Œuf poché

façon de faire cuire les œufs

Œuf poché
Image illustrative de l’article Œuf poché
Œuf poché sur pain grillé.

Lieu d’origine Drapeau de la France France
Place dans le service Entrée, plat, dessert
Température de service Chaud, tiède ou froid
Ingrédients Œuf

L'œuf poché est un œuf cuit entier, sans sa coquille, dans un liquide frémissant : eau, vin, bouillon, consommé, et lait. Il est à la base de nombreuses recettes, servi avec des sauces diverses ou utilisé comme garniture de soupes, de saladesetc.

DénominationModifier

 
Pochage d'un œuf à l'eau frémissante.

L'étymologie est incertaine. Auguste Schele (1862) écrit : « Quant au verbe pocher, on n'est pas d'accord sur son origine, en ce qui concerne les expressions pocher des œufs, et yeux pochés. On a mis en avant, les uns l'allemand pochen frapper, d'autres le verbe dialectal paucher qui vient de pollex, -icis, et qui signifie presser du pouce. Je suis d'un autre avis; selon moi, pocher des œufs, c'est les apprêter de manière à laisser au jaune sa forme arrondie et rebombée. Le mot se rapporte à la valeur foncière de poche: chose enflée. L'œil poché est une expression populaire reposant sur une ressemblance de son et de fait avec un œuf poché»[1]. Le blanc enveloppe le jaune comme dans une poche[2].

Le français pocher, pochage qui décrit une technique de cuisson donne l'anglais poached egg et sa translitération japonaise ポーチドエッグ (pōchido eggu), l'allemand Pochiertes Ei, l'espagnol huevo escalfado o pochado, le russe Яйцо-пашот (yaytso-pashot), l'arabe بيض بوشيه (bid bushih). En revanche, certaines langues sont descriptives du résultat: l'italien uovo in camicia œuf en chemise, le chinois 荷包蛋 (Hébāo dàn) œuf en bourse. Plus poétique l'indonésien Telur apung œuf flottant, le javanais Endhog ceplok œuf tombé, le bulgare Яйца по панагюрски (Yaĭtsa po panagyurski) Oeuf Panagurski aurait pour origine la ville de Panagyurichté où on sert les œufs pochés avec yaourt, paprika et ail écrasé[3].

A Vienne et souvent en allemand on dit Ein verlorenes Ei: un œuf perdu car il disparait dans les bouillons de l'eau de cuisson[4]. Œuf perdu (œufs perdus) a plusieurs sens en français dont celui d'œuf poché, par exemple les œufs perdus à l'ail de Marianne Kaltenbach (1983) sont des œufs pochés dans la version française de Gut gekocht für meine Gäste[5]. On lit dans les traductions de Dioscoride : « Des œufs qu’on cuit hors la coque les meilleurs sont ceux qu'on jette entiers dans l'eau bouillante en Italie. En français parce qu'ils s'épandent par l'eau on les appelle œufs perdus »[6]. Ce sont aussi les œufs cuits à la braise dans leur coquille, des œufs proches des œufs Orsini, ou encore une sorte de pain perdu[7],[8],[9].

HistoireModifier

 
Œufs poché aux asperges et caviar.

Le Ménagier de Paris (vers 1390) distingue les œufs pochés en eau qui sont nos œufs pochés des œufs pochés en huile et donne des sauces pour les œufs pochés[10]. Pierre de Lune (1665) donne un Potage d'œufs pochés avec fromage de Milan (un bouillon aux herbes avec œufs pochés gratinés au fromage)[11]. En 1722, François Massialot dans son Nouveau cuisinier royal emploie toujours l'expression œufs pochés à l'eau, qu'il accommode au beurre lié, sauce Robert, il donne aussi des œufs pochés au sucre[12]. Ses œufs pochés au concombre (concombre dégorgé, revenu dans un bouillon de poisson) sont pochés dans du beurre[13]. En 1749, Menon utilise des œufs pochés à l'eau pour ses œufs frais pochés à la chapelure (avec une petite sauce légère dessus, un jus de citron, saupoudrés de chapelure)[14].

 
Œufs pochés.

C'est à partir de 1740 que l'œuf poché (le plus souvent au pluriel) prend place dans la littérature numérisée française (1720 pour l'anglaise)[15],[16]. Ils apparaissent dans les dictionnaires : « Œufs pochés. Ce sont ceux que l'on fait cuire sans les brouiller, et sans écraser le jaune. On poche les œufs, en les jetant dans l'eau bouillante, ou dans le vin, ou dans le beurre noir » et aussi sucrés « Œufs à la crème. On les fait pocher puis on les met cuire dans du beurre; puis on y joint pour sauce de la crème douce, avec un peu de sel et de sucre » (Noël Chomel - 1740)[17]. Œufs pochés à la sauce d'anchois chez La Chesnaye des Bois (1750). En 1790, Jourdan Le Cointe donne de nombreuses variantes : aux asperges « et légumes que l'on veut », céleri, cardes, chicorée, truffes et déjà au foie gras [18],[19]. C'est Archambault (1821) qui donne la première méthode pour les cuire (utiliser des œufs frais, eau vinaigrée et salée, resserrer le blanc à la cuillère, ne pas trop cuire, rafraichir et parer au couteau, lisser au pinceau)[20].

Carême (1822) maintient les recettes en place d'œufs pochés avec purées de légumes en garniture: à la purée de navets, d'haricots à la crème, de lentilles, d'haricots rouges, de marrons, de cardes, de céleri, de pois, d'oseille, aux épinards, à la chicorée[21]. Urbain Dubois y ajoute les œufs pochés en sauce (« On peut les saucer complétèrent avec une sauce suprême ou une sauce au curry, ou une maître-d'hôtel liée ») et rappelle le rôle de garniture du consommé[22],[23].

C'est Escoffier qui donne la codification extensive : cuisson des œufs poché au moule (dans le Consommé à la  Bourbon[24]), garniture de nombreux potages Brunoise à la Colbert, Consommé à la Colombîne aux œufs de pigeon pochés, Consommé Dame-Blanche (amandes, blanc de volaille et d'œuf poché[25], Aïgo boulido aux œufs pochés. Il écrit que « les œufs à pocher doivent être choisis parmi les plus petits, et d’une fraîcheur absolue ; condition formelle pour obtenir un pochage régulier ». Il liste les sauces de nappage: sauce bourguignonne, Polignac (moulés, truffes, beurre maître d’hôtel), Sauce Suprême, au jus de veau réduit, sur tartelettes avec purée de saumon, à la Royale (chauds avec purée de champignons), Alexandra (en chaud-froid avec caviar), Andalouse (sauce tomate oignon), Maupassant (sauce matelote rouge en chaud-froid). Rosîta (purée de sole et de corail de homard)[26]...

PréparationModifier

 
Œuf poché dans un moule.

Comme pour l'œuf à la coque, il est indispensable d'utiliser des œufs bien fraichement pondus. Le blanc de l'œuf frais reste bien autour du jaune[27]. Ces œufs ne doivent pas sortir du réfrigérateur mais être à température ambiante[28].

CuissonModifier

 
Pocheuse à œufs vapeur.

La cuisson peut se faire dans une casserole, avec un sac à pocher ou une pocheuse.

Pour la casserole, on choisit une grande casserole ou une sauteuse (ustensile idéal selon Lenôtre[29]) dans laquelle on ne cuit pas plus de quatre œufs à la fois pour que l'eau reste bien chaude quand on y met les œufs[27]. Le liquide ne doit pas bouillir pendant la cuisson[29]. Les œufs sont cassés directement dans le liquide chaud ou dans un ramequin puis versés doucement[30]. Le liquide de cuisson peut être de l'eau, du vin, du bouillon, du lait, de la crème, du consommé ou de la soupe, dans tous les cas on coupe le feu à ébullition pour réaliser une cuisson dans un liquide frémissant, casserole couverte ou à feu très doux. Si les œufs sont pochés à une température trop élevée le jaune devient dur et le blanc se disperse. L'eau à 85 °C donne des œufs avec une texture tendre et ferme[4].

 
Sac de cuisson pour œuf poché.

On lit qu'il faut créer un tourbillon régulier de façon que l'œuf reste rassemblé, cette agitation n'est pas nécessaire avec des œufs bien frais[27]. De même les auteurs diffèrent sur l'utilité du sel ou du vinaigre, certains les disent inutiles[4], d'autres mettent du vinaigre dans l'eau de cuisson mais pas de sel[31],[32]. Le vinaigre accélère la coagulation des œufs d'après Gilles Charles (2009)[28]. Ebarber l'œuf en fin de cuisson[33].

Pour les sac à pocher, il existe divers pochoirs ou pocheuse à œufs en forme de poche[34], de cuillère[35], de moule, souvent en silicone ou en tamis d'acier avec couvercle silicone[36] dans lesquels on casse l'œuf qui est maintenu une fois dans le liquide. Le blanc reste resserré autour du jaune. Les sachets à pocher les œufs coniques en papier renforcé permettent une cuisson facile avec un contact avec le liquide mais donnent des œufs curieux en forme de fond de sachet[37]. Une poche de film alimentaire résistant à la chaleur et huilé évite de même la dispersion du blanc dans l'eau mais la cuisson se fait sans contact avec le liquide[38]. Les pocheuses à œufs à moules individuels avec cuisson à la vapeur donnent des œufs pochés compacts mais sans contact entre l'œuf et le liquide de cuisson.

On lit 3 min pour la cuisson dans un liquide frémissant, l'œuf est cuit quand le blanc est opaque et le jaune translucide[39],[40]. La cuisson au micro-ondes dans un récipient adapté est brève: 1 min 30 [41],[42]. Pauline Alphen (2007) suggère à propos des œufs pochés faits d'avance de les conserver dans leur eau de cuisson, au réfrigérateur. Elle les réchauffe au dernier moment, en les plongeant dans une casserole d'eau bien chaude maïs pas bouillante[43]. Lenôtre les conserve dans un saladier d'eau salée tiède[29].

RecettesModifier

 
Œufs pochés au bouillon aigre-doux.

Gaston Lenôtre (1998) donne les œufs pochés modernes : « du Pré Catelan, du boulanger, Bressanne, à la Crécy, au yaourt, Honfleuraise, Niçoise, avec des macaronis, les pommes de terre aux œufs pochés, les croustades d’œufs poché. L'œuf poché au yaourt (yaourt, ail pilé, paprika, fines herbes en décoration) est «délicieux et diététique »[39], Yves Lamontagne (2012) en actualise une version épicée[44].

Œufs pochés en geléeModifier

L'œuf en gelée, autrefois œuf à l'aspic[45], est un œuf poché. Gustave Garlin (1838) donne un Petits Aspics d’Œufs pochés aux Truffes[46]. L'œuf poché froid Cultivateur est un œuf poché en gelée posé sur une salade de pomme de terre[47]. A . Bautte donne de nombreuses variantes au homard, à la langouste[47].

Les œufs en chaud-froid étaient richement décorés dans la cuisine de palace: Œufs Richelieu (truffe, écrevisses, sauce chaud-froid), Rigolette (sauce chaud-froid à la purée de tomate)[48], Chaud-froid d'œufs à la Salisbury sur salade de homard[49].

Œufs pochés en garnitureModifier

 
Consommé aux œufs pochés et au fromage (Ali-Bab, 1932).

Les œufs pochés tièdes ou froids garnissent les salades: frisée au lard, croutons et œuf poché[50], laitue, mâche, salade de tomates, de haricots verts[51], salade de chou et de haddock[52], les pissenlits[53], etc. Ils garnissent les soupes, les crèmes (crème de laitue[54], crème de potiron[55]), le consommé (le plus souvent de volaille) aux œufs pochés est un potage classique de 1840 à 1950[56], Léon Souchay (1886) en donne la recette simplissime : « Mettez dans une soupière un bon consommé. Servez à part des œufs pochés »[57], dans certaines recettes les œufs sont pochés dans le consommé[58]. L'œuf poché dans une pomme de terre cuite dont la pulpe a été travaillée avec du beurre et remise en place est un œuf Parmentier[59].

Œufs pochés en sauceModifier

Œufs au jusModifier

Les œufs au jus sont, dans la cuisine classique, des œufs pochés nappés d'un jus le plus souvent de viande (agneau, veau, perdreau, etc.), voir d'une essence (jus et extrait concentrés) de canard[45]. Cette recette était commune et appréciée quand l'usage de la broche était généralisé et produisait des jus de cuisson qu'on dégraissait[60]. On rencontre des versions où le jus est légèrement lié, et se rapproche d'une sauce[61]. Jourdan Lecointe (1790) en donne une variante faite aux œufs mollets: « Pochez à l'eau des œufs bien frais; lorsqu'ils seront mollets. égouttez-les, ôtez-en la coquille et les servez sur un beau jus de veau bien clarifié et réduit. Hors-d'œuvre très sain et généralement estimé »[62]. Louis XVI engloutissait 6 œufs au jus (accompagnés de 4 côtelettes, un poulet et une bouteille de Champagne) pour son petit déjeuner[63].

Aux sauces classiquesModifier

 
Œuf Benedict du petit-déjeuner américain, sur muffin avec saumon fumé et sauce hollandaise.

Les grands classiques en sauce chaude sont: Les œufs à la Crécy (une tranche de brioche grillée, une purée de pomme de terre et de carotte liée à la crème et muscadé sur laquelle on pose l'œuf)[64], les œufs en meurette (poché dans le vin rouge sauce Meurette, avec variantes Bourguignonne ou en Matelote, à la Vigneronne (vin et champignons), à la Chablisienne (au Chablis), à la Bordelaise, à la Nivernaise (vin rouge et ail), les œufs pochés Florentine (épinards, et Béchamel)[65] et sa forme louisianaise l'œuf Sardou (fond d'artichaut, épinard, sauce hollandaise), à l'américaine (avec tomate et lard), aux crevettes (crème fraiche vin de Xerez)[66].

Tiède : les Œufs Bénédicte créés au Waldorf en 1892 (muffin, tranche de bacon frit, œuf poché, sauce hollandaise et estragon) ont conquis l'Amérique du Nord.

Le classique froid sur fond d'artichaut avec mayonnaise[66].

Œufs pochés au fromageModifier

L'œuf poché et le fromage connaissent de nombreuses combinaisons. L'œuf peut être posé au milieu d'un appareil chaud fromage fondu, crème, vin blanc; il se fait avec de l'Epoisse, du Soumaintrain, du Maroilles, du Bresse bleu, de Salers, de Roquefort, etc.[67],[68],[69],[70] pour les fromages de France, au Parmesan Grana Padano en Italie[71], avec une Sauce Hollandaise au Gruyère en Suisse[72], sur des demi-muffins grillés gratinés de Cheddar râpé au Royaume-Uni[73]. Dans le nord et au Royaume-Uni, l'appareil est remplace par du welsh à la bière et au cheddar, fondu sur une tranche de pain grillé sur lequel on pose l'œuf poché[74]. Cet œuf poché sur toast est nommé œuf Roquefortais quand le toast est tartiné de Roquefort[66]. L'œuf en gratin au fromage (avec ou sans béchamel) est une spécialité auvergnate (pays du Cantal)[75]. La version la plus simplifiée est l'œuf poché posé sur du Gruyère râpé fondu avec du beurre[76].

Œufs pochés sucrésModifier

 
Œuf poché bien moulé sur risotto aux champignons.

Henri Duval (1842) donne les classiques Œufs pochés à la crème : « chauffer du lait sucré, dans lequel on casse les œufs ; lorsqu'on les a retirés pour les mettre égoutter, on ajoute au lait qui a déjà servi une ou deux pincées de farine, du sucre, quelques jaunes d'œufs délayés avec de l'eau de fleurs d'oranger, un peu d'huile fine, et l'on remet sur le feu pour lui donner de la consistance et en former une crème que l'on verse sur les œufs pochés »[77].

Œufs pochés conditionnés prêts à l'emploiModifier

Ces œufs pochés sont présentés cuits, écalés, enrobés de triglycérides et de lécithine de tournesol en emballage de 4 ou de 16, ils peuvent être mangés froids ou chauds[78],[79].

AnthologieModifier

  • Henri Joseph Dulaurens, Le balai. Poëme heroï-comique en XVIII. chants, Constantinople, Imprimerie du Mouphti, 1761 :

« Pour terminer mes glorieux exploits
Aux œufs divers (+) je consacrai ma plume,
Sur les œufs durs je fis un gros volume,
Et condamnant les moines débauchés,
J'ai savament traité des œufs pochés.
+ Dans les œuvres de Saint Bernard on trouve un morceau inimitable sur les œufs mollets, les œufs en trippes, et sur les omelettes au beurre frais. »

  • Sébastien-Louis Saulnier, Revue britannique, ou Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, Paris, Dondey-Dupré, 1858[80] :

« mais ce n'est pas la faute des cuisiniers chinois, car, en général, les indigènes ont une aptitude naturelle pour la cuisine. J'ai vu à Shang-Hai un jeune Chinois qui, après avoir pris une douzaine de leçons dans un livre de cuisine français, nous servit un consommé aux œufs pochés, un filet de bœuf aux champignons, un salmis de canard, des pommes de terre frites et une omelette sucrée, qui n'avaient rien d'inférieur aux excellents produits de Véfour ou des Frères Provençaux. »

« Œufs pochés au Champagne.
Soit dit en passant, ne pensez pas trop de mal des œufs pochés au vin. Essayez-en. Faites bouillir du champagne - mais oui ! - et laissez y tomber, pour quatre minutes, l'œuf bien frais, et vous reconnaîtrez que, pour singulière qu'elle soit, la recette n'est pas à dédaigner.
Dégustez ces œufs pochés avec le champagne, bien frais, qui a servi pour le pochage. (Recette de Mme Marie Louise Laval) »

Mme Marie Louise Laval est membre du Cercle des Gourmettes, Gaston Derys a été convié aux repas des Gourmettes. Elle s'intéressa à l'histoire et au folklore du vin dans le cadre de ses activités de journaliste et de conférencière[82],[83]. C'est elle qui a rapporté dans Le Jour du le mémorable repas au Champagne du Salon des Arts Ménagers[84].

 
pochoir à œuf.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Auguste Escoffier et Philéas Gilbert, Le Guide culinaire : aide-mémoire de cuisine pratique, Paris, 1903
  • Auguste Escoffier, Ma Cuisine, Paris, Flammarion, 1934[85]
voir p. 107
  • Collectif, Les œufs et les fromages, Amsterdam : Ed. Time-Life, 1985. [très bien] illustré[86]
  • Gaston Lenôtre, Le livre de l'œuf, Paris Stock, 1988
  • Collectif, L'œuf et ses recettes, Courbevoie, ed. Soline. 2004. 128 p. Illustré [87]
  • Francine Claustres, La Cuisine des œufs, ed. Jean-paul Gisserot, 2006 - 124 pages[88]
Ouvrage relativement complet qui a la bonne idée de donner un vin d'accompagnement avec chaque recette: Œufs pochés Carmen (sauce soubise) : Muscadet, Œufs à la Froufrou: vin moelleux...

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Auguste Scheler, Dictionnaire d'étymologie française d'après les résultats de la science moderne, Schnée, (lire en ligne), p. 263
  2. « pocher », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  3. (bg) « Яйца по панагюрски » Zvezdev.com », sur zvezdev.com (consulté le )
  4. a b et c (en) J.E. Hutchison, About eggs poaching, College Station, The Texas Ac\M University System Texas Agricultural Extension Service, , 6 p. (lire en ligne)
  5. Marianne Internet Archive, Sachez cuisiner, sachez recevoir : 500 recettes pour les invitations réussies, Zurich : Sélection du Reader's Digest, (ISBN 978-3-7166-0032-0, lire en ligne)
  6. Pietro Andrea Mattioli, Les Commentaires de M. Pierre André Matthiole ... sur les six livres de P. Dioscoride de la matière medecinale, (lire en ligne), p. 226
  7. Olivier-Marie Delouis, Petit magistère de cuisine médiévale: 275 préparations, miscellanées et interventions gourmandes adaptées du Moyen-Âge, Librinova, (ISBN 979-10-262-6947-2, lire en ligne), p. 6.08
  8. Patrick Serog, Les enfants, à table !: Comment transmettre à vos enfants de bonnes habitudes alimentaires, Flammarion, (ISBN 978-2-08-129115-7, lire en ligne)
  9. L'escole parfaite des officiers de bouche: contenant le vray maistre-d'hostel, le grand escuyer-tranchant, le sommelier royal, le confiturier royal, le cuisinier royal, et le patissier royal, Chez la veuve Pierre David, sur le quay des Augustins, au Roy Dauid. Et Chez Iean Ribov, sur le quay des Augustins, à l'image sainct Louïs., (lire en ligne), p. 383
  10. Albertano da Brescia (12-1270) Auteur du texte et Jean Auteur du texte Bruyant, Le ménagier de Paris, traité de morale et d'économie domestique composé vers 1393 : contenant des preceptes moraux, quelques faits historiques, des instructions sur l'art de diriger une maison, des renseignemens sur la consommation du Roi, des princes et de la ville de Paris à la fin du quatorzième siècle, des conseils sur le jardinage et sur le choix des chevaux, un traité de cuisine fort étendu, et un autre non moins complet sur la chasse à l'épervier,.... Tome 2 / par un bourgeois parisien ; publié pour la première fois par la Société des Bibliophiles françois, (lire en ligne), p. 171, 174, etc.
  11. Pierre de Lune (16-16 ; auteur de livres de cuisine) Auteur du texte, Le Cuisinier, où il est traitté de la veritable methode pour apprester toutes sortes de viandes, gibbier, volatiles, poissons, tant de mer que d'eau douce : suivant les quatre saisons de l'année . Ensemble la maniere de faire toutes sortes de petisseries, tant froides que chaudes, en perfection. Par le sieur Pierre de Lune,..., (lire en ligne)
  12. François (1660?-1733) Auteur du texte Massialot, Le Nouveau cuisinier royal et bourgeois. Tome 1 / ; qui apprend a ordonner toute sorte de repas en gras & en maigre, & la meilleure maniere des ragoûts les plus délicats & les plus à la mode , & toutes sortes de pâtisseries : avec des nouveaux dessins de tables..., 1722-1730 (lire en ligne), p. 476
  13. François (1660?-1733) Auteur du texte Massialot, Le Nouveau cuisinier royal et bourgeois. Tome 1 / ; qui apprend a ordonner toute sorte de repas en gras & en maigre, & la meilleure maniere des ragoûts les plus délicats & les plus à la mode , & toutes sortes de pâtisseries : avec des nouveaux dessins de tables..., 1722-1730 (lire en ligne), p. 470
  14. Joseph (1700?-1771) Auteur du texte Menon et Étienne Lauréault de (1694-1779) Auteur du texte Foncemagne, La science du maître d'hôtel cuisinier , avec des observations sur la connaissance & propriétés des alimens, (lire en ligne), p. 425
  15. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le )
  16. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le )
  17. Noël Chomel, Dictionnaire Oeconomique: Contenant Divers Moyens D'Augmenter Son Bien, Et De Conserver Sa Santé. Avec Plusieurs Remedes Assurez Et Eprouvez ..., Ganeau, (lire en ligne), p. 278
  18. Jourdan Auteur du texte Lecointe, La cuisine de santé, ou Moyens faciles & économiques de préparer toutes nos productions alimentaires de la manière la plus délicate & la plus salutaire, d'après les nouvelles découvertes de la cuisine française & italienne. T. 3 / , par M. Jourdan Le Cointe,..., (lire en ligne), p. 433
  19. Jourdan Auteur du texte Lecointe, La cuisine de santé, ou Moyens faciles & économiques de préparer toutes nos productions alimentaires de la manière la plus délicate & la plus salutaire, d'après les nouvelles découvertes de la cuisine française & italienne. T. 3 / , par M. Jourdan Le Cointe,..., (lire en ligne), p. 213
  20. Archambault (02) Auteur du texte, Le cuisinier économe, ou Élémens nouveaux de cuisine, de pâtisserie et d'office... ; par feu Archambault,..., (lire en ligne), p. 318
  21. Marie Antonin Carême, Le Maitre d'hotell français: ou parallèle de la cuisine ancienne et moderne ..., Didot, (lire en ligne)
  22. Urbain Dubois, La cuisine classique: études pratiques, raisonnées, et démonstratives de l'école française appliquée au service à la russe, Chez les auteurs, (lire en ligne), p. 326
  23. Urbain Dubois, Cuisine de tous les pays: études cosmopolites, Librairie E. Dentu, (lire en ligne), p. 49
  24. A. (Auguste) University of Leeds Library, Philéas Gilbert, Emile Fetu et University of Leeds. Library, Le Guide culinaire, aide-mémoire de cuisine pratique, Paris : Colin, (lire en ligne), p. 9
  25. A. (Auguste) University of Leeds Library, Philéas Gilbert, Emile Fetu et University of Leeds. Library, Le Guide culinaire, aide-mémoire de cuisine pratique, Paris : Colin, (lire en ligne), p. 28
  26. A. (Auguste) University of Leeds Library, Philéas Gilbert, Emile Fetu et University of Leeds. Library, Le Guide culinaire, aide-mémoire de cuisine pratique, Paris : Colin, (lire en ligne), p. 242
  27. a b et c Internet Archive, Les oeufs et les fromages, Amsterdam : Ed. Time-Life, (ISBN 978-2-7344-0072-1, lire en ligne), p. 26
  28. a et b Gilles CHARLES et Editions BPI, LA CUISINE EXPLIQUEE, Editions BPI, (ISBN 978-2-85708-725-0, lire en ligne)
  29. a b et c Gaston Internet Archive, Le livre de l'oeuf, Paris : Stock, (ISBN 978-2-234-02104-4, lire en ligne), p. 122
  30. Michel MAINCENT-MOREL et Editions BPI, LA CUISINE DE REFERENCE: Partie 2 : Fiches techniques de fabrication, Editions BPI, (ISBN 978-2-85708-762-5, lire en ligne), p. 788
  31. Anne-marie Peysson, 1001 trucs et astuces de nos grands-mères, L'Archipel, (ISBN 978-2-8098-0277-1, lire en ligne)
  32. Pascal GORÉGUÈS, Laurent NADIRAS, Yann DANO et Éditions BPI, BAC PRO CUISINE: Seconde, Éditions BPI, (ISBN 978-2-85708-743-4, lire en ligne)
  33. Michel MAINCENT-MOREL et Éditions BPI, LA CUISINE DE REFERENCE, Éditions BPI, (ISBN 978-2-85708-740-3, lire en ligne), p. 219
  34. Cuisin'Store : https://www.cuisinstore.com, « Pocheuse à oeufs Cuisipro | Cuisin'Store », sur cuisinstore.com (consulté le )
  35. « Lot de 2 pocheuse à oeuf silicone 8.1x10x5.2cm », sur www.centrakor.com (consulté le )
  36. « Cuisiner œufs - Cuisine Saine », sur www.lekue.com (consulté le )
  37. « Poachies 20 Sachets à Pocher les Oeufs », sur Ducatillon (consulté le )
  38. (it) REDAZIONE, « Uovo poché VS uovo in camicia », sur inNaturale, (consulté le )
  39. a et b Gaston Internet Archive, Le livre de l'oeuf, Paris : Stock, (ISBN 978-2-234-02104-4, lire en ligne), p. 129
  40. Internet Archive, Les oeufs et les fromages, Amsterdam : Ed. Time-Life, (ISBN 978-2-7344-0072-1, lire en ligne), p. 27
  41. (en) « M-Poach™ Microwave Egg Poacher », sur Joseph Joseph FR (consulté le )
  42. Philippe CHAVANNE, Petit Livre de - 120 recettes au four à micro ondes, nouvelle édition, edi8, (ISBN 978-2-7540-8138-2, lire en ligne)
  43. Pauline Internet Archive, L'alliance, Paris : Le Livre de poche jeunesse, (ISBN 978-2-01-002172-5, lire en ligne), P. 398
  44. Yves Lamontagne, Brunch entre amis - 20 personnalités cassent des œufs pour Les Impatients, Québec Amerique, (ISBN 978-2-7644-1157-5, lire en ligne)
  45. a et b A. Viard, M. Fouret et M. Pierhugue, Le Cuisinier royal ou l'art de faire la cuisine, , 10e éd. (lire en ligne), p. 459.
  46. Gustave Getty Research Institute, Le cuisinier moderne, ou, Les secrets de l'art culinaire : menus, haute cuisine, pâtisserie, glaces, office, etc. : suivi d'un dictionnaire complet des termes techniques, Paris : Garnier frères, libraires-éditeurs, 6, rue des Saints-Pères, 6, (lire en ligne), p. 77
  47. a et b A. Bautte, Les oeufs, avec 1000 manières de les préparer & de les servir, Editorial MAXTOR, (ISBN 979-10-208-0024-4, lire en ligne), p. 107
  48. Auguste Escoffier, Ma Cuisine: Édition commentée, annotée et illustrée par Pierre-Emmanuel Malissin, Syllabaire éditions, (ISBN 978-2-36504-264-2, lire en ligne)
  49. Ferdinand Auteur du texte Grandi, 250 manières pour apprêter les oeufs, suivies de quelques recettes inédites de cuisine , par Ferdinand Grandi,... 2e édition, 2e mille. [Préface par P. Lacam.], (lire en ligne), p. 89
  50. Isabelle Guerre, Salades: Recettes testées à la maison, Hachette Pratique, (ISBN 978-2-01-460044-5, lire en ligne), p. 96
  51. Marie-Laure Tombini, Recettes Express, Fleurus, (ISBN 978-2-317-00912-9, lire en ligne)
  52. Internet Archive, Les oeufs, Issy-les-Moulineaux : Les Éd. culinaires [pour "Le Figaro"], (ISBN 978-2-84123-142-3, lire en ligne)
  53. Christophe Leroy, Oeufs, Selection du reader's digest, (ISBN 978-2-7098-2515-3, lire en ligne)
  54. Jacques Henri Prévost, 200 Recettes végétariennes gourmandes (poche): Nouvelle édition, jacques prévost (lire en ligne), p. 103
  55. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, PAYS BASQUE 2019/2020 Petit Futé, Petit Futé, (ISBN 978-2-305-01326-8, lire en ligne)
  56. (en) « Google Books Ngram Viewer », sur books.google.com (consulté le )
  57. Léon Auteur du texte Souchay, Le bon cuisinier illustré / par Léon Souchay ; avec la collaboration de M. Lebroc..., (lire en ligne), p. 64
  58. Confédération générale du travail (France) Auteur du texte, « Le Peuple : organe quotidien du syndicalisme », sur Gallica, (consulté le )
  59. Prosper (1865-1948) Auteur du texte Montagné, Cuisine avec et sans tickets / par Prosper Montagné,..., (lire en ligne), p. 65
  60. Lina Rytz, La bonne cuisinière bourgeoise ou instruction pour préparer de la meilleure manière les mets usités, C. Wuterich-Gaudard, (lire en ligne), p. 184
  61. A. Bautte, Les oeufs, avec 1000 manières de les préparer & de les servir, Editorial MAXTOR, (ISBN 979-10-208-0024-4, lire en ligne), p. 72
  62. Jourdan Auteur du texte Lecointe, La cuisine de santé, ou Moyens faciles & économiques de préparer toutes nos productions alimentaires de la manière la plus délicate & la plus salutaire, d'après les nouvelles découvertes de la cuisine française & italienne. T. 3 / , par M. Jourdan Le Cointe,..., (lire en ligne), p 435
  63. Charles Kunstler, La vie privée de Marie-Antoinette, (Hachette) réédition numérique FeniXX, (ISBN 978-2-7062-2920-6, lire en ligne)
  64. Gaston Internet Archive, Le livre de l'oeuf, Paris : Stock, (ISBN 978-2-234-02104-4, lire en ligne), p. 128
  65. Auguste Escoffier, Ma Cuisine: Édition commentée, annotée et illustrée par Pierre-Emmanuel Malissin, Syllabaire éditions, (ISBN 978-2-36504-264-2, lire en ligne)
  66. a b et c Marie-Claude BISSON, La bonne cuisine de famille, edi8, (ISBN 978-2-263-06112-7, lire en ligne), p. 270
  67. FROMAGERIE GAUGRY, « ŒUFS POCHÉS À LA CRÈME D’ÉPOISSES », sur https://welcomemagazine.fr,
  68. Michelle, « Œuf poché à la crème de Soumaintrain », sur Le blog de Michelle - Plaisirs de la Maison (consulté le )
  69. « Oeufs pochés à la florentine au maroilles - Recette au fromage », sur www.quiveutdufromage.com (consulté le )
  70. « Œuf poché sur pain toasté à la crème au bleu - Recette au fromage », sur www.quiveutdufromage.com (consulté le )
  71. « Uovo in camicia di Grana Padano DOP - Saporie », sur www.saporie.com (consulté le )
  72. « Sauce Hollandaise au Gruyère AOP Réserve, avec œufs pochés et épinards », sur Notre Fromage Suisse (consulté le )
  73. (en) Terese Allen, The Ovens of Brittany Cookbook, The Guest Cottage, Inc., (ISBN 978-0-942495-11-9, lire en ligne)
  74. (en-GB) Men's Health, « Poached egg welsh rarebit », sur Men's Health, (consulté le )
  75. André Molle, Fromages d'Auvergne, FeniXX réédition numérique, (ISBN 978-2-307-00217-8, lire en ligne)
  76. « Le Petit Républicain de l’Aube 29 septembre 1894 - (29-septembre-1894) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  77. Henri Louis Nicolas Duval, Noveau manuel complet du cuisinier et de la cuisiniere, a l'usage de la ville et de la campagne ..., Roret, (lire en ligne), p. 335
  78. « Oeufs Pochés Entiers - Monoprix - 160 g », sur fr.openfoodfacts.org (consulté le )
  79. « Oeufs pochés - Domaines Des Genets », sur fr.openfoodfacts.org (consulté le )
  80. « Revue britannique, ou Choix d'articles traduits des meilleurs écrits périodiques de la Grande-Bretagne, sur la littérature, les beaux-arts, les arts industriels, l'agriculture, le commerce, l'économie politique, les finances, la législation, etc., etc. », sur Gallica, (consulté le )
  81. Gaston Derys, Les plats au vins, A. Michel, (lire en ligne), p. 41 de l'édition originale, jamais rééditée
  82. « Le Jour 21 janvier 1937 - (21-janvier-1937) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  83. « Le Phare de la Loire 30 décembre 1934 - (30-decembre-1934) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  84. « Le Jour 11 février 1939 - (11-fevrier-1939) », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF (consulté le )
  85. Auguste Escoffier 1934 Flamarion Ma Cuisine INDEX P 677 (lire en ligne)
  86. Internet Archive, Les oeufs et les fromages, Amsterdam : Ed. Time-Life, (ISBN 978-2-7344-0072-1, lire en ligne)
  87. Internet Archive, L'oeuf et ses recettes, [Courbevoie] : Éd. Soline, (ISBN 978-2-87677-486-5, lire en ligne)
  88. Francine Claustres, La cuisine des oeufs, Editions Jean-paul Gisserot, (ISBN 978-2-87747-831-1, lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :