Ouvrir le menu principal

Anne-Christine Lang

femme politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lang.

Anne-Christine Lang
Illustration.
Anne-Christine Lang en juin 2017.
Fonctions
Députée de Paris
Élue dans la 10e circonscription
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 27 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Denis Baupin
Députée de Paris
Élue dans la 9e circonscription

(3 ans, 1 mois et 7 jours)
Élection 17 juin 2012 (suppléante)
Législature XIVe
Groupe politique SRC (2014-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Jean-Marie Le Guen
Successeur Buon Tan
Conseillère de Paris
En fonction depuis le
(18 ans, 7 mois et 30 jours)
Élection 18 mars 2001
Réélection 16 mars 2008
30 mars 2014
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Mont-de-Marsan (Landes)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste (jusqu'en 2017)
Profession Fonctionnaire

Anne-Christine Lang, née le à Mont-de-Marsan (Landes), est une femme politique française.

Lors de la formation du gouvernement Valls en 2014, elle devient députée en remplacement de Jean-Marie Le Guen dont elle est la suppléante. En , elle est élue dans la dixième circonscription de Paris avec l'investiture de La République en marche.

Formation et parcours professionnelModifier

Anne-Christine Lang s'intéresse à la politique à partir des années 1970, au moment de l'élection présidentielle de 1974 et de la loi Veil sur l’avortement, en . Elle s'engage dans des associations pour les droits des femmes et suit des études à l'université de la Sorbonne et en Angleterre pour devenir professeur d’anglais.

Spécialiste des questions relatives à l'éducation nationale et à la petite enfance, elle intègre le cabinet de Claude Allègre, le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ensuite, elle intègre le conseil régional d'Île-de-France, en tant que cadre territoriale chargée des politiques éducatives régionales jusqu'au , date à laquelle elle devient députée[1].

Au Conseil de ParisModifier

Élue conseillère d'arrondissement d’opposition en 1995 dans le 13e arrondissement de Paris, Anne-Christine Lang est élue, le au Conseil de Paris dans le 13e arrondissement où elle a la charge du secteur de la petite-enfance auprès de Serge Blisko, maire du 13e puis de Jérôme Coumet. Première adjointe à la mairie du 13e arrondissement en 2008, elle est réélue conseillère de Paris le et le [réf. nécessaire]. Elle est rapporteure de la mission d’information et d’évaluation sur l’engagement de la ville de Paris auprès des familles en matière d’accueil des enfants de moins de trois ans[2].

Elle crée en un site internet nommé « les tribus du 13 », qui met en relation les familles et les étudiants du 13e arrondissement de Paris en recherche de baby-sitting. L'initiative ayant été concluante, elle est étendue à l'ensemble des arrondissements par la ville de Paris. Elle est nommée rapporteure de la mission d'information et d'évaluation sur l'Engagement de la collectivité parisienne auprès des familles en matière d'accueil des enfants de moins de trois ans par le Conseil de Paris.

DéputéeModifier

Suppléante de Jean-Marie Le Guen dans la neuvième circonscription de Paris, elle devient députée lorsque celui-ci est nommé secrétaire d'État au sein du gouvernement Valls[3].

Le , elle rédige une tribune dans Le Nouvel Observateur appelant les femmes à s'affirmer en politique. Elle est membre du Pôle des réformateurs et soutient la politique gouvernementale sous le quinquennat de François Hollande.

Elle rejoint En marche au printemps 2016 et soutient Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017[4]. Entre les deux tours de l'élection présidentielle, elle quitte le PS[5]. Elle reçoit l'investiture de La République en marche dans la dixième circonscription de Paris pour les élections législatives[6].

En , elle est élue comme titulaire dans la dixième circonscription de Paris, avec l'investiture de La République en marche[7]. Elle fait partie des rares députés PS officiellement investis par LREM[2].

Elle a été membre de la Commission des affaires culturelles et de l'éducation et rapporteure pour avis du budget Enseignement supérieur pour le projet de loi de finances 2016. Elle a fait partie de la mission d'information relative à la formation des enseignants. En elle est nommée co-rapporteure [8]du projet de loi "Ecole de la confiance" porté par Jean-Michel Blanquer.

En , elle est sommée de rembourser des dépenses faites sur son enveloppe parlementaire lors de son précédent mandat de février à [9].

Proche de Cédric Villani, elle le soutient pour les élections municipales de 2020 à Paris[10],[11].

Elle porte une vision de la laïcité très proche de celle de Jean-Michel Blanquer. Si elle se défend de vouloir légiférer sur le sujet, elle estime que « dans l’absolu, il ne serait pas absurde que les enfants en sortie scolaire soient accompagnés par des personnes sans signe religieux »[12].

RéférencesModifier

  1. « Anne-Christine Lang », sur Le Huffington Post (consulté le 28 septembre 2017)
  2. a et b Marie-Pierre Bourgeois, « Ces fonctionnaires territoriaux qui deviennent députés », sur La gazette des communes.com, (consulté le 10 mars 2019).
  3. Six suppléants vont entrer à l'Assemblée nationale - Le Parisien
  4. « Députée PS de Paris, je soutiens Emmanuel Macron à l’élection présidentielle »
  5. « Paris : la suppléante de Le Guen à l’Assemblée démissionne du PS », leparisien.fr, 3 mai 2017.
  6. Législatives à Paris : treize candidats de la République En marche! investis, leparisien.fr. 15 mai 2017.
  7. Paris - 10e circonscription - Résultats de la circonscription au 2D tour (site du ministère de l'intérieur, consulté le 19 juin 2017).
  8. Marie-Christine Corbier, « Ecole : ce que veut changer le projet de loi Blanquer », sur lesechos.fr, (consulté le 22 janvier 2019)
  9. Le Point magazine, « Frais de mandat : la députée Anne-Christine Lang sommée de rembourser », sur Le Point, (consulté le 23 janvier 2019)
  10. Manuel Jardinaud, « A Paris comme ailleurs, LREM se fracture en vue des municipales », sur Mediapart, (consulté le 8 septembre 2019).
  11. https://www.huffingtonpost.fr/entry/aux-municipales-lrem-pris-au-piege-de-ses-contradictions_fr_5d065aa5e4b0304a121146e8
  12. Manuel Jardinaud, « Laïcité: LREM s’embarque dans trois mois de débats à haut risque », sur Mediapart, (consulté le 29 octobre 2019).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier