Boullay-les-Troux

commune française du département de l'Essonne

Boullay-les-Troux
Boullay-les-Troux
L’hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Limours
Maire
Mandat
Hugues-Alexandre Rousseau
2020-2026
Code postal 91470
Code commune 91093
Démographie
Gentilé Boullaisiens
Population
municipale
647 hab. (2018 en augmentation de 3,35 % par rapport à 2013)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 40′ 42″ nord, 2° 02′ 59″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 177 m
Superficie 4,8 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gif-sur-Yvette
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Boullay-les-Troux
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Boullay-les-Troux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Boullay-les-Troux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Boullay-les-Troux

Boullay-les-Troux[1] (prononcé [bulɛ lɛʁu] Écouter) est une commune française située à trente kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France.

Ses habitants se nomment les Boullaisiens[2].

GéographieModifier

SituationModifier

 
Position de Boullay-les-Troux en Essonne.
Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 8,9 % 43,35
Espace urbain non construit 2,6 % 12,43
Espace rural 88,5 % 429,55
Source : Iaurif[3]

Boullay-les-Troux est située à trente kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame[4], point zéro des routes de France, vingt-neuf kilomètres au nord-ouest d'Évry[5], quatorze kilomètres au sud-ouest de Palaiseau[6], dix-sept kilomètres au nord-est de Dourdan[7], dix-sept kilomètres au nord-ouest de Montlhéry[8], dix-huit kilomètres au nord-ouest d'Arpajon[9], vingt-neuf kilomètres au nord-ouest d'Étampes[10], trente et un kilomètres au nord-ouest de La Ferté-Alais[11], trente-deux kilomètres au nord-ouest de Corbeil-Essonnes[12], quarante-trois kilomètres au nord-ouest de Milly-la-Forêt[13].

HydrographieModifier

Deux cours d'eau prennent leur source sur la commune: le Montabé, qui donne son nom à un des hameaux du village, et le Moulecrotte. Tous deux sont affluents de l'Yvette, dans la vallée de Chevreuse. Ces deux cours d'eau délimitent un espace protégé, abritant notamment des écrevisses à pattes blanches, espèce protégée.

Relief et géologieModifier

 
Commune de Boullay-les-Troux, vue depuis les champs alentour.

Le point le plus bas de la commune est situé à quatre-vingt-dix-neuf mètres d'altitude et le point culminant à cent soixante dix-sept mètres[14].

Communes limitrophesModifier

ClimatModifier

Boullay-les-Troux est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé, caractérisé par des hivers frais, des étés doux et des précipitations également réparties sur l'année. Les températures moyennes relevées à la station départementale de Brétigny-sur-Orge s'élèvent à 10,8 °C avec des moyennes maximales et minimales de 15,2 °C et 6,4 °C. Les températures réelles maximales et minimales relevées sont de 24,5 °C en juillet et 0,7 °C en janvier, avec des records établis à 38,2 °C le et −19,6 °C le . La situation en grande banlieue de la commune entraîne une moindre densité urbaine et une différence négative de un à deux degrés Celsius avec Paris. De même, la présence de rivières et de champs cause la formation de brumes et brouillards qui grèvent l'ensoleillement, établi à 1 798 heures annuellement, soit cinquante de moins que la capitale. Avec 598,3 millimètres de précipitations cumulées sur l'année et une répartition approximative de cinquante millimètres par mois, la commune est arrosée dans les mêmes proportions que les autres régions du nord de la Loire.

Données climatiques à Boullay-les-Troux.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1 2,8 4,8 8,3 11,1 13 12,8 10,4 7,2 3,5 1,7 6,4
Température moyenne (°C) 3,4 4,3 7,1 9,7 13,4 16,4 18,8 18,5 15,6 11,5 6,7 4,3 10,8
Température maximale moyenne (°C) 6,1 7,6 11,4 14,6 18,6 21,8 24,5 24,2 20,8 15,8 9,9 6,8 15,2
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 47,6 42,5 44,4 45,6 53,7 51 52,2 48,5 55,6 51,6 54,1 51,5 598,3
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Brétigny-sur-Orge de 1948 à 2002[15],[16].


Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par les lignes de bus de la SAVAC: Services automobiles de la vallée de Chevreuse.

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

 
Panneau de Boullay-les-Troux Gare.

Avant la Seconde Guerre mondiale, le tronçon Saint-Rémy-lès-Chevreuse-Limours de la ligne de Sceaux desservait la commune de Boullay-les-Troux, au lieu-dit qui est toujours appelé la gare de Boullay.

Un autre lieu-dit de la commune se situant dans la forêt entre Boullay-les-Troux et Saint-Rémy-lès-Chevreuse est le petit hameau de Montabé.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Boullay-les-Troux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[17],[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[20],[21].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Troux[réf. nécessaire], Trous vers 1265[22], E. de Trociis au XVe siècle, E. de Trocis, Tros au XVIe siècle, Trocs, Les Toues en 1621[23].

À Boullay-les-Trous, où sont signalés des carrières de pierre meulière, les "trous" indiquent-ils les excavations provoquées par l'extraction des pierres[22]?

La mention de Boullay fut ajoutée en 1864[24].

Boullay de l'ancien français boul « bouleau » (issu du latin d'origine gauloise betul(l)a) suivi du suffixe d'ancien français -ay (issu du gallo-roman -ETU) servant à désigner « un ensemble d'arbre appartenant à la même espèce », moderne -aie, d'où le sens global de « lieu planté de bouleaux »[22].

En 1793, la commune fut créée sous le nom de Les Trous, l'orthographe fut régularisée en 1801 dans le bulletin des lois.

HistoireModifier

 
Vestiges de l'ancienne gare de Boullay-les-Troux.

Vers la fin du XIIe siècle, Les terres du Boullay (Booleium ; Le Bouelois) deviennent la propriété des templiers. Elles sont dévolues ensuite aux hospitaliers[25].

Vers 1490, honorable homme et saige Guillaume Basin, docteur, régent en la faculté de médecine de Paris, seigneur du fief des Troux lez Chevreuse.

Le , le noble homme Nicolas Le Grant, seigneur des Troux, médecin ordinaire du roi, constitue une rente.

En 1644, Anne Hennequin, veuve du seigneur de Marly, se faisant fort d'Alexandre Legrand, échange la terre et seigneurie des Troux avec Anne Desault, veuve du vicomte de Corbeil, contre des rentes. Cette dernière la revendra à Guillaume Dugué en 1650.

Le village fut acheté en 1646 par Guillaume Dugué de Bagnols qui embellit l'hôtel seigneurial ; il fut un ami fervent de Port-Royal et reçut chez lui les jansénistes obligés de se disperser en 1661 ; il acheta aussi le hameau de Montabé. En 1654, Guillaume Dugué obtint de Monseigneur de Gondi, archevêque de Paris, l'autorisation de construire une nouvelle église pour remplacer l'édifice du XIIIe siècle en ruine. Le maître maçon Bricart en assura la construction en forme de croix latine et à chevet arrondi. Les travaux furent terminés en 1655. Elle était placée au centre du cimetière.

Au XIXe siècle, l'église fut consolidée, le clocher réparé. En 1854, une nouvelle cloche fut mise en place. En 1865, la paroisse fut rattachée à celle des Molières.

Jusqu'en 1939, la commune était desservie par la ligne de Sceaux.

Une nouvelle phase de rénovation complète a été entreprise par la municipalité depuis 2002 et l'église entièrement refaite est inaugurée en octobre 2012[26].

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2018, la commune comptait 647 habitants[Note 3], en augmentation de 3,35 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,41 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
211185204191204181182158147
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
167172226191229225233185194
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
211180211201236248188169203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
206253339416509581635643632
2017 2018 - - - - - - -
643647-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Boullay-les-Troux en 2009 en pourcentages[30].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,0 
4,0 
75 à 89 ans
5,7 
10,1 
60 à 74 ans
9,8 
27,8 
45 à 59 ans
24,1 
18,3 
30 à 44 ans
19,9 
19,9 
15 à 29 ans
16,5 
19,6 
0 à 14 ans
24,1 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[31].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administrationModifier

Politique localeModifier

La commune de Boullay-les-Troux est rattachée au canton de Gif-sur-Yvette, représenté par les conseillers départementaux Michel Bournat (UMP) et Laure Darcos (UMP), à l'arrondissement de Palaiseau et à la quatrième circonscription de l'Essonne, représentée par le député Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP).

L'Insee attribue à la commune le code 91 3 13 093[32]. La commune de Boullay-les-Troux est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 219 100 930. Son activité est enregistrée sous le code APE 8411Z[33].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[34].
Période Identité Étiquette Qualité
2001 En cours Alain Vigot SE Agriculteur[35]
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances et résultats politiquesModifier

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours :

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours :

Référendums :

EnseignementModifier

Les établissements scolaires de Boullay-les-Troux sont rattachés à l'académie de Versailles. Elle dispose sur son territoire d'une école primaire publique[50].

SantéModifier

Services publicsModifier

JumelagesModifier

La commune n'a développé aucune association de jumelage.

Vie quotidienne à Boullay-les-TrouxModifier

CultureModifier

SportsModifier

  • Association de football de Boullay-les-Troux (AFBT).
  • Association de tennis de Boullay-les-Troux (ATBT).

Lieux de culteModifier

 
L'église Saint-Jean-l'Évangéliste.

La paroisse catholique de Boullay-les-Troux est rattachée au secteur pastoral de Limours et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Jean-l'Évangéliste[51].

MédiasModifier

L'hebdomadaire Le Républicain relate les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

ÉconomieModifier

Boullay-les-Troux accueille un important centre d'écoutes de la direction générale de la sécurité intérieure[52],[53],[54].

Emplois, revenus et niveau de vieModifier

Boullay-les-Troux est l'une des communes françaises où la richesse moyenne par habitant est l'une des plus élevées ; en 2012, Boullay-les-Troux était classée au 16e rang pour le revenu net médian par ménage avec 5 428 € mensuel[55]. Elle est en cela la 1re commune d'Essonne[56].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 66 228 €, ce qui plaçait Boullay-les-Troux au 14e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[57].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006.
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Boullay-les-Troux - - - - - -
Zone d'emploi de Versailles 0,2 % 3,8 % 29,2 % 27,9 % 26,1 % 12,8 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006.
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Boullay-les-Troux - - - - - -
Zone d'emploi de Versailles 1,0 % 17,4 % 5,2 % 14,3 % 19,7 % 7,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %
Sources : Insee[58],[59],[60]

Culture locale et patrimoineModifier

Patrimoine environnementalModifier

Boullay-les-Troux est une commune du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Les bois du quart nord-est du territoire ont été recensés au titre des espaces naturels sensibles par le conseil général de l'Essonne[61].

La commune est traversée par le GR 655 OT, itinéraire moderne sur la variante par Chartres de la via Turonensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le cheminement qui passe tout près du hameau de Montabé et du chef-lieu, puis qui traverse le hameau de la Gare de Boullay, utilise le tracé de l'ancienne ligne de Sceaux. On vient de Saint-Rémy-lès-Chevreuse ; le prochain jalon est Pecqueuse.

Patrimoine architecturalModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Différents personnages publics sont nés, décédés ou ont vécu à Boullay-les-Troux :

HéraldiqueModifier


La commune de Boullay-les-Troux ne dispose pas de blason.

Boullay-les-Troux dans les arts et la cultureModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Boullay-les-Troux », p. 521–522
  • Marie-Pierre Boye, Un Village Janseniste ; Boullay-Les-Troux, Nizet, (ISBN 9782707803276)

Articles connexesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Fiche de Boullay-les-Troux dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 31/07/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 01/04/2009.
  3. Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 07/11/2010.
  4. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Paris sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  5. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Évry sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  6. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Palaiseau sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  7. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Dourdan sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  8. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Montlhéry sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  9. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Arpajon sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  10. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Étampes sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  11. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et La Ferté-Alais sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  12. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Corbeil-Essonnes sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  13. Orthodromie entre Boullay-les-Troux et Milly-la-Forêt sur le site lion1906.com Consulté le 04/09/2012.
  14. « Données géographiques » sur Géoportail (consulté le 19/02/2013.)..
  15. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur le site de lameteo.org (consulté le 9 août 2009).
  16. « Climatologie mensuelle à Brétigny-sur-Orge », sur infoclimat.fr (consulté le 18 août 2009).
  17. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  18. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  19. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  22. a b et c Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)[réf. incomplète].
  23. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 109-110
  26. Bulletin municipal spécial du 20 octobre 2012.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  30. Pyramide des âges à Boully-les-Troux en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 11/07/2012.
  31. Pyramide des âges de l’Essonne en 2008 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  32. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 07/01/2010.
  33. Fiche entreprise de la commune de Boullay-les-Troux sur le site verif.com Consulté le 11/04/2011.
  34. Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 25/05/2009.
  35. Fiche de la commune sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 10/05/2010.
  36. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  37. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  38. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 07/05/2012.
  39. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  40. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  41. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 20/06/2012.
  42. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  43. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  44. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  45. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23/03/2010.
  46. Résultats de l'élection cantonale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  47. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/01/2013.
  48. Résultats du référendum 2000 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  49. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 22/06/2009.
  50. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 02/09/2010.
  51. Fiche de la paroisse catholique de Boullay-les-Troux sur le site officiel du diocèse. Consulté le 13/10/2009.
  52. La dépêche, La DST ira écouter ailleurs..., 1er août 2000.
  53. Jean Marc Manach, Frenchelon: la carte des stations espion du renseignement français, 16 juin 2009.
  54. Jean-Marc Manach, « Comment on peut, en trois clics, découvrir la carte des stations d'écoute des espions de la DGSE », www.slate.fr,‎ , p. La DCRI à Boullay les Troux (lire en ligne).
  55. Salaires Moyens en France Consulté le 28/03/2012.
  56. Classement des communes françaises Consulté le 28/03/2012.
  57. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 janvier 2013).
  58. %5CCOM%5CDL_COM91093.pdf Rapport statistique communale sur le site de l'Insee. Consulté le 25/05/2010.
  59. %5CDL_ZE19901142.pdf Rapport statistique de la zone d'emploi de Versailles sur le site de l'Insee. Consulté le 25/05/2010.
  60. Rapport statistique national sur le site de l'Insee. Consulté le 05/07/2009.
  61. Carte des ENS de Boullay-les-Troux sur le site du conseil général de l'Essonne. Consulté le 03/2019.