Ouvrir le menu principal

Saint-Laure

commune française du département du Puy-de-Dôme

Saint-Laure
Saint-Laure
Place de Saint-Laure.
Blason de Saint-Laure
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Aigueperse
Intercommunalité Communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans
Maire
Mandat
Florence Plane
2014-2020
Code postal 63350
Code commune 63372
Démographie
Population
municipale
647 hab. (2016 en augmentation de 20,26 % par rapport à 2011)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 09″ nord, 3° 17′ 34″ est
Altitude Min. 290 m
Max. 331 m
Superficie 6,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Laure

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Laure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laure

Saint-Laure est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme et la région administrative Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Saint-Laure est située dans la plaine de la Limagne, entre Riom et Maringues.

Quatre communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes de Saint-Laure
Saint-Ignat Maringues
 
Entraigues Joze

Voies de communication et transportsModifier

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 224 (reliant Riom et Ennezat à Maringues) et 327 de Saint-Ignat à Joze[1].

Depuis le 3 septembre 2018, Saint-Laure est desservie par la ligne TAD 4 du réseau RLV Mobilités qui permet de se rendre à Ennezat où sont possibles des correspondances avec la ligne régulière 3 du réseau[2].

HistoireModifier

Des trouvailles au lieu-dit Coussière montrent un habitat à l'âge du bronze. Présence également d'un site gallo-romain.

La Révolution eut un retentissement inattendu avec l'élection, en 1790, du curé Ch. Trincard qui refusera de prêter serment à la Constitution civile du clergé.

En 1816, le maire et les habitants de la commune adressent une pétition à la Chambre des députés des départements pour demander à être incorporés dans le canton de Maringues[3]. Sur un rapport du prince de Chimay, député des Ardennes[4], la Chambre décide d'envoyer la pétition au ministre de l'Intérieur lors de la séance du 26 mars 1816 mais la commune restera finalement dans le canton d'Ennezat alors qu'elle est limitrophe de Maringues. Depuis fin mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton d'Aigueperse[5].

Le 26 novembre 1991, une femme a été tuée à son domicile à Clermont-Ferrand. Le meurtrier présumé, son ex-mari, dentiste stomatologue installé en Italie, avait fait héberger chez une amie à lui, dans la commune de Saint-Laure, un commando de la mafia calabraise dans ce petit village de 300 habitants[6] !

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2008 2014 Michel Pradel    
2014 En cours Mme Florence Plane[7]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9].

En 2016, la commune comptait 647 habitants[Note 1], en augmentation de 20,26 % par rapport à 2011 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
566731685659630635621638649
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
643660623620572564500535492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
481442427373356342309291289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
250212221269295358423433442
2013 2016 - - - - - - -
633647-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Saint-Laure dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Les collégiens se rendent à Maringues[12]. Les lycéens se rendent à Riom pour les filières générales ou STMG, à Riom ou Thiers pour la filière STI2D[13].

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église.

Saint-Laure compte un édifice inscrit aux monuments historiques : le pigeonnier, propriété d'une personne privée, est inscrit en 1988[14].

Personnalités liées à la communeModifier

Décédé le 7 mars 1985, Marcel Laurent est mis en terre limagnienne à Saint-Laure, où son père était né en 1822. Il y obtint le certificat d'études primaires en 1924. De retour dans les années soixante, cet écrivain paysan auvergnat, ex-professeur de lettres, y rédigea ses ouvrages d'histoire locale, pamphlets, essais, critiques littéraire et artistique ; en 1972, il publie à compte d'auteur Saint-Laure, commune de Limagne.

HéraldiqueModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Carte de Saint-Laure sur le site Géoportail de l'IGN.
  2. « RLV Mobilités 2018-2019 : Mon Guide Bus » [PDF], sur rlv-mobilites.fr (consulté le 16 juillet 2018).
  3. Procès-verbal des séances de la Chambre des députés des départemens, des mois de mars et avril 1816, p. 155.
  4. Archives parlementaires de 1800 à 1860, t. 16, p. 701.
  5. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  6. Meurtre sur commande à Clermont-Fd, sur le site de La Montagne (consulté le 5 janvier 2017).
  7. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 2 juin 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « Sectorisation du département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 6 mai 2016).
  13. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 6 mai 2016).
  14. « Pigeonnier », notice no PA00092369, base Mérimée, ministère français de la Culture.