p. 1929.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. L'année joviale 1928, Paris, Albin-Michel, 315 p. 929.
  • Curnonsky. La Normandie gastronomique. Carte de tous les bons restaurants précédée d'une étude sur la gastronomie normande, Paris, 1929.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky (H. Jauffret, Ch. Alamagnie et L. Barbey pour le recettes et menus). Le Tour du cadran, Paris, Albin Michel, in-16, 280 p. 1930. Préface de Paul Reboux.
  • Curnonsky. Itinéraire gastronomique dans les différentes régions de France et La France, Paradis du Vin. Plaquettes éditées en hommage au corps médical C. Reaubourg. Paris, Office d'Édition d'Art, 1931.
  • Curnonsky préfacier. Les recettes de la bonne cuisine française et polonaise, Paris, Ognisko, in-8°, 288 p. 1932.
  • J. W. Bienstock et Curnonsky. Par le trou de la serrure, Paris, Albin-Michel, 315 p. 1932.
  • Curnonsky et Gaston Derys. Gaités et curiosités gastronomiques, Paris, Delagrave, in-16, 160 p. 1933.
  • Curnonsky et Austin de Croze. Le Trésor gastronomique de France. Répertoire complet des spécialités gourmandes des 32 provinces françaises. Avec 32 cartes et notices, Paris, Delagrave, in-16, 383 p. 1933.
  • Curnonsky et Gaston Derys. Les Indiscrétions de l'écriture. Notion de graphologie, Paris, Delagrave, 141 p. 1933.
  • Curnonsky et Gaston Derys. Souvenirs de tables parisiennes... Celles de nos pères, Paris, Office d'éditions d'art, in-4, 1933.
  • Curnonsky. Comment servir les grands vins ?, Tours, impr. de Arrault, 1934.
  • 26 auteurs dont Curnonsky. Dictionnaire de l'Académie de l'Humour français, Paris, Éditions de la Tournelle, 1934. 120 dessins de Joseph Hémard.
  • Pierre Andrieu et Curnonsky. Les Fines Gueules de France, Paris, Firmin Didot, 1935.
  • Curnonsky. Lettres de noblesse, préface Edouard de Pomiane, illustré par Edy Legrand, Paris, Les Editions Nationales, 40 p. 1935.
  • Curnonsky et Marcel E. Grancher. Lyon capitale mondiale de la gastronomie, Lyon, Éditions Lugdunum, 245 p. 1935.
  • Thérèse Lenôtre. Curnonsky préfacier. Les aventures d'un gourmand. Paris, in-16, 271 p. 1936, puis Paris, Agence, 1937.
  • Divers auteurs dont Curnonsky coordinateur. La Bonne vie ! Paris, La France à table, pour le compte de Primagaz. in-8, 92 p. 1937.
  • Curnonsky. Atlas de la gastronomie française. Paris, L'Écu de France, in-4, 55 p. 1938. Illustrations de Libis.
  • Curnonsky. Préface Louis Hourticq. Les guides régionaux S.N.C.F. châteaux et plages de la Loire, Paris, 48 p. 1938.
  • Curnonsky préfacier. Gaston Derys. La Cuisine d'aujourd'hui, Paris, Librairie française de documentation, 124 p. 1940.
  • Curnonsky. L'Infortune du pot, la meilleure cuisine en 300 recettes simples et d'actualité, Paris, Éditions de la couronne, 223 p. 1946.
  • Curnonsky. Cahiers d'un mercenaire de lettres, Paris, A. Michel, 1948.
  • Curnonsky. À travers mon binocle, Paris, Éditions A. Michel, 1948.
  • Ferdinand Wernert sous la direction gastronomique de Curnonsky. Bons plats, bons vins. 3 000 recettes revues par Ferdinand Wernert, Paris, M. Ponsot, 819 p. 1950.
  • Curnonsky et André Saint-Georges. La Table et l'amour, Paris, La clé d'or, 237 p. 1950.
  • Pierre d'Espezel avec Curnonsky, François Gravier, Eugène de Jarry, Georges Poisson, Paul Prout. A la découverte de la France, guide du touriste lettré, ce qu'il faut voir, savoir et lire, Paris, C. Poisson, 1951.
  • Curnonsky. Une grande datte dans ma vie : je me mets au régime !, illustration de Jean Effel, Paris, G. Lang, 1952.
  • Curnonsky. Cuisine et Vins de France, Paris, Larousse, in-4 20 x 25 cm. 856 p., 65 planches en couleurs. 1953.
  • Curnonsky, préface René Chauvelot, Souvenirs littéraires et gastronomiques, Paris, Albin Michel, 317 p. 1958.
  • Curnonsky textes publiés dans Le Journal entre 1911 et 1913, préface Jacques Nassif. La vie drôle, Paris, Ramsay, 1987.

BibliographieModifier

  • Simon Arbellot, Curnonsky, Prince des gastronomes, Paris, Les productions de Paris (Hachette), 1965 (OCLC 17805356).
  • L'Héritage de Curnonsky, avec Jeanne B. Barondeau [Inge Huber], Édition Curnonska, Munich, 2007.
I. Curnonsky à la carte…, 320 p. (ISBN 9783940814012) II. Curnonsky en route..., 320 p. (ISBN 9783940814029) III. Curnonsky souvenirs gastronomiques..., 320 p. (ISBN 9783940814036) (archives de Curnonsky, en français, illustré photos, lettres et cartes de menu).
  • (de) Inge Huber, Savoir - Vivre à la Curnonsky : Köche, Künstler, Kurtisanen oder die Geheimnisse eines Gourmets, BoD – Books on Demand, (ISBN 978-3-7504-6536-7, lire en ligne).
  • (de) Inge Huber. Curnonsky oder das Geheimnis des Maurice-Edmond Sailland, Édition Collection Rolf Heyne, 2010.
  • Julia Csergo. La gastronomie dans les guides de voyage : de la richesse industrielle au patrimoine culturel, France XIXe-début XXe siècle, In Situ Revue des Patrimoines. Paris, Ministère de la Culture, 2011 [86]
  • Jeanne B. Barondeau. Curnonsky et ses recettes d'autrefois. Munich, Édition Curnonska, 2012 (ISBN 9783981421446).
  • Jeanne B. Barondeau. Curnonsky mémoires secrets. Munich, Édition Curnonska, 2012 (ISBN 9783981421453).
  • Sous la direction d'Inge Huber, Jeanne B. Barondeau, Cur non... bibendum ? ou du pneu Michelin aux guides gastronomiques, E. book, Munich, Édition Curnonska, 2014.
  • Jacques Lebeau, Curnonsky, prince des gastronomes de A à Z, L'Écarlate, 2014 (ISBN 2343008272 et 978-2343008271).

Notes et référencesModifier

Notes
  1. Paul-Jean Toulet refuse que son nom apparaisse sur la couverture à la vue des illustrations qu'il juge « obscènes ».
Références
  1. a et b Curnonsky (lire en ligne).
  2. Jacques Lebeau, Curnonsky prince des gastronomes: De A à Z, Editions L'Harmattan, (ISBN 978-2-336-35360-9, lire en ligne).
  3. a et b Archives municipales de la ville d'Angers et d'Angers Loire Métropole, « Curnonsky, Prince des Gastronomes : Archives municipales de la ville d'Angers et d'Angers Loire Métropole », sur archives.angers.fr (consulté le 28 juin 2020).
  4. Portrait de Curnonsky sur le site de Radio-France.
  5. a b et c Jean Vitaux, « Curnonsky, le prince des gastronomes », chronique sur Canal Académie.
  6. Jean-Jacques Boutaud, L'imaginaire de la table : convivialité, commensalité et communication, Éditions L'Harmattan, , p. 236-237.
  7. « Le Journal 21 avril 1911 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  8. « Le Matin 1 novembre 1908 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  9. « Paris-soir 26 mai 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 2 juillet 2020)
  10. a et b Jean-Robert Pitte, Gastronomie française: Histoire et géographie d'une passion, Fayard, (ISBN 978-2-213-64673-2, lire en ligne).
  11. Alain Drouard, Le mythe gastronomique français, CNRS Éditions via OpenEdition, (ISBN 978-2-271-09119-2, lire en ligne), p. 83.
  12. « Marianne 15 août 1934 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  13. Huber 2020, p. 352.
  14. « Journal des débats politiques et littéraires 27 juin 1934 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  15. Henriette Parienté et Geneviève de Ternant, La fabuleuse histoire de la cuisine française, Editions O.D.I.L., , p. 332.
  16. a et b http://www.kapandji-morhange.com, « [Curnonsky] [Cuisine de France] [Cuisine et vins de France]. 190 numéros. », sur http://www.kapandji-morhange.com (consulté le 2 juillet 2020)
  17. a b et c Fernand Woutaz, Le grand livre des sociétés et confréries gastronomiques de France, Paris, D. Halévy, , 319 pages p., p.280
  18. Olivier Nanteau, Portraits toqués: Enquête chez les trois-étoiles, (L'Archipel) réédition numérique FeniXX, (ISBN 978-2-8098-2766-8, lire en ligne)
  19. Henri Temerson, Biographies des principales personnalités françaises décédées au cours de l'année, Hachette, , p. 43.
  20. « Livret imprimé pour l'inauguration le 22 juillet 1957 par M. Marcel Lévèque, Président du Conseil municipal de Paris, d'une plaque à la mémoire de Maurice-Edmon Sailland, à l'occasion du premier anniversaire de sa mort », sur clubdesgastronomes.be, .
  21. Tombe de Curnonsky.
  22. Jacques Lebeau, CURNONSKY Prince BIBENDUM, Paris, L'Harmattan, , 220 pages p. (ISBN 978-2-343-00827-1, lire en ligne).
  23. Jeanne B. Barandeau, Curnonsky à la Carte, Ed. Curnonska, , 320 p. (ISBN 978-3-940814-01-2), p. 70
  24. « Paris-soir 4 novembre 1928 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 23 août 2020)
  25. « Paris-soir 27 octobre 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 23 août 2020)
  26. « Paris-soir 30 juin 1929 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 27 août 2020)
  27. Micheline Dupray, Roland Dorgelès: Un siècle de vie littéraire française, Albin Michel, (ISBN 978-2-226-22497-2, lire en ligne), p. 237.
  28. Huber 2020, p. 394.
  29. a et b « Excelsior 14 mars 1937 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  30. Marcel Rouff, Ginoiseau ou le moyen de ne pas parvenir, Paris, Librairie Stock, , 304 p., p. Chapitre VI p. 123.
  31. « Paris-soir 28 avril 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  32. Collectif, La Bonne Vie 250 recettes familiales présentées par Curnonsky, Paris, Office d'editions d'art pour Primagaz, , Noel p. 58.
  33. a b c et d Simon Arbellot, Curnonsky, Paris 29 rue Coquillière, Les Productions de Paris (Hachette), , p. 183-184.
  34. « Paris-soir 31 mars 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  35. a b c et d Françoise Hache-Bissette et Denis Saillard, Gastronomie et identité culturelle française, Nouveau Monde éditions, (ISBN 978-2-36583-094-2, lire en ligne).
  36. a et b « Paris-soir 10 mars 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  37. a et b « Paris-soir 26 mai 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  38. « Paris-soir 27 avril 1930 », sur Retronews (consulté le 26 juin 2020).
  39. « Paris-soir 16 février 1930 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  40. « Paris-soir 9 mars 1930 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  41. « Paris-soir 3 mars 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  42. Pierre Andrieu, Sachons boire, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-22320-1, lire en ligne).
  43. a et b « Paris-soir 26 janvier 1930 », sur Retronews (consulté le 26 juin 2020).
  44. « Qu'est-ce que la "bonne" cuisine ? - Christophe Lavelle », sur www.canal-u.tv (consulté le 26 juin 2020).
  45. « Paris-soir 14 décembre 1930 », sur Retronews (consulté le 26 juin 2020).
  46. « Paris-soir 9 juin 1929 », sur Retronews (consulté le 26 juin 2020).
  47. « Paris-soir 16 décembre 1928 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  48. a et b « Paris-soir 29 septembre 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  49. « TABLE Grandes dames aux fourneaux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2020).
  50. Nathalie Beauvais, Bretagne, Hachette Pratique, (ISBN 978-2-01-460034-6, lire en ligne).
  51. « L’Homme libre 3 avril 1952 », sur Retronews (consulté le 29 juin 2020).
  52. « Gil Blas 12 juin 1895 », sur Retronews (consulté le 28 juin 2020).
  53. « L’Intransigeant 16 mars 1937 », sur Retronews (consulté le 28 juin 2020).
  54. a et b « Carrefour 8 octobre 1952 », sur Retronews (consulté le 28 juin 2020).
  55. Curnonsky, La Vie drôle, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-402-03128-8, lire en ligne), préface.
  56. Frédéric Martinez, Prends garde à la douceur des choses. Paul-Jean Toulet, une vie en morceaux, Tallandier, (ISBN 979-10-210-0900-4, lire en ligne).
  57. Nicole Lapierre, Changer de nom, Stock, (ISBN 978-2-234-07252-7, lire en ligne)
  58. Agence Rol Agence photographique, « Curnonski [i.e. Curnonsky] : [photographie de presse] / [Agence Rol] », sur Gallica, (consulté le 29 juillet 2020)
  59. Curnonsky, Prince des Gastronomes (en archive), par Sylvain Bertoldi, conservateur des archives d’Angers, sur le site de la ville d'Angers.
  60. a et b « Paris-soir 2 juin 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  61. « Paris-soir 20 juillet 1930 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  62. « La Femme de France 25 septembre 1927 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  63. Curnonsky (1872-1956) Auteur du texte, Souvenirs littéraires et gastronomiques / Curnonsky (Maurice-Éd. Sailland),... ; préface du Dr Chauvelot,..., (lire en ligne)
  64. « Excelsior 21 novembre 1923 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  65. « L’Œuvre 10 août 1941 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  66. « Le Progrès de la Somme 24 mars 1939 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  67. « La Lanterne 16 février 1924 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  68. « Paris-soir 17 avril 1931 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  69. a et b « Le Petit Parisien 18 mars 1934 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  70. « La Bourgogne républicaine 5 février 1949 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  71. Simon Arbellot, Curnonsky Prince des Gastronomes, Paris, Les Productions de Paris (Hachette), , 226 p., p. 37.
  72. François Ascher, Le Mangeur hypermoderne, Odile Jacob, (ISBN 978-2-7381-8835-9, lire en ligne).
  73. « Le Journal 22 novembre 1907 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  74. « Le Journal 25 novembre 1907 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  75. « Le Journal 27 juillet 1914 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  76. « L’Auto 15 avril 1901 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  77. « L’Auto 16 septembre 1907 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  78. « Le Journal 11 juillet 1910 », sur Retronews (consulté le 30 juin 2020).
  79. Bruno Fuligni, Folle histoire - Les gourmands mémorables, Editions Prisma, (ISBN 978-2-8104-1606-6, lire en ligne), p. 40.
  80. « Gringoire 6 mai 1932 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  81. « Paris-soir 20 janvier 1929 », sur Retronews (consulté le 27 juin 2020).
  82. « Curnonsky, quelle belle vie ! », sur La Revue du vin de France (consulté le 29 juin 2020).
  83. « Sur la trace des grands crus de Curnonsky », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2020).
  84. « Journal officiel de la République française 10 novembre 1938 », sur Retronews (consulté le 1er juin 2020).
  85. a b c et d « Carrefour 8 octobre 1952 », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le 1er juillet 2020)
  86. Julia Csergo, « La gastronomie dans les guides de voyage : de la richesse industrielle au patrimoine culturel, France XIXe-début XXe siècle », In Situ. Revue des patrimoines, no 15,‎ (ISSN 1630-7305, DOI 10.4000/insitu.722, lire en ligne, consulté le 30 juin 2020).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier