Ouvrir le menu principal

Arricau-Bordes

commune française du département des Pyrénées-Atlantiques
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arricau et Bordes.

Arricau-Bordes
Arricau-Bordes
Le château d'Arricau.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Terres des Luys et Coteaux du Vic-Bilh
Intercommunalité Communauté de communes du Nord Est Béarn
Maire
Mandat
Marie-Odile Rigaud
2014-2020
Code postal 64350
Code commune 64052
Démographie
Population
municipale
108 hab. (2016 en augmentation de 3,85 % par rapport à 2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 39″ nord, 0° 08′ 01″ ouest
Altitude Min. 140 m
Max. 299 m
Superficie 8,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arricau-Bordes

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arricau-Bordes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arricau-Bordes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arricau-Bordes

Arricau-Bordes est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

 
Entrée dans le village.
 
Quelques maisons du village.

SituationModifier

Arricau-Bordes est une commune du Vic-Bilh, située au nord-est du département et de Pau.

AccèsModifier

La commune est desservie par les routes départementales 13, 228 et 298.

HydrographieModifier

Située dans le bassin versant de l'Adour, Arricau-Bordes est traversée[1] par un affluent de l'Adour, le Lées, et par deux tributaires du Larcis, les ruisseaux de Barsious et le Lisau.

Lieux-dits et hameauxModifier

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes d’Arricau-Bordes[2]
Cadillon Aurions-Idernes
Vialer   Séméacq-Blachon
Gayon Castillon

ToponymieModifier

Le toponyme Arricau est mentionné au XIIe siècle[3] (Pierre de Marca[5]), et apparaît sous les formes Aricau et Ricau (respectivement 1385[3] et XIVe siècle[3], censier de Béarn[6]), Arricau-Viele (1538[3], réformation de Béarn[7]), Saint-Jacques-d’Arricau et Saint-Martin-d’Arricau sur la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle[8])

Selon Michel Grosclaude[8], le toponyme Arricau serait formé des deux termes gascons, arric (« ravin, thalweg ») et cau (« creux »).

Le toponyme Bordes apparaît sous les formes Bordas (XIe siècle[3], cartulaire de Lescar[9]) et Bordes en Vic-Bilh (1673[3], réformation de Béarn[7]). Bordes provient[10] du gascon borde désignant à l'origine une bergerie ou grange isolée, une métairie[11].

Domengé est une ferme d'Arricau, mentionnée sous la graphie l'ostau de Domenger en 1385[3] (censier de Béarn[6]).

Lahitole est un hameau d’Arricau, dont il est fait mention sous les formes La Fitola et Lahitolle (respectivement 1558[3] et 1673[3], réformation de Béarn[7]) et Lafitole et La Fitole (1863[3] pour les deux formes, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque).

Nouguès, ancienne ferme d’Arricau, apparaît en 1385[3] sous la forme Noguer dans le censier de Béarn[6].

Saint-Martin était un hameau d’Arricau, mentionné en 1863[3].

HistoireModifier

C'est vers 1150 qu'apparaissent les premiers seigneurs d'Arricau; des seigneurs de Bordes sont mentionnés dès 1343; la commune actuelle comptait une troisième seigneurie, dite de Lahitolle, qui dépendait de celle de Bordes[12]. Paul Raymond[3] note qu'en 1385, Arricau, Bordes et Lahitolle dépendaient du bailliage de Lembeye et comptaient respectivement 8, 12 et 2 feux[13]. Arricau englobait alors deux paroisses, Saint-Martin et Saint-Jacques. Le fief de Bordes dépendait de la vicomté de Béarn.

Arricau et Bordes ont fusionné entre 1861 et 1866[14].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Jean-Paul Cassou    
2008 2014 Frédéric Cerisère    
2014 En cours Marie-Odile Rigaud SE Fonctionnaire

IntercommunalitéModifier

Arricau-Bordes fait partie de quatre structures intercommunales[15] :

DémographieModifier

En 1385, on comptait à Arricau 8 ostaus et 12 à Bordes[13].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2016, la commune comptait 108 habitants[Note 1], en augmentation de 3,85 % par rapport à 2011 (Pyrénées-Atlantiques : +2,65 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
250180263213301290269249231
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
215326336326344338312280267
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
226228192178178172150118139
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
124126105102105106104108-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

De 1793 à 1861, la population indiquée ne reflète que celle d'Arricau, encore séparé de Bordes, dont la population durant cette même période est décrite ci-dessous[14].

Évolution de la population
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
136132156132150134135132133
1861 - - - - - - - -
136--------
(Sources : Cassini)

ÉconomieModifier

La commune fait partie des zones d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du madiran, du pacherenc-du-vic-bilh et du béarn.

Culture et patrimoineModifier

Patrimoine civilModifier

 
Le château, en 1731, Lithographie de René Ancelin (1926).

Le château d'Arricau[20] est établi depuis le XIVe siècle. Il est classé par les monuments historiques (inscription datant de 1988). Son échauguette[21] fait l'objet d'un classement de la part du ministère de la Culture. L'inventaire général du patrimoine culturel y a recensé un fer à hosties[22] du XVIIe siècle, un bénitier[23] du XVIIIe siècle ainsi qu'une stèle discoïdale[24] du XVIe siècle. À Bordes, la demeure dite château de Bordès[25] apparaît au XVIIIe siècle.

La commune possède un ensemble de maisons et de fermes[13] inscrites à l'Inventaire général du patrimoine culturel. Sur les quarante édifices recensés en 1968 par l'inventaire fondamental[13], vingt-sept dataient d'avant 1871.

Au lieu-dit Lahitole, se trouve une ferme[4] construite au XVIIIe siècle.

Patrimoine religieuxModifier

L'église Saint-Jean-Baptiste[26], à Bordes, date partiellement du XIe siècle. Elle recèle divers objets (chasuble[27], deux lanternes[28] et une croix[29] de procession) et mobiliers (fauteuil[30] et un ensemble[31] autel, gradin et tabernacle) inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

L'église Saint-Jacques[32], d'Arricau, est mentionnée dès le XVIe siècle et fut détruite deux siècles plus tard.

Patrimoine environnementalModifier

Le lac dit de Cadillon s'établit partiellement sur la commune[2] (en commun avec Cadillon]. Il est alimenté par le Lisau à sa sortie de la commune, vers le nord.

Au sud, le lac dit de Castillon s'étend à cheval[2] sur les deux communes, Arricau-Bordes et Castillon.

ÉquipementsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Notice du Sandre sur Arricau-Bordes, consultée le 15/12/08
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 10 mars 2012)
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne).
  4. a et b « La ferme du lieu-dit Lahitole », notice no IA00026442, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. D'après Pierre de Marca, Histoire de Béarn
  6. a b et c Censier de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, manuscrit de 1385.
  7. a b et c Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle ».
  8. a et b Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059), n° 173.
  9. Cartulaire de l'évêché de Lescar, publié dans les preuves de l'Histoire de Béarn de Pierre de Marca
  10. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture, (ISBN 978-2-35077-151-9)
  11. Simin Palay, Escole Gastoû Febus, Dictionnaire du gascon et du béarnais modernes, Paris, CNRS, , 3e éd. (1re éd. 1932-1934), 1053 p. (ISBN 2-222-01608-8).
  12. Ouvrage Collectif,, Vic-Bilh, Morlaas, Montaneres, Pyrénées Atlantique, Inventaire Topographique, Paris, Imprimerie Nationale, , 720 p. (ISBN 2-11-080952-3), p. 248-251
  13. a b c et d « L'inventaire fondamental des édifices », notice no IA00027294, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. a et b Fiche de Bordes sur le site du projet Cassini de l'EHESS
  15. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 22 juin 2014)
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Le château d'Arricau », notice no PA00084317, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « L'échauguette du château d'Arricau », notice no IA00026441, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Le fer à Hosties du château d'Arricau », notice no IM64002098, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « Le bénitier du château d'Arricau », notice no IM64002097, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « La stèle discoïdale du château d'Arricau », notice no IM64002096, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « Le château de Bordès », notice no IA00026443, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « L'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IA00026444, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « La chasuble de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IM64002103, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. « Les lanternes de procession de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IM64002102, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « La croix de procession de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IM64002101, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. « Le fauteuil de célébrant de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IM64002100, base Palissy, ministère français de la Culture
  31. « L'ensemble autel, gradin et tabernacle de l'église Saint-Jean-Baptiste », notice no IM64002099, base Palissy, ministère français de la Culture
  32. « L'église Saint-Jacques », notice no IA00027519, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier