Malintrat

commune française du département du Puy-de-Dôme

Malintrat est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Malintrat
Malintrat
Grand-Rue de Malintrat et abri du XIXe siècle.
Blason de Malintrat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans
Maire
Mandat
André Magnoux
2020-2026
Code postal 63510
Code commune 63204
Démographie
Gentilé Malintraires
Population
municipale
1 132 hab. (2019 en augmentation de 8,64 % par rapport à 2013)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 57″ nord, 3° 11′ 12″ est
Altitude Min. 313 m
Max. 332 m
Superficie 8,16 km2
Type Commune urbaine
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gerzat
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Malintrat
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Malintrat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malintrat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malintrat
Liens
Site web malintrat.fr

Les habitants de la commune se nomment les Malintraires.

Malintrat fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune de Malintrat est située, à vol d'oiseau, à peu près à égale distance de la préfecture, Clermont-Ferrand (8,8 km au sud-ouest[1]) et de la sous-préfecture, Riom (10,1 km au nord-ouest[2]), ainsi qu'à une trentaine de kilomètres d'Issoire (au sud[3]) et de Thiers (à l'est[4]) et une cinquantaine de kilomètres d'Ambert (au sud-est[5]).

Cinq communes sont limitrophes de Malintrat, six en incluant le quadripoint avec Clermont-Ferrand[6] :

Communes limitrophes de Malintrat
Gerzat Saint-Beauzire Lussat
 
Aulnat Pont-du-Château

HydrographieModifier

La commune est traversée par le ruisseau des Guelles, appelé aussi ruisseau des Ronzières, affluent du Bédat long de huit kilomètres, prenant sa source près de la route départementale 770 à l'est de Clermont-Ferrand et se jetant près du village d'Épinet (commune de Saint-Beauzire), à la frontière avec Chappes[7].

ClimatModifier

La station météorologique la plus proche est située à Aulnat. Les relevés sont les suivants :

Relevés météorologiques de la station de Clermont-Ferrand (1981-2010, sauf ensoleillement 1991-2010)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,1 0,3 2,7 4,7 8,7 11,9 14 13,7 10,6 7,9 3,3 0,8 6,6
Température maximale moyenne (°C) 7,6 9,2 13,1 15,7 19,9 23,4 26,5 26,1 22,3 17,6 11,3 8 16,8
Record de froid (°C) −23,1 −29 −21,3 −7,1 −4,2 1 3,8 2,4 −3 −9,2 −11,8 −25,8
Record de chaleur (°C) 22,1 25,9 26,6 31,3 33 37,4 40,7 39,6 36,8 29,7 24,3 21,9
Ensoleillement (h) 88,9 108,4 161,4 173,5 197,9 225,2 249,2 234,8 185,4 135,1 84 69,2 1 913
Précipitations (mm) 26,7 21,8 25,8 53,4 76,8 72,9 54,9 61,9 65,6 49 39,5 30,6 578,9
Source : Météo-France[8]


Voies de communication et transportsModifier

Voies routièresModifier

L'A89 (liaison de Bordeaux à Lyon) passe au nord de la commune. La route départementale 2 traverse la commune et relie à l'ouest les communes de Cébazat et Blanzat et à l'est Pont-du-Château (il existe également une RD 2d) ; la départementale 54 relie Lussat et Aulnat[6].

Transports collectifsModifier

La gare la plus proche est celle de Clermont-Ferrand et l'aéroport de Clermont-Ferrand-Auvergne n'est qu'à quelques kilomètres de Malintrat.

La ligne 65 du réseau Transdôme reliait le centre de la commune au collège de Gerzat ou à la gare routière de Clermont-Ferrand[9]. Cette ligne est devenue une ligne scolaire ouverte en septembre 2017 (LS424 et LS425).

Depuis le 3 septembre 2018, Malintrat est desservie par la ligne TAD 5 du réseau RLV Mobilités qui permet de se rendre au centre commercial Riom Sud, à Ennezat ou à la gare de Riom où sont possibles des correspondances avec les lignes régulières du réseau[10].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Malintrat est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[14],[15].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (92,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (87,5 %), zones urbanisées (8 %), zones agricoles hétérogènes (4,5 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Début 1884 ou peu avant, deux gros blocs d'arkose taillé sont mis au jour lors d'excavations à la butte de la Motte. Enterrés à environ 1,30 m de profondeur, ces blocs portent des traces bien apparentes de sculpture et ont pu faire partie d'un temple antique[17].
Sur la butte voisine se trouvent en 1884 les ruines d'une ancienne église, dont les murs incluent des blocs tout à fait semblables aux deux blocs précédemment cités — vraisemblablement un réemploi des matériaux de la structure sur la butte voisine (avec le cimetière de la paroisse entre les deux buttes). Cette église est l'église Saint-Pierre, paroissiale, dont la construction remonte probablement aux débuts du christianisme dans la région[17].

Moyen ÂgeModifier

Au Moyen Âge, le village se développe autour d'une motte féodale et d'un château fort, aujourd'hui disparus[18]. La cure de Saint-Pierre est à la nomination de l'abbesse de Saint-Pierre de Beaumont[19]. En 1315 sous Charles le Bel, Malintrat est nommé « castrum mali introitus » (le château à la mauvaise entrée)[20]

La seigneurie appartient jusqu'au XIVe siècle à la famille Aycelin de Montaigut, puis passe par mariage à la famille de Langeac. Cette dernière vend Malintrat à Denis Michel de Montboissier-Beaufort-Canillac en 1728, qui le revend en 1758 à Philippe-Claude de Montboissier-Beaufort-Canillac pour 590 000 livres[18]. Entre-temps, au XVIIe siècle l'église Saint-Pierre est en si mauvais état que l'évêque de Clermont Gilbert Veny d'Arbouze interdit son usage en 1676. Les fonts baptismaux sont alors transportés dans la chapelle Notre-Dame attenante au château[17] ; cette dernière devient l'église paroissiale, quoique l'église Saint-Pierre soit encore utilisée pendant quelque temps aux fêtes religieuses principales[19].

XIXe siècleModifier

En 1839, une partie de la commune est détachée pour former une nouvelle commune appelée Aulnat[21].

Une nouvelle église est construite sur l'emplacement de l'ancienne chapelle vers 1840[19] : l'église Saint-Pierre-ès-Liens, ouverte au public le 27 mars 1846[22].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

En 2011, Malintrat comptait 953 habitants[23]. Ce nombre étant compris entre 500 et 1 499, quinze membres sont élus au conseil municipal.

Le conseil municipal, élu à la suite des élections municipales de 2014, est composé de quatre adjoints, de quatre conseillers délégués et de six conseillers municipaux[24].

Liste des mairesModifier

 
Mairie de Malintrat en 2011.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1977   Jean Lajonchère[25] PSU Ancien prêtre-ouvrier
mars 2001 2008[précision nécessaire] Christian Gourbeyre    
mars 2008 2020 Christian Ollier[26] DVG Agent technique
2020 En cours
(au 22 août 2020)
André Magnoux[27]   Retraité[28]

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Sur le plan administratif, Malintrat dépendait en 1793 du district de Clermont-Ferrand et du canton de Gerzat, puis en 1801 de l'arrondissement de Clermont-Ferrand et du canton de Clermont-Ferrand-Est[21]. En 1982, un décret modifie le découpage cantonal autour de Clermont-Ferrand ; la commune intègre le canton de Gerzat[29].

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [30]. Toutes les communes de la communauté de communes (devenue communauté d'agglomération) Riom Limagne et Volcans sont rattachées à l'arrondissement de Riom ; Malintrat est donc passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui de Riom[31].

Instances judiciairesModifier

Sur le plan judiciaire, Malintrat dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, de la cour d'appel de Riom, de la cour d'assises du Puy-de-Dôme et des tribunaux administratif, d'instance, de grande instance et de commerce de Clermont-Ferrand[32].

IntercommunalitéModifier

Malintrat a rejoint la communauté de communes de Limagne d'Ennezat en 2011[33]. Celle-ci a fusionné avec les communautés de communes Riom-Communauté et Volvic Sources et Volcans le pour former la communauté de communes Riom Limagne et Volcans, devenue communauté d'agglomération le .

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[35].

En 2019, la commune comptait 1 132 habitants[Note 3], en augmentation de 8,64 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0751 5401 2291 2721 5551 547686769800
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
815841841739708730715678659
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
613535515447470438395435445
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
5185435758009218701 0231 076952
2014 2019 - - - - - - -
1 0861 132-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La commune relève de l'académie de Clermont-Ferrand et dispose d'une école élémentaire publique[37].

Les collégiens se rendent à Gerzat[38]. Les lycéens sont scolarisés à Clermont-Ferrand, au lycée Ambroise-Brugière pour les filières générales et technologiques dont STMG, ou aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D[39].

ÉconomieModifier

CommerceModifier

La base permanente des équipements de 2014 recense une boulangerie[40].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Le pigeonnier de Malintrat, inscrit aux au titre des monuments historiques par arrêté du 28 août 1974[41].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Tranché : au 1er de sable à la tête de lion arrachée d'or, au 2e d'or à la clé de sable posée en fasce; à la bande de vair brochant sur la partition.

Le blason reprend les emblèmes de trois familles qui ont détenu Malintrat à partir de 1220[42].


Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. « Orthodromie entre "Malintrat" et "Clermont-Ferrand" », sur Lion 1906 (consulté le ).
  2. « Orthodromie entre "Malintrat" et "Riom" », sur Lion 1906 (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre "Malintrat" et "Issoire" », sur Lion 1906 (consulté le ).
  4. « Orthodromie entre "Malintrat" et "Thiers" », sur Lion 1906 (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre "Malintrat" et "Ambert" », sur Lion 1906 (consulté le ).
  6. a et b Carte de Malintrat sur Géoportail.
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau (K2766100) » (consulté le ).
  8. « Données climatiques de la station de Clermont-Ferrand », sur Météo-France (consulté le ).
  9. « St-Beauzire – Riom (collège Vilar) / Malintrat – Clermont-Ferrand » [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  10. « RLV Mobilités 2018-2019 : Mon Guide Bus » [PDF], sur rlv-mobilites.fr (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. a b et c [Chronique 1884] « Chronique », Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand, no 22,‎ , p. 56 (lire en ligne [sur gallica], consulté en ).
  18. a et b Manry 1987, p. 247.
  19. a b et c Chronique 1884, p. 57.
  20. « Histoire et Patrimoine », sur malintrat.fr (consulté en ).
  21. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. « Église saint-Pierre-ès-liens », Malintrat, sur patrimoine-religieux.fr (consulté en ).
  23. « Populations légales 2011 de la commune de Malintrat », Insee (consulté le ).
  24. Les élus, sur le site de la mairie (consulté le 9 novembre 2016).
  25. https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000000299022&pageCourante=04786
  26. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 28 septembre 2014).
  27. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  28. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 29 (édition du Puy-de-Dôme).
  29. « Décret no 82-122 du 2 février 1982 portant modification et création de cantons dans le département du Puy-de-Dôme », sur Légifrance, Journal officiel de la République française, (consulté le ), p. 459.
  30. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  31. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le ), p. 211-214.
  32. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur annuaires.justice.gouv.fr, Ministère de la Justice (consulté le ).
  33. « La communauté de communes Limagne d'Ennezat », Mairie de Malintrat (consulté le ).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  37. Annuaire des établissements scolaires de Malintrat, Ministère de l'Éducation nationale.
  38. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  39. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le ).
  40. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  41. Notice no PA00092160, base Mérimée, ministère français de la Culture
  42. « Malintrat dans l'Armorial de France ».