Ouvrir le menu principal

19e division d'infanterie (France)

Création et différentes dénominationsModifier

  • La division est recrée le à partir de FFI Bretons.
  • Elle est dissoute le en Allemagne à Rottweil.

Les chefs de la 19e Division d'InfanterieModifier

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

HistoriqueModifier

1914Modifier

Mobilisée dans la 10e région.

22 -  : engagée dans la Bataille de Charleroi : combats vers Fosse.
 : engagée dans la Bataille de Guise, combat de Sains-Richaumont. À partir du , continuation du repli, par Guignicourt et Épernay, en direction de Sézanne.
6 -  : Bataille des Deux Morins : combats dans la région de Sézanne, le , combat de Boissy-le-Repos ; le 9 combat de Fromentières. À partir du 10, poursuite par Damery, en direction de Cormontreuil.
  • 13 -  : engagée dans la 1re Bataille de l’Aisne : combat dans la région nord de Cormontreuil.
  • -  : retrait du front, mouvement vers le nord-ouest de Reims ; stationnement.
 : mouvement vers la région de Verberie.
 : transport par V.F. dans la région d’Amiens, puis mouvement vers le nord.
, front réduit, à droite, jusqu’au nord et Bretancourt.

1915Modifier

  • -  : retrait du front et à partir du , occupation d’un secteur vers la Maison-Blanche et Écurie.
 : mouvement de rocade et occupation d’un nouveau secteur vers Saint-Laurent-Blangy et Roclincourt.
,  : engagé dans la 2e Bataille d’Artois.
 : nouvelle rocade et occupation d’un secteur entre le sud de Neuville-Saint-Vaast et le Labyrinthe.
  • -  : retrait du front et repos au sud d’Amiens. À partir du , transport par V.F. dans la région de Revigny, repos.
  •  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre l’Aire et la haute Chevauchée. À partir du , mouvement de rocade et occupation d’un nouveau secteur vers le ravin de la Houyette et la Fontaine aux Charmes (guerre des mines).
 : violente attaque allemande sur la Harassée.

1916Modifier

 : attaque française sur le Mort-Homme.
  • -  : retrait du front, transport par camions dans la région de Chevillon ; repos.
  • -  : transport par camions dans la région de Verdun et occupation d’un secteur vers le bois d’Haudromont et l’ouvrage de Thiaumont : du 17 au , combats vers Thiaumont (Bataille de Verdun).
  • 2 -  : retrait du front et regroupement vers Revigny. À partir du , transfert par camions en Champagne.
  • -  : occupation d’un secteur vers Auberive-sur-Suippe et l’est de l’Épine de Védegrange.

1917Modifier

 : transport par V.F. vers Beauvais et Montdidier ; puis mouvement par étapes vers le front.
4 et  : attaque des positions ennemies du mont Blond et du mont Cornillet (Bataille des Monts).
  • 15 -  : retrait du front : repos et instruction vers Mairy-sur-Marne.
  • -  : mouvement vers la région de Triaucourt-en-Argonne, puis le vers celle de Les Souhesmes-Rampont ; repos et instruction.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur vers Haudromont et Damloup.
  • -  : retrait du front ; transport par camions dans la région de Condé-en-Barrois ; repos.
  • 1er octobre : occupation d’un secteur vers la ferme Mormont et la cote 344 : Le , attaque de la cote 344 et de la tranchée de Trèves (2e Bataille offensive de Verdun).
  • 1er -  : retrait du front ; repos vers Vanault-les-Dames.
  • -  : mouvement vers le front et occupation d’un secteur vers la tranchée de Calonne et les Éparges : , action locale sur les positions ennemies de la tranchée de Calonne.

1918Modifier

  • -  : retrait du front et repos vers Nettancourt.
 : mouvement par la Champagne vers la région de Saint-Paul-aux-Bois.
 : organisation d’une position de 2e ligne sur l’Ailette, vers Champs et Manicamp (secteur de la 161e DI) ; puis occupation d’un secteur dans cette région.
 : attaque du plateau de Sainte-Léocade ; puis progression jusque dans le village d’Autrèches.
 : transport par camions dans les Vosges.
  • -  : occupation d’un secteur entre la haute vallée de la Weiss et la vallée de la Fave.
  • -  : retrait du front et repos vers Corcieux. À partir du , transport par V.F. vers Compiègne et Rethondes ; repos et instruction.
  • 7 -  : mouvement vers la région de Crécy-sur-Serre atteinte lors de l’Armistice.

RattachementsModifier

Affectation organique : 10e Corps d’Armée, d’ à

12 –
13 –
12 –
26 –
8 –
2 –
5 –
29 –
12 –
26 –
10 –
5 –
8 –
24 –

L'entre-deux-guerresModifier

La loi du , sur l’organisation générale de l’armée et la loi des cadres et effectifs du , fixent le nombre des divisions d’infanterie métropolitaines à vingt.
Ces dernières sont considérées comme des forces de territoire affectées à la défense du sol métropolitain.
Ces grandes unités d’infanterie sont de trois types, dix divisions d’infanterie de type « nord-est », sept divisions d’infanterie motorisées et trois divisions d’infanterie alpine.
La 19e Division d'Infanterie est de type "nord-est".

CompositionModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

1940Modifier

Le la 19e DI, sous les ordres du général Toussaint, est rattachée au 13e Corps d'Armée et en réserve du GQG.

Le , organisation des défenses. Le général Lenclud remplace le général Toussaint à la tête de la 19e D.I.

À cette date la 19e Division d'Infanterie se compose de :

1944 - 1945Modifier

Commandant l’infanterie divisionnaire : Général Joppe

HistoriqueModifier

1940Modifier

1944 - 1945Modifier

La 19e DI fut la première division métropolitaine engagée dans les combats de la libération. Elle prit part à la libération de la Bretagne et notamment aux combats des poches de Lorient et de Saint Nazaire en .

RattachementsModifier

  • 13e Corps d'Armée (10/5/40)
  • 7e Armée (17/5/40)
  • 1er Corps d'Armée (19/5/40)

L'après guerreModifier

En , la 19e DI est affectée aux troupes d'occupation en Allemagne (TOA), sur les bords du Neckar, en remplacement de la 9e DIC.

Après 3 mois seulement, le , elle est dissoute.

DeviseModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

  • (fr) Ministère des Armées, État-Major de l'Armée de Terre, Service Historique, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Imprimerie « LA RENAISSANCE » — TROYES - Dépôt légal : 4e trimestre 1969 — N° 19.982
  • Revue d'information des troupes françaises d'occupation en Allemagne, no 5, .
  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexesModifier

Lien externeModifier