Lou Tresor dóu Felibrige

Frontispice de l'ouvrage.
Première page de l'ouvrage.

Lou Tresor dóu Felibrige (littéralement Le Trésor du Félibrige ; Lo Tresaur dau Felibritge en norme classique[1]) est un dictionnaire français/occitan du XIXe siècle. Il est composé par l'écrivain de langue occitane et prix Nobel de littérature Frédéric Mistral. Loin d'être centré sur le dialecte provençal, il regroupe l'intégralité de la langue occitane sous l’appellation « langue provençale » alors usitée au XIXe siècle[2].

DescriptionModifier

 
Dialectes de la langue provençale ou langue d'oc selon Frédéric Mistral dans le Trésor du Félibrige.

Même si composé en Provence, une de ses particularités et qu'il inclut tous les dialectes de l'occitan : du provençal au limousin et du gascon à l'auvergnat[3]. Il a ainsi pour sous-titre : « Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne ». Il s'inspire de bien des auteurs des différents territoires où l'on parle l'occitan et mentionne un grand nombre d'écrivains dans cette langue sur plusieurs siècles, du Moyen Age (ex. Boecis, un des tous premiers texte en occitan rédigé à Limoges au début du XIe siècle) à ses propres contemporains.

Ce dictionnaire mentionne pour chaque mot (transcrit selon la norme mistralienne) les différentes variantes dialectales, ou sub dialectale, et donne en plus leur équivalent dans un grand nombre de langues romanes. Il a depuis été rapidement retranscrit en graphie classique.

Frédéric Mistral commence l'écriture du Trésor en 1878. François Vidal prend une large part à sa composition, mais surtout, c’est lui qui assurera la correction des épreuves. Cet immense ouvrage en deux tomes, comprenant plus de 2 370 pages, est à l'origine publié en souscription, sous la forme de brochures. Le premier fascicule sort en février 1879 et la lettre T sera terminée en mars 1886[4]. L'ouvrage terminé sortira, après sept années de travail, de l'imprimerie aixoise Remondet-Aubin, en août 1886.

Lors de l'inauguration, à l'occasion du centenaire de la naissance du poète en 1930 en présence de la veuve du chantre de la Provence, du monument qu'il a réalisé pour la ville de Cannes à la gloire du maître de Maillane, Victor Tuby accepte, à la demande des nombreux félibres présents, de prendre en charge la réédition du Tresor dóu Felibrige[5],[6].

Article connexeModifier

RéférencesModifier

  1. Domergue Sumien, La standardisation pluricentrique de l’occitan: Nouvel enjeu sociolinguistique, développement du lexique et de la morphologie, Turnhout, Brepols, coll. « Publications de l'Association Internationale d'Etudes Occitanes », , 514 p. (ISBN 978-2-503-51989-0, lire en ligne)
  2. Danièle Dossetto, « La langue comme clé mais d’autres clefs que la langue : douze ans de recompositions mistraliennes en Provence‑Alpes‑Côte‑d’Azur », Lengas - revue de sociolinguistique, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée (Université Paul-Valéry), vol. 72 « Aspects idéologiques des débats linguistiques en Provence et ailleurs »,‎ , p. 51-82 (ISSN 2271-5703, lire en ligne)
  3. Marcelle d'Herde-Heiliger, Frédéric Mistral et les écrivains occitans dans le Trésor du Félibrige, Pau, Association Internationale d'Etudes Occitanes, , 416 p. (ISBN 2-907673-09-2, lire en ligne), p. 278
  4. [PDF] Correspondances Gaut/Mistral sur le site du Centre international de l'écrit en langue d'oc, cieldoc.com ; p. 105 et 129 à 150.
  5. « Qui est Victor Tuby ? », sur Les Vies de Saint-Tropez
  6. (oc) Frédéric Mistral et Victor Tuby (dir.), Lou Tresor dóu Felibrige ou dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne, vol. Tome 1, partie 1, A-Coum. ; Tome 1, partie 2, Coum.-F ; Tome 2, partie 1, G-Pous. ; Tome 2, partie 2, Pous.-Z. Reproduction en fac-similé de l'édition de Paris : Delagrave, 1932, Genève ; Paris, Slatkine éd. de l'Unicorne, (ISBN 2-05-100605-9, notice BnF no FRBNF37386890)

Liens externesModifier