Ouvrir le menu principal

Richard Dourthe

joueur français de rugby à XV
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dourthe.
Richard Dourthe
Description de cette image, également commentée ci-après
Richard Dourthe le .
Fiche d'identité
Naissance (44 ans)
à Dax (France)
Taille 1,88 m (6 2)
Poste centre
Carrière en junior
PériodeÉquipe 
US Dax
Carrière en senior
PériodeÉquipeM (Pts)a
19??-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2002
2002-2003
2003-2005
2005-2008
US Dax
Stade français Paris
US Dax
AS Béziers
CA Bègles-Bordeaux
Castres olympique
Aviron bayonnais
?? (??)
?? (??)
?? (??)
?? (??)
18 (230)[1]
44 (380)[1]
77 (745)[1]
Carrière en équipe nationale
PériodeÉquipeM (Pts)b
1995-2001Drapeau : France France31 (183)[2]
Carrière d'entraîneur
PériodeÉquipe 
2008-2009
2013-2015
Aviron bayonnais
US Dax

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 27 mars 2015.

Richard Dourthe, né le à Dax, est un joueur français de rugby à XV qui évolue au poste de centre. Il joue dans six clubs français et compte 31 capes internationales avec l'équipe de France, avant de se reconvertir entre autres en tant qu'entraîneur.

Sommaire

BiographieModifier

Carrière de joueur en clubModifier

Il a été formé à l'US Dax. Le groupe était très compétitif et a disputé plusieurs demi-finales du championnat. Malgré le départ des joueurs-clés comme Raphaël Ibañez, Olivier Magne ou Fabien Pelous, il est resté fidèle au club. Les résultats se sont dégradés et ont conduit inévitablement Dax à la descente, surtout par manque de moyens financiers.

Il poursuit ensuite sa carrière à Béziers, Bègles-Bordeaux, Castres. Il la termine à Bayonne en tant que capitaine.

Carrière internationaleModifier

C'est en 1995, lors de la première édition de la Coupe latine, compétition qui oppose les équipes d'Argentine de France, d'Italie et de Roumanie, qu'il obtient sa première cape internationale[3]. Celle-ci a lieu le contre la Roumanie. Il dispute une deuxième rencontre dans le cadre de cette compétition, face à l'Argentine. Il est également titularisé lors de deux rencontres face à la Nouvelle-Zélande, la première remportée 22 à 15 par les Français au Stadium de Toulouse, match où il inscrit son premier essai en équipe de France grâce à un contre sur un dégagement de Simon Culhane[4],[5]. La semaine suivante, au Parc des Princes, les All Blacks prennent leur revanche en s'imposant 37 à 12[5].

L'année suivante, il obtient sa première sélection dans le cadre du Tournoi, au Parc des Princes face à l'Angleterre, où il est associé au centre à Thomas Castaignède[6]. La France s'impose 15 à 12, première victoire française sur les Anglais depuis 1988[6]. Cependant, après avoir été accusée d'avoir volontairement marché sur la tête de Ben Clarke par la télévision britannique, il est suspendu 30 jours par la fédération française[6]. Il joue ensuite contre la Roumanie, puis participe à une tournée en Argentine où il obtient deux victoires, 34 à 27 puis 34 à 15, face aux Pumas, inscrivant un essai lors du premier test[7]. En septembre, il inscrit 20 points lors d'une rencontre face au pays de Galles, rencontre organisée en septembre pour honorer la fin de l'Arms Park[8]. En fin d'année, il participe aux deux tests face aux Springboks, deux défaites, inscrivant douze points lors de chacune de ces deux rencontres[9].

L'année suivante, il dispute une rencontre du tournoi, face aux Gallois où il sort après vingt minutes, blessé à l'épaule[10]. La France réalise lors de cette édition le Grand chelem. Il participe à une tournée qui le voir inscrire cinq points face à l'Australie à Sydney.

Il retrouve l'équipe de France en 1999, disputant deux rencontres, du tournoi, face à l'Irlande puis le pays de Galles. Après un match de préparation face à ce même adversaire, il dispute la coupe du monde. La France termine en tête de son groupe en remportant ses trois rencontres de poule, face au Canada, la Namibie et les Fidji, matchs où il inscrit respectivement 13, 17 et 10 points. La France, après une victoire 47 à 26 face à l'Argentine en quart de finale, affronte les All Blacks. Reprenant une passe au pied de Christophe Lamaison, il inscrit le troisième des quatre essais français qui s'imposent sur le score de 43 à 31[11]. La France s'incline ensuite en finale face aux Wallabies sur le score de 35 à 12, Lamaison inscrivant les douze points français[12].

L'année suivante, il dispute trois matchs du tournoi, désormais désigné sous le terme Tournoi des Six Nations avec l'introduction de l'Italie[13]. Il joue contre le pays de Galles, mais, souffrant, il est rapidement remplacé par David Venditti[14]. Pour le match face à l'Angleterre, après les forfaits successifs de Lamaison puis d'Alain Penaud, il est positionné au poste d'arrière, son poste de formation, par le nouveau sélectionneur Bernard Laporte, le choix initial de celui-ci à ce poste, Thomas Cataignède, étant lui repositionné à l'ouverture[15]. Les Anglais remportent ce match par 15 à 9, cinq pénalités de Jonny Wilkinson contre trois de Dourthe[16]. Forfait contre l'Écosse[17] puis contre l'Irlande[18], il dispute le dernier match face à l'Italie[19], inscrivant 17 points, quatre transformations et trois pénalités lors d'une victoire 42 à 31[20]. Il joue également une rencontre face à la Roumanie en mai. En novembre, ils affrontent les Wallabies puis la Nouvelle-Zélande, deux défaites, avant de remporter le deuxième match face aux All Blacks à Marseille.

Lors du tournoi 2001, il participe à deux rencontres, face à l'Écosse puis l'Irlande.

Reconversion en tant que manager et consultantModifier

 
Richard Dourthe et Jérôme Daret (à g. et à d.) entraînent conjointement l'US Dax d'avril 2013 à mars 2014.

Richard Dourthe devient directeur sportif de l'Aviron bayonnais après y avoir pris sa retraite de joueur. Il est licencié début novembre 2009[21].

Après une carrière de commentateur au sein des Spécialistes rugby de Canal+, il devient en 2013 manager de l'US Dax[22]. En mars 2015, avant la 22e journée de la saison 2014-2015, il est remercié par les instances du club avant la fin de son contrat de trois ans[23].

En août 2015, il retrouve un rôle de consultant au sein des chaines du groupe Canal+[24]. Durant la Coupe du monde de rugby à XV 2015, il est participe à l'émission Jour de Coupe du monde.

Il est par la suite recruté par le groupe Natixis en , en tant que directeur Invest Sport, au sein de la direction gestion de fortune de la Banque privée 1818[25].

EntraîneurModifier

Saison Équipe Division Poste Classement Coupe d'Europe Challenge européen
2008-2009 Aviron bayonnais   Top 14 Directeur sportif 7e - Éliminé en poule
2013-2014 US Dax   Pro D2 Manager 13e
2014-2015 US Dax   Pro D2 Manager 13e

PalmarèsModifier

En clubModifier

  • Coupe de la Ligue :

En équipe nationaleModifier

Richard Dourthe obtient 31 sélections avec l'équipe de France, toutes en tant que titulaire, entre son premier match disputé le face à la Roumanie et le contre l'Irlande. Il inscrit 163 points, trois essais, 32 pénalités et 36 transformations[2].

Il remporte un Grand chelem lors de l'édition 1997 du Tournoi. Il participe à cinq éditions, en 1996, 1997, 1999, 2000 et 2001, inscrivant 28 points, six pénalités, cinq transformations, en neuf rencontres[26].

Il participe à une édition de la coupe du monde, lors de l'édition de 1999 où il devient vice-champion du monde. Il dispute cinq rencontres, face au Canada, la Namibie, les Fidji, l'Argentine, la Nouvelle-Zélande et l'Australie[27].

FamilleModifier

Il est le fils de Claude Dourthe mais il n'a aucun lien de parenté avec Mathieu Dourthe.

Il est le beau-frère de Raphaël Ibañez[28] et Olivier Magne, qui ont tous les deux épousé ses sœurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le Challenge Sud Radio de la saison 2002-2003 a eu lieu en automne 2003 alors que la Coupe de la Ligue de la saison précédente avait eu lieu au printemps 2003.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Dourthe Richard », sur www.itsrugby.fr (consulté le 27 mars 2014)
  2. a b et c (en) « Richard Dourthe », sur www.espnscrum.com, ESPNscrum (consulté le 27 mars 2015)
  3. Garcia 2011, p. 856.
  4. Borthwick 2013, p. 184.
  5. a et b Garcia 2011, p. 857-858.
  6. a b et c Garcia 2011, p. 859.
  7. Garcia 2011, p. 1099.
  8. Garcia 2011, p. 864-865.
  9. Garcia 2011, p. 1099-1100.
  10. Garcia 2011, p. 865.
  11. Borthwick 2013, p. 200-207.
  12. Garcia 2011, p. 887-888.
  13. Garcia 2011, p. 889.
  14. Blandine Hennion, « RUGBY. Le XV de France a usé une équipe galloise émoussée. Bleus perçants. », sur liberation.fr, .
  15. « C'est la grande finale », sur ladepeche.fr, .
  16. Blandine Hennion, « Rugby. L'Angleterre bat les Bleus au Tournoi des six nations. Saint-denis morne plaine. », sur liberation.fr, .
  17. « Richard Dourthe forfait. », sur liberation.fr, .
  18. Blandine Hennion, « RUGBY. Manque de récupération mais aussi de préparation. Résultat: huit forfaits face à l'Irlande dimanche. Les maux bleus. », sur liberation.fr, .
  19. Garcia 2011, p. 891.
  20. Garcia 2011, p. 1109.
  21. « Bayonne: Dourthe licencié », sur www.france-info.fr, (consulté le 8 novembre 2009).
  22. Benjamin Ferret, « Avant Auch - Dax : « C’est Richard le patron » », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 7 janvier 2015).
  23. Benjamin Ferret, « Richard Dourthe à l'US Dax, c'est terminé », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 27 mars 2015).
  24. « La reprise des Spécialistes rugby », sur communiques.presse.canalplusgroup.com (consulté le 26 octobre 2015).
  25. Benjamin Ferret, « Natixis recrute Richard Dourthe », sur www.sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 11 novembre 2017).
  26. (en) « Richard Dourthe : Five/Six Nations », sur espn.co.uk (consulté le 26 octobre 2015).
  27. (en) « Richard Dourthe : IRB Rugby World Cup », sur espn.co.uk (consulté le 26 octobre 2015).
  28. Matthieu Le Chevallier, « L'émotion de Sandra Ibañez », sur www.leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 26 mai 2015)

BibliographieModifier

  • Ian Borthwick, France All Blacks : La légende continue, Au vent des iles, , 486 p. (ISBN 9782367341408)
  • Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, , 1164 p. (ISBN 9782732445281)

Liens externesModifier