Ayat-sur-Sioule

commune française du département du Puy-de-Dôme

Ayat-sur-Sioule
Ayat-sur-Sioule
L'église Saint-Hilaire
Blason de Ayat-sur-Sioule
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Éloy
Maire
Mandat
Jean-Claude Bellard
2020-2026
Code postal 63390
Code commune 63025
Démographie
Gentilé Ayatois[1]
Population
municipale
139 hab. (2019 en diminution de 5,44 % par rapport à 2013)
Densité 9,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 02″ nord, 2° 53′ 27″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 716 m
Superficie 14,2 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Saint-Éloy-les-Mines
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Ayat-sur-Sioule
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Ayat-sur-Sioule
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ayat-sur-Sioule
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ayat-sur-Sioule

Ayat-sur-Sioule (Alhat de Siula en occitan) est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Le bourg d'Ayat est situé sur les hauteurs dominant la rive gauche de la Sioule. Au sud, Ayat est séparé de Châteauneuf-les-Bains par le vallon du Braynant, qui coule vers la Sioule.

Ses communes limitrophes sont[2] :

La commune est traversée par les routes départementales 99 (vers Sainte-Christine et Châteauneuf-les-Bains) et 122 (vers Teilhet et Blot-l'Église)[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Ayat-sur-Sioule est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (48,1 %), forêts (37 %), prairies (14,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

HistoireModifier

Naissance, le 17 août 1768, au château d'Ayat, du général Louis Charles Antoine Desaix. Baptême de ce dernier, le lendemain, 18 août 1768, dans l'église d'Ayat.


Inauguration[Note 2] du monument à la mémoire de Desaix, lors du 122e anniversaire de sa naissance, le 17 août 1890. Ce monument est dû à l'architecte Charles Arnaud.


Seconde guerre mondiale : Ayat-sur-Sioule appartenait à la zone 13, zone de résistance. Le Maquis des Bougets se forma à Ayat, et ces résistants participèrent à des parachutages et faits de guerre.

Les dates importantes sont[9] :

  • 11 Avril 1943 : Premier parachutage à Ayat (Terrain « Desaix »)
  • 19 Avril 1943 : Deuxième parachutage à Ayat
  • 16 Juillet 1943 : Troisième parachutage
  • 14 Septembre 1943 : Quatrième parachutage
  • 3 Décembre 1943 : Création du Maquis de la Côte de l’Ane à Ayat par le Belge « François ».
  • 11 Avril 1944 : Cinquième parachutage par 5 avions
  • 10 Mai 1944 : Sixième parachutage
  • 16 Mai 1944 : Attaque des GMR de Pétain contre le Groupe Laurent à Ayat. Ils sont stoppés par le tir des fusils mitrailleurs de « Géranium » et de « Pierrot » à La Forêt, route d’Ayat à Neuf Eglise. « Géranium », blessé, est fait prisonnier. Les GMR pillent la maison de Lucien Soulier
  • Nuit du 4/5 Juin 1944 : Un convoi venant de Montluçon pour le Mont Mouchet, sous le commandement du Capitaine Lépine « Barbouillé », fait halte à Ayat et repart en emmenant des volontaires d’Ayat, Saint Eloy et Saint Rémy de Blot
  • 12 Juillet 1944 : Arrivée du Commandant Lavenue, nommé Commandant Militaire de la Zone de Guerillas n°13. Installation aux Beuniers (commune d’Ayat)


Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune d'Ayat-sur-Sioule est membre de la communauté de communes du Pays de Saint-Éloy[10], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Saint-Éloy-les-Mines. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Riom, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[10]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de Saint-Gervais-d'Auvergne[12].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Éloy-les-Mines pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[10], et de la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Élections municipales et communautairesModifier

Élections de 2020Modifier

Le conseil municipal d'Ayat-sur-Sioule, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[13] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[14]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. La totalité des onze candidats en lice[15] est élue dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 75,18 %[15].

Chronologie des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Michel Rieu[16]   Retraité
En cours
(au )
Jean-Claude Bellard[17]   Retraité[18]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants sont nommés les Ayatois[1]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2019, la commune comptait 139 habitants[Note 3], en diminution de 5,44 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +3,3 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502518553590632655670652654
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
656627591586567547506487507
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468488483416382352322340266
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
222196161159134122130133145
2014 2019 - - - - - - -
148139-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

 
Vallon du Braynant.

Lieux et monumentsModifier

  • Église paroissiale Saint-Hilaire, construite selon un plan en croix latine.
  • Monument au Général Desaix[23] : stèle rappelant ses campagnes militaires, entourée de canons d'époque.
  • Monument au Général Desaix
  • Le monument inauguré en 1890, sur une carte postale ancienne

  • Monument et église Saint-Hilaire en 2022

  • Monument et église Saint-Hilaire en 2022

  • Monument et église Saint-Hilaire en 2022

  • Détail du monument

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Le « Comité Desaix », chargé de récolter les fonds pour l'érection du monument Desaix à Ayat, tient à jour un carnet des souscripteurs reproduit intégralement à l'adresse http://monument-desaix-ayat-sur-sioule.blogspot.fr/. Figurent sur ce carnet des personnalités telles que Hippolyte Gomot, Jean-Baptiste Antoine Blatin, Agénor Bardoux (bisaïeul de Giscard d'Estaing), Jean François Emile Camut, Gilbert Gaillard, Albert de Broglie, Anatole de Cabrières, Ferdinand de Lesseps, Général Boulanger, Charles de Freycinet, Anatole de La Forge.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a et b « Ayat-sur-Sioule (63390) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. a et b Géoportail (consulté le 21 avril 2017).
  3. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  9. « Chronologie des événements dans la Zone 13 », sur Musée de la Résistance de la Zone 13, (consulté le )
  10. a b et c « Commune d'Ayat-sur-Sioule (63025) », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « CC du Pays de Saint-Eloy (No SIREN : 200072080) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  12. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  13. Article L. 252 du Code électoral.
  14. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  15. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur.
  16. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 12 juillet 2014).
  17. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  18. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 22 (édition du Puy-de-Dôme).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. À nos grands hommes : Monument au général Desaix