Ouvrir le menu principal
Ne doit pas être confondu avec Ruthènes.

Rutènes
Ethnie Celtes
Langue(s) Gaulois
Religion Celtique
Villes principales Segodunum
(en gaulois Segdunon)
Région actuelle Aveyron
Tarn
Rois/monarques Attalos
Tatinos

Les Rutènes - latin Ruteni - sont un peuple de la Gaule celtique du sud du Massif central. Leur territoire s'étendait sensiblement sur les actuels départements du Tarn et de l'Aveyron, délimité par le plateau de l'Aubrac au nord et les confins de la Montagne Noire au sud. Les Rutènes ont donné leur nom à la ville de Rodez.

Sommaire

Un peuple celte au sud du Massif centralModifier

 
carte des peuples gaulois
(cliquer pour agrandir)

L'origine des Rutènes est mal connue, peut-être viennent-ils du sud de l'Allemagne. Des continuités importantes s'observent sur leur territoire depuis au moins le premier âge du fer (VIe siècle av. J.-C.). En extrapolant le poète Lucain, on comprend souvent leur nom comme voulant dire « Les blonds », mais selon Jean-Marie Pailler il pourrait se rapporter à la présence chez eux de nombreuses rivières[1]. Leur territoire unissait les basses terres de l'Albigeois aux hautes terres du Rouergue. Il englobait les massifs, les plateaux et les plaines qu'échancrent profondément le Lot, l'Aveyron et le Tarn. La définition précise des limites de ce territoire est cependant discutée, compliquée par la division entre rutènes libres et rutènes provinciaux après la conquête romaine de 125-121 av. J.-C.[2]. Au milieu du Ier siècle av. J.-C. ce peuple était sous l'autorité de rois ou de chefs qui faisaient figurer leur nom sur les monnaies de bronze : Attalos et Tatinos.

HistoireModifier

 
Inscription latine trouvée à Rodez commémorant le don de siège pour le sénat local par un prêtre du culte impérial (époque augustéenne)

Ils sont mentionnés pour la première fois par Cicéron en 69 av. J.-C.[3], mais on sait par Strabon[4] qu'auparavant ils se trouvaient dans la clientèle des Arvernes.

Avec les Arvernes, ils sont vaincus par Quintus Fabius Maximus à la bataille que l'on situe au nord de Valence (Sept-Chemins) en 121 av. J.-C. Les Arvernes, et une partie des Rutènes conserve néanmoins son indépendance[5]. Dans son récit de la Guerre des Gaules, César les cite plusieurs fois. Lors du grand soulèvement de 52 av. J.-C., Vercingétorix envoie chez les Rutènes le cadurque Lucterius pour les rallier à sa cause[6]. Ceux-ci constituent dès lors avec les Arvernes, Gabales, Cadurques et Nitiobroges une menace pour la Province[7].

Les Rutènes apparaissent comme un peuple indépendant. Contrairement à leurs voisins, Cadurques, Gabales et Vellaves, ils semblent n'être plus alors clients des Arvernes. Ils envoient 12 000 hommes pour dégager Alésia[8]. Après sa victoire, César dut installer chez eux une légion commandée par le légat Caius Caninius Rebilus[9]. Lucain évoquera dans la Pharsale la longue occupation que subirent les "blonds Rutènes". D'autres auteurs classiques mentionnent les Rutènes : Pline l'Ancien, Strabon, Ptolémée (lequel cite leur chef-lieu, Segdunon, latinisé en Segodunum).

Le territoire rutène a livré une importante contribution à l'épigraphie celtique : les graffites gallo-latins de la Graufesenque, les plombs de Mas-Marcou et de L'Hospitalet-du-Larzac. L'épigraphie latine y est relativement réduite, elle témoigne d'une pratique précoce du culte impérial - dès l'époque d'Auguste - et d'une romanisation rapide des institutions et du cadre urbain de la cité[10].

Premier choc avec RomeModifier

En 121 av. J.-C., devant l'intrusion romaine en Gaule, les Allobroges appellent à l'aide le roi des Arvernes Bituitos. Parmi ses clients, les Rutènes participent à la bataille d'août au confluent du Rhône et de l'Isère[11]. Malgré une supposée supériorité numérique, les Gaulois sont écrasés par les légions de Q. Fabius Maximus et Gn. Domitius Ahénobarbus. Cette défaite marque territorialement le peuple rutène puisqu'elle crée une scission entre rutènes "libres" et rutènes "provinciaux", qui sont intégrés à la Narbonnaise. La frontière entre les 2 provinces n'a pas bougé depuis et est aujourd'hui encore la frontière entre les départements du Tarn et de l'Aveyron.

Les Rutènes provinciauxModifier

 
Les Rutènes, au sud-est de la carte, sur la Table de Peutinger (XVIe s.).

Explicitement opposés aux Ruteni, les Ruteni Provinciales sont mentionnés une seule fois par César qui, pour contrer la menace de Lucterius, place des garnisons in Rutenis Provincialibus[12]. Alexandre Albenque situe la division du territoire rutène entre 120 et 59 av. J.-C. sur un territoire correspondant à celui du diocèse d'Albi[13]. Selon André Soutou la zone d'installation des Ruteni Provinciales se trouverait au sud du Tarn (rivière)[14].

Les Rutènes font partie des peuples gaulois placés sous l'autorité de M. Fonteius, lieutenant de Pompée, probablement de 74 à 72. Les troupes de Pompée hivernent en Gaule narbonnaise pendant la guerre de Sertorius. En 69, les Rutènes, aux côtés des Allobroges, des Voconces et peut-être d'autres civitates, déposent une plainte à Rome contre leur gouverneur accusé de concussion et d'abus de pouvoir. Cet épisode est connu par le discours de Cicéron, Pro Fonteio, prononcé pour la défense de celui-ci. L'orateur résume alors la situation de ces peuples[15] :

« Quant aux autres que des guerres considérables et répétées avaient mis pour toujours dans l’obéissance du peuple romain, il en a exigé une nombreuse cavalerie pour les guerres que le peuple romain menait alors dans l’univers entier, de grosses sommes d’argent pour la solde de ces troupes, une grande quantité de blé pour soutenir la guerre d’Espagne[16]. »

Indépendamment des hypothèses de datations ou de localisations, il semble à l'heure actuelle acquis que le territoire Rutène ait été réunifié après la conquête de César, puis incorporé à l'Aquitaine par Auguste.[réf. nécessaire]

Les Rutènes à travers l'archéologieModifier

L'occupation du solModifier

La culture matérielleModifier

 
Drachme “au sanglier” frappé par les Rutènes. Date : IIe-Ier siècle av. J.-C.

Les Rutènes abritèrent un des plus importants centre de production de céramique sigillée, le site de La Graufesenque (Condatomagus).

L'expression religieuseModifier

  • Un culte des eaux au Lac de Saint-Andéol, ayant été l'objet d'une chronique de Grégoire de Tours et confirmé par l'archéologie, permet d'y envisager la localisation d'un sanctuaire probablement confédéral[17]. La découverte de statuaires (en pierre et en bois) participant à la sphère religieuse venant conforter cette hypothèse.

Les oppidaModifier

  • Assez récemment, un autre oppidum (du milieu du Ier siècle av. J.-C.) a été découvert dans la forêt des Palanges, près de Laissac, au lieu-dit Montmerlhe. Selon certains archéologues, ce site serait la véritable place-forte des Rutènes.
  • À Rodez, aujourd'hui, on trouve peu de traces de la Segodunum gauloise, les restes éventuels ayant été recouverts et détruits au fil des siècles.
  • Près du village de Goutrens, a été mis au jour (en 1867) un enfouissement (votif ?) contenant près de 20 000 pièces de monnaie (malheureusement, la plupart ont été fondues). Sur certaines, on peut aisément lire « Tatinos », sûrement l'effigie d'un chef rutène. D'autres informations au sujet des Rutènes sont présentées au Musée Fenaille de Rodez.
  • Du côté de Millau, sur le plateau du Larzac, on a également découvert des plaques de plomb portant des inscriptions en langue gauloise. Il s'agit peut être d'invocations rituelles de sorcières.
  • Des traces d'installations rutènes ont été retrouvées, dans le Tarn, autour de Puylaurens et près de Sorèze.

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • Alexandre Albenque (préf. André Aymard), Les Rutènes : études d'histoire, d'archéologie et de toponymie gallo-romaines, Rodez, P. Carrere, , 339 p., cartes, ill. ; 25 cm (notice BnF no FRBNF37394724) (Lire le compte-rendu de Jacques Heurgon dans la RBPH.)
  • Gérard Cholvy (Directeur de publication) et Henri Enjalbert (Directeur de publication), Histoire du Rouergue : Éd. mise à jour, Toulouse, Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », , 512 p., ill., couv. ill. en coul. ; 23 cm (ISBN 2-7089-1689-0, ISSN 0768-4258, notice BnF no FRBNF34955682)

NotesModifier

  1. J.-M. Pailler, « Les Rutènes, peuple des eaux vives », Pallas, 76, 2008, p. 341-352
  2. P. Gruat, L. Izac-Imbert, « Le territoire des Rutènes : fonctionnement et dynamique territoriales aux deux derniers siècles avant notre ère», dans D. Garcia et F. Verdin dir., Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d'Europe occidentale, Errance, Paris, 2002, pp. 66-87
  3. Pro Fonteio III, 4.
  4. Strabon (IV, 2, 3)
  5. Bellum Gallicum I, 45.
  6. Bellum Gallicum, VII, 5 ; VII, 7.Clients des Arvernes, les Cadurques ont joué le rôle d'intermédiaires entre leurs voisins Rutènes et la cité de Vercingétorix.
  7. Bellum Gallicum,VII, 7 ; VII, 64.
  8. , soit autant que les Séquanes, Sénons, Bituriges, Santons, et Carnutes.
  9. Bellum Gallicum, VII, 90.
  10. AE 1994, 1215
  11. Bataille du confluent
  12. Bellum Gallicum, VII, 7. , César .
  13. A. Albenque, Les Rutènes, 1948, Rodez)
  14. A.Soutou, Approches du problème des Rutènes Provinciaux, 1974.)
  15. Gérard Chouquer, La situation de la Gaule transalpine d’après le Pro Fonteio de Cicéron, 69 av. J.-C., Formes du Foncier, Août 2014.
  16. Cicéron, Pro Fonteio, VI.13, cité par Gérard Chouquer, La situation de la Gaule transalpine d’après le Pro Fonteio de Cicéron, 69 av. J.-C., Formes du Foncier, Août 2014.
  17. La situation géographique et topographique du lac correspond à l'intersection de frontières entre trois peuples (Rutènes, Gabales et Arvernes) ; actuellement entre trois départements (l'Aveyron, la Lozère, et le Cantal) et trois régions (le Midi-Pyrénées, le Languedoc-Roussillon et l'Auvergne).

Articles connexesModifier