Châteauneuf-de-Randon

commune française du département de la Lozère

Châteauneuf-de-Randon
Châteauneuf-de-Randon
Vue générale de Châteauneuf-de-Randon.
Blason de Châteauneuf-de-Randon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes Randon - Margeride
Maire
Mandat
Bruno Durand
2014-2020
Code postal 48170
Code commune 48043
Démographie
Population
municipale
550 hab. (2017 en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 29″ nord, 3° 40′ 34″ est
Altitude Min. 1 116 m
Max. 1 339 m
Superficie 24,49 km2
Élections
Départementales Canton de Grandrieu
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Châteauneuf-de-Randon
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Châteauneuf-de-Randon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-de-Randon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-de-Randon

Châteauneuf-de-Randon est une commune française située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Castelrandonnais.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Chateauneuf-de-Randon est une commune située à l'entrée de la montagne de la Margeride, en Haut-Gévaudan, à 20 km de Langogne, 29 km de Mende et environ 220 km de Montpellier.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Châteauneuf-de-Randon[1]
Saint-Jean-la-Fouillouse Pierrefiche
Arzenc-de-Randon   Chaudeyrac
Laubert Montbel

HydrographieModifier

Le village est traversé plus au nord par la rivière du Chapeauroux.

ToponymieModifier

Le nom de la commune est Chastèlnòu (de Randon) en occitan selon la norme classique.

HistoireModifier

Village gallo-romainModifier

Bien avant de devenir un château, le promontoire abritait un village gallo-romain.

Création de ChâteauneufModifier

Place forte médiévale bâtie par les Randon sur la route de Mende vers 1150, elle est la seconde résidence des barons de Randon après avoir déménagé du château de Puech David (près d'Estables). La baronnie dominait toute cette partie de la Margeride, barrée au nord-est par les Peyres, avec qui les querelles ont été fréquentes, et par les Mercœur et au sud par les barons du Tournel. Sous la protection des Randon se trouvait donc toute la plaine de Montbel et la forêt de Mercoire qui sont visibles depuis le promontoire.

Guerre de Cent Ans, prise de Châteuneuf par du GuesclinModifier

 
Bataille de Châteauneuf-Randon, mort de du Guesclin

Lors de la guerre de Cent Ans, le connétable de France, Bertrand Du Guesclin, fut chargé par le roi Charles V de libérer le Gévaudan de l'occupation anglaise. Châteauneuf-de-Randon était alors l'un des nombreux châteaux de la région détenus par les Anglais et le refuge de nombreux pilleurs qui s'attaquaient aux pays du Velay.

 
Le blason de du Guesclin.

On estime que c'est vers fin juin qu'il arrive vers le château[2]. Commence alors le siège devant la forteresse de Châteauneuf. Vraisemblablement, les troupes de Du Guesclin étaient parvenues à encercler la citadelle, le camp principal se situant vers le lieu-dit de l'Habitarelle.

Sous la chaleur du mois de juillet 1380, une trêve est accordée aux assiégés, en échange de quoi ils promirent de se rendre s'ils nétaient pas secourus[2]. Mais Du Guesclin tomba malade et mourut. Les Anglais firent leur reddition devant la dépouille de du Guesclin

L'expansion du village, la disparition du châteauModifier

La citadelle de Châteauneuf était vraisemblablement en forme de losange, les angles étant situés pour l'un au niveau du calvaire, un autre étant le donjon de la Tour des Anglais, au sud vers l'entrée de la citadelle et à l'est en opposition avec la tour. Elle servit aux XVe et XVIe siècles de refuge pour les habitants alentour en cas de mauvaise période. C'est à ce moment-là que Châteauneuf a alors englobé les lieux-dits à son pied : l'Habitarelle et les Combettes Planes entre autres. Vers 1632, le roi Louis XIII ordonne que l'on démantèle les châteaux de Luc, Grèzes et Châteauneuf. On utilisera les restes du château pour construire l'église du village et une partie des habitations.

HéraldiqueModifier

Le blasonnement de Châteauneuf-de-Randon est : d'or à trois pals d'azur, au chef de gueules ; à l'écusson d'argent en abîme, chargé d'une aigle bicéphale de sable, becquée et membrée de gueules, et d'une cotice du même brochant.

Sans l'écusson, il s'agit du blasonnement de la baronnie de Randon. L'écusson étant le blason de Du Guesclin.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires de Châteauneuf-de-Randon
Période Identité Étiquette Qualité
1962 octobre 2000
(décès)
Adrien Durand UDF Député (1981-93)[3]
2001 2014 Pierre Bessière SE  
2014 En cours Bruno Durand DVD Conseiller départemental

IntercommunalitésModifier

Châteauneuf-de-Randon est le siège de la communauté de communes du canton de Châteauneuf-de-Randon qui regroupe les huit communes du canton. Créée le , elle est actuellement présidée par Hubert Libourel, maire de Chaudeyrac.

Découpage administratifModifier

La ville est le chef-lieu du Canton de Châteauneuf-de-Randon qui appartient à l'arrondissement de Mende.

Conseiller général Canton Code cantonal Population (1999) Communes
Michel Pironon Châteauneuf-de-Randon 48 06 1 632 hab. 8
Châteauneuf-de-Randon

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2017, la commune comptait 550 habitants[Note 1], en augmentation de 1,1 % par rapport à 2012 (Lozère : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450498602538607590608629658
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5021 4651 391896708733768733731
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
844794703643647587553508427
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
405403504541536532504520566
2017 - - - - - - - -
550--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Bâtiments et lieux publics remarquablesModifier

 
La Tour des Anglais.
  • La tour dite Tour des Anglais, vestige de la citadelle de Châteauneuf-de-Randon.

Bâtiments religieuxModifier

 
L'église.
  • Église Saint-Étienne du XIXe siècle.
  • Calvaire situé à l'emplacement du donjon principal et tour de guet de la citadelle (au nord), avec une vue magnifique et panoramique.

MuséesModifier

  • Le musée Du Guesclin, sur la place du village, retraçant la vie de ce grand guerrier au service Charles V.
  • À proximité, « la Toison d'or », ferme découverte et musée vivant sur les animaux à fourrure.

AutresModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, p. 792-795
  3. Fiche d'Adrien Durand sur le site de l'Assemblée nationale
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. carte postale

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier