Ouvrir le menu principal

12e étape du Tour de France 2018

étape du Tour de France 2018

Article général Pour un article plus général, voir Tour de France 2018.
12e étape du Tour de France 2018 Cycling (road) pictogram.svg
12ème étape Tour de France 2018 (peloton à St-Jean-de-Maurienne).JPG
Passage du peloton à Saint-Jean-de-Maurienne.
Généralités
Course12e étape, Tour de France 2018
TypeMountainstage.svg Étape de montagne
Date19 juillet 2018
Distance175,5 km
Lieu de départBourg-Saint-Maurice
Lieu d'arrivéeAlpe d'Huez
PaysFRA France
Partants162
Arrivants153
Vitesse moyenne33,049 km/h
Résultats de l’étape
1erGBR Geraint Thomas5 h 18 min 37 s
(Sky)
2eNED Tom Dumoulin+ 2 s
3eFRA Romain Bardet+ 3 s
CombatifNED Steven Kruijswijk
(LottoNL-Jumbo)
Classement général à l’issue de l’étape
LeaderGBR Geraint Thomas49 h 24 min 43 s
(Sky)
2eGBR Christopher Froome+ 1 min 39 s
3eNED Tom Dumoulin+ 1 min 50 s
Classements annexes à l’issue de l’étape
Jersey green.svgPointsSVK Peter Sagan
(Bora-Hansgrohe)
Jersey polkadot.svgMontagneFRA Julian Alaphilippe
(Quick-Step Floors)
Jersey white.svgJeuneFRA Pierre Latour
(AG2R La Mondiale)
Jersey yellow number.svgÉquipeESP Movistar
11e étape13e étape
Documentation Wikidata-logo S.svg

La 12e étape du Tour de France 2018 se déroule le jeudi de Bourg-Saint-Maurice à l'Alpe d'Huez, sur une distance de 175,5 kilomètres.

ParcoursModifier

 
La montée de l'Alpe d'Huez, ascension finale de l'étape.

Cette 12e étape du Tour s'étend entre Bourg-Saint-Maurice et l'Alpe d'Huez sur une distance de 175,5 kilomètres[1]. Les différentes ascensions totalisent un dénivelé positif de 5 000 m[2].

À partir de Bourg-Saint-Maurice (768 m d'altitude), l'étape commence par environ 25 km de descente, avant d'entamer l'ascension du col de la Madeleine, classée hors catégorie[1]. L'ascension s'étend sur 25,3 km avec une pente moyenne de 6 %[1]. Le sommet, culminant à 2 000 m, arrive après 53,5 km de course[1].

Après une longue descente, les coureurs doivent gravir les lacets de Montvernier, classés en deuxième catégorie, culminant à 782 m après 3,4 km d'ascension à 8,2 %[1]. Une courte descente les mène ensuite à Saint-Jean-de-Maurienne où est disputé le sprint intermédiaire[1].

Les coureurs entament la très longue ascension du col de la Croix-de-Fer, classée hors catégorie, s'étendant sur 29 km à 5,2 % de moyenne[1].

Une nouvelle longue descente les mène alors à Bourg-d'Oisans, au pied de l'ascension finale de l'Alpe d'Huez, classée elle aussi hors catégorie, caractérisée par ses 21 lacets à parcourir sur une distance de 13,8 km avec une pente moyenne de 8,1 %[1].

Déroulement de la courseModifier

161 coureurs prennent le départ de cette 12e étape du Tour de France 2018, le deuxième du Tour 2017, Rigoberto Urán ayant annoncé dans la matinée son retrait de la compétition[3]. Les trente premiers kilomètres de légère descente dans la vallée de la Tarentaise sont parcourus à de 60 km/h de moyenne[3].

 
Pierre Rolland en tête de la course à Saint-Jean-de-Maurienne.

Les premiers kilomètres du col de la Madeleine voient se former une échappée, comprenant notamment Alejandro Valverde, Ilnur Zakarin, Mikel Nieve, le maillot blanc Pierre Latour ou encore le maillot blanc à pois rouges Julian Alaphilippe, mais surtout Steven Kruijswijk, sixième du classement général à deux minutes et 40 secondes de Geraint Thomas[3]. Au sommet du col de la Madeleine, le peloton a deux minutes et 40 secondes de retard sur l'échappée[3]. Alaphilippe passe en tête devant Warren Barguil et conforte son maillot à pois de meilleur grimpeur. Gregor Mühlberger et Alaphilippe prennent la tête dans la descente, puis attendent les autres échappés dans la portion de plaine précédant la seconde ascension, celle des lacets de Montvernier[3]. L'échappée réunifiée compte 26 coureurs[3]. Pierre Rolland passe en tête au sommet à Montvernier à la faveur d'un ralentissement du groupe dans la zone de ravitaillement[3]. Le peloton compte alors quatre minutes de retard, à 92,5 km de l'arrivée[3].

Du sommet aux premiers kilomètres du col de la Croix-de-Fer, Rolland est rejoint successivement par Valverde et Kruijswijk, puis Barguil, et enfin un autre groupe de sept coureurs[3]. Dans le col, à 73 km de l'arrivée, Kruijswijk part seul en tête[3]. À 59 km de l'arrivée, il possède six minutes et 13 secondes d'avance sur le peloton, se retrouvant ainsi leader virtuel du classement général avec une avance de trois minutes et demie sur les écarts restaient les mêmes d'ici l'arrivée. Représentant une menace pour les autres favoris du classement général, le peloton accélère sous l'impulsion des équipes AG2R La Mondiale et Movistar. Mais au sommet de la Croix-de-Fer, Kruijswijk n'a perdu que trois secondes[3].

Ce dernier parvient à maintenir un tel avantage dans la descente, mais dans la portion de 11 km de vallée jusqu'au pied de l'Alpe d'Huez, le travail de Jonathan Castroviejo et Michał Kwiatkowski de l'équipe Sky en tête de peloton réduisent son avance et quatre minutes et 20 secondes[3]. À dix kilomètres de l'arrivée, son avance n'est plus que de trois minutes et 25 secondes sur un groupe maillot jaune ne comptant plus que dix coureurs[3]. Vincenzo Nibali, Nairo Quintana et Mikel Landa attaquent tour à tour, puis Romain Bardet parvient, à sept kilomètres de l'arrivée, à prendre une dizaine de secondes d'avance au groupe maillot jaune toujours mené par les Sky, en l'occurrence Egan Bernal[3]. À moins de quatre kilomètres du sommet, Christopher Froome attaque, et double Bardet puis Kruijswijk. Geraint Thomas, Tom Dumoulin, Bardet et Landa parviennent cependant à le rejoindre. La victoire est disputée au sprint, et Thomas l'emporte[3].

Geraint Thomas devient le premier Britannique à s'imposer à l'Alpe d'Huez, ainsi que le premier coureur à l'emporter ici en portant le maillot jaune[3]. Vainqueur également la veille, le coureur gallois conforte ainsi son maillot jaune[3].

IncidentsModifier

Dans la montée finale de l'Alpe d'Huez, plusieurs incidents sont survenus. Tout d'abord, Christopher Froome a été bousculé par un spectateur manifestant son désaccord quant à sa participation[4]. Vincenzo Nibali a été victime d'une lourde chute également due à un spectateur à quatre kilomètres de l'arrivée[5]. S'il parvient à revenir à seulement 13 secondes du groupe de tête à l'arrivée, il ne peut prendre le départ de l'étape suivante, victime d'une fracture d'une vertèbre[5]. Enfin, sur le podium, Geraint Thomas, coéquipier de Froome, a dû faire face aux réactions hostiles du public lors de la remise de son trophée de vainqueur d'étape et de son maillot jaune[4].

RésultatsModifier

Classement de l'étapeModifier

Classement de la 12e étape
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Geraint Thomas     Royaume-Uni Sky en h 18 min 37 s
2e Tom Dumoulin   Pays-Bas Sunweb + s
3e Romain Bardet   France AG2R La Mondiale + s
4e Christopher Froome   Royaume-Uni Sky + s
5e Mikel Landa   Espagne Movistar   + s
6e Primož Roglič   Slovénie Lotto NL-Jumbo + 13 s
7e Vincenzo Nibali   Italie Bahrain-Merida + 13 s
8e Jakob Fuglsang   Danemark Astana + 42 s
9e Nairo Quintana   Colombie Movistar   + 47 s
10e Steven Kruijswijk   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + 53 s

Points attribuésModifier

Sprint intermédiaire
Saint-Jean-de-Maurienne (km 91)
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Pierre Rolland   France EF Education First-Drapac 20
2e Steven Kruijswijk   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 17
3e Alejandro Valverde     Espagne Movistar   15
4e Pierre Latour     France AG2R La Mondiale 13
5e Romain Sicard   France Direct Énergie 11
6e Daniel Navarro   Espagne Cofidis 10
7e Gregor Mühlberger   Autriche Bora-Hansgrohe 9
8e Serge Pauwels   Belgique Dimension Data 8
9e Maxime Bouet   France Fortuneo-Samsic 7
10e Robert Gesink   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 6
11e Laurens Ten Dam   Pays-Bas Sunweb 5
12e Andrey Amador   Costa Rica Movistar   4
13e Jesper Hansen   Danemark Astana 3
14e Nicolas Edet   France Cofidis 2
15e Gorka Izagirre   Espagne Bahrain-Merida 1

Bonifications à l'arrivée
Coureur Pays Équipe Bonifications
1 Geraint Thomas     Royaume-Uni Sky 10 s
2 Tom Dumoulin   Pays-Bas Sunweb s
3 Romain Bardet   France AG2R La Mondiale s

Cols et côtesModifier

Lacets de Montvernier (km 83)
2e catégorie (3,4 km à 8,2%)
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Pierre Rolland   France EF Education First-Drapac 5
2e Julian Alaphilippe     France Quick-Step Floors 3
3e Serge Pauwels   Belgique Dimension Data 2
4e Robert Gesink   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 1

Prix de la combativitéModifier

Classements à l'issue de l'étapeModifier

Classement généralModifier

Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Geraint Thomas     Royaume-Uni Sky en 49 h 24 min 43 s
2e Christopher Froome   Royaume-Uni Sky + min 39 s
3e Tom Dumoulin   Pays-Bas Sunweb + min 50 s
4e Vincenzo Nibali   Italie Bahrain-Merida + min 37 s
5e Primož Roglič   Slovénie Lotto NL-Jumbo + min 46 s
6e Romain Bardet   France AG2R La Mondiale + min 7 s
7e Mikel Landa   Espagne Movistar   + min 13 s
8e Steven Kruijswijk     Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + min 43 s
9e Nairo Quintana   Colombie Movistar   + min 13 s
10e Daniel Martin   Irlande UAE Emirates + min 11 s

Classement par pointsModifier

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement général du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Pierre Latour     France AG2R La Mondiale en 49 h 41 min 14 s
2e Guillaume Martin   France Wanty-Groupe Gobert + min 8 s
3e Egan Bernal   Colombie Sky + min 41 s
4e David Gaudu   France Groupama-FDJ + 35 min 7 s
5e Søren Kragh Andersen   Danemark Sunweb + 48 min 25 s
6e Daniel Martínez   Colombie EF Education First-Drapac + 53 min 17 s
7e Stefan Küng   Suisse BMC Racing + 55 min 26 s
8e Antwan Tolhoek   Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + 59 min 50 s
9e Magnus Cort Nielsen   Danemark Astana + h 12 min 31 s
10e Thomas Boudat   France Direct Énergie + h 17 min 42 s

Classement du meilleur grimpeurModifier

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Movistar     Espagne en 149 h 10 min 25 s
2e Sky   Royaume-Uni + min 7 s
3e Lotto NL-Jumbo   Pays-Bas + 12 min 6 s
4e Bahrain-Merida   Bahreïn + 24 min 56 s
5e AG2R La Mondiale   France + 46 min 19 s
6e Astana   Kazakhstan + 52 min 16 s
7e Sunweb   Allemagne + h 5 min 45 s
8e Mitchelton-Scott   Australie + h 37 min 17 s
9e BMC Racing   États-Unis + h 39 min 18 s
10e Katusha-Alpecin   Suisse + h 44 min 14 s

AbandonsModifier

Rigoberto Urán, deuxième du Tour de France 2017 ne prend pas le départ de cette 12e étape[4]. Par ailleurs, Mark Cavendish, Mark Renshaw et Marcel Kittel, arrivé hors délais la veille, ne peuvent poursuivre la compétition[6]. Dans la journée, les sprinteurs Fernando Gaviria, Dylan Groenewegen et André Greipel abandonnent, tout comme Tony Gallopin, Rick Zabel et Marcel Sieberg[4],[6]. Dmitriy Gruzdev et Rein Taaramäe arrivent hors délais, ce qui les empêche de repartir le lendemain[6]. Vincenzo Nibali, s'il finit l'étape du jour, annonce qu'à la suite de sa chute il ne prendra pas le départ le lendemain[5].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Étape 12 - Bourg-Saint-Maurice Les Arcs > Alpe d'Huez - Tour de France 2018 », sur letour.fr (consulté le 20 juin 2018)
  2. « Tour de France 2018 : 5 étapes qui pourraient être décisives », sur sport.francetvinfo.fr, .
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p et q « Thomas marque l'histoire », sur site officiel du Tour de France, (consulté le 19 juillet 2018).
  4. a b c et d « Tour de France 2018. Thomas en patron, Bardet rassure, abandons en pagaille… Ce qu’il faut retenir de la 12e étape », sur Ouest France, (consulté le 20 juillet 2018).
  5. a b et c « Vincenzo Nibali ne sera pas au départ de la 13e étape du Tour de France », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 juillet 2018)
  6. a b c d e f g h i j k et l « Abandons - Tour de France », sur letour.fr (consulté le 19 juillet 2018)

AnnexesModifier