Ouvrir le menu principal

Eugène Grangé

dramaturge, chansonnier, goguettier, vaudevilliste et librettiste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grangé.
Eugène Grangé
Description de cette image, également commentée ci-après
Eugène Grangé, cliché Pierre Petit
Nom de naissance Pierre-Eugène Basté
Naissance
Paris
Décès (à 76 ans)
Paris 9e
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Pierre-Eugène Basté dit Eugène Grangé est un dramaturge, librettiste, chansonnier et goguettier français, né à Paris le et mort le à Paris 9e[1]

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Pierre-Joseph Basté et Louise-Thérèse Grangé, Pierre-Eugène Basté naît rue Beautreillis à Paris. Il fréquente l'école mutuelle puis le collège Charlemagne. Ses études terminées, il commence à travailler dans une maison de banque qu'il quitte pour commencer une carrière littéraire. À 17 ans, il se retrouve à faire jouer sur les petits théâtres du boulevard du Temple des vaudevilles qu'il signe de son second prénom, Eugène et du patronyme de sa mère. Il devient l'auteur favori du théâtre des Funambules et du spectacle de Mme Saqui. Il est alors surnommé le « Scribe du boulevard du Temple ». Son succès fait que Mme Saqui se l'attache à titre exclusif. Grangé sera pendant un an ou deux l'auteur unique et très bien rémunéré de son théâtre.

En 1833, il donne au théâtre des Folies-Dramatiques une pièce en trois actes : Le Gamin, en collaboration avec Lubize[2] (1798-1863). Puis, en 1836, il présente au théâtre des Variétés Le Tour de faction, qui obtient un grand succès.

Il va durant sa carrière aborder tous les genres : comédie, vaudeville, drame, féerie, revue de fin d'année.

Eugène Grangé est également chansonnier et goguettier. Il participe aux dîners chantants mensuels des Gnoufs-Gnoufs créés en 1858. Puis, en mai 1865, sur l'invitation et sous le patronage de son ami Clairville, il rejoint la quatrième société du Caveau[3], dont il devient membre titulaire. Il en sera élu sept fois président (en 1868, 1872, 1874, 1877, 1880, 1882 et 1884).

Fin 1879, Louis-Henry Lecomte évalue la production de Grangé à pas moins de 350 pièces de théâtre et environ 300 chansons qui sont insérées dans le périodique Le Caveau[4]. À ces chansons s'ajoutent 72 toasts en vers qu'il a prononcé comme président du Caveau. En 1881, il écrit l'avant-propos de présentation du recueil de chansons de son ami Henri Fénée, comme lui membre du Caveau[5].

Marié à Sophie-Jenny Dubois, il meurt à son domicile au no 54 de la rue Saint-Lazare à Paris.

ŒuvresModifier

 
Eugène Grangé par Lhéritier

Notes et référencesModifier

  1. Acte no 314 (vue 11), registre des décès de 1887 pour le 9e arrondissement sur les sites des Archives numériseés de la Ville de Paris.[source insuffisante]
  2. Dictionnaire et album des Basses-Pyrénées, Libr. Flammarion, , VII-523 p., in-octavo ill. + table des ill.).
  3. À propos de la participation de Grangé à la Société du Caveau, voir l'article Une gracieuseté de l'Illustration dans La Chanson illustrée n°66, 1870, p.2.
  4. Un certain nombre de volumes de celui-ci sont disponibles sur Gallica.
  5. Avant-propos dans Henri Fénée, Loisirs lyriques d'un amateur de chansons, Veuve Édouard Vert, Paris, 1881.

SourceModifier

  • Eugène Grangé, article de Louis-Henry Lecomte paru dans La Chanson le 1er janvier 1880.

Liens externesModifier