André Liabel

acteur, réalisateur, scénariste

Arthur Albert Marie Le Bail connu sous le nom de scène André Liabel[1], né le à Corlay[2], dans les Côtes-du-Nord — actuelles Côtes-d'Armor — [3] et mort le à Asnières-sur-Seine, est un acteur, réalisateur et scénariste français .

André Liabel
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Arthur Albert Marie Le BailVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
André LiabelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Conjoint

BiographieModifier

Quittant très jeune sa Bretagne natale pour la capitale avec ses parents[4], André Liabel commence à 20 ans une carrière de comédien au théâtre des Batignolles et au théâtre Montmartre (futur théâtre de l'Atelier)[2] de janvier à , puis part faire 3 ans de service militaire[5] dans le 3e Bataillon d'Infanterie Légère d'Afrique puis dans le 4e régiment de Zouaves en Tunisie[6]. Quand il en revient en , il fait d'abord des tournées en province, puis revient à Paris d'abord sur la scène des théâtres Montmartre et des Batignolles où il avait débuté, avant d'être engagé en 1902 par le théâtre des Bouffes du Nord. Il est ensuite attaché à partir de 1904 au théâtre de la Porte-Saint-Martin avant de rejoindre le théâtre Montparnasse en 1906.

Avec l'émergence du cinématographe, il devient acteur à temps plein pour la société cinématographique des Laboratoires Éclair dans ses nouveaux studios à Épinay-sur-Seine en 1908. Il tournera dans plus d'une soixantaine de films - dont deux parlants - entre 1909 et 1933. Pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé en comme photographe au 34e régiment d'infanterie territoriale avant d'être affecté en avec les mêmes fonctions au Parc n° 1 du 2ème groupe d'aviation de Jonchery-sur-Vesle[7].

Au cours de sa carrière, il sera également assistant-réalisateur, réalisateur et scénariste. Il était le compagnon de l'actrice Renée Sylvaire venue comme lui du théâtre et l'une des principales vedettes féminines de la firme Éclair dès 1911[8]. Elle deviendra son assistante en 1924 pour son film La Closerie des genêts.

En 1934, André Liabel est encore cité comme membre et trésorier du Syndicat des chefs cinéastes français[9] et membre de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, section cinématographique[10]. Il habite alors au 130 bis, boulevard de Clichy dans le 18ème arrondissement[11].

L'année suivante, Liabel se sépare de Renée Sylvaire et quitte définitivement les plateaux de cinéma. Il se retire alors à Asnières et reprend son premier métier de comédien.

Il meurt le en son domicile à Asnières-sur-Seine[12].

Carrière au théâtreModifier

Carrière au cinémaModifier

Comme acteurModifier

Comme réalisateurModifier

Comme assistant réalisateurModifier

Comme scénaristeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Liabel est l'anagramme de Le Bail.
  2. a et b M. A . Liabel. Le Rideau artistique, n° 563 de 1908, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  3. Acte de naissance n° 18 (vue 42/405) Archives en ligne des Côtes-d'Armor, état-civil de Corlay, registre des naissances de 1870-1883.
  4. Son père Louis, qui était tisserand à Corlay, est devenu cocher et sa mère Pélagie Le Dilhuit, qui était lingère, est devenue blanchisseuse. Liabel avait un frère Ambroise de 18 ans plus âgé que lui, déjà installé à Paris comme serrurier et qui a laissé une descendance.
  5. Classe 1891, matricule 600 (vue 3/11). Archives en ligne de la Ville de Paris, tables des états signalétiques et des services militaires, classe 1891, 2ème bureau de recrutement, liste principale.
  6. Registre matricule du 2ème bureau de recrutement de Paris. Classe 1891. Archives en ligne de la Ville de Paris, états signalétiques et des services militaires, cote D4R1 652.
  7. Base des personnels de l'aéronautique militaire de la Première Guerre mondiale. Fiche Le Bail Arthur sur le site Mémoires des Hommes du ministère de la Défense.
  8. « L'Encinémathèque », sur encinematheque.fr (consulté le 6 mai 2017)
  9. La vie corporative. Une réunion du comité directeur du Syndicat des chefs cinéastes français. Comoedia, 25 juin 1934, p. 6, lire en ligne sur Gallica.
  10. article Liabel. Annuaire général des lettres, 1933-1934, p. 981, lire en ligne sur Gallica. Il en était membre depuis 1925.
  11. Il figure à cette adresse sur les registres du recensement de 1931 avec Renée Sylvaire mais plus sur celui de 1936 où sa compagne y apparaît seule.
  12. Archives des Hauts-de-Seine, acte de décès n°88 du 27/1/1942, vue 10 / 123 L'acte précise qu'il était artiste dramatique et célibataire.
  13. Courrier des théâtres. Le Petit Journal, 10 novembre 1903, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  14. Th. Branche est le pseudonyme du poète et dramaturge Émile Guérin-Catelin (1856-1913), père de l'acteur Raymond Guérin-Catelain et de l'acteur et réalisateur Jacques Guérin-Catelain dit Jaque Catelain.
  15. Henry de Veynades est le pseudonyme du dramaturge Henry Beau.
  16. Electra. Le Monde artistique, 29 mai 1904, pp. 339-342, lire en ligne sur Gallica.
  17. Premières représentations. Le Droit du père. Le Rideau artistique et littéraire, n° 534, pp. 4-5, 1906, lire en ligne sur Gallica.
  18. Les cinémas. Le Sang des Immortelles. Comoedia, 27 février 1920, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  19. Devant et derrière l'écran. Les films de la semaine. Des fleurs sur la mer. Le Petit Journal, 23 juin 1922, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  20. Cinématographes. Pathé-Consortium. L'Ile sans amour. Comoedia, 6 avril 1923, p. 4, lire en ligne sur Gallica.

Liens externesModifier