Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Arbellot.
Simon Arbellot
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Limoges, Haute-Vienne,
Drapeau de la France France
Décès (à 68 ans)
Saint-Sulpice-d'Excideuil, Dordogne
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Simon Pierre Arbellot de Vacqueur, dit Simon Arbellot, est un journaliste et écrivain français, auteur d'essais et de roman policier, né le à Limoges, mort le à Saint-Sulpice-d'Excideuil, (Dordogne).

Sommaire

BiographieModifier

D'origine limousine, Simon Arbellot commence sa carrière au Figaro en 1920, qu'il quitte au début des années 1930 pour le journal Le Temps[1] et la revue Documents[2]. Bien que n'étant membre d'aucun mouvement politique, il est connu pour ses idées monarchistes et sa proximité avec l'Action française et Charles Maurras[3], auquel il consacre une biographie en 1937. En 1938, il justifie l'action clandestine de la Cagoule, estimant que cette organisation a été formée dans la crainte d'un « putsch de gauche »[4].

Sous l’Occupation, il est nommé directeur de la presse au ministère de l’Information à Vichy de 1940 à 1942, puis consul général de France à Malaga de 1943 à 1944[1]. Il est surtout connu pour avoir été avec Gabriel Jeantet le « parrain » de François Mitterrand pour l’obtention de la Francisque en 1943, qu’il fréquentait alors[5], ce qui créera une controverse plusieurs décennies après. Après la guerre, il contribuera à divers titres de presse, comme Écrits de Paris, Le Charivari, ou encore La Revue des Deux Mondes[1].

Il a publié de nombreux ouvrages, romans et essais, mais également cinq romans policiers, mâtinés d'aventures, pour la collection Le Masque.

ŒuvreModifier

RomansModifier

  • Le Gentilhomme antiquaire, Coquette édition, 1922
  • Lolita : fille des pharaons, André Martel, coll. « Mers et Terre », no 5, 1953
  • Le Mystère du dragon d'or, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 496, 1955
  • Les Hallucinés des gobelins, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 554, 1956
  • Neuf personnages en pleine aventure, Éditions du Vieux Colombier, 1959
  • Les Chevaliers de la licorne, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 659, 1959
  • La Maison des dunes, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 805, 1963
  • Les Chevaliers de la licorne en difficultés, Librairie des Champs-Élysées, coll. « Le Masque » no 907, 1966

Autres publicationsModifier

  • Que veut... que peut... L'Action française ?, Denoël, 1935
  • Edouard VIII, roi moderne, Denoël, coll. « Célébrités d'hier et d'aujourd'hui » no 9, 1936
  • Le Comte de Paris, prince révolutionnaire, coll. « Célébrités d'hier et d'aujourd'hui » no 12, 1936
  • Maurras, homme d'action, Denoël, 1937
  • J'ai vu mourir le boulevard, Éditions du Conquistador, 1950
  • La Presse française sous la francisque, Parsan, 1952
  • Eau de vichy, vin de malaga, Éditions, du Conquistador, 1952
  • Journaliste !, Le vieux colombier, 1954
  • Un gastronome se penche sur son passé, La Colombe, 1955
  • Guide des touristes gastronomes, Éditions Kleber Colombre, 1957
  • La Gastronomie, Hachette, 1962
  • Tel plat... tel vin, Amphora, 1963
  • La Fin du boulevard, Flammarion, 1965
  • Curnonsky, Prince des gastronomes, Les productions de Paris, 1965

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Henry Coston, Dictionnaire de la politique française, tome 1, 1967, p. 19
  2. Bruno Goyet, Charles Maurras, Presses de Sciences-Po, 2000, p. 72
  3. Eugen Weber, L'Action française, Paris, Fayard, (ISBN 978-2-010-16210-7), p. 392
  4. Eugen Weber 1985, p. 442
  5. Emmanuel Faux, Thomas Legrand et Gilles Perez, La main droite de Dieu : enquête sur François Mitterrand et l'extrême-droite, Paris, Editions du Seuil, coll. « Épreuve des faits », , 261 p. (ISBN 978-2-020-21102-4, OCLC 32396015), p. 131

Voir aussiModifier