Saint-Laurent-Blangy

commune française du département du Pas-de-Calais

Saint-Laurent-Blangy
Saint-Laurent-Blangy
Le centre, la rue Laurent-Gers.
Blason de Saint-Laurent-Blangy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Arras
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Maire
Mandat
Nicolas Desfachelle
2020-2026
Code postal 62223
Code commune 62753
Démographie
Gentilé Immercuriens
Population
municipale
6 542 hab. (2019 en diminution de 1,43 % par rapport à 2013)
Densité 666 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 18′ 11″ nord, 2° 48′ 13″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 103 m
Superficie 9,83 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Arras
(banlieue)
Aire d'attraction Arras
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Arras-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-Blangy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-Blangy
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Saint-Laurent-Blangy
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-Blangy
Liens
Site web saint-laurent-blangy.com

Saint-Laurent-Blangy est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

La commune fait partie de la communauté urbaine d'Arras qui regroupe 46 communes et compte 108 347 habitants en 2018.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Commune située sur la communauté urbaine d'Arras, à 2 heures de Paris, 45 min de Lille, 2 h 30 min de Londres, 1 h 30 min de Bruxelles.

Au , une station Citiz est en place dans la commune, pour effectuer de l'autopartage.

Représentations cartographiques de la commune
 
  La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : localisation des communes environnantes

HydrographieModifier

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée par la Scarpe canalisée, cours d'eau d'une longueur de 67 km, qui prend sa source dans la commune d'Arras et se jette dans L'Escaut canalisée au niveau de la commune de Mortagne-du-Nord dans le département du Nord[1].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Saint-Laurent-Blangy est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arras, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[5] et 87 215 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arras, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 163 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (53,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (34,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (43,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (33,7 %), zones urbanisées (12,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (7,4 %), prairies (2,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

ToponymieModifier

Durant la Révolution, la commune porte le nom d'Imercourt[12].

HistoireModifier

 
Premières séquelles de guerre à Saint-Laurent Blangy, en 1914. La commune sera ensuite entièrement rasée par les obus.

L'axe naturel de circulation formé par la vallée de la Scarpe, au fond de laquelle s'est édifiée Saint-Laurent-Blangy (nom de la commune jusqu'à sa destruction complète durant Première Guerre mondiale), va favoriser l'implantation d'un habitat tourné vers la rivière.

Les toutes premières traces d'occupation humaine sur le territoire de la commune datent de la période néolithique mais ces témoignages restent toutefois ténus.

En 1819, les communes de Saint Laurent et de Blangy se regroupent en une seule et même commune : Saint-Laurent-Blangy.

La commune sera dès 1914 fortement marquée par la violence des combats de la Première Guerre mondiale, et à nouveau touchée par la Seconde Guerre mondiale un peu plus de 20 ans plus tard.

Politique et administrationModifier

 
L'hôtel de ville.

Découpage territorialModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Arras du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalitésModifier

La commune est membre de la communauté urbaine d'Arras.

Circonscriptions administrativesModifier

La commune est rattachée au canton d'Arras-2.

Circonscriptions électoralesModifier

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la deuxième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautairesModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1942 M. Dupuis   Révoqué par le Gouvernement de Vichy[13]
1969 septembre 1982
(décès)
Raoul Thibaut DVG Contrôleur principal des PTT
1982 mars 1983 Roger Gras   Directeur d'école
mars 1983 mars 2014[14] Jean-Pierre Deleury PS puis DVG Professeur de collège
Vice-président de la CUA[Quand ?]
Conseiller général du canton d'Arras-Nord (1992 → 2011)
mars 2014[15],[16] En cours
(au 13 juillet 2020)
Nicolas Desfachelle PS puis DVG[17]. Directeur de cabinet
Conseiller général du canton d'Arras-Nord (2011 → 2015[18])
Vice-président de la Communauté urbaine d'Arras (2020 → )
Réélu pur le mandat 2020-2026[19].
Suppléant de la Députée LREM Jacqueline Maquet

JumelagesModifier

La commune est jumelée avec :

 
Jumelages et partenariats de Saint-Laurent-Blangy. 
Jumelages et partenariats de Saint-Laurent-Blangy. 
VillePaysPériode
Rosso[20] Sénégaldepuis

Équipements et services publicsModifier

Eau et déchetsModifier

Espaces publicsModifier

EnseignementModifier

Postes et télécommunicationsModifier

SantéModifier

Justice, sécurité, secours et défenseModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Les habitants de la commune sont appelés les Immercuriens[21].

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2019, la commune comptait 6 542 habitants[Note 3], en diminution de 1,43 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5506537278751 0881 2131 2641 3611 333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3771 6091 5161 6191 6741 9251 8641 8021 915
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9351 9441 9851 7953 1323 1543 1073 2323 370
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 6813 7885 2276 1005 3585 5785 5536 2426 659
2019 - - - - - - - -
6 542--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 36,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,1 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 018 hommes pour 3 557 femmes, soit un taux de 54,10 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[25]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,3 
5,5 
75-89 ans
8,8 
14,8 
60-74 ans
16,6 
17,9 
45-59 ans
18,4 
21,5 
30-44 ans
20,2 
18,8 
15-29 ans
16,8 
20,8 
0-14 ans
17,8 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
5,4 
75-89 ans
8,9 
15,9 
60-74 ans
17,3 
20,2 
45-59 ans
19,4 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,6 
15-29 ans
16,3 
20,3 
0-14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

 
Le géant Ch'grand Louis, de sortie à Roclincourt en 2011.
 
La base nautique.
  • Deux géants : Ch'grand Louis et P'tite Rosa[27],[28].
  • Spectacle son et lumière « Histoires et Rêves d'Artois » au Parc d'Immercourt en septembre.
  • Régates internationales de canoë-kayak en janvier sur le bassin du Val de Scarpe.
  • Fête du Val de Scarpe et Fête de l'eau en Pas-de-Calais en septembre.
  • Tchicou Parc entre le 14 juillet et le 15 août.
  • Spectacle lyrique en janvier.
  • Fêtes communales en juin.
  • Week-end culturel en mai.
  • RécréaScènes pour les enfants en octobre.
  • Fête des fleurs le 8 mai.
  • Vide-greniers en septembre.
  • Foulées immercuriennes en septembre.
  • Randonnée pédestre du Val de Scarpe en février.

ÉconomieModifier

 
Une écluse de la Scarpe dans la commune.
  • Port fluvial de commerce géré par la Chambre de commerce et d'industrie d'Arras.
  • Zone Actiparc gérée par la Communauté Urbaine d'Arras
  • Zone industrielle Est
  • Zone d'activité des Chemins Croisées
  • Zone d'activité du 14 juillet
  • Zone d'activité de Blangy
  • Ecopôle gérée par la Communauté Urbaine d'Arras et le SMAV (Syndicat Mixte Artois Valorisation)
  • Zone d'activité des 3 fontaines

La société arrageoise de conditionnement et de commercialisation d'œufs (Sacco) y a été fondée en 1983.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Site classéModifier

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[29].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : le domaine de Vaudry-Fontaine[30].

MonumentsModifier

 
Le monument aux morts.
  • Le cimetière militaire allemand : le Deutscher Soldatenfriedhof de Saint-Laurent-Blangy abrite les tombes de 31 339 soldats allemands de la Première Guerre mondiale. Il a été créé par les autorités françaises en 1921-1922 comme cimetière de rassemblement pour toutes les tombes de soldats allemands situées au sud d'Arras le long du Front. Il sera agrandi en 1956 pour accueillir les dépouilles des 4 283 soldats initialement enterrés dans le carré militaire allemand du cimetière communal de Comines[31]. La nécropole compte aujourd'hui 7 069 tombes individuelles ; 24 870 autres soldats (dont 11 587 demeurent inconnus) y reposent dans une grande fosse collective. Le site est aujourd'hui entretenu par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge[32].
  • L'église Saint-Laurent.
  • Le monument aux morts.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D'azur au château de trois tours d'or, pavillonnées et girouettées du même, ajouré, maçonné de sable.


Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Scarpe canalisée (E2--0110) (E2--0110) » (consulté le )
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Arras », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Arras », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets », sur Gallica, (consulté le ).
  14. Marco Verriest, « L'interview du dimanche avec Jean-Pierre Deleury : «À Saint-Laurent, il y a de la vie. C’est ma plus grande fierté» : Maire de Saint-Laurent-Blangy depuis 1983, conseiller général de 1982 à 2011, vice-président de la communauté urbaine d’Arras, Jean-Pierre Deleury a annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête de la mairie de Saint-Laurent, tout en précisant qu’il serait sur la liste et souhaitait poursuivre sa mission d’élu au sein de l’entité communautaire. Entretien », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  16. Géraldine Csizmadia, « Saint-Laurent-Blangy (projet du maire) : Nicolas Desfachelle, serein pour mener la ville au bon tempo : Nicolas Desfachelle a acquis une expérience professionnelle dans différentes collectivités, avant de devenir directeur de cabinet de Jean-Pierre Deleury. Une fonction qu’il a exercée pendant douze ans, avant d’être élu à son tour, le 23 mars », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Laurent Boucher, « Arrageois : Nicolas Desfachelle quitte le PS : Le Parti socialiste a enregistré avec surprise la défection de l’élu sortant du canton d’Arras nord au moment de désigner ses candidats pour les élections départementales de mars 2015. Une décision qui brouille le jeu, d’autant que Nicolas Desfachelle reste énigmatique sur ses intentions de se représenter ou non sans étiquette politique », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Laurent Boucher, « Saint-Laurent-Blangy : Nicolas Desfachelle va quitter le conseil général, « un choix de vie » : Le maire de Saint-Laurent-Blangy et vice-président du Département devait annoncer sa décision lors de la cérémonie des vœux aux Immercuriens, vendredi soir. L’actualité en a décidé autrement. Il nous explique les raisons d’une décision qui surprend, au Parti socialiste (qu’il a quitté) et au-delà », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Christophe Humetz, « Nicolas Desfachelle entame son deuxième mandat de maire de Saint-Laurent-Blangy : C’est sans surprise que le maire sortant a conservé son écharpe tricolore de premier magistrat. Il sera entouré de huit adjoints », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=25562 »
  21. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  25. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Laurent-Blangy (62753) », (consulté le ).
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  27. Petite vidéo
  28. Photos des 2 géants
  29. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  30. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  31. Chemins de mémoire de la Grande Guerre en Nord-Pas-de-Calais
  32. http://www.volksbund.de