Villefort (Lozère)

commune française du département de la Lozère

Villefort
Villefort (Lozère)
Le barrage de Villefort.
Blason de Villefort
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes Mont Lozère
Maire
Mandat
Alain Lafont
2020-2026
Code postal 48800
Code commune 48198
Démographie
Gentilé Villefortais
Population
municipale
548 hab. (2017 en diminution de 8,82 % par rapport à 2012)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 25″ nord, 3° 55′ 58″ est
Altitude Min. 509 m
Max. 960 m
Superficie 7,35 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Étienne-du-Valdonnez
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Villefort
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Villefort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villefort
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villefort
Liens
Site web www.mairievillefort.com

Villefort est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Villefortais.

GéographieModifier

Villefort, à l'entrée des gorges de l'Altier, est un calme centre de villégiature des Cévennes lozériennes. Il se situe sur l'ancien chemin de Regordane, au pied du mont Lozère, fief des Châteauneuf de Randon puis des barons du Tournel. Village très touristique durant la période estivale, Villefort est dans la zone périphérique du parc national des Cévennes.

Villefort est la commune de France métropolitaine à la plus forte pluviométrie, celle-ci dépassant 2 000 mm l'an.

La rivière Altier traverse la commune de Villefort. Le barrage de l'Altier, situé sur la commune, a créé le lac de Villefort dont une branche va vers le nord sur la commune de Pourcharesses, et l'autre branche remonte l'Altier vers l'ouest, également sur la commune de Pourcharesses.

Communes limitrophesModifier

TransportsModifier

La commune est desservie par le rail par une gare, sur la ligne de Clermont-Ferrand à Nîmes (où passe notamment le train Cévenol). Elle est ainsi directement reliée à Nîmes, Clermont-Ferrand et Alès.

Depuis Paris et Marseille, une correspondance est nécessaire à Nîmes.

ToponymieModifier

Vilafòrt en occitan.

De l'occitan vila et de l'adjectif féminin semblable au masculin, fôrt « fortifié, facile à défendre »[2].

HistoireModifier

Villefort fut un lieu de passage important, durement disputé au cours des guerres de religion. À la Révolution, Villefort rejoint le territoire de l'ancien Gévaudan pour fonder l'actuelle Lozère. Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

Dans les années 1960 (1964), la construction du barrage de Bayard apporta à la commune une prospérité nouvelle. La construction du barrage de Villefort fut cependant douloureuse : en effet, le village voisin de Bayard fut démoli avant d'être englouti par les flots de l'Altier.

Le , le militant anarchiste Pierre Conty braque l'agence bancaire Crédit agricole à Villefort, raflant 40 000 francs français (22 000  en 2017)[3] avec deux complices. Leur équipée est surnommée « Les tueurs fous de l'Ardèche ». Dans sa fuite en voiture, Pierre Conty tue trois personnes qui se sont trouvées sur son chemin, d'abord le gendarme Dany Luczac (21 ans) croisé dans une estafette puis une famille de Pont-de-Labeaume en tuant Cyprien Malosse (21 ans) et son père Roland (54 ans) pour voler leur voiture[4],[5].

Depuis le la région Languedoc-Roussillon, à laquelle appartient la Lozère, a fusionné avec la région Midi-Pyrénées. L'ensemble est devenu la nouvelle région Occitanie.

Politique et administrationModifier

Liste des maires de Villefort depuis 2001
Période Identité Étiquette Qualité
2001 mars 2014 Jean-Luc Jean DVG  
mars 2014 novembre 2016
(Démission)
Florence Lepetit[7]    
novembre 2016 En cours
(au 1er juin 2020)
Alain Lafont[8]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 548 habitants[Note 1], en diminution de 8,82 % par rapport à 2012 (Lozère : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2571 2711 3941 2851 5161 6401 6251 5661 674
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5381 5391 9431 6381 5351 4551 4181 4621 201
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1391 1111 107923908906935868882
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 505946785791700620639598549
2017 - - - - - - - -
548--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (39,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (27 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 24,2 %, plus de 60 ans = 33,4 %) ;
  • 52,1 % de femmes (0 à 14 ans = 9,9 %, 15 à 29 ans = 8,7 %, 30 à 44 ans = 15,9 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 44,7 %).
Pyramide des âges à Villefort en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,0 
90  ans ou +
5,7 
12,8 
75 à 89 ans
19,2 
18,6 
60 à 74 ans
19,8 
24,2 
45 à 59 ans
20,7 
16,7 
30 à 44 ans
15,9 
12,4 
15 à 29 ans
8,7 
13,4 
0 à 14 ans
9,9 
Pyramide des âges du département de la Lozère en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
8,3 
75 à 89 ans
11,9 
15,3 
60 à 74 ans
16,0 
22,6 
45 à 59 ans
20,9 
20,1 
30 à 44 ans
19,2 
16,5 
15 à 29 ans
14,8 
16,5 
0 à 14 ans
15,2 

SantéModifier

CulteModifier

Villefort dispose de l'église Saint-Victorin.

EnseignementModifier

La commune administre une école maternelle et élémentaire publique. Le département gère un collège.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
La chapelle Saint-Loup.
 
L'église paroissiale Saint-Victorin.
  • Le barrage et retenue de Bayard sur l'Altier : d'une superficie de 127 hectares et d'une capacité de 37 millions de m3, il alimente l'usine hydroélectrique de Pied-de-Borne.
  • Le viaduc ferroviaire sur l'Altier conçu par l'ingénieur Charles Dombre.
  • Le château de Castanet, à la pointe du lac sur la route de Mende.
  • Le belvédère du Chassezac, à la Garde-Guérin, sur la route de Langogne.
  • La chapelle Saint-Loup du XVIIe siècle.
  • L'église paroissiale Saint-Victorin (XIXe siècle).
  • Le village du Pouget, à 3 km en direction du Mas de la Barque.
  • Maison gothique.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Le blasonnement de Villefort est : d'azur au huchet contourné d'argent, lié et enguiché de gueules, accompagné de trois molettes d'or.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Isabelle Darnas, Marie-Sylvie Grandjouan, Canton de Villefort (Lozère), Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Languedoc Roussillon, , 40 p. (ISBN 2-905671-02-5)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1432, (ISBN 2600028846).
  3. Dominique Richard, « 40 ans après, le tueur fou de l’Ardèche est toujours introuvable », sur sudouest.fr, .
  4. Philippe Boggio, « Le " hippy " introuvable », sur lemonde.fr, .
  5. Georges Bourquard, « Le fantôme de Pierre Conty », sur ledauphine.com, .
  6. D'après FranceGenWeb.org
  7. « Lozère : Florence Lepetit, maire de Villefort, officialise sa démission », sur Midi Libre, (consulté le 1er juin 2020)
  8. « Le conseil municipal est en place ; Alain Lafont en reprend la tête », sur Midi Libre, (consulté le 1er juin 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. « Évolution et structure de la population à Villefort en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Lozère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 février 2011)