Ouvrir le menu principal

Coupe du monde de rugby à XV 1999

4e édition de la Coupe du Monde de rugby à XV
Coupe du monde
de rugby à XV 1999
Description de l'image Rugby World cup 1999.png.
Généralités
Sport Rugby à XV
Organisateur(s) IRB
Édition 4e
Lieu(x) Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Drapeau du pays de Galles Pays de Galles
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Irlande Irlande
Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Irlande du Nord
Drapeau de l'Écosse Écosse
Date -
Participants vingt équipes (phase finale)
63 équipes (éliminatoires)
Matchs joués 41 matches
Affluence 1 750 000[1] spectateurs
Site(s) Finale au Millennium Stadium, Cardiff
Site web officiel www.worldcupweb.com

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Australie Australie
Finaliste Drapeau : France France
Troisième Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud
Meilleur joueur Drapeau : Australie Tim Horan
Meilleur(s) marqueur(s) Drapeau : Nouvelle-Zélande Jonah Lomu (8 essais)
Meilleur réalisateur Drapeau : Argentine Gonzalo Quesada (102 pts)

Navigation

La Coupe du monde de rugby à XV 1999 (quatrième édition) se déroule du date au [2]. Elle se conclut par la victoire de l'Australie sur la France. Les matches de la poule A se déroulent en Écosse, ceux de la poule B en Angleterre, la poule C en France, la poule D au pays de Galles, enfin la poule E en Irlande.

La France crée la surprise en battant la Nouvelle-Zélande sur le score de 43 à 31 en demi-finale et en lui marquant quatre essais, une défaite exceptionnelle dans l'histoire des All Blacks. Elle affronte l'Australie en finale au Millenium Stadium de Cardiff qui s'impose 35 à 12 pour remporter un deuxième titre mondial après celui de 1991.

Sommaire

Préparation de l’événementModifier

Choix du pays organisateurModifier

Villes et stadesModifier

Ville Stade Capacité
  Londres Stade de Twickenham 82 000
  Saint-Denis Stade de France 81 000
  Cardiff Millennium Stadium 74 500
  Édimbourg Murrayfield Stadium 67 100
  Glasgow Hampden Park 52 063
  Dublin Lansdowne Road 49 000
  Lens Stade Félix-Bollaert 41 229
  Toulouse Stadium 35 575
  Bordeaux Parc Lescure 34 694
  Huddersfield McAlpine Stadium 24 500
  Leicester Welford Road Stadium 24 000
  Bristol Ashton Gate 21 500
  Béziers Stade de la Méditerranée 18 555
  Wrexham Racecourse Ground 15 500
  Limerick Thomond Park 15 100
  Belfast Ravenhill Stadium 12 300
  Llanelli Stradey Park 10 800
  Galashiels Netherdale 6 000

QualificationsModifier

Les qualifications à la phase finale concernent 63 nations qui s'affrontent dans différents tournois régionaux dans cinq continents et conclus pour la première fois par un tournoi de repêchage concernant sept pays.

Les équipes qualifiées :

Les acteursModifier

Phase finaleModifier

Premier tourModifier

Une victoire rapporte 3 points, un nul 2 points et une défaite 1 point (un forfait étant sanctionné par 0 point).

Poule AModifier

No  Pays Joués V N D PM PE Diff Pts
1   Afrique du Sud 3 3 0 0 132 35 97 9
2   Écosse 3 2 0 1 120 58 62 7
3   Uruguay 3 1 0 2 42 97 -55 5
4   Espagne 3 0 0 3 18 122 -104 3

Les six matches se jouent en Écosse :

Poule BModifier

No  Pays Joués V N D PM PE Diff Pts
1   Nouvelle-Zélande 3 3 0 0 176 28 148 9
2   Angleterre 3 2 0 1 184 47 137 7
3   Tonga 3 1 0 2 47 171 -124 5
4   Italie 3 0 0 3 35 196 -161 3

Les six matches sont accueillis en Angleterre :

Poule CModifier

No  Pays Joués V N D PM PE Diff Pts
1   France 3 3 0 0 108 52 56 9
2   Fidji 3 2 0 1 124 68 56 7
3   Canada 3 1 0 2 114 82 32 5
4   Namibie 3 0 0 3 42 186 -144 3

La poule C se déroule en France :

Poule DModifier

No  Pays Joués V N D PM PE Diff Pts
1   Galles 3 2 0 1 118 71 47 7
2   Argentine 3 2 0 1 93 51 42 7
3   Samoa 3 2 0 1 97 72 25 7
4   Japon 3 0 0 3 36 140 -104 3

Tous ces matches se jouent au pays de Galles :

Poule EModifier

No  Pays Joués V N D PM PE Diff Pts
1   Australie 3 3 0 0 135 31 104 9
2   Irlande 3 2 0 1 100 45 55 7
3   Roumanie 3 1 0 2 50 126 -76 5
4   États-Unis 3 0 0 3 52 135 -83 3

Poule se déroulant en Irlande :

BarragesModifier

Phase à élimination directeModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
  au Millennium Stadium, Cardiff       au Stade de Twickenham, Londres       au Millennium Stadium, Cardiff
   Australie  24
   Galles  9  
   Australie  27
  au Stade de France, Saint-Denis
     Afrique du Sud  21  
   Afrique du Sud  44
   Angleterre  21  
   Australie  35
 24 octobre 1999 à Lansdowne Road, Dublin
     France  12
   France  47
  au Stade de Twickenham, Londres
   Argentine  26  
   France  43
 24 octobre 1999 à Murrayfield, Édimbourg Troisième place
     Nouvelle-Zélande  31  
   Nouvelle-Zélande  30   au Millennium Stadium, Cardiff
   Écosse  18      Afrique du Sud  22
   Nouvelle-Zélande  18

Quarts de finaleModifier

  • Angleterre-Afrique du Sud

Ce match se distingue par les cinq drops réussis par le Sud-Africain Jamie De Beer qui marqua lors de ce match 34 des 44 points de son équipe. Au bout de la sixième tentative, De Beer retenta un drop qui fut contré par la défense anglaise. Celui-ci atterrit avec un rebond capricieux dans la zone d'essai anglaise et fut aplati. 44 à 21, le score ne bougera plus et l'Afrique du Sud se qualifie pour les demi-finales et pour être quelques jours plus tard battue par les futurs champions du monde australiens.

Demi-finalesModifier

  • France - Nouvelle Zélande

Ce match est aujourd'hui encore considéré comme l'une des plus belles performances du XV de France de rugby. Après un parcours quasi identique au cours de la compétition (quatre victoires en quatre matches pour les deux équipes, 206 points marqués pour les All Blacks et 155 pour la France), les deux équipes se retrouvent à Twickenham pour la seconde demi-finale, après celle remportée par les Australiens. Archi-favoris et forts de leur éclatante victoire du mois de juin précédent lors de la tournée des Français dans le Pacifique (54-7), les All Blacks tombent sur une équipe de France revancharde, solide, bien en place, qui ouvre le score après un coup de pied de Christophe Lamaison. Andrew Merthens, quant à lui touche, quelques minutes plus tard, le poteau après un coup de pied de près de cinquante mètres. Malgré tout, les All Blacks concrétisent grâce au pied de Merthens et prennent l'avantage 3 à 6. L'équipe de France se montre agressive et profite d'une percée fulgurante de Christophe Dominici pour mettre le feu dans la défense néo-zélandaise. Dominici est rattrapé in extremis par Christian Cullen, mais l'assaut s'organise, et sur un renversement de jeu orchestré par Fabien Galthié, Christophe Lamaison marque le premier essai du match entre les poteaux. L'équipe de France mène 10 à 6 au bout de vingt minutes de jeu. Merthens remet, deux minutes plus tard, les équipes à un point d'écart.

C'est après une chandelle très bien négociée par les Blacks que l'ailier Jonah Lomu marque l'un des essais les plus impressionnants de sa carrière. Sur une très bonne pression défensive des centres All Blacks, le jeu s'organise, et le ballon arrive dans les mains du géant qui, à près de trente mètres de l'en-but, écrase littéralement la défense tricolore. Il ne démolira pas moins de cinq Français sur son passage pour se créer un passage dans les 22 mètres. L’essai n'est pas transformé, la Nouvelle-Zélande mène 14 à 10. Malgré un essai français non accordé de manière discutable, après une course acharnée entre Olivier Magne et Philippe Bernat-Salles côté français ainsi que Jonah Lomu et Alama Ieremia côté All Blacks, à la demi-heure de jeu, les équipes continuent de se livrer un bataille sans merci. L'ouvreur néo-zélandais accentue l'avantage à une minute de la fin de la mi-temps, et permet à la Nouvelle-Zélande de mener 17 à 10 à la pause.

Le début de seconde période est difficile pour le XV de France qui encaisse un essai après cinq minutes seulement. Jonah Lomu, toujours lui, transperce la défense française et passe tous ses vis-à-vis. L'essai est transformé : 24 à 10 pour les All Blacks. À ce moment, beaucoup pensent que le match est plié et que la France ne reviendra pas au score. Mais en moins de dix minutes, l'ouvreur Français Christophe Lamaison enchaîne quatre réussites au pied (deux drops et deux pénalités) et ramène la France à deux points (22-24). D'autant plus que la machine bleue se met en marche ; sur un bon ballon proprement gratté au sol, Fabien Galthié envoie une chandelle au rebond capricieux que Christophe Dominici attrape à pleine vitesse. Essai français transformé : la France repasse devant, 29 à 24. Puis le pack français prend les affaires en main, et sur un ballon porté remarquable (près de vingt-cinq mètres de progression), le "bulldozer" s'effondre devant la ligne. Lamaison dose parfaitement un ballon au pied par-dessus la ligne de défense des Blacks, Richard Dourthe arrive une poignée de centièmes de secondes avant l'arrière Black et se jette sur le ballon. Troisième essai français, transformé par un Christophe Lamaison en forme : 36 à 24. À quinze minutes de la fin du match, les All Blacks se lancent à corps perdu à l'assaut, et perdent un ballon à l'entrée des 22 mètres tricolores. Il s'ensuit une course mémorable, après un coup de pied d'Olivier Magne, seul face au retour de Jeff Wilson et d'un troisième ligne néo-zélandais. Mais dans le dos de tout le monde, Philippe Bernat-Salles remonte les 80 mètres du terrain, rattrape et dépasse ses adversaires de l’hémisphère Sud, et scelle le sort de la Nouvelle-Zélande, après une course véritablement épique. Christophe Lamaison toujours aussi propre au pied transforme : 43 à 24.

En toute fin du match, les Néo-Zélandais sauvent l'honneur. Après de longues phases de jeu dans la zone française, c'est Jeff Wilson qui échappe à un plaquage et qui, du bout des crampons, s'arrache pour marquer entre les poteaux. L'essai est transformé et score ne bougera plus : France 43 - 31 Nouvelle-Zélande.

L'exploit est retentissant, et force le respect. Malgré cette performance remarquable, le XV de France échoue une nouvelle fois en finale face à l'Australie, une semaine plus tard, au Millenium Stadium de Cardiff.

Match pour la 3e placeModifier


20:00 UTC
Afrique du Sud   22 – 18
(12-16)
  Nouvelle-Zélande Millennium Stadium, Cardiff
50 000 spectateurs
Arbitre : Peter Marshall  
Pénalité(s) : 6
Mehrtens11e, 25e, 33e, 40e, 53e, 68e
Essai(s) : Paulse 27e
Transformation(s) : Honiball 28e
Pénalité(s) : 3
Honiball 17e, 38e, 47e
Drop(s) : 2
Montgomery 12e, 75e

FinaleModifier

Feuille de match
  Australie 35 – 12 France  

(mt : 12–6)

Millennium Stadium, Cardiff le à 15:00 UTC

Points marqués :

  • Australie
    Essais : 6
    Tune 66e
    Finegan 86e
    Transformations : 2
    Burke
    Pénalités : 7
    Burke 4e, 15e, 25e, 40e, 46e, 58e, 64e
  • France
    Pénalités : 4
    Lamaison 2e, 12e, 52e, 60e

Évolution du score : 0-3, 3-3, 3-6, 6-6, 9-6, 12-6, mt, 15-6, 15-9, 18-9, 18-12, 21-12, 28-12, 35-12

Arbitre : André Watson  

Spectateurs : 72 000

Résumé

Composition des équipes
Australie  

Titulaires
Matt Burke 15
Ben Tune 14
Dan Herbert 13
Tim Horan 12
Joe Roff 11
Stephen Larkham 10
George Gregan 9
Toutai Kefu 8
David John Wilson 7
Matthew Cockbain 6
John Eales 5
David Giffin 4
Andrew Blades 3
Michael Foley 2
Richard Harry 1
Remplaçants
Jeremy Paul 16
Dan Crowley 17
Owen Finegan 18
Mark Connors 19
Chris Whitaker 20
Nathan Grey 21
Jason Little 22
Entraîneur
Rod Macqueen  

  France

Titulaires
15 Xavier Garbajosa
14 Philippe Bernat-Salles
13 Richard Dourthe
12 Émile Ntamack
11 Christophe Dominici
10 Christophe Lamaison
9 Fabien Galthié
8 Christophe Juillet
7 Olivier Magne
6 Marc Lièvremont
5 Fabien Pelous
4 Abdelatif Benazzi
3 Franck Tournaire
2 Raphaël Ibañez
1 Cédric Soulette
Remplaçants
16 Marc Dal Maso
17 Pieter de Villiers
18 Olivier Brouzet
19 Arnaud Costes
20 Stéphane Castaignède
21 Stéphane Glas
22 Ugo Mola
Entraîneur
  Jean-Claude Skrela

StatistiquesModifier

Dix meilleurs buteurs (en % de réussite)Modifier

Meilleurs réalisateursModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les dix meilleurs réalisateurs de la Coupe du monde 1999 sont les suivants[3]:

Rang Joueur Équipe Matches Points Points par match Essais Transf. Buts de pénalité Drops
1 Gonzalo Quesada   Argentine 5 102 20,4 0 3 31 1
2 Matt Burke   Australie 6 101 16,8 2 17 19 0
3 Jannie de Beer   Afrique du Sud 5 97 19,4 0 17 15 6
4 Andrew Mehrtens   Nouvelle-Zélande 5 79 15,8 0 11 19 0
5 Jonny Wilkinson   Angleterre 4 69 17,2 1 8 16 0
6 Christophe Lamaison   France 6 65 13,0 1 9 12 2
7 Silao Leaega   Samoa 4 62 15,5 2 11 10 0
8 Neil Jenkins   Galles 4 57 14,2 0 12 11 0
9 Paul Grayson   Angleterre 4 54 13,5 0 12 10 0
10 Kenny Logan   Écosse 4 51 12,7 0 9 11 0

Meilleurs marqueurs d'essaisModifier

Meilleurs marqueurs de dropsModifier

Plus grand nombre de points en un matchModifier

  • 111 Angleterre/Tonga 101-10

Plus grand nombre de points en un match par une équipeModifier

  • 101 Nouvelle-Zélande/Italie 101-3, le 14 octobre à Hudderfield (Ang)
  • 101 Angleterre/Tonga 101-10, le 15 octobre à Londres

Plus grand nombre de points en un match par un joueurModifier

  • 36 Tony Brown (Nouvelle-Zélande) lors de Nouvelle-Zélande/Italie, le 14 octobre à Hudderfield (Ang)
  • 36 Paul Grayson (Angleterre) lors d'Angleterre/Tonga, le 15 octobre à Londres

Plus grand nombre d'essais en un match par une équipeModifier

  • 14 Nouvelle-Zélande lors de Nouvelle-Zélande/Italie, le 14 octobre à Hudderfield (Ang)

Plus grand nombre d'essais en un match par un joueurModifier

  • 4 Keith Wood (Irlande) lors de Irlande/États-Unis, le 2 octobre à Dublin

Plus grand nombre de transformations en un match par un joueurModifier

  • 12 Paul Grayson (Angleterre) lors d'Angleterre/Tonga, le 15 octobre à Londres

Plus grand nombre de transformations durant la compétitionModifier

Notes et référencesModifier

  1. http://www.self.gutenberg.org/article/whebn0000025406/rugby%20world%20cup
  2. (en) « RWC 1999 Results », sur www.rugbyworldcup.com, IRB (consulté le 15 septembre 2012)
  3. François Duboisset, La Coupe du monde 2003 RUGBY : Histoire, équipes, grands joueurs, règlements, , 154 p. (ISBN 2-7328-6813-2), p. 34

Liens externesModifier