Auriol (Bouches-du-Rhône)

commune française du département des Bouches-du-Rhône

Auriol
Auruou / Auriòu
Auriol (Bouches-du-Rhône)
Portail de la maison du légionnaire.
Blason de Auriol Auruou / Auriòu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Marseille
Intercommunalité Métropole d'Aix-Marseille-Provence
Maire
Mandat
Véronique Miquelly
2020-2026
Code postal 13390
Code commune 13007
Démographie
Gentilé Auriolaises, Auriolais
Population
municipale
12 771 hab. (2018 en augmentation de 12,77 % par rapport à 2013)
Densité 286 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 05″ nord, 5° 38′ 10″ est
Altitude 380 m
Min. 171 m
Max. 937 m
Superficie 44,64 km2
Unité urbaine Marseille-Aix-en-Provence
(banlieue)
Aire d'attraction Marseille - Aix-en-Provence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Allauch
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Auriol
Auruou / Auriòu
Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône
Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Auriol
Auruou / Auriòu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auriol
Auruou / Auriòu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auriol
Auruou / Auriòu
Liens
Site web http://www.mairie-auriol.fr/

Auriol est une commune provençale située dans le département des Bouches-du-Rhône, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est jumelée depuis le 11 décembre 2010 avec la commune italienne de Castelnuovo Rangone.

Ses habitants sont appelés les Auriolais, Auriolaises.

Le nom de la commune en provençal est Auruou (norme mistralienne[1],[2]) ou Auriòu (norme classique).

GéographieModifier

SituationModifier

La commune d'Auriol est située à l'extrémité est du département des Bouches-du-Rhône, entre les massifs de la Sainte-Baume (au sud) et du Regagnas (au nord), à une altitude comprise entre 170 mètres (confluent de l'Huveaune de du Merlançon, à Pont-de-Joux) et 937 mètres (sommet de Roque-Fourcade).

Marseille est à 25 kilomètres au sud-sud-ouest, Aix-en-Provence à 25 kilomètres au nord-nord-ouest.

Communes limitrophesModifier

Communications et transportsModifier

Auriol est traversée d'ouest en est par l'ancienne route nationale 560 reliant la vallée de l'Huveaune à l'intérieur du département du Var. La bretelle autoroutière A520 permet un accès direct depuis ou vers Marseille et Toulon. L'échangeur de la Bouilladisse sur l'autoroute A52 donne accès à l'autoroute A8, donc à Aix-en-Provence et à Nice.

De Auriol à Saint-Zacharie, la D 560 est doublée par la D 45, qui passe à Saint-Pierre et au Moulin du Redon. La D 45a relie Auriol (Saint-Pierre) d'une part à la Bouilladisse par l'intérieur, d'autre part à Plan-d'Aups-Sainte-Baume par le vallon de Vède. La D 45e relie le bourg au Maltrait par Saint-Barthélemy.

Les lignes 8 et 9 des « Bus de l'Agglo » relient Aubagne à Saint-Zacharie par Auriol. Des renforts scolaires existent entre Aubagne et Auriol (8S). La ligne 5 passe au Pont-de-Joux.

L'ancienne ligne de chemin de fer reliant Aubagne à Fuveau, actuellement abandonnée, possédait une gare nommée Auriol - Saint-Zacharie, à Pont-de-Joux. La remise en service de la ligne est réclamée depuis longtemps par les riverains. La communauté d'agglomération du pays d'Aubagne et de l'Étoile étudie la possibilité de la rouvrir jusqu'à la Bouilladisse, pour y faire circuler un tramway à voie unique[3]. Les travaux pourraient démarrer en 2021 pour une ouverture en 2023[4].

ClimatModifier

À défaut de station météorologique plus proche, le tableau ci-dessous indique les relevés météorologiques de la station de Marignane pour la période 1961-1990. Ces paramètres sont modifiés localement par la situation de la commune à l'intérieur des terres entre plusieurs massifs montagneux.

  Relevés météorologiques de Marignane - 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,7 3,8 5,7 8,6 12,2 15,9 18,5 18 15,4 11,6 6,8 3,4 10,2
Température moyenne (°C) 6,7 7,9 10,2 13,2 17,1 20,9 23,8 23,2 20,3 16,1 10,7 7,3 14,8
Température maximale moyenne (°C) 10,7 12,1 14,7 17,8 21,9 25,8 29 28,4 25,2 20,5 14,6 11,2 19,3
Nombre de jours avec gel 9,1 5,7 1,8 0 0 0 0 0 0 1 2,1 7,1 26,8
Ensoleillement (h) 150 155,5 215,1 244,8 292,5 326,2 366,4 327,4 254,3 204,5 155,5 143,3 2 835,5
Précipitations (mm) 47,2 54 43,7 47,9 42,3 27,8 13,7 29,3 46,7 77,6 58,4 55,8 544,4
Humidité relative (%) 75 72 67 65 64 63 59 62 69 74 75 77 69


HydrographieModifier

 
L'ancien moulin Plumier.

L'Huveaune, fleuve côtier qui draine les eaux du versant nord de la Sainte-Baume, traverse la commune d'est en ouest, dans une plaine assez large au sol riche, où se concentrent les habitations et les activités de la commune, ce qui contraste avec le cours du fleuve en amont et en aval, très encaissé. Cette ressource en eau a été décisive dans le développement d'activités artisanales aux siècles précédents mais aujourd'hui disparues tels que moulins, scieries, filature ou minoteries[5].

Son principal affluent, le ruisseau de Vède, rassemble plusieurs sources des pentes de Roque-Fourcade, dont certaines épisodiques (source des Brayes, de Tolon, des Encanaux, de l'Infernet) et se jette dans l'Huveaune à l'entrée du bourg.

Le Merlançon longe la limite ouest de la commune, du Maltrait à Pont-de-Joux, où il conflue avec l'Huveaune.

La branche Marseille-est du canal de Provence traverse la zone nord de la commune en souterrain. Plusieurs installations techniques associées se situent à Saint-Barthélemy (brise-charge, fenêtre) et au-dessus du Maltrait (puits).

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Auriol est une commune urbaine[Note 1],[6]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Marseille-Aix-en-Provence, une agglomération inter-départementale regroupant 50 communes[9] et 1 596 326 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Marseille-Aix-en-Provence est la troisième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris et Lyon[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Marseille - Aix-en-Provence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (68,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (19,3 %), zones urbanisées (16,5 %), cultures permanentes (8,4 %), zones agricoles hétérogènes (5,8 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,6 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

ToponymieModifier

Attestée sous la forme villa Auriolo en 984.

On admet le plus souvent[réf. nécessaire] qu'il s'agit d'un sobriquet comparant l'individu à un loriot (auriou en provençal). Il est possible que[évasif] sa couleur dorée soit un symbole de majesté, dans ce cas le nom serait formé directement sur l'adjectif latin aureolus, indissociable de l'auréole. C'est d'autant plus plausible qu'au Moyen Âge il était fréquemment utilisé comme nom de baptême[réf. nécessaire].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Nombreuses grottes (grotte des Infernets, grotte des Morts[réf. nécessaire]) dans la vallée du Vède et abris dans les tufs de Pont-de-Joux (sépultures, haches du Néolithique, crânes).

AntiquitéModifier

Absorption des Ligures par les Celtes (Celto-ligures). Nombreux oppida dont l'oppidum du Baou Redon et l'oppidum du Baou Rouge.

Installation des Phocéens à partir du VIe siècle av. J.-C. (trésor d'Auriol) et des Romains à partir du IIe siècle av. J.-C. (bataille de l'Arc : victoire de Marius sur les Teutons à Campus Putridi ; prise de Marseille par Jules César en 49 av. J.-C.).

Site paléochrétien de Saint-Pierre d'Auriol (autel paléochrétien au chrisme et douze colombes, église à crypte, reliques de saint Victor, culte de Cassien, Marie-Madeleine).

Moyen ÂgeModifier

Isnard de Mauconseil (? - ap. 1395), damoiseau, originaire d'Aix et coseigneur d'Auriol, fut également en 1378 châtelain de Mison.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté d’Auriol, initialement carliste, est confisquée ou conquise par les troupes angevines au début de la guerre (avant 1385)[16].

Période moderneModifier

Auriol est ravagé par la peste de 1576 à 1584. Le château est dévasté par le duc d'Epernon en 1593. Les armoiries du village datent de 1697.

Période contemporaineModifier

En juillet 1981, cette commune tranquille est le théâtre de la tristement célèbre tuerie d'Auriol, impliquant le service d'action civique (SAC), dans laquelle l'inspecteur de police Jacques Massié et toute sa famille sont massacrés.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1881 mars 1888 Pierre Mathieu    
1888 mars 1891 François Negrel    
1891 mars 1891 Pierre Mathieu    
1894 mars 1900 Timothée Ravel    
1900 mars 1908 Honoré Plumier    
1908 mars 1928 Adrien Charles    
1928 mars 1928 Jean-Baptiste Robert    
1929 mars 1935 François Roubaud    
1941 mars 1944 François Roubaud    
1945 mars 1954 Marius Pascau    
1954 mars 1965 Adolphe Bonnet    
1965 mars 1972 Paul Feraud    
1973 mars 2001 Lucienne Martin PCF  
mars 2001 mai 2020 Danièle Garcia DVG Conseillère générale du canton de Roquevaire (2008-2015)
Sénatrice des Bouches-du-Rhône (2020-2020)
mai 2020 En cours Véronique Miquelly DVD  

Politique environnementaleModifier

La commune fait partiellement partie du nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [17].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[18],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 12 771 habitants[Note 4], en augmentation de 12,77 % par rapport à 2013 (Bouches-du-Rhône : +2,07 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 6723 6273 9304 8575 3205 3195 1055 1325 223
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
5 1075 0475 1824 8044 6922 9422 7532 6852 640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 6502 7392 7012 7312 8272 8232 8072 8092 657
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 7413 0003 2785 2226 7889 45811 44211 88611 417
2018 - - - - - - - -
12 771--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivitésModifier

ÉconomieModifier

L'économie d'Auriol est fondée sur la viticulture, l'oléiculture et le commerce (centre commercial du Pujol).

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Pierre d'Auriol[21] ;
  • Église du moulin de Redon[21] ;
  • Chapelle du couvent des Capucins[21] ;
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Voyage[21] ;
  • Chapelle Sainte Croix[21] ;
  • La vallée de l’Huveaune[22] ;

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

d'argent à un oiseau appelé loriot au corps d'or à aile et queue noires, perché sur une branche d'arbre posée en bande d'argent.

La description de l'ancien blason d'Auriol est : « d'or à un oiseau appelé loriot de sinople sur une branche d'arbre posée en bande du même ».

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Lou tresor dóu Felibrige, F. Mistral, vol. 1 p. 181 de l'édition CPM de 1979.
  2. Zou, boulégan ! expressions familières de Marseille et de Provence, Bonnetton, 2000, p. 123
  3. Site de la concertation
  4. « Le Val'Tram de Valdonne reliera Aubagne à La Bouilladisse en 2024 », sur Made in Marseille, (consulté le 28 mai 2019)
  5. Notre histoire sur le site de la mairie d'Auriol
  6. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Unité urbaine 2020 de Marseille-Aix-en-Provence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 mai 2021)
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 416.
  17. décret de constitution du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a b c d et e | Observatoire du patrimoine religieux
  22. | Provence 7, A Vivre, A Voir, A Visiter, A Connaître

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Auriol-en-Provence, monographie historique en deux tomes sur l'histoire de la Provence (400 pages, 400 photos, importante bibliographie), écrite par Bruno Carpentier : ouvrage d'histoire sur cette commune et l'ensemble des communes de la moyenne vallée de l'Huveaune. Contact : mairie d'Auriol (voir ci-dessus le lien vers site officiel de la mairie). (ISBN 2-9527892-0-7) et (ISBN 978-2-9527892-0-2)
  • Auriol, Véronique et Michel Laurent.- Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône) : Equinoxe, 1997.- 80 p. (Temps retrouvé). (ISBN 2-84135-058-4) (Br.); Evolution historique de la ville d'Auriol du début du siècle à nos jours, à travers des photographies.