Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gévaudan (homonymie).
parti, au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or, au second aussi d'or aux quatre pals de gueules : ancien blason du Gévaudan, formé de l'écu de Saint-Louis et de celui des rois d'Aragon

Le comté du Gévaudan est une ancienne principauté féodale qui couvre l'ancien territoire de la tribu gauloise des Gabales.

Sommaire

PrésentationModifier

Le processus de féodalisation et la transmission du comté à des héritiers de plus en plus lointains, finalement le roi d’Aragon, aboutit à la réduction de l’autorité réelle du comte à quelques seigneuries autour de Grèzes (Lozère). Dans le même temps, l’évêque de Mende Aldebert III du Tournel se rend le seul maître de Mende et prête hommage en 1161 au roi de France Louis VII pour l’ensemble du Gévaudan.

Lorsque Saint-Louis achète en 1258 au roi d'Aragon Jacques Ier ses droits sur le comté, se pose la question de définir les pouvoirs respectifs du roi de France et de l’évêque de Mende. L’acte de paréage conclu en 1307 entre Philippe Le Bel et Guillaume VI Durand attribue finalement le titre de comte à l’évêque mais partage les droits attachés au titre entre l’évêque et le roi, dont les représentants s'établissent à Marvejols.

Cet accord assure jusqu'à la révolution au Gévaudan le statut d'une principauté ecclésiastique, comme c'est le cas également pour les comtés voisins du Velay et de Viviers (Vivarais).

Les évêques doivent encore soumettre à leur autorité les huit principales Baronnies du Gévaudan :

Ainsi que les seigneuries ecclésiastiques (Langogne, Sainte-Enimie).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier