Banassac

ancienne commune française du département de la Lozère

Banassac
Banassac
Le centre de la commune.
Blason de Banassac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton La Canourgue
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac-Lot-Causse
Code postal 48500
Code commune 48017
Démographie
Population 872 hab. (2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 26′ 13″ nord, 3° 12′ 03″ est
Altitude Min. 504 m
Max. 927 m
Superficie 17,41 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Banassac-Canilhac
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
Voir sur la carte administrative du Languedoc-Roussillon
City locator 15.svg
Banassac
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 15.svg
Banassac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Banassac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Banassac

Banassac est une ancienne commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie, intégrée, le , dans la commune nouvelle de Banassac-Canilhac par fusion simple[1].

Banassac fait partie du parc naturel régional de l'Aubrac.

Ses habitants sont appelés les Banassacois.

GéographieModifier

SituationModifier

Rodez est à 67 km à l'ouest[2].

Banassac est dans le parc naturel régional de l'Aubrac, en limite sud-est (ce parc est prolongé au sud par le parc naturel régional des Grands Causses)[3],[2]. Le parc national des Cévennes est à 50 km au sud-est[3],[2].

Les gorges du Tarn sont à 20 km au sud-est[3],[2].

Réseau routierModifier

L'autoroute A75 (« la Méridienne ») traverse la commune dans le sens nord-sud. L'entrée-sortie no 40 se trouve sur la commune. La D988 part vers l'ouest et vers Bozouls[3].

HydrographieModifier

Banassac est située au confluent de l'Urugne (venant du sud-est) et du Lot. Le ruisseau de Saint-Saturnin, venant du sud, conflue avec l'Urugne 160 m avant la confluence de l'Urugne avec le Lot[3].

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

Époque gallo-romaineModifier

D'origine gallo-romaine, Banassac est à cette époque un important centre de fabrication de céramiques sigillées[4] qui fait partie du groupe d'ateliers de la Gaule du sud (groupe de la Graufesenque)[5],[6].

Cette production, contemporaine de celle de la Graufesenque[7], est effective du Ier siècle jusqu'aux grandes invasions barbares qui ravagent le Gévaudan au IIIe siècle[4].

Haut Moyen-ÂgeModifier

À l'époque mérovingienne, Banassac est un centre de frappe de monnaie important. Selon certains, elle serait le lieu de production de près d'un dixième des monnaies d'or conservées ou retrouvées datant de cette époque[8], quoique cette affirmation reste à prouver. Il n’en demeure pas moins que Banassac est un des ateliers les plus productifs[9] des deuxième et troisième quarts du VIIe siècle (époque mérovingienne) ; c'est peut-être dû à l’arrivée de Caribert II comme roi-cadet en Aquitaine en 629, correspondant à l'accès de Dagobert Ier au trône de la totalité du royaume des Francs[10].

Politique et administrationModifier

Liste des maires de Banassac
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2008 Marien Pouget PS  
2008 2014 Jean-Paul Guix PS  
2014 2015 David Rodrigues SE  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 872 habitants, en augmentation de 1,16 % par rapport à 2008 (Lozère : -1,05 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9001 6291 5911 8891 8181 8561 7961 5001 294
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1881 1731 2761 2281 2561 3931 2751 1581 080
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9641 1271 110975888876782721624
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
642599741799747813863866872
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La commune dépend de l'académie de Montpellier qui fait partie de la zone A.

Banassac possède une école primaire publique qui accueille les enfants de la maternelle jusqu'au CM2.

Collège de rattachement : collège Sport Nature à La Canourgue.

Pour aller au lycée, la plupart des élèves choisissent les établissements de Millau, de Rodez ou de Mende.

 
Église de Banassac.
 
La mairie-musée de Banassac.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Le blasonnement de Banassac : parti : au premier d'azur à la coupe sigillée d'or, au second d'or aux quatre pals de gueules, le tout sommé d'un chef d'azur chargé de trois fers de lance d'argent

Le chef est celui des armes des comtors de Montferrand. Le village et le château de Montferrand sont situés à proximité de Banassac. On retrouve dans ce blason la céramique sigillée et les armes des rois d'Aragon, longtemps possesseurs du Gévaudan.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. « Arrêté n° 2015-272-0003 du 29 septembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Banassac-Canilhac », sur Préfecture de la Lozère, (consulté le 24 décembre 2015), p. 212-214.
  2. a b c et d « Bellerive-sur-Allieranassac », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. a b c d e et f « Banassac, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  4. a et b [Morel & Peyre 1968] Charles Morel et Pierre Peyre, « Les exportations des céramiques sigillées de Banassac en Provence et dans les pays rhodaniens », Provence historique, no 71,‎ , p. 66-76 (lire en ligne [PDF] sur provence-historique.mmsh.univ-aix.fr).
  5. « Terra sigillata production sites », Carte interactive des centres de production de sigillée antique (Europe de l'ouest), sur potsherd.net.
  6. [Delage 1999 (3)] Richard Delage, Contribution à l'étude des sites de production du Centre de la Gaule et de leurs céramiques sigillées moulées, vol. 3 (thèse de doctorat en archéologie), Paris I Panthéon-Sorbonne, U.F.R. d'Histoire de l'Art et Archéologie, , sur academia.edu (lire en ligne), p. 62, planche 1 et p. 63, planche 2 (Banassac est le no 27 sur ces cartes)
  7. [Blanc 1965] André Blanc, « La terre sigillée gallo-romaine. Quelques observations faites au Laboratoire de Valence », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 4, no 1,‎ , p. 21-30 (lire en ligne [sur persee]), p. 24 .
  8. « Tremissis de Banassac », sur saintraymond.toulouse.fr (consulté le 7 décembre 2019).
  9. [Pol 2017] Arent Pol, « Les monnaies mérovingiennes de la collection Calixte Cavalier (1820-1888) (Médiathèque Émile Zola, Montpellier) », Études Héraultaises, no 48,‎ , p. 5-13 (lire en ligne [pdf, sur memonum-mediatheques.montpellier3m.fr], consulté le 7 décembre 2019), p. 9.
  10. Pol 2017, p. 10;
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier