Brie-sous-Chalais

commune française du département de la Charente

Brie-sous-Chalais est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Brie-sous-Chalais
Brie-sous-Chalais
Le bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Pascal Borde
2020-2026
Code postal 16210
Code commune 16063
Démographie
Population
municipale
159 hab. (2019 en diminution de 4,22 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 57″ nord, 0° 00′ 25″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 158 m
Superficie 10,34 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tude-et-Lavalette
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Brie-sous-Chalais
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Brie-sous-Chalais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brie-sous-Chalais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brie-sous-Chalais

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

Cette petite commune du Sud Charente est située à 6 km au nord-ouest de Chalais.

Brie est aussi à 4 km de Brossac, 5 km de Montboyer, 13 km de Montmoreau, 18 km de Blanzac, 22 km de Barbezieux, 39 km d'Angoulême[1].

À l'écart des grandes routes, la route principale de la commune est la D 20, route nord-sud de Chalais à Blanzac, qui passe dans la petite vallée de l'Auzance à 1,5 km à l'est du bourg. La D 89, petite route départementale de Bardenac à Montboyer passe au sud de la commune et un embranchement dessert le bourg (D 203 et D 453).

La D 674, route d'Angoulême à Libourne, passe à 4 km à l'est du bourg, par Chalais et Montboyer. La D 731, route de Chalais à Cognac par Brossac et Barbezieux, passe au sud-ouest de la commune à Bardenac[2].

La gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-ditsModifier

L'habitat est très dispersé et les hameaux sont nombreux.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Brie-sous-Chalais
Châtignac Saint-Laurent-des-Combes
Brossac   Montboyer
Bardenac Curac Chalais

Géologie et reliefModifier

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux qui occupe une grande partie du Sud Charente, mais aussi une petite zone de Santonien au nord (la Rivière) sous la forme de formation de recouvrement due aux glaciations du Quaternaire, et dont la présence témoigne aussi de la présence d'un anticlinal[3],[4],[5].

La commune occupe un plateau assez vallonné traversé par deux vallées qui convergent au sud. Son point culminant est à une altitude de 158 m, situé à l'extrémité nord-ouest près du lieu-dit Moscou. Le point le plus bas est à 54 m, situé en limite sud au confluent de l'Auzance et de la Viveronne. Le bourg, construit sur la crête entre les deux vallées, est à environ 115 m d'altitude[2].

HydrographieModifier

Réseau hydrographiqueModifier

La commune est située dans le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[6]. Elle est drainée par la Viveronne, l'Auzance et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 10 km de longueur totale[7],[Carte 1].

La Viveronne borde le sud-ouest de la commune. D'une longueur totale de 11,5 km, elle prend sa source dans la commune de Brossac et se jette dans la Tude à Chalais, après avoir traversé 5 communes[8]. L'Auzance, son affluent en rive gauche, traverse la commune du nord au sud. L'Auzance est souvent à sec en été.

De nombreuses sources occupent les vallons, comme la fontaine des Beaux Pins au sud. La Font Marzelle au pied du bourg, et la Font du Moine à l'ouest alimentent un ruisseau intermittent se jetant dans l'Auzance[2].

Gestion des cours d'eauModifier

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Isle - Dronne ». Ce document de planification, dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[9]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne[6] qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [10].

ClimatModifier

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Brie-sous-Chalais est une commune rurale[Note 1],[11]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (80 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (61,8 %), forêts (20 %), zones agricoles hétérogènes (17,3 %), prairies (0,9 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

ToponymieModifier

Une forme ancienne est Bria prope Chalesium (non datée)[17].

D'après Dauzat, l'origine du nom de Brie, comme ceux des autres communes du même nom dans la région, remonterait au gaulois briga signifiant « hauteur »[18],[19]. Le bourg de Brie est en effet sur une hauteur.

Brie s'est appelée Brie-sous-Chalais pour la distinguer des autres communes du même nom en Charente : Brie (Brie-la-Rochefoucauld) et Brie-sous-Barbezieux.

Pendant la Révolution, la commune s'est appelée provisoirement Montlauzance ou Mont L'Auzonne[20].

HistoireModifier

Au Petit Poulard, à 250 m d'un vieux chemin, aurait été notée au siècle dernier la présence de « vestiges gallo-romains »[21].

Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Brie était dans la province de Saintonge, comme Chalais, Brossac et Barbezieux.

Entre 1973 et 1993, la commune a été réunie à Bardenac et s'appelait Brie-Bardenac[22].

AdministrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1824 1831 Jean-François Rullier    
Les données manquantes sont à compléter.
1993 2008 Claude Rocher    
2008 En cours Pascal Borde SE Agriculteur éleveur

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2019, la commune comptait 159 habitants[Note 2], en diminution de 4,22 % par rapport à 2013 (Charente : −0,42 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
549573537561551546545546530
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
506486430420423430411407381
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
370380350329344298256279215
1968 1999 2005 2006 2010 2015 2019 - -
212159166166163159159--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 22,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 46,5 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 74 hommes pour 82 femmes, soit un taux de 52,56 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,59 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
1,2 
9,2 
75-89 ans
14,1 
35,5 
60-74 ans
31,8 
15,8 
45-59 ans
18,8 
14,5 
30-44 ans
12,9 
14,5 
15-29 ans
11,8 
9,2 
0-14 ans
9,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

RemarquesModifier

Entre 1973 et 1993, la commune a été réunie à Bardenac[22].

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Bons Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[28].

Équipements, services et vie localeModifier

 
La salle des fêtes.

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Saturnin.

L'église paroissiale Saint-Saturnin remonte au XIIe siècle. Elle était alors un prieuré-cure, dont le prieuré conventuel était dédié à Saint-Martin. Jadis en forme de croix latine, elle perdit son croisillon nord lors des guerres de religion. Sa nef fut revoûtée au XVIe siècle, ainsi qu'en 1853. La façade fut également reconstruite au XIXe siècle, adoptant son ancien style roman[29].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Brie-sous-Chalais » sur Géoportail (consulté le 20 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ribérac », sur Infoterre, (ISBN 2-7159-1757-0, consulté le )
  6. a et b « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  7. « Fiche communale de Brie-sous-Chalais », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  8. Sandre, « la Viveronne »
  9. « SAGE Isle - Dronne », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  10. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 397
  18. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 116.
  19. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  20. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, « Toponymie révolutionnaire en Charente », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente,‎ 4e trimestre 1986, p. 272-278 (lire en ligne [PDF] sur andre.j.balout.free.fr, consulté en )
  21. Joseph Piveteau in Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 103
  22. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Brie-sous-Chalais (16063) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  28. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  29. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 87-88

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier