Ouvrir le menu principal

Les martyrs d'Angers sont un groupe de 99 prêtres, religieuses et fidèles laïcs du diocèse d'Angers exécutés en 1793 et 1794. Ils ont été béatifiés par le pape Jean-Paul II le . Il prêcha alors : « Les très nombreux martyrs qui, au diocèse d’Angers, au temps de la Révolution française, ont accepté la mort parce qu’ils voulaient, selon le mot de Guillaume Repin « conserver leur foi et leur religion », fermement attachés à l’Église catholique et romaine. Aujourd’hui ces quatre-vingt-dix-neuf martyrs d’Angers sont associés, dans la gloire de la béatification, au premier des leurs, l’abbé Noël Pinot, béatifié depuis presque 60 ans »[1].

Sommaire

PrésentationModifier

À la suite de la défaite des Vendéens durant la Virée de Galerne, à la mise en place de la Terreur, les républicains font prisonniers des milliers de Vendéens. S'ensuivent les fusillades d'Avrillé.

De ce groupe de 99 martyrs, 12 sont des prêtres, 3 des religieuses (deux sœurs de Saint Vincent de Paul et une moniale bénédictine des Filles du Calvaire) et 84 sont des laïcs (4 hommes et 80 femmes).

Les douze prêtres, la religieuse Rosalie du Verdier de la Sorinière, Renée-Marie Feillatreau et Marie de la Dive furent guillottinés sur la place du Ralliement à Angers. Les 84 autres, de plus humble condition, furent fusillés en dehors de la ville, dans l'enclos de l'ancien prieuré de la Haye-aux-Bons-Hommes, un champ désert, exploité par le fermier Desvalloîs, patriote convaincu et membre de la Société Populaire de l'Ouest.

Le doyen de ce groupe de martyrs est le prêtre Guillaume Repin.

Dès 1795 des Angevins viennent se recueillir dans le champ des fusillés d'Avrillé. En 1816, les propriétaires font don du champ à la paroisse d’Avrillé, et comme les pèlerins affluent, une chapelle est achevée en 1852. Dédiée à Saint Louis, elle sera agrandie dans les dernières années du XIXe siècle.

En 1905, Monseigneur Joseph Rumeau, évêque d’Angers, introduit la cause d’un certain nombre de victimes mises à mort en haine de la foi et de l’Église catholique. Une procédure canonique de béatification est alors lancée.

Le décret proclamant le martyre de quatre-vingt-dix neuf de ces victimes est rendu le 9 juin 1983, et leur béatification est célébrée le 19 février 1984.

Les martyrsModifier

Le est guillotiné place du Ralliement à Angers :

Le sont guillotinés place du Ralliement à Angers :

Le sont guillotinés place du Ralliement à Angers :

Le sont guillotinés place du Ralliement à Angers :

Le est fusillé à Avrillé :

Le sont fusillés à Avrillé :

Le est guillotinée place du Ralliement à Angers :

Le est guillotinée place du Ralliement à Angers :

Le sont fusillées à Avrillé :

Le sont fusillés à Avrillé :

Le est guillotiné place du Ralliement à Angers :

Le est guillotinée place du Ralliement à Angers :

Le sont fusillés à Avrillé :

Le , Vendredi saint, est guillotiné place du Ralliement à Angers :

Le est guillotiné place du Ralliement à Angers :

Le est guillotiné place du Ralliement à Angers :

A ce groupe s'ajoute Noël Pinot qui fut guillotiné le , et que Pie XI proclama bienheureux le .

Les bienheureuxModifier

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Bienheureux martyr d'Angers.

La mémoire liturgique des martyrs d'Angers est célébrée le 1er février.

BibliographieModifier

  • René-François Choyer, Les Martyrs d'Angers, par l'abbé Choyer, Laîné frères, 1864.
  • René Berthier, Pierre Dhombre, Chanoine Auguste Pouplard, Yves Le Gall, Maurice Vigneron, Les martyrs d'Angers, 1793-1794, Univers Media, 1984.
  • Yves Daoudal, Guillaume Repin et ses quatre-vingt-dix-huit compagnons, DMM 1984.
  • André Merlaud, Les martyrs d'Angers 1793-1794 (préf. Jean Orchampt) Paris : Éd. SOS, 1984.
  • François-Constant Uzureau, Histoire du Champ des martyrs, Angers, Impr. Siraudeau, 1905, 227 p
  • Jean de Viguerie, « Les martyrs d’Angers » dans Histoire des saints et de la sainteté chrétienne, t. 9, Paris, Hachette, 1987, p. 155-162.
  • Guido Pettinati, I Santi canonizzati del giorno, vol. I, edizioni Segno, Udine 1991, pp. 125-132.

RéférencesModifier

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier