Immigration au Québec

Le Québec est un territoire assez peu densément peuplé qui attire des immigrés depuis plusieurs siècles, le phénomène étant amplifié depuis les années 1960 par la natalité faible de la province.

HistoireModifier

Ère pré-colonialeModifier

Les premiers peuplements autochtones ont été effectués il y a plus de 8 000 ans[1].

Époque colonialeModifier

 
Origine des colons français en Nouvelle-France (1608 à 1700).

Les premiers colons envoyés dans l'établissement colonial furent Louis Hébert et sa femme Marie Rollet au début du XVIIe siècle. Au moment de la conquête britannique lors de la guerre de Sept Ans, le territoire est peuplé d'environ 70 000 colons français[2].

À la fin du XVIIIe siècle, l'immigration vers la province de Québec était étroitement contrôlée par les autorités britanniques, qui encouragèrent l'arrivée de loyaliste pour former le Haut-Canada après la guerre d'indépendance des États-Unis. Par ailleurs, des mercenaires allemands, qui étaient venus en Amérique du Nord pour le compte des Britanniques lors de la guerre d'indépendance, décidèrent eux-aussi de s'établir dans la |province de Québec après les hostilités.

Au XIXe siècle, de nombreux Écossais et Irlandais viennent au Canada-Est. En 1860, à Québec, les Irlandais occupent ainsi le deuxième rang dans la population après les Québécois d’origine française. Sur les 58 319 habitants de Québec, les Irlandais comptaient 13 358 personnes, soit 23 % de toute la population de la ville[3].

Trois des cinq premiers premiers ministres canadiens sont nés dans les îles Britanniques.

En 1868, Thomas D'Arcy McGee, père de la Confédération canadienne, meurt assassiné par un partisan fénien.

De 1791 à 1871, le nombre de Canadiens-français est passé de 140 mille à plus d'un million. Cette croissance de la population a créé une surcharge par rapport aux terres cultivées. De plus, au cours du XIXe siècle, l'attractivité économique du voisin américain était très forte. Ainsi, le Québec a subi l’émigration d’environ un million de Canadiens-français vers les États-Unis de 1840 à 1930, voyant passer chaque année outre-frontière 5 % à 10 % de sa population, le privant donc d'une fraction importante de sa population active. La grande majorité de ces émigrés s'installera définitivement aux États-Unis. Ce phénomène d'émigration toucha aussi tout le Canada et la population de souche canadienne-britannique. Selon les estimations démographiques, sans cette émigration, le Québec aurait eu dans la décennie 2010 une population francophone de 13 millions d’habitants. Si les Canadiens-français ont pu conserver pendant quelque temps leur langue et leurs traditions, la plupart d'entre eux ont été assimilés, à la manière d'autres communautés, dans le système américain. Certains d'entre-eux, toutefois, ont su plus ou moins préserver leur héritage culturel. Par ailleurs, certaines villes, conservent par leur nom (Marquette, Escanaba, Manistique, Calumet, L’Anse) une trace québécoise[4].

XXe siècleModifier

Dans les premières décennies du XXe siècle, le pays (et notamment la métropole montréalaise) accueille de nombreuses communautés, dont des Britanniques, Irlandais, Italiens, Polonais, Portugais, Ukrainiens et dans une moindre mesure des Français. Il faut toutefois préciser qu'à l'époque, l'immigration était entièrement sous la juridiction du gouvernement fédéral.

En réaction à cette politique d'immigration qui aurait pu submerger les québécois, le gouvernement du Québec favorisa à son tour largement les immigrants en fonction de leur langue ou de leur pays d’origine. Il est ainsi devenu beaucoup plus facile pour un français ou pour un belge francophone de venir au Québec. Dans les années 1960, le Québec revendique le droit fédéral de participer à la sélection des immigrants sur son territoire : en 1965 est créé le service d’immigration du Québec puis en 1968 le ministère de l'immigration du Québec. À partir de 1978, le Québec peut choisir ses immigrants selon des critères propres à un système de points d’appréciation établi par son ministère.

Depuis le dernier quart du XXe siècle, une grande vague d'immigration internationale rend le portrait du Québec beaucoup plus cosmopolite. Les immigrants ne viennent plus seulement d'Europe, mais de tous les continents : Asie (Chine, Inde, Vietnam), Afrique (notamment francophone : Algérie, Maroc), Amérique Centrale (Haïti). À noter également, la hausse du nombre d'immigrés français depuis les années 2010 (voir infra).

Les autorités québécoises espèrent que l'immigration massive pourra résoudre les problèmes de main-d'œuvre associés au déclin démographique et au vieillissement de la population. Cet impact de l'immigration est cependant mis en doute par certains chercheurs et spécialistes[5].

L'une des difficultés reconnues de la politique d'immigration québécoise est que la très grande majorité des immigrants s'installe dans les quartiers de la ville de Montréal.

Procédure actuelle d'immigrationModifier

Les ressortissants étrangers qui désirent immigrer au Canada pour s’établir au Québec doivent suivre un processus d’immigration en deux étapes. Dans un premier temps, ils doivent déposer une demande de sélection auprès du Ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration, l’autorité d’immigration du Québec[6].

Origine de l'immigrationModifier

Rang 2001 2002 2003 2004 2005
Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre %
1   Chine 3 924 10,5   Maroc 3 686 9,8   Chine 3 970 10,0   Chine 8,9 {{ }}
2   Maroc 3 427 9,1   Chine 3 218 8,6   Maroc 3 130 7,9   France 8,2 {{ }}
3   France 3 112 8,3   Algérie 3 093 8,2   France 3 050 7,7   Maroc 7,8 {{ }}
4   Algérie 2 991 8,0   France 2 926 7,8   Algérie 2 883 7,3   Algérie 7,5 {{ }}
5   Haïti 1 864 5,0   Roumanie 2 805 7,5   Roumanie 2 839 7,2   Roumanie 6,8 {{ }}
6   Roumanie 1 684 4,5   Haïti 1 628 4,3   Colombie 1 778 4,5   Colombie 4,7 {{ }}
7   Liban 1 127 3,0   Colombie 1 234 3,3   Haïti 1 657 4,2   Haïti 3,3 {{ }}
8   Colombie 1 041 2,8   Pakistan 1 099 2,9   Liban 1 640 4,1   Liban 3,1 {{ }}
9   Pakistan 1 040 2,8   Liban 1 054 2,8   Inde 1 074 2,7   Pakistan 3,0 {{ }}
10   Inde 1 010 2,7   Inde 1 013 2,7   Pakistan 912 2,3   Inde 2,7 {{ }}
11   Sri Lanka 856 2,3   Sri Lanka 796 2,1   Argentine 783 2,0   Bulgarie 2,1 {{ }}
12   RD Congo 754 2,0   Russie 796 2,1   RD Congo 731 1,8   Mexique 2,0 {{ }}
13   Tunisie 659 1,8   RD Congo 691 1,8   Philippines 660 1,6   RD Congo 1,9 {{ }}
14   Corée du Sud 646 1,7   Bulgarie 667 1,8   Bulgarie 637 1,6   Pérou 1,8 {{ }}
15   Russie 629 1,7   Tunisie 588 1,6   Mexique 626 1,6   Tunisie 1,6 {{ }}
Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants :
37 537 37 629 39 583
Rang 2006 2007 2008 2009 2010
Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre %
1 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
2 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
3 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
4 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
5 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
6 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
7 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
8 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
9 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
10 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
11 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
12 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
13 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
14 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
15 {{ }} {{ }} {{ }} {{ }} {{ }}
Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants :
Rang 2011 2012 2013 2014 2015
Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre % Pays Nombre %
1   Haïti 5 091 9,8   Chine 5 539 10,1   Chine 5 124 9,9   Iran 5 853 11,6   France 4 520 9,2
2   Chine 4 915 9,5   France 5 143 9,3   France 4 494 8,7   France 3 506 7,0   Chine 3 636 7,4
3   Algérie 4 067 7,9   Haïti 4 743 8,6   Algérie 4 155 8,0   Algérie 3 513 7,0   Iran 3 560 7,3
4   Maroc 2 991 7,6   Algérie 3 572 6,5   Haïti 3 443 6,6   Chine 3 410 6,8   Syrie 2 869 5,9
5   France 3 235 6,3   Maroc 3 473 6,3   Maroc 2 945 5,7   Haïti 2 854 5,7   Algérie 4 155 5,5
6   Colombie 2 080 4,0   Colombie 2 217 4,0   Iran 2 045 3,9   Maroc 2 180 4,3   Maroc 2 476 5,1
7   Iran 1 741 3,4   Cameroun 2 139 3,9   Cameroun 1 908 3,7   Cameroun 1 698 3,4   Haïti 2 304 4,7
8   Liban 1 655 3,3   Égypte 1 741 3,2   Colombie 1 856 3,6   Colombie 1 640 3,3   Cameroun 1 703 3,5
9   Égypte 1 505 2,9   Tunisie 1 363 2,5   Tunisie 1 507 2,9   Côte d'Ivoire 1 497 3,0   Philippines 1 559 3,2
10   Tunisie 1 260 2,4   Moldavie 1 139 2,1   Mexique 1 267 2,4   Tunisie 1 313 2,6   Côte d'Ivoire 1 348 2,8
11   Cameroun 1 246 2,4   Iran 1 104 2,0   Égypte 1 125 2,2   Mexique 1 242 2,5   Liban 1 212 2,5
12   Mexique 1 034 2,0   Mexique 1 084 2,0   Côte d'Ivoire 1 111 2,1   Liban 1 180 2,4   Égypte 1 210 2,5
13   Moldavie 1 034 2,0   Côte d'Ivoire 1 006 1,8   États-Unis 1 011 1,9   Inde 1 123 2,2   Colombie 1 186 2,4
14   Philippines 892 1,7   Philippines 904 1,6   Moldavie 913 1,8   Égypte 1 004 2,0   Tunisie 2 476 2,3
15   Roumanie 812 1,6   Sénégal 866 1,6   Philippines 908 1,7   Philippines 971 1,9   États-Unis 950 1,7
Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants : Nombre total d'immigrants :
51 738 55 044 51 976 50 235 48 966

Sources : [3] [4] [5], Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles[7],[8], Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion[9],[10], Direction de la planification, de la recherche et des statistiques du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion[11],[12], Direction de la recherche et de la statistique du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion[13]

Immigration françaiseModifier

L'immigration au Québec suscite un réel engouement de la part des Français depuis ces dernières années. Les Français représentent même le premier groupe d'immigrés pour l'année 2015. 74,4 % des immigrants français venus au Canada choisissent de s'installer dans la province du Québec[14]. En 2011, 3 235 Français[15] (Français étant défini ici comme né en France) se sont installés au Québec avec un visa de résident permanent (RP). Le croisement des données des recensements de 2001 et 2006[16] et des chiffres du MICC[17] permettent de connaître l'accroissement de la population française au Québec et le taux de rétention de la province. Il en ressort que sur le long terme, 55 % des immigrants français venus avec le statut de RP restent au Québec.

Langue maternelleModifier

Immigrants francophonesModifier

La venue d'immigrants francophones a peu évolué depuis 1980, sinon par une légère augmentation. En 1980, 12 % des immigrants étaient de langue maternelle française ; ils étaient 13,4 % en 2006. Sur la période 2011-2015, la proportion d'immigrants francophones s'élève à 16,9 %[18].

Immigrants anglophonesModifier

Les immigrants anglophones étaient presque égaux aux immigrants francophones en 1980, où ils représentaient 10,9 % des immigrants. Cette situation a changé. En effet, depuis la fin des années 1980, le taux d'immigrants anglophones s'est effondré. Il est passé de 10,1 % en 1986 à 3,7 % en 1990. Le résultat de 2006 n'est guère plus élevé qu'un 3,4 % comparativement aux années 1980 et 3,5 % pour la période 2011-2015[18].

Immigrants allophonesModifier

Les immigrants ayant pour langue maternelle une langue autre que le français et l'anglais étaient déjà majoritaires en 1980 où ils comptaient pour 77,1 % des immigrants. Leur nombre a progressé pour atteindre 83,2 % en 2006. Pour la période 2011-2015, cette proportion retombe à 79,6 %[18].

Statistiques récentesModifier

Immigrants admis au Québec depuis 2002 :

Année 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020[19]
Nouveaux 37 629 39 583 44 246 43 312 44 681 45 201 44 198 49 488 53 985 53 982 55 036 51 959 50 275 49 024 53 247 52 400 51 118 39 700 25 200


RéférencesModifier

  1. [1]
  2. [2]
  3. http://grandquebec.com/400-anniversaire/archives-de-quebec-2008/episodes-historiques/immigration-au-quebec/
  4. http://grandquebec.com/histoire/migration-etats-unis/
  5. Benoit Dubreuil et Guillaume Marois (2011). Le remède imaginaire. Pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec. Éditions Boréal, 320 pages
  6. « Immigration au Québec - Aperçu - Canada Immigration and Visa Information. », Canada Immigration and Visa Information. Canadian Immigration Services and Free Online Evaluation.,‎ (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2018)
  7. Nicole Turcotte (dir.), Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, Tableaux sur l'immigration permanente au Québec : 2007-2011, Gouvernement du Québec, , 49 p. (lire en ligne [PDF]), « Tableau 9a: Immigrants admis au Québec selon les 15 principaux pays de naissance, 2007‐2011 et 2011 », p. 25.
  8. Raluca Paula Filip (dir.) et Caroline Palardy (dir.), Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles, Tableaux sur l'immigration permanente au Québec : 2008-2012, Gouvernement du Québec, , 49 p. (lire en ligne [PDF]), « Tableau 9a: Immigrants admis au Québec selon les 15 principaux pays de naissance, 2008‐2012 et 2012 », p. 25.
  9. Raluca Paula Filip (dir.) et Caroline Palardy (dir.), Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Tableaux sur l'immigration permanente au Québec : 2009-2013, Gouvernement du Québec, , 49 p. (lire en ligne [PDF]), « Tableau 9a: Immigrants admis au Québec selon les 15 principaux pays de naissance, 2009‐2013 et 2013 », p. 25.
  10. Raluca Paula Filip (dir.) et Caroline Palardy (dir.), Direction de la recherche et de l’analyse prospective du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Tableaux sur l'immigration permanente au Québec : 2010-2014, Gouvernement du Québec, , 49 p. (lire en ligne [PDF]), « Tableau 9a: Immigrants admis au Québec selon les 15 principaux pays de naissance, 2010‐2014 et 2014 », p. 25.
  11. Christine Beausoleil (dir.) et Chakib Benzakour (dir.), Direction de la planification, de la recherche et des statistiques du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, 2011-2015 : Tableaux sur l'immigration permanente au Québec, Gouvernement du Québec (lire en ligne [PDF]), « Tableau 9a: Immigrants admis au Québec selon les 15 principaux pays de naissance, 2011-2015 », p. 25.
  12. Christine Beausoleil (dir.) et Chakib Benzakour (dir.), Direction de la planification, de la recherche et des statistiques du Ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, 2011-2015 : Tableaux sur l'immigration permanente au Québec, Gouvernement du Québec (lire en ligne [PDF]), « Tableau 10a Immigrants admis au Québec selon le pays de naissance, 2011-2015 », p. 29-32.
  13. Direction de la recherche et de la statistique du Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Elke Laur (dir.), Chakib Benzakour (Cordination) et Christine Beausoleil (Réalisation), 2012-2016 : Tableaux sur l'immigration permanente au Québec, Gouvernement du Québec, (ISBN 978-2-550-79052-5, lire en ligne [PDF]), « Tableau 10a Personnes immigrantes admises au Québec selon le pays de naissance, 2012-2016 », p. 26-29.
  14. Statistique Canada, Recensement de la population 2006
  15. MICC : Tableaux sur l'immigration permanente au Québec, 2006-2010
  16. Statistique Canada, Recensement de la population 2001 et 2006
  17. Ministère de l'Immigration et des Communautés Culturelles, Recherche et statistiques
  18. a b et c « Recueil de statistiques sur l’immigration et la diversité au Québec »,
  19. https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-03-18/la-pandemie-plombe-la-demographie-quebecoise.php

Voir aussiModifier

  • Immigration-Québec : site officiel du gouvernement du Québec, portail d'informations mis à la disposition des candidats à l'immigration à destination de la province de Québec.

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Julie Lacroix, Alain Gagnon et Vincent Lortie, « À l'intersection du genre et de l'origine nationale : quels sont les parcours professionnels des immigrants sélectionnés au Québec ? », Population, vol. 72, no 3,‎ , p. 435-462 (DOI 10.3917/popu.1703.0435, lire en ligne).