Ouvrir le menu principal

Buon Tan

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tan.

Buon Tan
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans et 3 mois)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 9e de Paris
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Anne-Christine Lang
Biographie
Nom de naissance Buon-Huong Tan
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Phnom Penh (Cambodge)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Résidence Paris

Buon Tan, né le à Phnom Penh (Cambodge), est un homme politique et homme d'affaires français.

Membre de La République en marche, il est député de Paris pour la XVe législature de l'Assemblée nationale, commençant en 2017.

BiographieModifier

Enfance et activité professionnelleModifier

Buon Huong Tan naît en 1967[1], au sein de la communauté chinoise du Cambodge.

Il se réfugie en France en 1975, tandis qu'une partie de sa famille subit les travaux forcés du régime des Khmers rouges. Il habite à Tours puis monte à Paris où il grandit et poursuit ses études[2]. À la fin des études, il rejoint ses deux sœurs dans l’entreprise familiale créée par leur père. La famille ouvre le plus grand restaurant chinois d’Europe de l’époque tout en développant le commerce du thé ; Buon Tan est la quatrième génération à perpétuer la tradition familiale. Il développera le marché de la grande distribution et lancera « L’Empire des Thés ».

Parcours politiqueModifier

Conseiller de ParisModifier

Parallèlement, il s’investit très tôt dans la vie associative, puis dans la vie politique : il est élu adjoint au maire du 13e arrondissement de Paris en 2008, devenant ainsi le premier élu d’origine chinoise de la capitale. Puis il devient en 2014 conseiller de Paris.

Il contribue à la mise en place de la filière internationale de langue chinoise dans les écoles du 13e arrondissement de Paris, initie le projet de médecine traditionnelle chinoise (MTC), lance les célébrations de la fête de la Lune et le festival des musiques asiatiques avec Jérome Coumet , soutient la création de zone touristique internationale (ZTI) dans son arrondissement et aide les PME françaises à s’exporter en Asie. Ses apports sont reconnus et en 2013, Buon Tan est nommé conseiller du commerce extérieur par décret. Il est renouvelé dans ses fonctions en 2016.

Activité nationaleModifier

De 2013 à 2017, il accompagne le Président de la République, les Premiers Ministres, ainsi que plusieurs ministres du Commerce extérieur et du Tourisme, dans leurs visites officielles en Asie.

En 2015, Buon Tan fonde le Haut Conseil des Asiatiques de France (HCAF), une plate-forme apolitique fédérant les Français originaires des pays d’Asie.

Il est élevé au grade de chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur en 2016 et décoré par le Président de la République Française.

ControverseModifier

Ancien président du Conseil représentatif des associations asiatiques de France, il est écarté de sa fonction en raison de sa gestion « très personnelle et autoritaire ». Son ancienne collaboratrice se souvient d'un « homme très controversé dans la communauté asiatique, qui n’a honte de rien »[3]. Il fait l'objet d'une enquête préliminaire pour détournement de fonds[4].

Ils se défend en dénonçant une manœuvre politique à l’initiative de son ancienne collaboratrice Jackie Troy, qui serait selon lui un « soutien affiché du parti Les Républicains »[5].

Député de la XVe législatureModifier

Issu de la société civile et toujours indépendant, Buon Tan choisit de suivre Emmanuel Macron, en lui donnant son parrainage pour l’élection présidentielle en qualité de conseiller de Paris.

Le 16 mai 2017, Buon Tan est investi par En Marche ! pour porter ses couleurs aux élections législatives. Avec 55,26% des voix, Buon Tan est élu député de la neuvième circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017 sous les couleurs de La République en marche[6].

Selon le magazine hebdomadaire L'Obs, lors de la création de cet article Wikipédia le 19 juin 2017 suite aux élections législatives, des « tentatives de censure » et des interventions « visiblement partisanes » ont été enregistrées[7].

Le 9 avril 2018, Buon Tan se rend sur le campus de Tolbiac de l'université Panthéon-Sorbonne alors bloqué par des opposants à la loi n° 2018-166 «relative à l'orientation et à la réussite des étudiants». Alors qu'il tente de dialoguer avec les bloqueurs, il subit des jets de projectiles et un vol à l'arraché de sa tablette professionnelle[8].

En août 2018, il cosigne, avec une vingtaine de députés LREM, une tribune dans Le Journal du dimanche qui appelle à « aller plus loin » dans les possibilités d'ouverture dominicale des commerces, en vue de l'examen du projet de loi Pacte[9].

Hong Kong

En août 2019, il fait partie des députés LREM ayant choisi de ne pas signer la lettre du député LREM, Jean-François Césarini, appelant le gouvernement français à se prononcer en soutien des Hongkongais qui manifestent depuis plusieurs semaines pour réclamer le retrait formel d'un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale et la reprise des réformes démocratiques[10].

RéférencesModifier

  1. « Législatives 2017 : qui est Buon Huong Tan le nouveau député REM de Paris », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2017).
  2. Administrator, « PORTRAIT | Le pressé monsieur Tan », sur www.le13dumois.fr (consulté le 24 juin 2017).
  3. « Paris: Un candidat La République en marche soupçonné de détournement de fonds », sur www.20minutes.fr
  4. « Législatives : tous les macronistes visés par la justice... ont été plébiscités », Marianne,‎ (lire en ligne)
  5. En Marche Paris 13, « Suite aux accusations mensongères publiées ce matin dans la presse, vous trouverez ici la déclaration de notre candidat @BuonTANpic.twitter.com/pn9K8sDb59 », sur @EnMarcheParis13, 10:19 am - 8 jun 2017 (consulté le 22 septembre 2017)
  6. « Législatives 2017 : Buon Tan (LREM) élu dans la 9e circonscription de Paris », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  7. « Wikipédia : coups de gomme avantageux sur les pages de députés », sur Le Nouvel Obs,
  8. « Un député parisien agressé par les occupants de Tolbiac », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 10 avril 2018)
  9. AFP, « Travail le dimanche: des députés LREM veulent "aller plus loin" », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 1er septembre 2018).
  10. Par Pierre GarriguesLe 12 août 2019 à 21h40, « Hongkong : les députés LREM fustigent le «silence» français », sur leparisien.fr, (consulté le 14 août 2019)

Liens externesModifier