Arrondissement de Riom

arrondissement français

Arrondissement de Riom
Arrondissement de Riom
Situation de l'arrondissement de Riom dans le département du Puy-de-Dôme.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département et
collectivité territoriale
Puy-de-Dôme
Chef-lieu Riom
Code arrondissement 63 4
Démographie
Population 136 061 hab. (2018)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 53′ 32″ nord, 3° 06′ 40″ est
Superficie 2 705,3 km2
Subdivisions
Cantons 13 (avant redécoupage)
8 (après redécoupage)
Communes 136 (2015)
155 (2017)

L'arrondissement de Riom est une division administrative française, située dans le département du Puy-de-Dôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes.

CompositionModifier

 
L'arrondissement dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Découpage cantonal avant 2015Modifier

La composition de l'arrondissement ne semble pas avoir été affectée par les réorganisations de 1926 et 1942.

En 2015, l'arrondissement de Riom était composé de 13 cantons et 137 communes :

Découpage cantonal à partir de 2015Modifier

Dans la poursuite de la réforme territoriale engagée en 2010, l'Assemblée nationale adopte définitivement le 17 avril 2013 la réforme du mode de scrutin pour les élections départementales destinée à garantir la parité hommes/femmes. Les lois (loi organique 2013-402 et loi 2013-403) sont promulguées le [1]. Un nouveau découpage territorial est défini par décret du 21 février 2014 pour le département du Puy-de-Dôme[2] applicable à partir des élections départementales de 2015.

À partir de 2015, l'arrondissement de Riom compte huit cantons. Le nouveau découpage territorial s'affranchissant des limites des arrondissements, quatre cantons sont composés de communes appartenant toutes à l'arrondissement de Riom : Châtel-Guyon, Riom, Saint-Éloy-les-Mines et Saint-Georges-de-Mons. Les quatre autres cantons sont composés de communes appartenant à des arrondissements différents : Aigueperse, Gerzat, Maringues et Saint-Ours.

Le , les communes de Cellule et de La Moutade fusionnent pour constituer la commune nouvelle de Chambaron sur Morge. L'arrondissement compte alors 136 communes.

Découpage de l'arrondissement en 2017Modifier

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées par un arrêté du préfet de région du 21 décembre 2016 afin que chaque établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [3]. Le périmètre de l'arrondissement de Riom est modifié en conséquence[4] :

La commune de Châteaugay a quant à elle quitté l'arrondissement de Riom pour être rattachée à celui de Clermont-Ferrand[4].

À l'issue du redécoupage des arrondissements du département, l'arrondissement de Riom comprend 155 communes.

Au , l'arrondissement comprend les 155 communes suivantes[5] :

  1. Aigueperse
  2. Les Ancizes-Comps
  3. Ars-les-Favets
  4. Artonne
  5. Aubiat
  6. Ayat-sur-Sioule
  7. Bas-et-Lezat
  8. Beaumont-lès-Randan
  9. Beauregard-Vendon
  10. Biollet
  11. Blot-l'Église
  12. Bourg-Lastic
  13. Briffons
  14. Bromont-Lamothe
  15. Bussières
  16. Bussières-et-Pruns
  17. Buxières-sous-Montaigut
  18. La Celle
  19. La Cellette
  20. Champs
  21. Chanat-la-Mouteyre
  22. Chapdes-Beaufort
  23. Chappes
  24. Chaptuzat
  25. Charbonnières-les-Varennes
  26. Charbonnières-les-Vieilles
  27. Charensat
  28. Châteauneuf-les-Bains
  29. Château-sur-Cher
  30. Châtel-Guyon
  31. Chavaroux
  32. Le Cheix
  33. Cisternes-la-Forêt
  34. Clerlande
  35. Combrailles
  36. Combronde
  37. Condat-en-Combraille
  38. La Crouzille
  39. Davayat
  40. Durmignat
  41. Effiat
  42. Ennezat
  43. Entraigues
  44. Enval
  45. Espinasse
  46. Fernoël
  47. Giat
  48. Gimeaux
  49. La Goutelle
  50. Gouttières
  51. Herment
  52. Jozerand
  53. Landogne
  54. Lapeyrouse
  55. Lastic
  56. Limons
  57. Lisseuil
  58. Loubeyrat
  59. Lussat
  60. Luzillat
  61. Malauzat
  62. Malintrat
  63. Manzat
  64. Marcillat
  65. Maringues
  66. Marsat
  67. Les Martres-d'Artière
  68. Martres-sur-Morge
  69. Menat
  70. Ménétrol
  71. Messeix
  72. Miremont
  73. Mons
  74. Montaigut
  75. Montcel
  76. Montel-de-Gelat
  77. Montfermy
  78. Montpensier
  79. Moureuille
  80. Chambaron sur Morge
  81. Mozac
  82. Neuf-Église
  83. Pessat-Villeneuve
  84. Pionsat
  85. Pontaumur
  86. Pontgibaud
  87. Pouzol
  88. Prompsat
  89. Prondines
  90. Pulvérières
  91. Puy-Saint-Gulmier
  92. Le Quartier
  93. Queuille
  94. Randan
  95. Riom
  96. Roche-d'Agoux
  97. Saint-Agoulin
  98. Saint-André-le-Coq
  99. Saint-Angel
  100. Saint-Avit
  101. Saint-Beauzire
  102. Saint-Bonnet-près-Riom
  103. Sainte-Christine
  104. Saint-Clément-de-Régnat
  105. Saint-Denis-Combarnazat
  106. Saint-Éloy-les-Mines
  107. Saint-Étienne-des-Champs
  108. Saint-Gal-sur-Sioule
  109. Saint-Genès-du-Retz
  110. Saint-Georges-de-Mons
  111. Saint-Germain-près-Herment
  112. Saint-Gervais-d'Auvergne
  113. Saint-Hilaire-la-Croix
  114. Saint-Hilaire-les-Monges
  115. Saint-Hilaire
  116. Saint-Ignat
  117. Saint-Jacques-d'Ambur
  118. Saint-Julien-la-Geneste
  119. Saint-Laure
  120. Saint-Maigner
  121. Saint-Maurice-près-Pionsat
  122. Saint-Myon
  123. Saint-Ours
  124. Saint-Pardoux
  125. Saint-Pierre-le-Chastel
  126. Saint-Priest-Bramefant
  127. Saint-Priest-des-Champs
  128. Saint-Quintin-sur-Sioule
  129. Saint-Rémy-de-Blot
  130. Saint-Sulpice
  131. Saint-Sylvestre-Pragoulin
  132. Sardon
  133. Sauret-Besserve
  134. Sauvagnat
  135. Savennes
  136. Sayat
  137. Servant
  138. Surat
  139. Teilhède
  140. Teilhet
  141. Thuret
  142. Tortebesse
  143. Tralaigues
  144. Varennes-sur-Morge
  145. Vensat
  146. Vergheas
  147. Verneugheol
  148. Villeneuve-les-Cerfs
  149. Villossanges
  150. Virlet
  151. Vitrac
  152. Voingt
  153. Volvic
  154. Youx
  155. Yssac-la-Tourette

AdministrationModifier

La sous-préfectureModifier

Riom est chef-lieu d'arrondissement et siège de la sous-préfecture[6].

Les sous-préfetsModifier

Liste des sous-préfets successifs
Période Identité Fonction précédente Observation
mars 1953 René Tomasini
1958 René Bargeton Nommé le 18 juillet 1958, prise de fonction le 6 août 1958[7]
...
février 1997 novembre 1999 Christian Gueydan[8]
décembre 1999 5 mars 2004 Mme Hélène Bourcet[9]
5 avril 2004 17 septembre 2007 Alain Bucquet[10]
17 septembre 2007 12 décembre 2011 Jean-Yves Lallart[11]
décembre 2011 16 juin 2014 Gilles Giuliani[12]
juin 2014 juin 2015 Gilles Traimond Intérim, sous-préfet de Thiers
29 juin 2015 septembre 2016 François Valembois[13]
novembre 2016 En cours Franck Boulanjon    

DémographieModifier

Évolution de la populationModifier

En 2018, l'arrondissement comptait 136 061 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
102 861102 432106 911110 173109 659114 657118 986135 164136 061
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[14] puis population municipale à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

À l'inverse du département, la part des 15-29 ans est moindre.

Pyramide des âges de l'arrondissement en 2011 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
11 
16 
60 à 74 ans
16,2 
22,5 
45 à 59 ans
21,2 
20,5 
30 à 44 ans
19,5 
15 
15 à 29 ans
13,7 
18,2 
0 à 14 ans
17,1 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2011 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,3 
60 à 74 ans
15,8 
21 
45 à 59 ans
20,4 
20,1 
30 à 44 ans
18,4 
19,5 
15 à 29 ans
17,8 
16,9 
0 à 14 ans
15,5 

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral.
  2. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  3. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 15 mars 2017).
  4. a et b Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 25 avril 2017), p. 211-214.
  5. « Composition de l'arrondissement de Riom », sur https://www.insee.fr (consulté le 20 décembre 2020)
  6. Site de la sous-préfecture de Riom
  7. René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets : septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales, , 555 p., 26 cm [détail des éditions] (ISBN 978-2-86000-232-5, notice BnF no FRBNF35744170)
    Notice « Bargeton (René Paul Yvon) », p. 69-70.
  8. Décret du 21 janvier 1997
  9. Décret du 23 novembre 1999
  10. Décret du 5 mars 2004
  11. Décret du 31 août 2007
  12. Décret du 18 novembre 2011
  13. Décret du 2 juin 2015
  14. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  15. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Évolution et structure de la population de l'arrondissement de Riom, Insee, 2011 (consulté le 3 juillet 2014).
  17. Évolution et structure de la population du Puy-de-Dôme, Insee, 2011 (consulté le 26 juin 2014).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier