Marie-Charles-Louis d'Albert de Luynes

duc de Luynes et de Chevreuse

Marie-Charles-Louis d’Albert, cinquième duc de Luynes, duc de Chevreuse, né le et mort le , est un militaire français.

Charles-Louis d'Albert de Luynes
Biosse - Marie Charles Louis d'Albert, duc de Luynes et de Chevreuse.jpg
Le duc de Chevreuse en uniforme de colonel général des dragons en 1770.
Titres de noblesse
Duc de Chevreuse
-
Prédécesseur
Successeur
Duc de Luynes
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Louise-Léontine de Bourbon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Louis-Joseph-Charles-Amable d'Albert de Luynes
Marie Paule Angelique d'Albert de Luynes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinctions
Armes des 5e et 6e ducs de Luynes.png
blason

BiographieModifier

 
Le jeune Marie-Charles-Louis d'Albert de Luynes par Hyacinthe Rigaud - Château de Dampierre.

Fils de Charles Philippe d'Albert de Luynes (1695-1758), quatrième duc de Luynes, et de Louise-Léontine de Bourbon-Soissons-Neuchâtel (1696-1721), il est duc titulaire de Montfort, puis de Chevreuse, comte de Montfort, puis duc de Luynes et pair de France, prince de Neuchâtel (titre revendiqué mais non reconnu par le Roi), marquis de Saissac et de Dangeau, comte de Tours, de Noyers et de Dunois.

Il fait une carrière militaire, Brigadier de dragons (1736), Maréchal de camp (1743), lieutenant général des armées du Roi (1748).

Il fut aussi colonel général des Dragons (1754), gouverneur de Paris (1757) et chevalier des Ordres du Roi (1759) [1].

Prenant part à la guerre de 1733, il fit les campagnes de 1745 et 1735. Dans la guerre suivante, il était à l'escalade de Prague en 1741. La même année, il reçut quatre blessures au combat de Sahay à la tête des dragons. Il était, en 1742, à la défense de Prague comme il avait été à l'attaque. Il assista enfin à tous les sièges et à toutes les batailles mémorables de cette même guerre.

Mariages et descendanceModifier

Il épouse à Paris, paroisse Saint-Sulpice, le , Thérèse Pélagie d'Albert de Grimberghen, fille de Louis-Joseph d'Albert de Luynes, prince de Grimberghen et du Saint Empire, ambassadeur de l'Empereur d'Autriche en France (fils cadet du duc Louis-Charles), et de Madeleine Marie Honorine Charlotte, princesse de Berghes. Elle meurt en 1736 à Paris, paroisse Saint-Sulpice. Elle était la nièce de l'arrière-grand-père de Marie-Charles-Louis, le duc Charles-Honoré (fils aîné du duc Louis-Charles), et la cousine germaine de son père, le duc Honoré-Charles.

Il se remarie à Paris, paroisse Saint-Roch, le , avec Henriette Nicole Pignatelli d'Egmont (née en 1719, décédée à Paris le ), sœur de Casimir, fille de Procope Charles Nicolas Augustin Pignatelli, duc de Bisaccia (v. 1696-1743), et d’Henriette Julie de Durfort de Duras de Braine (1696-1779). De leur union naissent plusieurs enfants sur la paroisse de Saint-Sulpice de Paris[2]:

ArmoiriesModifier

 
Ses armoiries sur la reliure d'un livre lui ayant appartenu.

Écartelé : aux 1 et 4, d'Albert ; aux 2 et 3, contre-écartelé : a) et d) de Bourbon-Soissons ; b) et c) de Montmorency, sur le tout des quartiers 2 et 3, de Neufchâtel.

Pour approfondirModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve & Larose, , 1218 p. (ISBN 2-7068-1219-2), p. 523-524
  2. Henri Paul César Chastellux, « Notes prises aux archives de l'état-civil de Paris », Revue historique nobiliaire et bibliographique, tome 7, 1872, p. 130. Ouvrage numérisé.
  3. Charles Marie Léopold, comte de Dunois, maître de camp en second du régiment colonel général des dragons, et fils aîné du duc de Chevreuse, meurt le 12 avril à Ruremonde à l’armée du Bas-Rhin, dans la dix-huitième année de son âge. Son corps est inhumé dans l’église cathédrale de Ruremonde, dans la Gueldre, son cœur devant être transporté à Paris, pour être déposé dans l’Eglise de Saint-Sulpice. Gazette de France, 1758.
  4. Archives départementales des Yvelines, 102E-DÉPÔT 9, registre paroissial de Dampierre en Yvelines 1751-1775, vues 123-126/ 379, 23 mai 1758, mariage de Joseph Louis d’Albert d'Ailly et Marie Paule Angélique d’Albert de Chevreuse. Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), L. Dussieux et E. Soulié (éd.), Paris, Firmin Didot frères, fils & cie, libraires, 1864, tome XVI (1757-1758), p. 448-449. Ouvrage numérisé.