Marvejols

commune française du département de la Lozère

Marvejols
Marvejols
La porte de Soubeyran.
Blason de Marvejols
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes du Gévaudan
(siège)
Maire
Mandat
Patricia Brémond
2020-2026
Code postal 48100
Code commune 48092
Démographie
Gentilé Marvejolais
Population
municipale
4 684 hab. (2019 en diminution de 4,54 % par rapport à 2013)
Densité 376 hab./km2
Population
agglomération
5 877 hab. (2019)
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 15″ nord, 3° 17′ 27″ est
Altitude Min. 632 m
Max. 918 m
Superficie 12,45 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Marvejols
(ville-centre)
Aire d'attraction Marvejols
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Marvejols
(bureau centralisateur)
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marvejols
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marvejols
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Marvejols
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Marvejols
Liens
Site web ville-marvejols.fr

Marvejols, en occitan Maruèjol, est une commune française située dans l'ouest du département de la Lozère, en région Occitanie.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par la Colagne, le Piou, le ruisseau de Merdaric, le ruisseau du Coulagnet, la Jourdane, le ruisseau de chanteperdrix et par divers autres petits cours d'eau. La commune possède un patrimoine naturel remarquable composé d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Marvejols est une commune rurale qui compte 4 684 habitants en 2019. Elle est ville-centre de l'agglomération de Marvejols et fait partie de l'aire d'attraction de Marvejols. Ses habitants sont appelés les Marvejolais ou Marvejolaises.

Sous le règne de Henri IV, Marvejols était une ville royale et la capitale du Gévaudan.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Marvejols est une commune du Massif central sur la Colagne à sa confluence avec le Coulagnet. Elle est située au carrefour de trois régions naturelles distinctes : la montagne de la Boulaine au nord-est (qui peut se rattacher à la Margeride), l'Aubrac au nord-ouest et les Grands Causses au sud. La ville est d'ailleurs dominée au sud-est par le truc du Midi qui constitue une avancée vers le nord de la région des Causses (butte-témoin). L'agglomération s'est développée dans une large vallée encadrée par deux plateaux (Poujoulet à l'est et Lachamp à l'ouest).

Les villes moyennes à proximité de Marvejols sont Mende à 30 minutes de route, Millau et Saint-Flour à 45 minutes, Rodez à 1h et Le Puy-en-Velay à 1h30[réf. nécessaire].

D'autres villes plus importantes comme Clermont-Ferrand, Montpellier ou Albi se trouvent à moins de deux heures de Marvejols, Nîmes et Saint-Étienne à 2 h 30 et enfin Lyon et Toulouse à 3 heures.

Par l'autoroute, Marvejols est reliée à Paris, Barcelone et Genève en 5 h.

Enfin l'aéroport international le plus proche, celui de Montpellier, se trouve à moins de 2 heures de route.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat des marges montagnardes », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 6,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 049 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Deux-Verg », sur la commune de Deux-Verges, mise en service en 1980[7]et qui se trouve à 35 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 7,4 °C et la hauteur de précipitations de 1 036,1 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Millau », sur la commune de Millau, dans le département de l'Aveyron, mise en service en 1964 et à 53 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,7 °C pour la période 1971-2000[11], à 10,9 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[13].

Statistiques 1981-2010 et records Station MONTRODAT (48) Alt: 763m 44° 32′ 42″ N, 3° 18′ 30″ E
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −2 −1,8 0,3 2,4 5,9 9,3 11,6 11,3 8,2 5,7 1,5 −1,1 4,3
Température moyenne (°C) 2 2,7 5,5 8 12,1 15,9 18,9 18,4 14,6 10,6 5,5 2,8 9,8
Température maximale moyenne (°C) 5,9 7,3 10,8 13,5 18,3 22,5 26,3 25,6 20,9 15,5 9,5 6,7 15,3
Record de froid (°C)
date du record
−21
16.1985
−17
05.2012
−15
01.2005
−8
08.2021
−3
07.2019
−1
04.1984
3,5
03.1996
0,5
30.1986
−1
29.1993
−7
26.2003
−11
18.2007
−17,3
18.2010
−21
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
17,5
27.2016
22,5
27.2019
24
13.2012
28
14.2015
31
22.2009
38
27.2019
38,6
30.1983
38,5
07.2020
35
16.1987
29,5
03.2011
22,5
20.1994
19
28.1983
38,6
1983
Précipitations (mm) 59,5 52,4 44,7 81,9 82 66,4 44,3 66,7 83,3 89 78,7 64,9 813,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 1 mm 8,9 8 7,5 9,6 9,7 8 5 7 7,6 10,2 9 9 99,5
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 3,9 3,5 3,1 4,9 5 4 2,5 3,4 3,9 5,5 4,6 3,5 47,7
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 10 mm 2 1,8 1,3 2,5 2,8 2,2 1,5 2,1 2,8 3,1 2,1 1,9 26,1
Source : [MétéoFrance] « Fiche 48103001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversitéModifier

 
Carte de la ZNIEFF de type 2 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Une ZNIEFF de type 2[Note 4] est recensée sur la commune[14] : les « causses de Marvejols et de Mende » (18 190 ha), couvrant 24 communes du département[15].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Marvejols est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[I 1],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marvejols, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[I 2] et 5 877 habitants en 2019, dont elle est ville-centre[I 3],[I 4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marvejols, dont elle est la commune-centre[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 10 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 5],[I 6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (42,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (44,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (35,3 %), forêts (21,4 %), zones urbanisées (20,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (13,6 %), prairies (6,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,5 %), terres arables (0,2 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeursModifier

Le territoire de la commune de Marvejols est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts, mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à deux risques technologiques, le transport de matières dangereuses et la rupture d'un barrage, et à un risque particulier : le risque de radon[19]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[20].

Risques naturelsModifier

La commune fait partie du territoire à risques importants d'inondation (TRI) de Mende-Marvejols, regroupant 17 communes concernées par un risque de débordement du Lot et de la Colagne ainsi que de certains de leurs affluents, un des 18 TRI qui ont été arrêtés fin 2012 sur le bassin Adour-Garonne[21]. Les événements antérieurs à 2014 les plus significatifs sont les crues du , une crue cévenole de référence (3,95 m mesurés à Mende), et des 4 et , une crue méditerranéenne (3,80 m mesurés à Mende). Des cartes des surfaces inondables ont été établies pour trois scénarios : fréquent (crue de temps de retour de 10 ans à 30 ans), moyen (temps de retour de 100 ans à 300 ans) et extrême (temps de retour de l'ordre de 1 000 ans, qui met en défaut tout système de protection)[22]. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1994, 1995 et 2003[23],[19].

Marvejols est exposée au risque de feu de forêt. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été approuvé en décembre 2014 pour la période 2014-2023[24]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du , complété par un arrêté de 2020, réglemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du , abrogeant un arrêté de 2002, rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 7],[24],[25].

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Marvejols.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines), des éboulements, chutes de pierres et de blocs et des tassements différentiels[26]. Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[27].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 11,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (15,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 466 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, aucun n'est en aléa moyen ou fort, à comparer aux 14 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[28],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[27].

Risques technologiquesModifier

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[29].

La commune est en outre située en aval du barrage du Charpal, un ouvrage de classe B[Note 8]. À ce titre elle est susceptible d’être touchée par l’onde de submersion consécutive à la rupture d'un de ces ouvrages[31].

Risque particulierModifier

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Marvejols est classée en zone 3, à savoir zone à potentiel radon significatif[32].

ToponymieModifier

Les mentions anciennes de Marvéjols sont : Marojol, Marojulia en 1060[33], Marojolum 1250[33], Marologium 1259[33]. Le nom est orthographié Maruejol dans certains documents du XVIIIe siècle [3].

Étymologie proposée par Ernest Nègre[33] : mot composé gauloise maro- "grand" + -ô-ialo "clairière, village", -ô-ialo devient -uèjoul (-oul atone) dans une région qui va du Cantal - P. de Dôme au nord à l'Aude - Gard au sud, et enfin uèjoul a été francisé en -véjols. Le nom de Marvéjols signifierait "La grande clairière". Il correspond dans le nord de la France aux Mareil, Mareuil, etc.

HistoireModifier

Époque préhistoriqueModifier

Le musée archéologique municipal[34] possède dans ses collections des silex taillés caractéristiques du paléolithique moyen qui font remonter les premières implantations humaines autour de 400 000 ans avant notre ère, à l'époque de l'homme de Tautavel. La place Girou abrite un menhir provenant du site mégalithique du plateau de Poujoulet, situé au-dessus de Marvejols[35].

Époque gauloise et gallo-romaineModifier

Le musée archéologique municipal contient des monnaies grecques dont la découverte dans un site daté du IVe siècle av. J.-C. permet d'avancer l'hypothèse d'un commerce probable avec Marseille dès cette époque.

À l'époque romaine, la capitale du futur Gévaudan est Anderitum, puis Gabalum, après la réorganisation de la Gaule en cités par le pouvoir romain, forme qui donnera Javols.

Grégoire de Tours note que Marvejols, l'un des lieux de défense le plus important des Gabales, est le castrum gredonense, sur le truc de Grèzes. Marvejols est située à proximité de ces lieux importants de la vie gabale.

Moyen ÂgeModifier

Au XIe siècle, Marvejols est un petit bourg, situé près de Grèzes, et de son puissant château, et du prieuré-monastère du Monastier, fondée en 1060[36]. Tout comme Chirac et La Canourgue par exemple, Marvejols appartient donc à la vicomté de Grèzes, propriété successive des comtes de Toulouse, de l'évêque de Mende, des comtes de Barcelone, des rois d'Aragon et du royaume de France[36]. Le bourg est également à proximité du roc de Peyre où se dresse le château principal de la baronnie du même nom, dont Marvejols fait partie.

L'essor de la ville intervient peu avant l'an 1307, date de la signature de l'acte de paréage entre Guillaume VI Durand, évêque de Mende, et Philippe IV, roi de France. Cet acte sépare le Gévaudan en trois zones : la terre des évêques, la terre du roi et la terre commune. Les évêques sont tout-puissants en Gévaudan depuis la Bulle d'Or royale de 1161 obtenue par Aldebert III du Tournel. Les évêques sont ainsi comtes du Gévaudan au moment de la signature du paréage. Mende, capitale du Gévaudan, sera le centre des terres de l'évêque, Marvejols devient alors la capitale administrative des terres du roi de France en Gévaudan[37].

RenaissanceModifier

La ville de Marvejols est vraisemblablement fortifiée dans les années 1360. La muraille dispose alors de trois portes : Soubeyran, Hôpital et Théron. En mars 1481, le roi Louis XI assura sa protection royale par ses lettres patentes[38].

Au XVIe siècle, avec l'arrivée de la réforme, la ville se convertit au protestantisme, sous l'impulsion de ses barons, les Peyre. En 1568, un décompte montre que les Huguenots représentent la quasi-totalité de la population de Saint-Léger-de-Peyre et le quart de celle de Marvejols. Outre les nobles et les notables, ce sont surtout des artisans et marchands liés aux métiers de la laine qui sont devenus protestants, sans doute au contact des Cévenols, très tôt gagnés au protestantisme, avec lesquels ils commercent[39].

Au lendemain du massacre de la Saint-Barthélemy, et du meurtre d'Astorg de Peyre, Marvejols est prise et mise en état de défense par les protestants[40]. La ville prend ainsi parti pour Henri de Navarre, futur roi Henri IV. Matthieu Merle, engagé par la veuve du baron pour venger son mari, en fera un de ses points de départ dans sa conquête du Gévaudan. Lors des ripostes contre les Huguenots menées par l'amiral de Joyeuse, la ville sera incendiée en 1586. De la petite ville des bords de la Colagne, il ne reste presque rien après le passage de Joyeuse, qui l'a méticuleusement rasée[41]. Cinq mille habitants, catholiques comme huguenots, furent indistinctement massacrés lors de la prise de la ville[39].

XVIe et XVIIe sièclesModifier

À partir de 1589, Henri IV apporte son soutien aux habitants de la ville pour qu'ils puissent reconstruire la cité. Si le Gévaudan voit ses impôts augmenter afin de rembourser les dépenses de Joyeuse, Marvejols en est exempté. En 1601, la ville a été entièrement reconstruite. Les habitants garderont à partir de cette date une grande estime pour le roi Henri IV, qui aurait déboursé 55 000 livres pour reconstruire la ville[41]. Marvejols devient une place de sûreté dont la défense est accordée aux protestants dans le cadre de l'Édit de Nantes[39]. Mais la ville est assez éloignée des autres régions protestantes comme les Cévennes. En 1630, l'évêque de Mende, Silvestre de Cruzy de Marcillac, venu en visite pastorale, prend la tête d’une troupe de plus de deux cents émeutiers et dirige le saccage du temple. Dès lors, le déclin de l’église réformée marvejolaise s’engage. Les notables protestants abjurent ou quittent la ville. Lors de la révocation de l'Édit de Nantes, en juin 1685, le culte protestant est interdit et le temple fermé, et bientôt détruit[39]. Sur la place Girou, localisation de l'ancien temple protestant, se trouve une plaque portant la mention : « sur cette place s'élevait le temple de Marvejols 1601-1685 ».

La grande épidémie de peste du Gévaudan, qui fait suite à l'épidémie qui a affecté Marseille en 1720, touche Marvejols en 1721-1722, y faisant de l'ordre de 1 600 victimes, soit 53,5 % de la population[42]!

Son statut de ville royale vaut à Marvejols de regrouper les « grandes familles » de notables et de nobles lozériens. Ces noms participent à la construction historique du pays. Certains existent toujours aujourd'hui à Marvejols[Note 9].

XIXe et XXe sièclesModifier

 
Les anciennes usines textiles et les jardins ouvriers.

Dès le début du XIXe siècle, de nombreuses initiatives prolongeant une longue tradition d'artisanat textile, vont aboutir à la construction de manufactures qui vont apporter une certaine prospérité à la ville. En 1850, la ville compte quatre filatures, quatre foulons et trois teintureries employant six cents ouvriers. Tous ces établissements industriels mettent à profit les eaux de la Colagne et du béal qui lui est associé. La production, traditionnellement composée de serge et de cadis, se spécialise avec le temps dans la fabrication de draps pour l'armée et d'étoffes pour les congrégations religieuses[43].

Toutefois, après le pic de production de 1850, l'industrie textile marvejolaise va connaître un lent déclin durant toute la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, subissant une concurrence accrue et déployant peu d'innovations pour y faire face. La dernière manufacture ferme en 1959. Restent les grandes bâtisses avec leurs hautes cheminées qui bordent le béal, témoins d'une révolution industrielle qui n'aura duré qu'un siècle.

En 1976-1977, les élus participent à la Désobéissance civile qui domine le mouvement de contestation du barrage de Naussac[44],[45] et son importante mobilisation des élus locaux[46],[47]. La commune est alors une des premières, avec Orgosolo en Sardaigne ou Cervières (Hautes-Alpes), à participer à la révolte non-violente des agriculteurs pour leurs terres des années 1970, sur le mode de la désobéissance civile.

XXIe siècleModifier

Après le déclin de l'industrie textile, l'activité se concentre surtout dans le secteur sanitaire et social avec une douzaine d'établissements spécialisés dans le handicap. L'industrie n'est toutefois pas absente avec la présence de quelques petites entreprises (tannerie, abattoir agréé U.E, fabricant de pièces électroniques). Par ailleurs, la ville se situe au carrefour de zones touristiques assez fréquentées (Aubrac, gorges du Tarn), ce qui est susceptible d'apporter un surcroît d'activité pendant la saison estivale.

En 2014-2015, la ville connaît un surendettement important causé par des emprunts excessifs, une baisse des dotations de l'État et des retours sur investissement plus faibles que prévu. À la suite de la révélation de l'état des finances de la commune le 19 mai 2015 par le nouveau maire, l'ancien maire de la ville, Jean Roujon, se suicide le 1er juin 2015[48].

Politique et administrationModifier

Marvejols fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.

Le Conseil de l'Europe lui remet le Prix de l'Europe en 2000[49].

Tendances politiques et résultatsModifier

l

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

 
L'hôtel de ville.
Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[50]
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1944 août 1944 Eugène Brossier    
août 1944 novembre 1947 Antoine Podevigne    
novembre 1947 décembre 1951 Jean Roujon   Président du conseil général (1945-1953)
décembre 1951 mai 1953 Marcel Buc    
mai 1953 mars 1965 Gilbert de Chambrun UP  
mars 1965 avril 1971 Jules Roujon RI Président du conseil général (1967-1974), Sénateur (1974-1985)
avril 1971 mars 1983 Gilbert de Chambrun UP  
mars 1983 27 mai 1985[51] Jules Roujon RI Président du conseil général (1967-1974), Sénateur (1974-1985)
juin 1985 juin 1995 Georges Meissonnier RPR Conseiller régional de 1998 à 2004
juin 1995 mars 2014 Jean Roujon UMP puis DVD Président de la CC du Gévaudan (2001 → 2014),
Conseiller général (1985 → 2015) du canton de Marvejols
août 2015 (démission) Jean-François Deloustal UMP puis LR  
mai 2020 Marcel Merle PS 1er vice-président de la communauté de communes
[52] En cours Patricia Brémond DVG Présidente de la CC du Gévaudan (2020 → ),
Conseillère départementale (2015 → ) du canton de Marvejols

IntercommunalitéModifier

Marvejols appartient à la communauté de communes du Gévaudan, créée le . Cette communauté regroupe douze communes autour de la ville qui en est le siège. Elle a permis le transfert de certaines compétences : aménagement rural, collecte des déchets des ménages et déchets assimilés, création, aménagement, entretien et gestion de zone d'activités industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale ou touristique, opération programmée d'amélioration de l'habitat (OPAH), tourisme, traitement des déchets des ménages et déchets assimilés.

Découpage administratifModifier

Marvejols est le bureau centralisateur du canton de Marvejols.

Conseillers départementaux Canton Code cantonal Population (2016) Communes
Patricia Bremond
Bernard Durand
Canton de Marvejols 48 08 5 921 hab. 7
Canton de Marvejols

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[53]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[54].

En 2019, la commune comptait 4 684 habitants[Note 10], en diminution de 4,54 % par rapport à 2013 (Lozère : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 3003 6113 2073 2943 8854 0254 0004 2114 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 7304 9865 0464 7344 8845 6505 1134 6724 159
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 9553 6433 9073 8133 8883 9013 8313 7003 610
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
3 9344 4905 2965 5735 4765 5015 1325 0114 907
2018 2019 - - - - - - -
4 6674 684-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[55] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Depuis une trentaine d'années un fort mouvement de rurbanisation se produit autour de Marvejols, qui se traduit par une stagnation voire une régression de la population de la ville-centre et au contraire par une forte progression des communes limitrophes. Ainsi, Marvejols voit sa population s'éroder doucement au profit de certaines communes avoisinantes comme Chirac (qui a gagné 400 habitants en trente ans, passant de 700 habitants à 1 100) et surtout Montrodat, qui est passé de 236 habitants en 1968 à 1 200 aujourd'hui. Ainsi, prise globalement, l'agglomération de Marvejols n'a pas perdu d'habitants ces dernières années mais au contraire en a gagné. Marvejols et ses trois communes périurbaines satellites (Chirac, Le Monastier, Montrodat) totalisent en 2011 8 274 habitants (contre 7 253 en 1975).

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,2 %, soit un taux inférieur à la moyenne départementale (29,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (37,1 %) est supérieur au taux départemental (32,5 %).

En 2018, la commune comptait 2 185 hommes pour 2 482 femmes, soit un taux de 53,18 % de femmes, supérieur au taux départemental (50,04 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 7]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
3,9 
11,9 
75-89 ans
15,7 
19,6 
60-74 ans
21,3 
20,5 
45-59 ans
19,3 
16,3 
30-44 ans
13,3 
17,4 
15-29 ans
13,7 
12,7 
0-14 ans
12,9 
Pyramide des âges du département de la Lozère en 2018 en pourcentage[57]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,6 
75-89 ans
11,8 
20,4 
60-74 ans
20 
22 
45-59 ans
20,6 
16,6 
30-44 ans
16,4 
15,1 
15-29 ans
13,6 
15,9 
0-14 ans
15 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

 
Croix occitane.

Espoir Oc est une association de type loi 1901, créée il y a une vingtaine d'années avec pour objectif de promouvoir et de développer la langue et la culture occitane. Elle est située à Marvejols et y organise, chaque premier weekend du mois de juillet, un weekend sur le thème des traditions passées, ponctué par deux temps forts : le repas du samedi soir à base de produits du terroir qui se termine par un bal et la messe en occitan, le dimanche matin.

Il y a aussi un festival pluridisciplinaire l'été vers la mi-juillet, le MarveLoz' Pop Festival. Un événement culturel organisé par l'association Les formicables, dont la thématique tourne autour de la notion de "Vintage". La ville vit ainsi trois jours dans l'univers inspiré des trente glorieuses avec une programmation artistique allant du cinéma à la musique en passant par les arts de rue.

Enfin une partie du film 37°2 le matin y fut tournée.

ÉconomieModifier

RevenusModifier

En 2018, la commune compte 2 159 ménages fiscaux[Note 11], regroupant 4 237 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 580 [I 8] (20 420  dans le département[I 9]). 45 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 12] (43,2 % dans le département).

EmploiModifier

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 10] 4,7 % 8,5 % 7,9 %
Département[I 11] 5 % 6,4 % 7,1 %
France entière[I 12] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 2 680 personnes, parmi lesquelles on compte 71,9 % d'actifs (64 % ayant un emploi et 7,9 % de chômeurs) et 28,1 % d'inactifs[Note 13],[I 10]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France, alors qu'il était inférieur à celui du département et de la France en 2008.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction de Marvejols[Carte 3],[I 13]. Elle compte 2 662 emplois en 2018, contre 2 937 en 2013 et 2 887 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 1 740, soit un indicateur de concentration d'emploi de 153 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 48 %[I 14].

Sur ces 1 740 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 1 035 travaillent dans la commune, soit 60 % des habitants[I 15]. Pour se rendre au travail, 71,3 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 7,9 % les transports en commun, 17,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 3,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 16].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Les trois portes fortifiéesModifier

Bâtiments religieuxModifier

MuséesModifier

Il existe un musée archéologique dans la porte du Soubeyran. Ce petit musée présente les découvertes des fouilles effectuées autour de Marvejols. L'accès se fait par la Maison du Tourisme.

AutresModifier

 
Statue de la Bête du Gévaudan par Emmanuel Auricoste.

Sites naturelsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Le blasonnement de Marvejols est :

D'azur au château de trois tours d'argent, celle du milieu plus haute, le château ouvert, ajouré et maçonné de sable, surmonté d'une main dextre vêtue d'un gantelet aussi d'argent tenant une fleur de lys d'or.

La fleur de lys est la marque du statut de ville royale accordé à Marvejols par Henri IV.


Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 5 mètres de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  8. Le classement des barrages est fonction de deux paramètres : hauteur et volume retenu[30].
  9. Quelques noms de ces grandes figures du pays : la famille de Grolé de Peyre tout d'abord, qui a donné son nom à la terre, dont le centre est le château de Labaume au nord de Marvejols (le petit Versailles gévaudanais). Les descendants, au début du XIXe siècle, sont les Duplessis-Chatillon. On peut citer encore les Seguin de Regniès de Prades, les Retz de Malevieille, les Daudé Tardieu de la Barthe, les Framond, les de Chambrun, les Bès de Berc, les Malafosse ou bien encore les Chapel d'Espinassoux (les descendants sont les Villeneuve-Bargemon, la branche lozérienne)…
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  11. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  12. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  13. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

RéférencesModifier

Site de l'InseeModifier

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Unité urbaine 2020 de Marvejols » (consulté le ).
  3. « Base des unités urbaines 2020 », (consulté le ).
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  7. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Marvejols (48092) », (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Marvejols » (consulté le ).
  9. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  10. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Marvejols » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  12. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  14. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Marvejols » (consulté le ).
  15. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  16. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Deux-Verg - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Marvejols et Deux-Verges », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Deux-Verg - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Marvejols et Millau », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Millau - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Millau - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Millau - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Liste des ZNIEFF de la commune de Marvejols », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF les « causses de Marvejols et de Mende » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Marvejols », sur Géorisques (consulté le )
  20. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  21. « Liste des territoires à risque important d'inondation (TRI) de 2012 sur le bassin Adour-Garonne », sur https://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le )
  22. « cartographie des risques d'inondations du TRI de Mende-Marvejols », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  23. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  24. a et b « Défense des forêts contre l'incendie (DFCI) », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le )
  25. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  26. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  27. a et b « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Marvejols », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  28. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  29. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  30. Article R214-112 du code de l’environnement
  31. « Les risques majeurs dans la Lozère », sur www.lozere.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  32. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le )
  33. a b c et d NEGRE (E.) Toponymie generale de la France (1990), t. 1, p. 187
  34. Le musée archéologique municipal est situé dans les tours de la porte du Soubeyran à l'entrée de Marvejols.
  35. Présentation de Marvejols sur le site de la mairie.
  36. a et b Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome II, p. 1001.
  37. Lettres patentes de Louis XI, Montargis, août 1466
  38. Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, mars 1481 (1480 avant Pâques)
  39. a b c et d Marvejols : historique du temple du XVIIe siècle sur huguenotsinfo.free.fr
  40. Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Fayard, , 596 p. (ISBN 978-2-21300-826-4, OCLC 299354152, présentation en ligne)., p. 288.
  41. a et b Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome II, p. 1003.
  42. Chiffres établis par l'Intendance du Languedoc, cités par Henry Mouysset, La peste en Gévaudan 1720-1722, Nouvelles presses du Languedoc, 2013, (ISBN 9782354140861).
  43. Guide Chamina Autour de Marvejols
  44. « Voir le témoignage du journal », L'Éveil de la Haute-Loire,‎ (lire en ligne).
  45. « Article du nouvel observateur », Nouvel Observateur,‎ 15/081977 (lire en ligne).
  46. "L'affaire du barrage de Naussac" le 11 mai 1977 dans Le Monde [1]
  47. " La manifestation de Naussac a relancé le débat sur l'aménagement du monde rural" par Marc Ambroise-Rendu le 9 août 1977 dans Le Monde [2]
  48. En Lozère, l'ancien maire de la commune surendettée de Marvejols se suicide dans Le Monde du 2 juin 2015.
  49. (en) Villes lauréates du Prix de l’Europe (1955-2011) sur le site du Conseil de l'Europe.
  50. D'après FranceGenWeb.org
  51. Décédé en fonction.
  52. « Marvejols : Patricia Brémond élue maire ce samedi matin », sur Midi Libre, (consulté le ).
  53. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  54. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  55. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  57. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Lozère (48) », (consulté le ).
  58. a et b « Eglise paroissiale Notre-Dame-de-la-Carce », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  59. Marvejols, sur la piste de Brazza l'Africain, Le Midi Libre, samedi 20, dimanche 21 mai 2006
  60. « Barthélémy Prunières (1828-1893) », sur BnF (consulté le )