Arsimont

section de Sambreville, Belgique

Arsimont
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Sambreville
Code postal 5060
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Arsimontois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 25′ nord, 4° 38′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Namur
Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Arsimont
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Arsimont
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Arsimont

GéographieModifier

Arsimont (en wallon Årsumont) est une section de la commune belge de Sambreville située en Région wallonne dans la province de Namur.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Arsimont se situe à une altitude de 191 mètres au-dessus du niveau de la mer (au seuil de l'église).

HistoireModifier

La Première Guerre mondiale : la bataille d'ArsimontModifier

La bataille d'Arsimont, entre le 21 et le , est un épisode de la bataille de Charleroi qui a opposé la 19e division d'infanterie française, sous les ordres du général Bonnier et la 2e division de la garde prussienne, dirigée par le général von Winckler[1]. Le , le 70e régiment d'infanterie (Vitré, colonel Laroque) et le 47e régiment d'infanterie (Saint-Malo), deux régiments français, reçoivent pour mission de défendre les ponts sur la Sambre situés à Auvelais, Tamines et Arsimont. Le 71e régiment d'infanterie (Saint-Brieuc, colonel Bonnefoy), lancé le 21 août dans le combat, se lance, avec les deux autres régiments précédemment cités, dans la conquête d'Auvelais et de Tamines, fortement tenus par les Allemands, mais doivent se replier. Le , le colonel Louis de Flotte[2], qui commande le 48e régiment d'infanterie (Guingamp)[3], reçoit l'ordre de reprendre Arsimont (il meurt ce jour-là dans les combats), mais les troupes françaises doivent se replier en direction de Chimay, puis en France sur la rive gauche de la Meuse où le général Fernand de Langle de Cary livre à Guise un combat victorieux contre les Allemands[4].

D'autres régiments français ont pris part à la bataille d'Arsimont :le 41e régiment d'infanterie (Rennes, colonel Passada), le 2e régiment d'infanterie (colonel Pérez), le 7e régiment d'infanterie (colonel Haffrier), le 118e régiment d'infanterie (Quimper)[4].

De nombreux soldats morts sont inhumés dans la nécropole d'Auvelais où leurs dépouilles (345 corps), précédemment enterrées en divers endroits par les Allemands, ont été regroupées en 1934.

Le le 1er RGR de l'armée impériale allemande y passa par les armes 13 civils et y détruisit 126 maisons au cours des atrocités allemandes commises au début de l'invasion.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.sambre-marne-yser.be/article.php3?id_article=91
  2. Louis de Flotte, né le à Perpignan
  3. https://www.ouest-france.fr/bretagne/guingamp-22200/guingamp-des-milliers-de-poilus-partent-au-front-4047054
  4. a et b Jean-Pascal Scadagne, "Les Bretons dans la guerre de 14-18", éditions Ouest-France, 2006, (ISBN 2737363152)

BibliographieModifier

  • Verhulst Louis, Glossaire d'Arsimont, Contribution au parler wallon en Basse-Sambre, Franière, Julie Servotte, .
 
Charbonnages d'Arsimont Fosse 1