Mauricie

région administrative du Québec, Canada

Mauricie
Image illustrative de l’article Mauricie
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Statut Région administrative
MRC et TE Agglomération de La Tuque
Les Chenaux
Maskinongé
Mékinac
Shawinigan
Trois-Rivières
Nombre de municipalités 42
Ministre responsable Jean Boulet
Fuseau horaire Heure de l'Est (UTC−05:00)
Indicatif téléphonique +1 819, +1 873, +1 418, +1 581
Code géographique 04
Démographie
Gentilé Mauricien, ienne
Population 268 019 hab. ()
Densité 7,6 hab./km2
Variation 2007-2012 1,0 %
Géographie
Superficie 35 447,90 km2
– incluant eau 39 922 km2
Économie
PIB régional 8 394,7 M CAD (2011)
Taux d'activité 56,3 % (2012)
Taux de chômage 9,8 % (2012)
Liens
Site web Consulter
Sources
Institut de la statistique du Québec 2013, p. 50

La Mauricie est une région administrative ainsi qu'une région touristique du Québec[1].

D'une superficie de 39 748 km2, elle est située au nord du fleuve Saint-Laurent dont l'axe principal est la vallée de la rivière Saint-Maurice qui a une longueur de 587 km[2]. Elle compte trois principales villes : Trois-Rivières (en Basse-Mauricie) ; Shawinigan (en Moyenne-Mauricie) et La Tuque (en Haute-Mauricie). Elle compte aussi trois municipalités régionales de comté regroupant 42 municipalités[3].

Région pionnière de l’industrialisation du Québec[4], sur le plan historique, la Mauricie est considérée comme le berceau de l’industrialisation au Canada[5] alors que, vers 1730, les Forges du Saint-Maurice deviennent la première entreprise sidérurgique de l’Amérique du Nord[6].

ToponymieModifier

 
Bûcherons sur la rivière Saint-Maurice (1868) par Allan Edson.

Le nom « Mauricie », pour identifier la région, a été conçu en 1933 par l'abbé Albert Tessier en remplacement du toponyme « Vallée du Saint-Maurice »[7]. « Le régionyme de Vallée du Saint-Maurice est maintenant perçu comme un calque de St. Maurice Valley et, soutient l'abbé Tessier, il faut le changer pour un régionyme à consonance véritablement française »[8].

Avant 1997, la région portait le nom de Mauricie–Bois-Francs et englobait la région actuelle du Centre-du-Québec[9].

Les territoires suivants comportent leur propre désignation toponymique :

GéographieModifier

 
Carte des MRC et TE de la région.

Sont repartis sur son territoire, en ordre d'importance : les forêts (77,9 %), les eaux (11 %), les milieux humides (7,6 %), les terres agricoles (2,5 %) et finalement les surfaces artificielles (0,9 %)[10].

SituationModifier

À partir du fleuve Saint-Laurent, la Mauricie s’étend vers le nord de la province, en remontant la rivière Saint-Maurice, jusqu’aux limites des régions administratives de l’Abitibi-Témiscamingue, du Nord-du-Québec et du Saguenay–Lac-Saint-Jean. La région de Lanaudière constitue la limite ouest, tandis que la Capitale-Nationale marque la limite est[11]. La Mauricie est située à mi-chemin entre les deux principaux pôles urbains de la province, Montréal et Québec, lesquels sont à seulement une heure de route de Trois-Rivières[6]. Grâce au pont Laviolette, elle est aussi située à moins d’une heure et trente minutes de route de 80 % de la population québécoise[12].

TopographieModifier

La topographie de la Mauricie est liée au Bouclier canadien couvrant l’arrière-pays et la plaine du Saint-Laurent située au sud de la région.

HydrographieModifier

 
Le réservoir Gouin est le plus vaste plan d'eau de la Mauricie.

La Mauricie compte cinq affluents significatifs du Saint-Laurent dont l'embouchure est sur son territoire: la Saint-Maurice, la Sainte-Anne, la Batiscan, la rivière du Loup et la rivière Maskinongé. Deux autres affluents moins importants sont la rivière Champlain et la rivière Yamachiche. La région comprend ainsi de nombreux cours d'eau et lacs, notamment sur la commune de La Tuque (Lac Brignolet, Lac de la Vache).

Depuis , le lac Saint-Pierre qui constitue un élargissement du fleuve Saint-Laurent, fait partie du réseau mondial des réserves de la biosphère de l’UNESCO. Le lac Saint-Pierre est le seul modèle de développement durable, reconnu par l’Organisation des Nations unies, à posséder une voie de navigation de classe internationale, traversant son territoire sur toute sa longueur.

ÉcologieModifier

 
Sentier des Falaises, dans le parc de la Mauricie.

Désignée « Capitale forestière canadienne » en 2001, la Mauricie compte un parc national fédéral[13], plus de 75 pourvoiries, 11 zones d’exploitation contrôlée (ZEC) et deux réserves fauniques, en plus de ses parcs municipaux et régionaux.

HistoireModifier

DémographieModifier

Évolution démographique
1986 1991 1996 2001 2006 2011 2016 2021 2026
251 496258 540261 208260 049260 404263 603266 112--
2031 2036 2041 2046 2051 2056 2061 2066 2071
---------

AdministrationModifier

Région administrative composée de trois municipalités régionales de comté (MRC), de trois territoires équivalents et de 42 municipalités ou équivalents.

Municipalités régionales de comté de la Mauricie
Nom Chef-lieu Population
(2016[14])
Superficie terrestre
(km2)
Densité
(hab./km2)
Agglomération de La Tuque* La Tuque 15 059 28 421,48 0,53
Les Chenaux Saint-Luc-de-Vincennes 18 617 934,4 19,92
Maskinongé Louiseville 36 316 2 502,4 14,51
Mékinac Saint-Tite 12 358 5 554,9 2,22
Shawinigan* 49 349 798,8 61,78
Trois-Rivières* 134 413 288,92 465,23
Région 266 112 35 452 7,51

PolitiqueModifier

Ministre responsableModifier

Circonscriptions électoralesModifier

Circonscriptions électorales provincialesModifier

Circonscriptions électorales fédéralesModifier

ÉducationModifier

SantéModifier

CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, CSSS par territoire :

  • De l'Énergie ;
  • Haut-Saint-Maurice ;
  • Maskinongé ;
  • Trois-Rivières ;
  • Vallée-de-la-Batiscan.

TourismeModifier

PhotographiesModifier

 
Horizon d'automne, village de Saint-Alexis-des-Monts (Basse-Mauricie).

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :