Ouvrir le menu principal

Voingt

commune française du département du Puy-de-Dôme

Voingt
Voingt
Panorama général.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Ours
Intercommunalité Chavanon Combrailles et Volcans
Maire
Mandat
Annie Rivet
2014-2020
Code postal 63620
Code commune 63467
Démographie
Population
municipale
33 hab. (2016 en diminution de 34 % par rapport à 2011)
Densité 5,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 26″ nord, 2° 32′ 15″ est
Altitude Min. 715 m
Max. 814 m
Superficie 6,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Voingt

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Voingt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Voingt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Voingt

Voingt est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sommaire

GéographieModifier

HistoireModifier

La voie romaine d'Agrippa, de Lyon à Saintes (en Auvergne de Clermont à Limoges), passait au sud de Voingt ; on peut reconnaître son tracé. Le site gallo-romain de Beauclair, à cheval sur les communes de Voingt et de Giat, était situé sur cette voie ; il couvre plus de 30 hectares et a été découvert en 1882 par l'archéologue Ambroise Tardieu[1]. Il correspond probablement à la station de Fines sur la Table de Peutinger.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Maurice Pages    
mars 2014 En cours Annie Rivet[2]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 33 habitants[Note 1], en diminution de 34 % par rapport à 2011 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230217257237254295300291299
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
271273268247269233230209210
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
226246220207211208192148142
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1501411191086460635033
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le vicomte de Cressac édifia au début du vingtième siècle un château (toujours mentionné sur les cartes Michelin) sur le site de Châteaubrun. Après son décès, ses créanciers se servirent sur cette demeure inachevée que le vicomte voulait une évocation du château de Pau. Une carte postale intitulé Environs de Giat, Châteaubrun garde souvenir de cet édifice. Un manège pour les chevaux marque l'emplacement de ce château disparu. Dans le bois proche, un édifice marqué d'une croix doit être l'ancienne chapelle funéraire du château. Une tour à l'entrée du domaine actuel de Châteaubrun subsiste aussi.
  • L'église conserve un vitrail représentant un saint, dont les traits reprendraient ceux du vicomte de Cressac.
  • La Maison du patrimoine archéologique de Voingt (Maison archéologique des Combrailles) regroupe de nombreux objets découverts lors des fouilles récentes : poignards en silex des ateliers du Grand-Pressigny, céramique sigillée de Lezoux.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Pierre M. Ganne, « Ambroise Tardieu, archéologue : la fouille de Beauclair », Bïzà Neirà « Actes de la journée d'études sur Ambroise Tardieu (1840-1912), historiographe de l'Auvergne », no 106,‎ , p. 9-16 (ISSN 0398-9453)
  2. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 13 juillet 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Ambroise Tardieu et François Boyer, La ville gallo-romaine de Beauclair, commune de Voingt, près d'Herment (Puy-de-Dôme). Fouilles et découvertes, .
  • Georges Charbonneau, « Les ruines gallo-romaines des Puys-de-Voingt (Puy-de-Dôme) », Gallia, vol. 15, no 1,‎ , p. 117-128 (DOI 10.3406/galia.1957.1491, lire en ligne).
  • Georges Charbonneau, « Nouvelles fouilles aux Puys-de-Voingt (Puy-de-Dôme) », Gallia, vol. 19, no 1,‎ , p. 226-231 (DOI 10.3406/galia.1961.2323, lire en ligne).

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :