Ouvrir le menu principal

Michel Lévy frères

maison d’édition française

Logo de la maison d'édition
Logo de l'éditeur en 1868
Repères historiques
Création 1836
Fondée par Michel Lévy et ses frères Nathan et Kalmus
Fiche d’identité
Siège social Paris (France)
Langues de publication français

Michel Lévy frères est une maison d'édition fondée en 1836 au 2 bis de la rue Vivienne, dans le 2e arrondissement de Paris, par Michel Lévy et ses frères Nathan et Kalmus (plus tard francisé en Calmann)[1].

BiographieModifier

Originaires de Phalsbourg, Michel et Kalmus Lévy sont les fils d’un colporteur juif alsacien, Simon Lévy venu s'installer à Paris en 1825.

Michel LévyModifier

 
Michel Lévy
 
Tombe de Michel et Kalmus Lévy au cimetière du Père-Lachaise.

Michel, le benjamin, se lance très jeune dans le métier de l'édition et devient rapidement un éditeur renommé. En 1841, il fonde la librairie Michel Frères. En 1858, il fonde l'hebdomadaire L'Univers illustré dans lequel il peut publier en feuilleton ses auteurs et les promouvoir. Il rachète à Pierre-Jules Hetzel les droits sur Stendhal qui ne se vendait pas et le relance par son journal. Il fait signer à ses auteurs des contrats d'exclusivité, ce qui est assez nouveau. Il est aussi le premier à fabriquer de façon soignée du roman à 1 franc le volume puis du roman populaire de qualité.

À la fin du Second Empire, la maison d'édition « devient la première en Europe toutes productions confondues ». Elle accueille dans ses rangs des auteurs aussi prestigieux que Alexandre Dumas, Charles Baudelaire, Victor Hugo, Honoré de Balzac, Alphonse de Lamartine. Pour la littérature politique, elle publie Adolphe Thiers, Louis-Philippe Ier[2]

Le siège passe au 3 rue Auber en un hôtel particulier de prestige. La maison possède également la Librairie moderne située au 15 boulevard des Italiens.

Parmi leurs publications, on compte :

Né en 1821, Michel Levy meurt en 1875. Il repose dans le carré juif du cimetière du Père-Lachaise (division 7).

Kalmus dit Calmann LévyModifier

À la mort de Michel Lévy en 1875, son frère, Calmann né en 1819, reprend la maison d'édition à son compte et la rebaptise Calmann-Lévy. Après la mort de ce dernier en 1891, sa veuve Pauline lui succède. Il repose, avec son frère, dans le carré juif du cimetière du Père-Lachaise (division 7).

NotesModifier

Voir aussiModifier