Carte figurative de l'instruction populaire de la France

La Carte figurative de l'instruction populaire de la France est une carte choroplèthe de la France conçue en 1826 par l'ingénieur, mathématicien et homme politique français Charles Dupin. Elle est considérée comme une des toutes premières cartes thématiques jamais réalisées. Afin d'illustrer le niveau d'éducation en France, elle représente le taux de scolarisation des garçons dans chaque département.

Carte figurative de l'instruction populaire de la France.

Histoire modifier

Charles Dupin est sans doute inspiré par les travaux du géographe Conrad Malte-Brun, qui oppose la France du Nord et la France du Sud en ce qui concerne l'instruction[1].

Dupin fait réaliser sa carte à Bruxelles[2] par le lithographe Jean-Baptiste Collon, chez Jobard frères.

Il la présente lors d'un cours le au Conservatoire des arts et métiers[3],[4],[5], puis la publie l'année suivante dans sa monographie Forces productives et commerciales de la France[6].

Description modifier

La carte constitue la partie supérieure d'une planche lithographique monochrome noir sur papier ; la partie inférieure consiste en une annexe en trois colonnes.

Les variables visuelles de la carte sont constituées d'un nuancier de hachures de couleur noire, sans aplat blanc (même la mer est représentée avec un figuré hachuré concentrique léger), allant d'une saturation faible au noir complet. Les figurés linéaires utilisés sont les contours simplifiés des départements français et les frontières de la France sous leur forme de 1826[a]. La Corse (à l'époque département unique) n'est pas représentée.

Il n'y a pas de légende et les valeurs sont exprimées directement dans les départements. Il s'agit donc à la fois d'une carte à lire et d'une carte à voir.

La légende est la suivante :

« Parallèle statistique relatif à l'enseignement populaire, à l'instruction supérieure, à l'industrie, à la richesse privée, aux revenus publics, entre la France du Nord, la France du Sud et la totalité de la France.

Dans notre carte, la noirceur des teintes correspond à la grandeur des nombres placés au-dessous du nom de chaque Département. Cette teinte et ce nombre indiquent combien il faut de personnes pour fournir un enfant mâle aux écoles. Ainsi le département de la Moselle compte un élève par dix habitants, et celui de la Haute-Loire un par 268 habitants. Les Départements les plus éclairés sur la carte, sont par conséquent ceux qui possèdent l'instruction primaire la plus étendue. J'appelle France du Nord les 32 départements séparés par une ligne presque droite, menée de Saint-Malo jusqu'à Genève. Les 54 autres départements forment la France du Sud. »

Données modifier

Tableau de données
Département Habitants par
garçon scolarisé
France du Nord ou
du Sud selon Dupin[7]
Ain     37 Sud
Aisne     13 Nord
Allier   140 Sud
Basses-Alpes (actuelles Alpes-de-Haute-Provence)     49 Sud
Hautes-Alpes     20 Sud
Ardèche     51 Sud
Ardennes     13 Nord
Ariège   125 Sud
Aube     10 Nord
Aude     41 Sud
Aveyron     77 Sud
Bouches-du-Rhône     49 Sud
Calvados     27 Nord
Cantal   209 Sud
Charente     53 Sud
Charente-Inférieure (actuelle Charente-Maritime)     33 Sud
Cher     82 Sud
Corrèze   128 Sud
Côte-d'Or     10 Nord
Côtes-du-Nord (actuelles Côtes-d'Armor)   152 Sud
Creuse     74 Sud
Dordogne   104 Sud
Doubs     11 Nord
Drôme     20 Sud
Eure     24 Nord
Eure-et-Loir     17 Nord
Finistère   199 Sud
Gard     21 Sud
Haute-Garonne     50 Sud
Gers     47 Sud
Gironde     63 Sud
Hérault     31 Sud
Ille-et-Vilaine   111 Sud
Indre     74 Sud
Indre-et-Loire   229 Sud
Isère     20 Sud
Jura     12 Nord
Landes     26 Sud
Loir-et-Cher   132 Sud
Loire     66 Sud
Haute-Loire   268 Sud
Loire-Inférieure (actuelle Loire-Atlantique)   132 Sud
Loiret     83 Nord
Lot     61 Sud
Lot-et-Garonne     40 Sud
Lozère     92 Sud
Maine-et-Loire     90 Sud
Manche     30 Nord
Marne     10 Nord
Haute-Marne     11 Nord
Mayenne     78 Sud
Meurthe     14 Nord
Meuse     14 Nord
Morbihan   222 Sud
Moselle     10 Nord
Nièvre     54 Nord
Nord     20 Nord
Oise     11 Nord
Orne     42 Nord
Pas-de-Calais     14 Nord
Puy-de-Dôme   180 Sud
Basses-Pyrénées (actuelles Pyrénées-Atlantiques)     15 Sud
Hautes-Pyrénées     16 Sud
Pyrénées-Orientales     66 Sud
Bas-Rhin     11 Nord
Haut-Rhin     13 Nord
Rhône     40 Sud
Haute-Saône     11 Nord
Saône-et-Loire     35 Nord
Sarthe     60 Sud
Seine     46 Nord
Seine-Inférieure (actuelle Seine-Maritime)     24 Nord
Seine-et-Marne     13 Nord
Seine-et-Oise     19 Nord
Deux-Sèvres     28 Sud
Somme     12 Nord
Tarn     82 Sud
Tarn-et-Garonne     66 Sud
Var     42 Sud
Vaucluse     27 Sud
Vendée     53 Sud
Vienne     70 Sud
Haute-Vienne     87 Sud
Vosges     18 Nord
Yonne     15 Nord

Réactions modifier

La carte de Dupin a provoqué une vive polémique[8].

Postérité modifier

 
Carte de France de l'instruction d'André-Michel Guerry (1833).

L'année suivant la publication de la carte originelle, Hartog Somerhausen s'en inspire pour sa Carte figurative de l’instruction populaire des Pays-Bas[9]. Adolphe Quetelet fait de même en 1831 avec des données sur la criminalité[10].

Sept ans après la publication de la carte de Dupin, le statisticien André-Michel Guerry propose une série de cartes reprenant le même procédé graphique, dont l'une est également une Carte de France de l'instruction. La diagonale est beaucoup plus visible et le nuancier est continu. La donnée indiquée dans chaque département est son rang.

George Sand, extrêmement opposée à la Commune de Paris et aux Républicains menés par Léon Gambetta, cite la carte de Guerry à la veille des législatives de . Elle est alors au château de Boussac, dans le département de la Creuse. Soucieuse de l'adhésion des paysans aux candidats du parti de la paix (orléanistes et légitimistes) soutenus par les notables et les possédants, elle compte sur l'illettrisme des masses pour aboutir à une chambre conservatrice :

« Mardi ,

Demain ! c'est le jour du vote ! On aura commencé à voter, et dans beaucoup de localités on aura fini de voter sans savoir qu'on est libre de choisir son candidat [...]. Ceux qui ne savent pas lire connaissent au moins certaines lettres qui les guident, ou, s'ils ne les connaissent pas, ils en remarquent la forme et l'arrangement avec la sûreté d'observation qui aide le sauvage à retrouver sa direction dans la forêt vierge. [...] Ils ne connaissent pas plus que moi les candidats qui passent pour représenter leur opinion. [...] Ils aiment les gros industriels, les agriculteurs éclairés, en général tous ceux qui réussissent dans leurs entreprises. [...]

Et ceci est une question d'ordre, d'économie, de sagesse et d'intelligence, ce n'est pas une question de clocher. Le paysan n'a rien à gagner chez nous au changement de personnes. Étant d'un des départements les plus noirs sur la carte de l'instruction, il est au moins préservé de l'ambition par son ignorance. »

— George Sand, Journal d'un voyageur pendant la guerre, 1871[11]

Ces propos seront relevés par l'historien Henri Guillemin dans son cycle de 13 émissions sur la Commune de Paris, diffusé par la Télévision suisse romande en 1971.

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Les départements suivants n'apparaissent pas sur la carte :

Références modifier

  1. Gilles Palsky, « La naissance de la démocartographie : Analyse historique et sémiologique », Espace populations sociétés, no 2 « La démogéographie en question »,‎ , p. 25–34 (29) (DOI 10.3406/espos.1984.956).
  2. Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l'instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d'après l'enquête de Louis Maggiolo (1877-1879) », Population, vol. 12, no 1,‎ , p. 71–92 (74) (JSTOR 1525321, lire en ligne).
  3. Gilles Palsky, « Le calcul par l'œil », dans Jean-Paul Bord (dir.) et Pierre Robert Baduel (dir.), Les cartes de la connaissance (actes du colloque Cartographie, géographie et sciences sociales, Tours, -), Karthala et Urbama, , 689 p. (ISBN 2-84586-488-4), p. 590–592 [lire en ligne].
  4. Charles Dupin, Effets de l'enseignement populaire de la lecture, de l'écriture, de l'arithmétique, de la géométrie et de la méchanique, appliquées aux arts, sur les prospérités de la France : Discours prononcé dans la séance d'ouverture du cours normal de géométrie et de méchanique appliquées, le , au Conservatoire des arts et métiers, Paris, Bachelier, , 48 p. (BNF 30379483), p. 25 sq. [lire en ligne].
  5. Charles Dupin, « Effets de l'enseignement populaire sur les prospérités de la France : Discours prononcé dans la séance d'ouverture du cours normal de géométrie et de mécanique appliquées, le , au Conservatoire des arts et métiers », Revue encyclopédique, t. 33,‎ , p. 40–63 (52 sq.) (lire en ligne).
  6. Charles Dupin, Forces productives et commerciales de la France, t. 2, Paris, Bachelier, , « Livre sixième : Parallèle de la France du Nord et de la France du Sud, avec toute la France », p. 249 sq. [lire en ligne] et pl. I.
  7. Forces productives 1827, t. 1, « Livre troisième : Forces productives et commerciales de la France septentrionale », p. 139 [lire en ligne].
  8. Bernard Ycart, « 1827 : la mode de la statistique en France, origine, extension, personnages », Histoire & Mesure, vol. 31, no 1,‎ , p. 161–194 (DOI 10.4000/histoiremesure.5333, arXiv 1410.1450, HAL hal-01071725).
  9. (en) Onno Boonstra, chap. 3 « The Dawn of a Golden Age? Historical GIS and the History of Choropleth Mapping in the Netherlands », dans Alexander von Lünen (dir.) et Charles Travis (dir.), History and GIS : Epistemologies, Considerations and Reflections, Dordrecht, Springer, , 242 p. (ISBN 978-94-007-5008-1, DOI 10.1007/978-94-007-5009-8_3), p. 27–38.
  10. Gilles Palsky, Des chiffres et des cartes : Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, coll. « Mémoire de la section de géographie physique et humaine » (no 19), , 331 p. (ISBN 2-7355-0336-3 (édité erroné)), p. 67 [lire en ligne].
  11. George Sand, Œuvres de George Sand : Journal d'un voyageur pendant la guerre, Paris, Michel Lévy frères, , 3e éd., 310 p., p. 287–291 [lire en ligne].

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Lien externe modifier