Ouvrir le menu principal

Bonnétable

commune française du département de la Sarthe

Bonnétable
Bonnétable
Le château de Bonnétable.
Blason de Bonnétable
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Bonnétable
Intercommunalité Communauté de communes Maine Saosnois
Maire
Mandat
Frédéric Barré
2017-2020
Code postal 72110
Code commune 72039
Démographie
Gentilé Bonnétablien
Population
municipale
3 869 hab. (2016 en diminution de 2,17 % par rapport à 2011)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 00″ nord, 0° 26′ 00″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 167 m
Superficie 40,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Bonnétable

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Bonnétable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnétable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnétable
Liens
Site web www.bonnetable.net

Bonnétable est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 3 869 habitants[Note 1] (les Bonnétabliens).

Sommaire

GéographieModifier

Lieux-dits et écartsModifier

  • Aulaines
  • Citeau
  • la Mare Pineau

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le toponyme est attesté sous la forme Malum Stabulum vers 1090 et de Bono Stabulo en 1288, « mauvaise » puis « bonne étable »[1]. Le changement est dû soit, selon la légende, à la suite de l'hospitalité obtenue du roi par de jeunes seigneurs (de Nemours ?), venus y chasser, soit du fait d'améliorations apportées aux terres et prairies[réf. nécessaire].

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Selon Maumené (1908- op.cit.), un acte notarial daté du 10 août 1507 indique que la forêt de Clossay, principal « noyau » de la terre de Bonnétable, venait jusqu'à Terrehault en passant par Rouperoux. Le domaine fut constitué au fil des siècles par la réunion de terres, comme en 1489 celle de Convoise et ses dépendances, réunie en 1562 au fief de Genay.

En 1908, le domaine du château comptait 3 500 hectares, dont 1 100 hectares de forêts sillonnés de 80 kilomètres de routes, et pas moins de 80 fermes.

Dans le Dictionnaire géographique universel publié en 1825 par la société de géographes, Bonnétable est citée comme ville productrice de siamoises, calicots et mouchoirs de coton. L'élevage est important car huit foires aux bestiaux ont lieu chaque année.

Les seigneursModifier

En 732, Morin du Malleray, seigneur de Malestable, fournit cinquante hommes d'armes à Charles, maire du palais d'Austrasie.

Après 1080, la terre appartient à Rotrou Ier, comte de Montfort, fils du comte du Perche Rotrou II, du fait de sa femme Lucie de Gennes, fille d'Hugues de Gennes et d'Agnès de Chaource, descendante du constructeur d'un donjon au-dessus de l'actuel château.

À la fin du XIIIe siècle, la terre passa à Guillaume VI de Parthenay, époux de Jehanne/Jeanne Rotrou de Montfort (dernière héritière de la branche des Rotrou qui eut Montfort-le-Rotrou et Vibraye), puis à leur fils Jehan/Jean Ier de Parthenay, dont la fille Ysabeau de Parthenay l'apporta à Jehan IV comte d'Harcourt, † 1346 à Crécy. Bonnétable et Vibraye furent ensuite à leur fils Jean V comte d'Harcourt (exécuté en 1356 pour trahison sur l'ordre de Jean le Bon), puis à un fils de ce dernier, Philippe, frère cadet du comte Jean VI († 1388) et de Jacques Ier d'Harcourt-Montgomery († 1405). Philippe (vers 1353-1403), mari de Jeanne de Tilly, fut donc la souche des d'Harcourt barons de Bonnétable. Lui succédèrent son fils Girard/Gérard († 1424 à Verneuil), puis son petit-fils Jean III ou Ier d'Harcourt-Bonnétable († 1487).

Devant l'impossibilité de rétablir solidement son château, Jehan/Jean III-Ier d'Harcourt-Bonnétable (mort en 1487) demanda au roi Louis XI l'autorisation de construire un nouveau château au-dessous du donjon évoqué plus haut ; le 15 juillet 1476, il en arrêta les plans et devis avec le maître maçon Mathurin Delandelle, de Couture près de Monsabert, et les travaux commencèrent le 7 janvier 1479.

Deux sœurs, Jeanne (1507-1523) puis Gabrielle d'Harcourt-Bonnétable, filles de François († 1520), petites-filles de Jean III et arrière-arrière-petites-filles de Philippe d'Harcourt ci-dessus, l'apportèrent à leur mari Charles de Couesme seigneur de Lucé-au-Maine, † 1543, qu'elles épousèrent successivement ; leur fortune foncière fut partagée entre les deux enfants de Gabrielle et Charles de Coësme en 1547 : Louis de Couesme(s) ou Coesme, Coësme(s), chevalier, baron de Lucé et seigneur de Bonnétable, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, se vit alors attribuer « la chastellenie et le chastel de Bonnestable, sa terre et seigneurie avec les métairies des Chotardières (Chetardière) et de Monthier (Montheier) en Aulaines ».

Époux d'Anne de Pisseleu (nièce de la duchesse d'Etampes favorite de François Ier), habitué au faste de la Cour, Louis de Coësme fit exécuter des travaux d'embellissement dans ses deux châteaux et achever la chapelle de Bonnétable, commencée par son père. Sa fille Jeanne de Coesme épousa un aristocrate piémontais, Louis de Montafié de Carignan, et leur propre fille Anne de Montafié (1577-1644) transmit Bonnétable aux Bourbon-Condé-Soissons par son mariage avec Charles (1566-1612), fils de Louis Ier de Condé et de Françoise d'Orléans-Longueville.

En 1620, la comtesse de Soissons (Anne de Montafié), qui y demeurait veuve, le fit agrandir en ajoutant au sud une aile rejoignant la tour ouest (actuelle aile gauche), et y reçut Louis XIII allant signer le traité dit des Ponts-de-Cé.

En 1692, à la mort de sa tante de Savoie-Carignan née Marie de Bourbon-Soissons, Louis-Henri de Bourbon-Soissons (petit-fils d'Anne de Montafié et Charles de Soissons par son père Louis ; héritier de sa cousine Marie d'Orléans-Longueville pour le comté de Dunois, Noyers et Coulommiers ; prétendant à la succession de la principauté de Neuchâtel et Valangin) devint seul seigneur de Bonnétable, qu'il transmit à sa fille Léontine-Jacqueline, épouse de Charles-Philippe d'Albert duc de Luynes et de Chevreuse. D'où la succession présentée plus bas.

Dans son Dictionnaire topographique de la Sarthe, Julien Rémy Pesche cite également l'ancien nom d'un quartier de la ville : Mellerets ou Melleray.

En 1965, Bonnétable, qui comptait 3 390 habitants, a absorbé la commune d'Aulaines et ses 350 habitants.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1800 - Louis Jacques Désiré Nadot    
1818 - Jean Ladislas Livet    
1825 - Flavien Nadot    
1834 - Louis Pageot    
1842 - Charles Edouard Luzu    
1851 - Louis Eugène Girard   Conseiller général du canton de Bonnétable (1848 → 1852)
1860 - Guillaume-Louis Sénié-Pradier    
1866 - Léon Emile Gourdeau    
1908 - Vicomte Armand de La Rochefoucauld   Propriétaire, conseiller général du canton de Bonnétable (1912 → 1940)
Les données manquantes sont à compléter.
Marcel Vigneron DVG puis DVD Directeur de collège, conseiller général du canton de Bonnétable (1973 → 1982)
André Boyer DVD Médecin, conseiller général du canton de Bonnétable (1982 → 1988)
Maurice Bâcle DVD Conseiller général du canton de Bonnétable (1994 → 2001)
Yvon Marzin DVG Directeur d'école retraité, conseiller général du canton de Bonnétable (2001 → 2008)
Christian Fleury PCF[2] Retraité de La Poste

(démission)
Jean-Pierre Vogel[3] UMP-LR Expert-comptable, sénateur de la Sarthe (2014 → ), Ancien conseiller général du canton de Bonnétable (2008 → 2014)
En cours Frédéric Barré[4] DVD Enseignant
Les données manquantes sont à compléter.

ÉducationModifier

La ville de Bonnetable comporte plusieurs écoles et un collège.

  • L'école maternelle Charles-Perrault.
  • L'école primaire publique Catherine Paysan
  • L'école privée du Sacré-Cœur.
  • Le collège public La Foresterie.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 3 869 habitants[Note 2], en diminution de 2,17 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
4 3734 5874 6464 8825 8035 7465 1635 2655 028
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 0484 9564 8554 6374 6584 4794 4404 2944 287
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 2114 2844 1633 7353 6163 6303 4763 4703 419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3 3903 5053 8333 8263 8994 0184 0853 9943 874
2016 - - - - - - - -
3 869--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

  • Agroalimentaire Desfis, charcuterie Ruel, les Maîtres Laitiers.
  • Confection Macosa.
  • Grains Agrial.

Lieux et monumentsModifier

Monuments historiquesModifier

Église Notre-Dame d'AulainesModifier

Église paroissiale de l'ancienne commune d'Aulaines, elle a été édifiée au XIIe siècle et remaniée aux XIIIe et XVe siècles. Elle a été inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 13 septembre 1984[9].

Château de BonnétableModifier

Article détaillé : Château de Bonnétable.

L'actuel château, construit en 1479 par Jehan/Jean III ou Ier d'Harcourt-Bonnétable († 1487), a été restauré dans les années 1880, dans le style néo-gothique alors en vogue, par Sosthènes II de La Rochefoucauld, 4e duc de Doudeauville après son frère le 3e duc Stanislas († 1887), avec l'aide de l'architecte Henri Parent. La muraille, le pont-levis et les fossés supprimés et desséchés avant la Révolution de 1789, furent rétablis. Les jardins ont été aménagés par les frères Denis et Eugène Bühler sous les instructions de Sosthène(s) II de La Rochefoucauld, duc de Doudeauville, et le château ré-inauguré lors d'une fête brillante le 26 août 1888.

Parent, que le duc employa aussi à l’embellissement de son hôtel parisien (actuelle ambassade d'Italie) fit appel à des artistes manceaux pour les travaux de sculpture, peinture et décoration, dont Mélusine, « fée protectrice du château » (les La Rochefoucauld prétendaient descendre des Lusignan et de la fée Mélusine, "mère des Lusignan") constitua le sujet principal. La cheminée de la salle à manger porte la devise des La Rochefoucauld (« C'est mon plaisir »), et celle des de Ligne (« Toujours droit ») du fait du remariage en 1862 du duc Sosthènes II avec une princesse de cette famille, Marie-Georgine-Sophie-Hedwige de Ligne.

En 1908, la salle à manger aux murs tendus de cuir abritait des tapisseries de Beauvais, et la chapelle — « Haute Epoque répandue dans les grandes maisons catholiques du XIXe siècle » — ornée de onze médaillons rappelant un des traits des saints patrons des onze enfants du duc.

L'ensemble formé par le château, les communs, le mur d'enceinte et le parc, qui s'étend sur la commune de Briosne-lès-Sables, a été inscrit au titre des Monuments historiques par arrêté du 29 novembre 1991[10].

Au XVIIIe siècle, Bonnétable fut apporté en dot aux d'Albert ducs de Luynes et de Chevreuse, comme nous l'avons mentionné plus haut : Charles-Philippe par son mariage < son fils Marie-Charles < son fils Louis-Joseph d'Albert de Luynes, « que les largesses en distribution de blé aux habitants de Bonnétable et Dampierre pendant la disette qui précéda la Terreur, obligèrent à vendre une partie du domaine » (Maumené, op. cit.). Il échut aux descendants de sa petite-fille Elisabeth-Hélène de Montmorency (née 1790-† 1834 ; fille de Pauline-Hortense de Luynes et de Mathieu duc de Montmorency-Laval ; épouse de Sosthènes Ier de La Rochefoucauld, duc de Doudeauville), à la mort en 1858 de la duchesse de Montmorency Pauline-Hortense (née en 1774 ; décédée bien après sa fille Elisabeth-Hélène), qui apparaît dans ce témoignage d'une de ses invitées décrivant l'ancien manoir et la faïencerie :

« C'est un vieux manoir à grosses tourelles, à murs épais, à fenêtres rares et étroites; peu meublé, point orné, mais solide, propre, et où le nécessaire en tout genre se trouve, depuis l'aumônier jusqu'à une bassinoire. La prière du soir, dite à haute voix par la duchesse Mathieu de Montmorency elle-même, m'a fort touchée (...) se promener dans les fossés desséchés et plantés par les soins de la Duchesse, qui, nous a promenés dans ses potagers et dans tout son singulier manoir (...) le très bel hospice et les écoles fondées par (elle) ; tout y est parfaitement entretenu, et beaucoup plus soigné qu'au château; une grande pharmacie (...) elle nous fait monter ensuite dans une vieille voiture dont la doublure était mangée aux vers mais traînée par quatre jolis chevaux menés à grandes guides par un des anciens cochers de Charles X (...) Au centre d'une forêt, où six routes aboutissent à un carrefour, il y a une immense clairière (où) la Duchesse a fait construire une faïencerie, avec toutes les dépendances, c'est presque un village, qui occupe soixante-huit personnes. »

— Duchesse de Dino[11]

En 1908, « une fabrique de grosses poteries est installée dans la forêt; le duc la fait fonctionner surtout pour donner du travail aux ouvriers ». « Toutes les matières premières nécessaires se trouvent sur place » (Maumené, op.cit., p.13). Les La Rochefoucauld-Doudeauville ont possédé le château jusqu'au XXe siècle finissant : Sosthènes III (1897-20 octobre 1970, décédé et enterré à Bonnétable ; fils du duc de Doudeauville Armand-François-Jules, petit-fils de Sosthènes II et arrière-petit-fils de Sosthènes Ier) ; puis sa sœur Hedwige-Françoise de La Rochefoucauld (1896-1986 ; femme de Sixte de Bourbon-Parme, frère de l'impératrice Zita) ; mais la fille de cette dernière, Isabelle de Bourbon-Parme (1922-2015 ; épouse de Roger-Alexandre-Lucien-François de La Rochefoucauld d'Estissac, 1915-1970, d'où postérité), doit se séparer du domaine de Bonnétable. Vers 1998/1999, Rainer Kensy von Echlin (de) et sa femme Ann-Elizabeth née Patterson, acquièrent le château de Bonnétable. On remarquera que de la famille de Gennes (Pont-de-Gennes, le Gesnois) à Isabelle de Bourbon-Parme, du XIe au XXe siècle, une seule famille en lignée féminine a possédé le domaine de Bonnétable pendant près de mille ans.

Autres monuments et sites touristiquesModifier

Église Saint-SulpiceModifier

 
L'église Saint-Sulpice-et-Saint-Étienne.

L'église Saint-Sulpice, des XIe et XIXe siècles, est dotée d'un orgue en bois de 1850 restauré à la fin du XXe et de vitraux sur la vie de saint Sulpice du maître verrier François Fialeix.

Gare de Bonnétable et chemin de fer touristique de la SartheModifier

Article détaillé : Tramways de la Sarthe.

Le jardin potager de BonnétableModifier

Le jardin potager créé par les frères Bühler à la fin du XIXe siècle sur une commande du duc de Doudeauville, a été fonctionnel pendant près de 80 ans et laissé à l'abandon pendant une vingtaine d'années.

En 1999, la municipalité du moment décide de l'acquérir mais il faudra attendre 2002 pour que soit créée par madame Geneviève Bellanger, une association pour la restauration et la sauvegarde du site[12].

Aujourd'hui, les serres classées ont été restaurées ainsi que les dépendances (écuries, selleries) ; le jardin retrouve peu à peu sa splendeur du passé. Le site est devenu aujourd'hui un atout touristique majeur pour la communauté de communes Maine 301, qui a pris la compétence tourisme en 2008.

Activité et manifestationsModifier

  • Foire de printemps, le 1er mai.
  • Marché aux fleurs et aux plants, le 1er dimanche de mai.
  • Comice agricole, le dernier week-end d'août.
  • Fête du potiron, le 3e week-end d'octobre.
  • Foire aux arbres, le dernier dimanche de novembre.
  • Foire de la Saint-Nicolas, le deuxième samedi de décembre.
  • Le musée des Automates présente des personnages animés mus par des mécanismes les plus divers. Environ 70 automates sont exposés. Il est ouvert sur rendez-vous.

JumelagesModifier

Bonnétable est jumelée avec :

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  2. « Atlaspol - Sarthe » (consulté le 25 septembre 2010)
  3. « De nouveaux maires et adjoints élus dès ce vendredi soir », Le Maine libre, (consulté le 29 mars 2014).
  4. « Bonnétable Un enseignant succède à Jean-Pierre Vogel à la mairie », Le Maine libre, (consulté le 14 octobre 2017).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Église d'Aulaines », notice no PA00109688, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Château de Bonnétable », notice no PA00110008, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Duchesse de Dino, à Bonnétable les 17 et 18 septembre 1836, dans : Chronique, de 1830 à 1862, Plon, 1909, p. 250).
  12. « Jardin potager de Bonnétable - Historique » (consulté le 31 octobre 2011)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier