Ouvrir le menu principal

Équipe des Lions britanniques et irlandais de rugby à XV

Lions britanniques et irlandais
Logo du Lions britanniques et irlandais
Généralités
Surnoms Les Lions
Noms précédents Lions britanniques
Fondation 1888
Couleurs rouge et blanc
Entraîneur Drapeau : Nouvelle-Zélande Warren Gatland (2013 et 2017)
Joueur le plus capé Drapeau : Irlande Willie-John McBride (17 sélections)
Site web www.lionsrugby.com

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


Actualités

Les Lions britanniques et irlandais (auparavant appelés Lions britanniques) ou plus couramment appelés Lions est une sélection du Royaume-Uni et de l'Irlande, composée des meilleurs joueurs d'Angleterre, d'Écosse, du pays de Galles et d'Irlande.

C'est une équipe de tournée. La première de celle-ci a eu lieu en Australie et en Nouvelle-Zélande en 1888.

Mais l' appellation "Lions" n'est apparue qu'en 1950, ainsi que le soutien d'un comité officiel issu des quatre fédérations.

Les tournées se déroulent tous les quatre ans depuis 1989. Elles ont lieu chez les trois nations majeures de l'hémisphère sud, à savoir l'Afrique du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Le prestige des Lions s'explique par le fait que jusqu'aux années 1970-1980, les équipes britanniques faisaient très peu de tournées à l'étranger. Les Lions étaient alors la seule occasion de jouer des tests dans l'hémisphère sud pour les joueurs.

Aujourd'hui encore, jouer pour les Lions est un très grand honneur, plus grand même que jouer pour son équipe nationale. De même, pour leurs adversaires : leur pays ne peut désormais rencontrer les Lions que tous les 4 ans. Les Lions ont survécu au passage du rugby au professionnalisme. Leurs tournées sont restées des événements médiatiques et drainent désormais le voyage de centaines de supporteurs.

Les tournées ont beaucoup évolué avec le temps en termes de programme et d'effectif. Les premières tournées comptaient une trentaine de rencontres sur trois mois environ avec quatre, cinq ou six tests. A l'époque professionnelle, il n'y en avait plus qu'une dizaine dont trois tests, sur un mois, impératif du calendrier oblige.

Les premières tournées comptaient à peine une trentaine de joueurs. Les dernières en ont convoqué plus de quarante. C'est la rançon de l'évolution du jeu, de plus en plus exigeant et sujet aux blessures.

Sommaire

HistoireModifier

Les débutsModifier

 
La première tournée d’une équipe britannique en 1888.

La première tournée d’une équipe britannique en Océanie a lieu en 1888, les Lions britanniques jouent en Australie et en Nouvelle-Zélande [1]. Cette tournée des Lions est organisée par deux joueurs de cricket, Arthur Shrewsbury et Alfred Shaw, qui recrutent principalement des joueurs du nord de l’Angleterre et de l’Écosse. Cette tournée n’a pas le soutien de la fédération anglaise car l’organisation de la tournée est faite par des entrepreneurs privés, en contradiction avec la règle d’amateurisme imposée par la fédération anglaise[2], et de ce fait aucun test n’est disputé[3]. Au fil du temps, une sélection des joueurs britanniques va se constituer pour faire des tournées dans l'Hémisphère Sud, peu à peu, les fédérations vont reconnaître ces équipes qui ne sont pas vraiment censées représenter la sélection des meilleurs joueurs des quatre nations. Beaucoup de joueurs n'étaient pas internationaux. Mais le concept va s'affirmer pour se stabiliser à partir de 1950 : où un comité officiel est créée par les quatre fédérations. La tenue que l'on connaît aujourd'hui est adoptée avec le maillot rouge, les culottes blanches et bas bleus et verts.

 
Lions britanniques - Colonie du Cap, en 1891, première rencontre de la tournée.



Années 1950Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

1950Modifier

Après une interruption de douze ans due à la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques font une tournée en 1950 en Nouvelle-Zélande et en Australie. Ils inaugurent l'appellation "Lions" sous le commandement du talonneur irlandais Karl Mullen. Ils arborent pour la première fois des maillots rouges et tous les joueurs sont internationaux.

31 joueurs sont convoqués pour la bagatelle de 30 matchs (dont quatorze Gallois qui viennent de réussir le Grand Chelem) et se déplacent encore en bateau. Mais un remplaçant, l'ouvreur gallois Lewis Jones, est appelé en remplacement en cours de tournée. Il est le premier Lion à se déplacer en avion.

Les Lions disputent six tests, quatre en Nouvelle-Zélande et deux en Australie. Karl Mullen n'en dispute que quatre, il manque les troisième et quatrième sur blessure. Le centre gallois Bleddyn Williams le remplace.

Les Lions sont dominés par les terribles All Blacks, ils arrachent un match nul suivi de trois courtes défaites. Ils gagnent ensuite deux tests sur deux en Australie.



1955Modifier

En 1955 les Lions britanniques se déplacent en Afrique du Sud pour jouer 25 matchs. Ils sont commandés[Quoi ?] par le jeune deuxième ligne irlandais Robin Thompson, 24 ans. La délégation compte 31 joueurs. Pour la première fois, elle se déplace en avion[citation nécessaire]. La tournée est vue comme un succès avec deux tests gagnés sur quatre contre des Springboks qui apparaissent à l'époque comme des "monstres" physiques[Par qui ?] et qui n'ont plus perdu une série de tests depuis 1896. Le premier test gagné 23-22 par les Lions à Johnnesbourg est considéré comme l'un des plus beaux matchs de la décennie[Par qui ?]. L'avantage au score change quatre fois et les spectateurs voient neuf essais. Les Lions jouent à quatorze avec la blessure de Reg Higgins. Les Springboks reviennent au score à la dernière minute, mais leur buteur, Van der Schyff manque la transformation finale. Ce qui marque la fin de sa carrière internationale.

Les Lions récidivent 9-6 à Pretoria. Mais le programme de la tournée est très dur[citation nécessaire], les Lions perdent trois matchs de province ( Western Transvaal, Eastern Province, Border) et concèdent un match nul (Eastern Transvaal). Les deux défaites qu'ils subissent en test sont larges (25-8 au Cap et 22-8 à Port Elizabeth). Le deuxième ligne Johan Claasen se révèle[réf. nécessaire].

Les Lions impressionnent par leur jeu offensif, brillant et audacieux pour l'époque[réf. nécessaire]. Le demi d'ouverture gallois Cliff Morgan fait l'étalage de sa classe, le très jeune ailier irlandais Tony O'Reilly (19 ans) se révèle[réf. nécessaire]. Il marque seize essais. Le demi de mêlée anglais Dickie Jeeps joue les quatre tests alors qu'il était considéré comme le troisième choix au début de la tournée (Il n'était pas encore international).

Les Lions jouent un match contre ce qui deviendra la Namibie (Sud Ouest Africain à l'époque) puis contre la Rhodésie (futur Zimbabwe) et contre une sélection d'Afrique de l'Est à Nairobi au Kenya.

Au retour de la tournée, le capitaine Robin Thompson changera de sport et signera un contrat pour une équipe professionnelle de rugby à treize[réf. nécessaire].

1959Modifier

Les Lions retournent aux antipodes pour une très longue tournée, 33 matchs dont deux tests en Australie suivis de quatre en Nouvelle-Zélande et d'un court séjour au Canada. Les Lions sont commandés par le talonneur irlandais Ronnie Dawson. L'équipe compte 32 joueurs. Cette tournée est vue comme un succès[Par qui ?], les Lions gagnent deux tests sur deux en Australie et perdent trois à un en Nouvelle-Zélande. Mais cette équipe impressionne en inscrivant 842 points en 33 matchs, 25 points de moyenne, ce qui est énorme pour l'époque[réf. nécessaire]. Tony O'Reilly marque 22 essais, un autre chiffre qui impressionne[réf. nécessaire].

Les Lions frôlent le match nul face aux All Blacks car ils perdent leur premier test à Dunedin 18-17 en marquant quatre essais contre zéro. Mais la botte de Don Clarke, l'arrière néo-zélandais fait la différence. Les Lions gagnent le quatrième à Auckland 9 à 6, avec trois essais contre zéro mais Doc Clarke manque une pénalité à la dernière minute. Les Lions gagnent 27 matchs sur 33. Ils s'inclinent trois fois contre les All Blacks, mais aussi contre le New South Wales (Sydney), Canterbury (Christchurch) et Otago (Dunedin).

Années 1960Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1962Modifier

Les Lions partent en Afrique du Sud sous le commandement de Arthur Smith, le trois quart aile écossais. Au programme, vingt-cinq matchs dont quatre tests contre les Springboks. Ils jouent aussi contre la Rhodesie et la Namibie, ainsi qu'un match contre l'Afrique de l'Est au Kenya. Les lions présentent une équipe solide, mais sans talents extraordinaires, surtout derrière. A noter que deux jeunes Irlandais font leur apparition : l'arrière Tom Kiernan (futur capitaine) et le deuxième ligne Willie-John McBride (futur recordman des sélections).

Les Lions perdent trois tests et font une fois match nul, 3-3 à Johannesbourg pour le premier rendez-vous. Ils s'inclinent lourdement lors du quatrième test 34 - 14 à Bloemfotein (six essais encaissés). Les Springboks sont alors très dominants, les Lions avaient essayé d'aligner un très gros pack pour leur résister. Stratégie payante lors du premier test, mais aussi du second à Durban, perdu seulement 3-0 avec un essai final refusé au deuxième ligne gallois Keith Rowlands. Le troisième au Cap bascule sur l'interception d'une passe de l'ouvreur anglais Richard Sharpe par son vis à vis Keith Oxlee (8-3). Le quatrième est un cavalier seul des Boks qui marquent treize points en cinq minutes, Oxlee inscrit seize points, total impressionnant pour l'époque.[réf. nécessaire]

1966Modifier

Les Lions vivent leur tournée la plus chargée : 35 matchs sur trois pays : Australie, Nouvelle-Zélande et Canada, dont sept tests. Ils sont commandés par le deuxième-ligne écossais, Mike Campbell-Lamerton. La délégation compte 32 joueurs, dont seulement cinq Anglais, mais douze Gallois.

Pour la première fois, ils ont un entraîneur, le Gallois John Robbins. La tournée n'est pas la plus heureuse de l'Histoire. Les Lions perdent leurs quatre tests en Nouvelle-Zélande, ils sont en outre battus par quatre provinces et par deux fois contraints au match nul. Mais les All Blacks de 1966 sont très forts notamment au niveau de leur pack avec le capitaine Brian Lochore en numéro 8, le très rude deuxième ligne Colin Meads, les flankers Waka Nathan et Karl Tremain. Les avants noirs allaient dominer nettement les Britanniques.

Mais en début de tournée, les Lions avaient battu deux fois les Wallabies en test matchs et demeurèrent invaincus durant leur séjour en Australie (sur huit matchs). Mais à l'époque, l'Australie n'était pas considérée comme une nation majeure. Ils avaient débarqué en Nouvelle-Zélande avec beaucoup de confiance, mais le retour sur terre sera brutal. Mike Campbell-Lamerton, le capitaine, perd sa place au fil de la tournée, il est remplacé en tant que capitaine par l'ouvreur gallois David Watkins.

Après le passage en Nouvelle-Zélande, les Lions font escale au Canada où ils sont battus par la Colombie Britannique à Vancouver, un vrai camouflet, même s'ils se rattrapent lors du test match final.

1968Modifier

Les Lions sont commandés[Quoi ?] par l'arrière irlandais Tom Kiernan. Ils sont entraînés par un autre Irlandais, Ronnie Dawson, le capitaine de 1959. Ils s'envolent pour l'Afrique du Sud avec un programme moins chargé qu'à l'accoutumée, seulement vingt matchs dont quatre tests. Les Lions en perdent trois et font un match nul. On attend beaucoup de la charnière galloise Gareth Edwards-Barry John. Mais Barry John se blesse lors du premier test. Les Lions gagnent quinze matchs "provinciaux" sur seize. Ils ne sont battus que par le Transvaal. A noter que deux de ces matchs provinciaux les opposent à deux équipes nationales, la Rhodésie (futur Zimbabwe) et le Sud Ouest Africain (future Namibie).

Les Lions souffrent d'une épidémie de blessures. Gareth Edwards, Barry John, Mike Gibson et Gerald Davies, considérés comme des talents supérieurs ne purent jamais jouer ensemble[réf. nécessaire].

En tests, les Lions sont dépassés par des Springboks nettement au-dessus[réf. nécessaire]. Ces derniers marquent huit essais contre un. Seule la botte de Kiernan maintient les Lions à flot. Le troisième ligne gallois John Taylor dira plus tard combien il avait senti la différence entre l' "amateurisme" des Lions qui respectaient les règles de l'International Board, notamment l'interdiction des stages, et le "professionnalisme" des Sud-Africains. Ceux-ci ignoraient superbement les règles et se préparaient longuement dans des camps[citation nécessaire].

Pour la première fois dans l'histoire du rugby, un remplaçant entre en jeu dans un test international. L'Irlandais Mike Gibson.[réf. nécessaire]

Pour la première fois[réf. nécessaire], un Lion est expulsé,le pilier Gallois John O'Shea à l'issue d'une rencontre très agitée à Springs contre l'Eastern Transvaal.

Années 1970Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1971Modifier

La tournée 1971 peut-être présentée comme le signe le plus évident de la domination de la grande équipe du pays de Galles[Par qui ?] qui fera trois grand chelems en sept ans. Les lions brillent par la qualité de leur ligne de trois quarts particulièrement inspirée.

Treize Gallois font partie de la délégation qui s'envole pour la Nouvelle-Zélande et l'Australie, dont le trois-quarts centre John Dawes qui est capitaine, sept d'entre eux jouent aux London Welsh. L'entraîneur est aussi Gallois, Carwyn James coach de Llanelli. Cette tournée est un grand succès avec 23 victoires et un match nul sur 26 matchs. La charnière Gareth Edwards-Barry John séduit, tout comme les exploits de l'ailier Gerald Davies ou de l'arrière JPR Williams. Le centre Irlandais Mike Gibson apparaît aussi au sommet de son art. Les Lions gagnent deux tests sur quatre et arrachent un match nul. Pour la première fois, ils sortent vainqueurs d'une série en Nouvelle-Zélande.

Les Lions jouent aussi deux matchs en Australie, mais n'affrontent pas les Wallabies. Parmi les gestes qui restent, citons le drop-goal géant de JPR Williams lors du quatrième test, le seul qu'il ait tenté dans sa carrière[citation nécessaire]. Il assure la victoire finale des Lions.

1974Modifier

Les Lions retrouvent l'Afrique du Sud sous la houlette du deuxième ligne irlandais Willy John McBride, qui vit sa cinquième tournée. Record de longévité. Elle est un triomphe pour ces Lions qui finissent invaincus, 21 victoires et un match nul. Ils gagnent trois tests sur quatre, du jamais vu dont le 28-9 de Pretoria, cinq essais à zéro . Les Gallois toujours considérés comme les plus brillants d'Europe[Par qui ?] ne sont que neuf, comme les Anglais. Mais la charnière est encore galloise avec Gareth Edwards et Phil Bennett, deux talents d'exception[citation nécessaire]. Un autre Gallois atteint sa plénitude, l'ailier gauche JJ Williams, impressionnant de vitesse et d'opportunisme[réf. nécessaire]. Il réussit deux doublés en tests, une gageure. Il est notamment à la conclusion d'une relance de 90 mètres initiée par Phil Bennett son compatriote en équipe nationale et à Llanelli : un mouvement impressionnant pour l'époque[pertinence contestée].

Les Lions s'attendent à souffrir[réf. nécessaire] contre les équipes de province réputées très physiques, jusqu'à l’agressivité. Ils forgent le concept du "Call" 99, une façon de répondre immédiatement à tout début d'échauffourée et se battre tous ensemble pour que les arbitres soient dépassés[citation nécessaire]. Les affrontements sont très rudes, mais les Lions tiennent bon. Le pack fait mieux que tenir la route face aux grands gabarits sud-africains : outre McBride, l'Ecossais Gordon Brown, le Gallois Mervyn Davies, l'Irlandais Fergus Slattery, l'Anglais Franck Cottton et consorts s'imposent dans les combats homériques[réf. nécessaire].

Ils gagnent les trois premiers tests et dominent le quatrième mais l'arbitre sud-africain siffle la fin du match avec quatre minutes d'avance alors qu'ils campent près de la ligne adverse[réf. nécessaire]. Les deux équipes se séparent sur un match nul.

1977Modifier

Les Lions vont en Nouvelle-Zélande avec une équipe très galloise commandée par le demi d'ouverture Phil Bennett. Ils sont 17 "Diables rouges" à être sélectionnés dans la première liste. Mais trois joueurs très forts manquent[réf. nécessaire] à l'appel : Gareth Edwards et JPR Williams ont décliné l'invitation pour des raisons personnelles. Mervyn Davies prévu comme capitaine à dû arrêter sa carrière après un malaise grave durant un match.

L'entraîneur est aussi gallois en la personne de John Dawes, le capitaine de 1971. Les All Blacks mettent un point d'honneur à retrouver leur supériorité perdue en 1971. La tournée se déroule dans des conditions climatiques dantesques, l'hiver austral est très pluvieux et les terrains sont boueux.

Les Lions gagnent vingt matchs de province sur vingt-et un, mais s'inclinent dans la série de tests, trois victoires à une. Mais dans le jeu, les Lions sont au niveau, surtout au niveau du pack.

Les All Blacks gagnent le premier et le quatrième test de peu, sur des coups du sort.

Les Lions gagnent le deuxième test à Christchurch sur un essai décisif de JJ Williams.

Les All Blacks sont portés par le talent du centre Bruce Robertson déterminant dans le troisième test gagné à Dunedin.

Le quatrième test à Auckland bascule dans les arrêts de jeu sur un essai du numéro 8 néo-zélandais Lawrie Knight alors que les Lions menaient 9 à 6. Les Néo-Zélandais l'emportent 10-9. Sur le chemin du retour, les Lions jouent pour la première fois face aux Fidji à Suva et s'inclinent.

Années 1980Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1980Modifier

Les Lions font une tournée en Afrique du Sud dans un contexte spécial. Les gouvernements britannique et irlandais sont contre le départ, au nom de la lutte contre l'apartheid. De nombreuses pressions s'exercent, mais les quatre fédérations votent en faveur de la tournée. L'équipe est commandée par le deuxième ligne Bill Beaumont dans la foulée du Grand Chelem de l'Angleterre. L'équipe n'est plus portée par la grande génération galloise, elle a des bons joueurs, mais peut-être pas de talents supérieurs.

Les Springboks sont de plus en plus isolés et ne font plus de tournées en Europe depuis six ans. Mais ils veulent montrer qu'ils sont encore puissants. Ils sont commandés par le numéro 8 Morne Du Plessis avec des individualités très fortes comme l'ouvreur Naas Botha, l'arrière Gysie Pienaar ou l'ailier Gerry Germishuys. Ils se montrent les plus forts en gagnant trois matchs sur quatre, mais leurs trois victoires ne sont pas écrasantes.

Les Springboks gagnent ainsi le troisième test de justesse à Port-Elizabeth (12-10), sur un essai final de Germishuys après touche rapide avec Stofberg.

Les Lions sauvent l'honneur en l'emportant 17-13 à Pretoria pour le test final.

Les Lions gagnent néanmoins tous leurs matchs de province, mais la tournée est très dure sur le plan physique puisqu'ils font appel à sept remplaçants pour pallier des blessures. Pourtant, le programme est vu comme plutôt léger avec seulement dix-huit rendez-vous. Pour la première fois, un joueur est issu du championnat de France, le deuxième ligne anglais Maurice Colglough.


1983Modifier

En 1983, les Lions font une tournée en Nouvelle-Zélande sous le commandement du talonneur irlandais Ciaran Fitzgerald. Les All Blacks sont commandés par le talonneur Andy Dalton et leur jeu est mené par le très bon[réf. nécessaire] demi de mêlée Dave Loveridge.

La tournée des Lions se solde par quatre défaites en quatre tests plus deux défaites contre les provinces de Auckland et de Canterbury.

Les Lions subissent notamment un terrible 38-6 à Auckland lors du dernier test (quatre essais à zéro), défaite record[précision nécessaire] avec un triplé de l'ailier all black Stu Wilson.

Cette tournée médiocre symbolise la mauvaise passe du rugby britannique, dépassé par les nations du sud et par la France.[réf. nécessaire]

1989Modifier

La Coupe du Monde est apparue en 1987 ; elle change le calendrier international dont elle est désormais le phare. Mais les Lions survivent à ce changement majeur. En 1989, ils font leur première tournée exclusivement en Australie, qui est désormais une nation majeure.

Les Lions sont sous le capitanat de l'Écossais Finlay Calder avec un autre Ecossais, Ian McGeechan comme entraîneur. La tournée ne compte que douze matchs, dont trois tests. Les Lions gagnent deux tests contre un : première tournée victorieuse depuis quinze ans. A partir ce cette date, les tournées prennent le rythme quadriennal qui existe encore à ce jour, avec trois tests par tournée. Les Lions perdent nettement le premier test à Sydney, mais se rattrapent lors des deux autres à Brisbane et de nouveau à Sydney. Ian McGeechan fait des choix considérés comme décisifs après la défaite initiale : il fait confiance aux Anglais Rob Andrew à l'ouverture, Mike Teague en troisième ligne-aile et Jeremy Guscott au centre. Ils bénéficient aussi d'une bourde de l'Australien David Campese lors du troisième test.

L'Anglais Mike Teague est désigné joueur de la tournée.

Lors des festivités du bicentenaire de la Révolution française, Les Lions battent le XV de France de Serge Blanco sur le score de 29 à 27 au Parc des Princes à Paris le 4 octobre 1989. Les Lions ne considèrent pas ce match comme donnant droit à une sélection à part entière, la France n'étant pas un pays de l'hémisphère sud[réf. nécessaire].

Années 1990Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

1993Modifier

Les Lions retrouvent la Nouvelle-Zélande en 1993 sous le capitanat de l'Ecossais Gavin Hastings. Ils s'appuient sur l'ossature d'une forte équipe d'Angleterre (seize joueurs sur trente à la base) qui a gagné deux grands chelems (91 - 92) et atteint la finale de la Coupe du Monde en 1991. Ils s'inclinent 2 à 1 dans la série de tests, mais d'assez peu. Ils perdent le premier dans les dernières minutes 20-18 à Christchurch (pénalité de 45 mètres de Fox, buteur diabolique). Ils réussissent un gros match à Wellington pour le second : 20-7 (victoire record en Nouvelle-Zélande et bel essai de Underwood), mais craquent pour le troisième à Auckland, 30-13 (feinte de passe de Preston, demi de mêlée des All Blacks). A noter que Will Carling, capitaine de l'Angleterre ne joue qu'un seul test, le premier et laisse sa place au gallois Scott Gibbs pour les deux autres. C'est un choix très commenté[Par qui ?].

Les Lions limitent les dégâts en tests mais souffrent face aux Provinces : quatre matchs perdus (Otago, Auckland, Hawke's Bay, Waikato). Avec six défaites en treize matchs, il s'agit statistiquement du plus mauvais bilan des Lions. L'effectif traditionnel de trente joueurs apparaît trop juste pour un rugby de plus en plus exigeant. Martin Johnson, futur capitaine, est appelé en cours de tournée et joue les deux derniers tests. Il ne comptait qu'une seule sélection avec l'Angleterre. Parmi les joueurs de Waikato, un talonneur nommé Warren Gatland, futur sélectionneur des Lions).

1997Modifier

Les Lions se déplacent en Afrique du sud sous le capitanat de l'Anglais Martin Johnson. Première tournée professionnelle. Pour la première fois, les Lions affrontent une équipe championne du monde en titre. 35 joueurs sont convoqués dont 18 Anglais .

Ils retrouvent le succès avec brio : deux tests à un, 23 ans après le précédent succès dans ce pays. Ils gagnent onze matchs sur treize. Outre les Springboks, seul le Northern Transvaal les domine.

Ils gagnent les deux premiers tests au Cap et à Durban. Puis ils s'inclinent à Johannesbourg. Le buteur gallois Neil Jenkins est l'un des grands artisans de ce succès, il marque quinze points lors des deux premiers tests, le staff le place à l'arrière alors qu'il est un ouvreur de formation. Sa précision de buteur est trop précieuse. Le staff fait aussi confiance à un ailier anglais inconnu John Bentley, revenu au quinze après un long passage à treize.

Au Cap, les Lions s'imposent 25-16, deux essais partout. La botte de Jenkins fait la différence. Mais Matt Dawson marque sur une belle feinte de passe puis Alan Tait aplatit en bout de ligne servi par Jenkins après une belle passe sautée de Townsend.

A Durban, les Lions s'imposent 18-15, malgré deux essais à zéro pour les Springboks. Mais Jenkins enchaîne les pénalités et Jeremy Guscott réussit un drop décisif. Lawrence Dallaglio est l'auteur d'un plaquage mémorable pour conserver le score.

A Johannesbourg, les Springboks sauvent l'honneur et s'imposent largement, quatre essais contre un.

L'Irlandais Jeremy Davidson est désigné meilleur joueur de la tournée.

Cette tournée fait l'objet d'un documentaire tourné dans l'intimité de l'équipe : Power of four, qui marque les esprits avec un discours fameux de Jim Telfer.

Années 2000Modifier

2001Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

En 2001, les Lions retrouvent une équipe championne du monde, l'Australie. Ils sont entraînés pour la première fois par un non-Britannique, le Néo-Zélandais Graham Henry, alors sélectionneur du pays de Galles. Il sélectionne 38 joueurs, Martin Johnson est maintenu dans son rôle de capitaine. Les "vedettes" Jonny Wilkinson et Brian O'Driscoll font leur apparition dans le groupe. Le programme est court, il ne propose que dix matchs dont trois tests, il deviendra la norme.

Les Lions s'inclinent deux à un dans la série de tests. Il gagnent pourtant le premier 29 -13 à Brisbane mais s'inclinent à Melbourne (35-14) et à Sydney (29-23). C'est la première défaite des Lions dans une série face à l'Australie.

Les Lions perdent donc la série alors qu'elle avait bien commencé à Brisbane, victoire aisée avec un exploit de Brian O'Driscoll. Le deuxième test de Melbourne est contrasté. Les Lions mènent 11-3 puis 11-6 à la pause avant de s'effondrer en deuxième période (doublé de Joe Roff).

Le troisième test se joue à Sydney devant 84 000 spectateurs. Il est serré mais les Wallabies l'emportent grâce à un doublé du centre Daniel Herbert et à un ballon volé en touche à la dernière minute par le deuxième ligne Justin Harrisson. Les Australiens confirment donc leur titre de champions de monde.

Les Lions gagnent six matchs "provinciaux" sur sept. Ils perdent face à l'Australie A à Gosford. Ils battent de peu les Brumbies à l'issue d'un match très heurté.

Cette tournée est marquée par des remous en interne. Des joueurs anglais contestent les méthodes de management du staff.[réf. nécessaire]

Tout part d'une chronique signée dans le Daily Telegraph par Matt Dawson, le demi de mêlée anglais. Elle sort le matin du premier test match et elle critique clairement Graham Henry et son staff. On comprend vite que les relations entre Henry et plusieurs joueurs, notamment des Anglais, ne sont pas au beau fixe. Dawson reproche une ambiance glaciale, une fracture entre les titulaires selon lui désignés à l'avance et les autres joueurs. Il sera condamné à 5000 livres d'amende, mais évitera le renvoi au pays. Il sera pourtant sur les trois feuilles de matchs des tests. Et débutera même le dernier.

2005Modifier

En 2005, Les Lions espèrent jouer dans la continuité de l'Angleterre championne du monde en 2003 : c'est leur sélectionneur, Clive Woodward, qui conduit cette équipe. Il veut faire de cette tournée un événement inédit[réf. nécessaire]. Il met sur pied un staff technique pléthorique avec des adjoints prestigieux[Qui ?][réf. nécessaire]comme Ian McGecchan, Andy Robinson et Warren Gatland et convoque 45 joueurs, dont dix-huit Anglais. Huit joueurs jouent à Leicester.

Il choisit un capitaine irlandais, le trois quart centre, Brian O'Driscoll. Il a aussi décidé de sélectionner au dernier moment l'ouvreur vedette Jonny Wilkinson, malgré un très faible temps de jeu depuis les dix-huit derniers mois.

Malgré des moyens sans précédent, cette tournée est un fiasco. Les Lions encaissent un sévère 3-0 face, il est vrai, à une équipe néo-zélandaise très forte. Un ouvreur nommé Dan Carter se révèlent. Les Lions s'inclinent aussi à Hamilton contre les Maoris.

Lors du premier test, les Lions sont battus 21-3 à Christchurch. Le capitaine Brian O'Driscoll se blesse au tout début de la rencontre[4] sur un plaquage conjoint de Tana Umaga et Keven Mealamu. Ils encaissent plus tard un essai sur une attaque en première main d'école entre Umaga-Mauger et Sivivatu.

Le second test-match est largement perdu 48-18[5] à Wellington. Dan Carter brille en inscrivant deux essais, quatre transformations et cinq pénalités (trente-trois points), soit le meilleur total de points inscrits par un joueur contre les Lions[6].

Les Lions sont de nouveau largement battus 38-19 dans le dernier test à Auckland. [7],[8] Cela faisait 22 ans qu'on avait pas vu une tournée sans victoire en test.[7]

Les Lions avaient prévu un test initial contre l'Argentine à Cardiff, juste avant le départ (match donnant droit à une cape officielle). Les Lions furent contraints au match nul ; 25-25.

2009Modifier

En 2009, les Lions britanniques se déplacent chez les champions du monde en titre, l'Afrique du Sud, avec pour la diriger Ian McGeechan à la tête d'un staff comprenant Warren Gatland, Shaun Edwards et Rob Howley. L'équipe a pour relais sur le terrain le capitaine irlandais Paul O'Connell. La sélection initiale comporte quatorze représentants de l'Irlande, treize Gallois, huit Anglais et deux Écossais[9]. Les Lions perdent le 1er test contre les Springboks sur le score de 26-21 après avoir été menés par 26 à 7[10].

Les Lions dominent la rencontre du deuxième test match, mais ne parviennent pas à contenir le retour des Sud-Africains lors des vingt dernières minutes. Les Britanniques et Irlandais croient tenir le match nul après l'égalisation de Stephen Jones, mais, à la dernière minute du match, Ronan O'Gara commet une faute avec un plaquage aérien sur Fourie du Preez. Le jeune ouvreur Morné Steyn tente et réussi la pénalité de 51 mètres et donne la victoire aux Springboks qui remportent la tournée avant le troisième match[11].

Les Lions sont revanchards pour le troisième et dernier match qu'ils dominent nettement. Ils battent les Sud-Africains par 28-9 en marquant trois essais : un doublé de Shane Williams et un autre sur une remontée du terrain par Ugo Monye. Ils égalisent ainsi le plus grand écart de points réalisé lors d'une victoire contre les Springboks[12]

Années 2010Modifier

La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

2013Modifier

Les Lions se rendent en Australie avec un nouvel entraîneur non-britannique, le Néo-Zélandais Warren Gatland, alors entraîneur du pays de Galles (après avoir été celui de l'Irlande). Il désigne un capitaine gallois, Sam Warburton, 24 ans. Jamais un capitaine des Lions n'avait été aussi jeune.

La sélection initiale fait la part belle au pays de Galles qui vient de gagner le Tournoi. Elle est composée de la manière suivante : quinze joueurs gallois, dix joueurs irlandais, neuf joueurs anglais et trois joueurs écossais[13]. Le talonneur Dylan Hartley, est privé de tournée pour avoir été expulsé en finale du championnat anglais pour insulte à l'arbitre. L'Irlandais Brian O'Driscoll est sélectionné pour sa quatrième tournée. On parle beaucoup d'un ailier gallois nommé George North, 21 ans, 1m 92 et près de 110 kilos.

Les Lions s'imposent deux test à un. Ils gagnent six matchs de province sur sept. Ils perdent contre les Brumbies à Canberra.

Ils affrontent une équipe d'Australie qui n'est pas dans sa meilleure période. Mais elle vient de faire signer un arrière treiziste vedette, Israel Folau.

Warren Gatland choisit de privilégier une ossature galloise. Ils sont dix Gallois débuter le troisième test.

Les Lions s'imposent à Brisbane lors du premier test sur le score de 23 à 21 malgré un doublé de Israel Folau. Mais les ailiers gallois George North et Alex Cuthbert marquent chacun un essai.

Les Wallabies prennent leur revanche lors du deuxième match à Melbourne en s'imposant 16 à 15. Un essai à zéro pour les Wallabies.

Pour le match décisif à Sydney, les Lions sont privés de Sam Warburton, blessé. C'est Alun Wyn-Jones qui devient capitaine. Ils s'imposent sur le score de 41 à 16 (quatre essais à un) après une deuxième mi-temps euphorique (trois essais en dix minutes). Plus gros total de points marqués par les Lions sur un test match. Avant le match, Warren Gatland fait sensation en ne convoquant pas le prestigieux Brian O'Driscoll. Il préfère aligner au centre la paire galloise Jamie Roberts - Jonathan Davies. Les faits lui donnent raison.

C'est la première victoire des Lions dans une série de tests depuis la tournée de 1997.

Le Gallois Leigh Halfpenny est désigné meilleur joueur de la tournée.

2017Modifier

Retour en Nouvelle-Zélande face à des champions du monde en titre qui écrasent le rugby mondial. Warren Gatland est à nouveau nommé sélectionneur. Sam Warburton est de nouveau désigné capitaine de ces Lions qui comptent 41 joueurs, dont seize Anglais. Warburton commande deux tests sur trois car il est remplaçant pour le premier, c'est l'Irlandais Peter O'Mahony qui est capitaine[14]. Les All Blacks sont impressionnants dans le sillage de leur ouvreur Beauden Barrett, attaquant hyper doué.

Cette tournée se termine par un résultat nul dans la série de tests, première historique. Une victoire partout et un nul.

Les All Blacks s'imposent assez nettement lors du premier test à Auckland (30-15). L'ailier Reki Ioane se révèle.

Les Lions égalisent lors du second, 21-24 (Christchurch) en bénéficiant de l'expulsion précoce de Sonny Bill Williams. Connor Murray marque l'essai décisif en fin de match.

Le dernier match (encore à Auckland) se termine par un match nul, 15-15 même si les All Blacks marquent deux essais contre zéro. La fin du match est controversée : l'arbitre français M. Poite siffle une pénalité bien placée pour les All Blacks, avant de se raviser.

.Sur la tournée, les Lions présentent un bilan de cinq victoires, trois défaites et deux nuls. Dans les matchs dits "de province", les Lions sont battus par les Blues, les Highlanders et font match nul face aux Hurricanes.

C'est la première fois depuis 1971 que les Lions ne sont pas battus lors d'une tournée en Nouvelle-Zélande dans la série de tests.

Le Gallois Jonathan Davies est désigné meilleur joueur de la tournée[15].

Années 2020Modifier

2021Modifier

La tournée 2021 aura lieu en Afrique du Sud et comportera huit matchs au total incluant les trois test-matchs[16].

2025Modifier

La tournée 2025 aura lieu en Australie[réf. nécessaire].

TournéesModifier

Année Équipes
rencontrées
Équipe
victorieuse
Capitaine(s) Entraîneur Matches disputés
(V, N, D)
Tests disputés
(V, N, D)
1888 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Bob Seddon puis
  Andrew Stoddart
  Alfred Shaw et
  Arthur Shrewsbury
35 (27, 6, 2) -
1891 Afrique du Sud Lions   Bill Maclagan   Edwin Ash 20 (20, 0, 0) 3 (3, 0, 0)
1896 Afrique du Sud Lions   Johnny Hammond   Roger Walker 21 (19, 1, 1) 4 (3, 0, 1)
1899 Australie Lions   Matthew Mullineux   Matthew Mullineux  21 (18, 0, 3) 4 (3, 0, 1)
1903 Afrique du Sud Afrique du Sud   Mark Morrison   Johnny Hammond 22 (11, 3, 8) 3 (0, 2, 1)
1904 Australie et
Nouvelle-Zélande
Lions et
Nouvelle-Zélande (1 V)
  David Bedell-Sivright   Arthur O'Brien 19 (16, 1, 2) 4 (3 ,0, 1)
1908 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Arthur Harding   George Harnett 26 (16, 1, 9) 3 (0, 1, 2)
1910 Afrique du Sud -   Tommy Smyth   William Cail et
  Walter Rees
24 (13, 3, 8) 3 (1, 0, 2)
1924 Afrique du Sud -   Ronald Cove-Smith   Harry Packer 21 (9, 3, 9) 4 (0, 1, 3)
1930 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Doug Prentice   James Baxter 28 (20, 0, 8) 6 (2, 0, 4)
1938 Afrique du Sud -   Sam Walker   Jock Hartley 24 (17, 0, 7) 3 (0, 0, 3)
1950 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Karl Mullen   Leslie Osborne 30 (23, 1, 6) 6 (2, 1, 3)
1955 Afrique du Sud -   Robin Thompson   Jack Siggins 25 (19, 1, 5) 4 (2, 0, 2)
1959 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Ronnie Dawson   Ossie Glasgow 33 (27, 0, 6) 6 (3, 0, 3)
1962 Afrique du Sud -   Arthur Smith   Harry McKibbin 25 (16, 4, 5) 4 (0, 1, 3)
1966 Nouvelle-Zélande
et Australie
-   Mike Campbell-Lamerton   John Robins 35 (23, 3, 9) 6 (1, 0, 5)
1968 Afrique du Sud -   Tom Kiernan   Ronnie Dawson 20 (15, 1, 4) 4 (0, 1, 3)
1971 Nouvelle-Zélande -   John Dawes   Carwyn James 26 (23, 1, 2) 4 (2, 1, 1)
1974 Afrique du Sud -   Willie-John McBride   Syd Millar 22 (21, 1, 0) 4 (3, 1, 0)
1977 Nouvelle-Zélande -   Phil Bennett   John Dawes 26 (21, 0, 5) 4 (1, 0, 3)
1980 Afrique du Sud -   Bill Beaumont   Noel Murphy 18 (15, 0, 3) 4 (1, 0, 3)
1983 Nouvelle-Zélande -   Ciaran Fitzgerald   Jim Telfer 18 (12, 0, 6) 4 (0, 0, 4)
1989 Australie -   Finlay Calder   Ian McGeechan 12 (11, 0, 1) 3 (2, 0, 1)
1993 Nouvelle-Zélande -   Gavin Hastings   Ian McGeechan 13 (7, 0, 6) 3 (1, 0, 2)
1997 Afrique du Sud -   Martin Johnson   Ian McGeechan 13 (11, 0, 2) 3 (2, 0, 1)
2001 Australie -   Martin Johnson   Graham Henry 10 (7, 0, 3) 3 (1, 0, 2)
2005 Nouvelle-Zélande -   Brian O'Driscoll,
  Martin Corry et
  Gareth Thomas
  Clive Woodward 11 (7, 0, 4) 3 (0, 0, 3)
2009 Afrique du Sud -   Paul O'Connell   Ian McGeechan 10 (7, 1, 2) 3 (1, 0, 2)
2013 Australie -   Sam Warburton   Warren Gatland 10 (8, 0, 2) 3 (2, 0, 1)
2017 Nouvelle-Zélande -   Sam Warburton et
  Peter O'Mahony
  Warren Gatland 10 (5, 2, 3) 3 (1, 1, 1)

Records et StatistiquesModifier

Statistiques collectivesModifier

Statistiques généralesModifier

Depuis 1888, les Lions britanniques ont joué 651 matchs pour un bilan de 488 victoires, 32 matchs nuls et 131 défaites[17].

Statistiques détaillées lors des test-matchs contre les équipes nationalesModifier

Mises à jour après la tournée 2017[18].

Adversaire Matchs joués Victoires Défaites Matchs nuls Points inscrits Points encaissés Victoires (%)
Argentine 7 6 0 1 236 31 86
Australie 23 17 6 0 414 248 74
Nouvelle-Zélande 41 7 30 4 399 700 17
Afrique du Sud 46 17 23 6 470 546 37
Total 117 47 59 11 1 519 1 525 40

Statistiques IndividuellesModifier

Records de points et d'essaisModifier

Le record de points inscrits en tests est détenu par l'Anglais Jonny Wilkinson avec 67 points, en six tests, entre 2001 et 2005[19].

Sur un test, le record est détenu par le Gallois Leigh Halfpenny avec 21 points, contre l'Australie en 2013[20].

Le record d'essais en tests revient à l'Irlandais Tony O'Reilly (6 entre 1955, et 1959 en dix tests)[21]. Il détient aussi le record d'essais sur toutes les rencontres avec 38 réalisations[17].

Sur l'ensemble des rencontres, l'Ecossais Andy Irvine est, avec 281 points, le joueur le plus prolifique. Il a notamment inscrit 34 transformations et 41 pénalités pour cette équipe[17], en 43 matchs sur trois tournées.

Le cas Ian McGeechan

L'Ecossais Ian McGeechan a connu deux tournées comme joueur (1974, 1977) puis cinq comme entraîneur, quatre comme entraîneur en chef (1989, 1993, 1997, 2009) et une comme entraîneur-adjoint (2005). Il a été impliqué dans sept tournées.

Records de capitanatModifier

Deux joueurs ont été capitaines des Lions à six reprises en test. L'Irlandais Ronnie Dawson en 1959, sur une seule tournée ; et l'Anglais Martin Johnson en 1997 et 2001, sur deux tournées. Un autre joueur fut capitaine lors de deux tournées des Lions, le Gallois Sam Warburton (2013 et 2017). Mais il n'a commandé l'équipe que pour quatre tests, à cause d'une blessure (2013) puis d'un choix de l'entraîneur (2017).

Brian O'Driscoll désigné capitaine de la tournée 2005 se blessa dès le tout début du premier test. Il fut remplacé d'abord par l'Anglais Martin Corry pour le match puis par le Gallois Gareth Thomas pour la suite de la tournée.

Le Gallois Michael Owen fut capitaine des Lions en 2005 lors du match de préparation face à l'Argentine. Le seul test qu'il ait disputé.

L'Irlandais Peter O'Mahony fut capitaine des Lions en 2017 pour le seul test qu'il ait disputé.

Records d'âge et de longévitéModifier

L'Irlandais Willie-John McBride est le joueur ayant joué le plus de test-matchs avec les Lions. Il totalise 17 tests entre 1962 et 1974, c'est-à-dire cinq tournées.[22] Si l'on ajoute les matchs de province, il a joué 70 matchs pour les Lions[23].

L'Irlandais Mike Gibson a aussi participé à cinq tournées, entre 1966 et 1977. Mais n'a disputé que douze tests.

La plus longue carrière est celle de l'Irlandais Brian O'Driscoll, 11 ans et 364 jours entre 2001 et 2013 (mais seulement huit matchs).[réf. nécessaire]

Le joueur le plus jeune à avoir joué un tests est Tony O'Reilly, 19 ans et 91 jours en 1955.[réf. nécessaire]

Le joueur le plus vieux à avoir joué un test est l'Anglais Neil Back, 36 ans et 160 jours en 2005.[réf. nécessaire]

Le premier remplaçant à entrer en cours de match en test fut l'Irlandais Mike Gibson en 1968.

La plus courte carrière est celle du Gallois Stuart Lane, blessé au bout de 55 secondes du premier match de la tournée 1980.

La plus courte carrière en test est celle de l'Anglais Manu Tuilagi, treize minutes jouées en 2013 (troisième test).

En 2013, le sélectionneur Warren Gatland appelle en cours de tournée le Gallois Shane Williams, 36 ans, deux ans après sa retraite internationale, alors qu'il était en Australie en tant que consultant radio. Mais il jouait dans un club japonais.

Statut en équipe nationaleModifier

Quelques joueurs ont été sélectionnés avec les Lions avant d'être sélectionnés avec leur équipe nationale. L'Anglais Dickie Jeeps en 1955 (quatre tests), le Gallois Delme Thomas en 1966, le Gallois Derek Quinnell en 1971 (trois tests), les Gallois Elgan Rees et Brynmore Williams (un test) en 1977, l'Anglais Nigel Melville (appelé en cours de tournée) en 1983, l'Anglais Will Greenwood en 1997.

Jeremy Guscott fut dans le même cas en 1989 quand la sélection fut annoncée, mais avant de partir en tournée en Australie, il débuta avec l'Angleterre contre la Roumanie. Idem pour un autre Anglais, Peter Dixon sélectionné pour la tournée 1971 sans être international, mais le XV de la Rose le fit débuter contre une sélection mondiale avant le départ des Lions. Les deux hommes ont joué trois et deux tests.

Quelques joueurs ont même joué pour les Lions sans avoir jamais connu de sélections en équipe nationale, ni avant ni après. C'est le cas du Gallois Alun Lewis qui participa à la tournée 1977 (appelé en cours de tournée) et joua même un test. On trouve aussi des exemples de ce genre avant la guerre, mais les équipes des Lions ne représentaient alors pas forcément l'élite des quatre équipes nationales.

L'Anglais John Bentley fut sélectionné pour l'Afrique du Sud en 1997 alors qu'il ne comptait que deux capes pour son pays, neuf ans auparavant.

Le Gallois Ray Hopkins fut sélectionné pour la tournée 1971 alors qu'il ne comptait qu'une seule cape pour son pays, en tant que remplaçant . Après la tournée, il ne retrouvera plus jamais de cape en équipe nationale. Mais il joua un test avec les Lions, également comme remplaçant. Il compte donc une sélection en test pour les Lions et une sélection pour le pays de Galles sans jamais avoir été titulaire.

L'Anglais Andrew Sheridan fut sélectionné en 2005 alors qu'il ne comptait qu'une seule sélection pour son pays, en tant que remplaçant. Il ne joua pas les tests.

Mais il deviendra par la suite un international confirmé.

En 1993, l'Anglais Martin Johnson fut appelé en cours de tournée alors qu'il ne comptait qu'une seule sélection avec l'Angleterre. Il joua deux tests.

Liens familiauxModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Liens filiauxModifier

L'Irlandais Gordon Wood (tournée 1959) est le père de Keith Wood (tournées 1997 et 2001)[24].

Le Gallois Derek Quinnell (tournées 71, 74 et 77) est le père de Scott Quinnell (tournées 1997 et 2001)[25].

L'Irlandais Michael Kiernan (tournée 1983) est le neveu de Tom Kiernan (tournées 62, 66 et 68). Il est aussi le neveu de Mick Lane (tournée 1950).

Liens fraternelsModifier

Les frères écossais Gavin et Scott Hastings ont été retenus ensemble pour les tournées 1989 et 1993. Ils sont les premiers frères à avoir joué ensemble en tests (deux, en 1989).

Les frères anglais Tom et Ben Youngs ont été retenus ensemble pour la tournée 2013. Ils ont joué deux tests ensemble.

Les frères anglais Rory et Tony Underwood ont été retenus ensemble pour la tournée 1993 mais seul Rory a joué les tests.

Les frères irlandais Wallace, Richard, Paul et David Wallace[26] ont tous trois été Lions, mais pas en même temps. L'aîné Richard participa à la tournée 1993 (appelé en cours de tournée). Le second Paul à la tournée 1997. Le troisième David aux tournées 2001 (appelé en cours) et 2009.

Notes et référencesModifier

  1. (en) 1888 - Australia & New Zealand, sur lions-tour.com
  2. (en) Rugby Chronology-1888, sur rfu.com
  3. Malin (2002).
  4. (en) Paul Doyle, « All Blacks 21 - 3 Lions », sur guardian.co.uk, The Guardian, (consulté le 16 août 2009)
  5. (en) « New Zealand 48-18 Lions », sur news.bbc.co.uk, BBC, (consulté le 16 août 2009)
  6. (en) Michael Aylwin, « Carter is just unstoppable - New Zealand 48 - 18 Lions », sur guardian.co.uk, The Guardian, (consulté le 16 août 2009)
  7. a et b (en) « New Zealand 38-19 Lions », sur news.bbc.co.uk, BBC, (consulté le 16 août 2009)
  8. (en) Robert Kitson, « All Blacks have evolved as Europe's best back-pedals - New Zealand 38 - 19 British and Irish Lions », sur guardian.co.uk, The Guardian, (consulté le 16 août 2009)
  9. (en) O'Connell handed Lions captaincy, article du 21 avril 2009 sur BBC Sport, consulté le 11 juin 2009.
  10. Premier test contre l'Afrique du Sud en 2009, sur rugbyrama.fr
  11. (en) « Lions lose game and series after last gasp penalty hands Springboks win », sur www.guardian.co.uk, The Guardian, (consulté le 2 juillet 2009)
  12. (en) Robert Kitson, « Lions savage Boks to regain pride and cap series for the ages », sur www.guardian.co.uk, The Guardian, (consulté le 5 juillet 2009)
  13. (en) « Warburton named Lions captain », sur www.espnscrum.com, ESPN, (consulté le 9 mai 2013)
  14. (en) « Lions tour: Captain Sam Warburton's awkward moment with dropped Peter O'Mahony », sur Stuff (consulté le 14 janvier 2019)
  15. (en-GB) « British and Irish Lions 2017: Jonathan Davies voted player of the series », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2019)
  16. https://www.theguardian.com/sport/2017/sep/24/lions-reduce-fixtures-2021-south-africa-tour
  17. a b et c (en-GB) « Historical Statistics », British & Irish Lions,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018)
  18. (en) « British and Irish Lions », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  19. (en) « British and Irish : total points scored », sur espnscrum.com.
  20. « Rugby Union - ESPN Scrum - Statsguru - Test matches - Player records », sur ESPN scrum (consulté le 3 janvier 2019)
  21. (en) « British and Irish : total tries scored », sur espnscrum.com.
  22. (en) « British and Irish : Player records », sur espnscrum.com.
  23. (en-US) Rugby World, « The greatest second-rows of all time: Willie John McBride », sur Rugby World, (consulté le 3 janvier 2019)
  24. Gavin Cummiskey, « Grand Slam winner left great legacy », The Irish Times,‎
  25. « A time of heroes », Newsquest Media Group Newspapers,‎
  26. « I was trying to hit everything harder than you should in rugby, golf is the complete opposite », Irish Independent,‎

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Lien externeModifier