La tribu de Ruben (hébreu ראובן, Réuben, i.e. voici un fils) est l'une des douze tribus d'Israël. Cette tribu relève du patriarcat de Ruben, premier-né de Jacob, fils d'Isaac, fils d'Abraham. Sa mère se nomme Léa (Léah), fille de Laban, qui est lui-même le frère de Rebecca, épouse d'Isaac et donc grand-mère paternelle de Ruben.

Sa tribu fait la conquête du pays de Canaan et s'installe sur les territoires sur la rive orientale du Jourdain.Sous le règne du roi Saül, la tribu de Ruben fait la guerre à la tribu des Agaréens qui est vaincue et agrandit son territoire en occupant la partie orientale de Galaad[1].

C'est l'une des dix tribus perdues lors de la destruction du Royaume d'Israël (royaume du Nord) en -722.

Les fils de Ruben, premier-né de Jacob, sont : Hanok, Pallou, Hetsrôn et Karmi. Deux ans après la sortie d'Égypte, la tribu de Ruben compte 46 500 hommes âgés de 20 ans et plus[2]. Sa tribu fait la conquête du Pays de Canaan et s'installe sur les territoires sur la rive orientale du Jourdain.

Le prophète Élisée (hébreu, אֱלִישָׁע, Élishah), né à Abel-Méhula[2], est de la tribu de Ruben ainsi que le prophète Joël (hébreu, יוֹאֵל), fils de Pétuel.

  • Bénédiction de Jacob sur Ruben[3] : « À Réuben mon premier-né, ma force et premier-fruit de ma vigueur, supérieur en dignité par le rang, mais il est monté sur ma couche. Ta vague ne s’élèvera plus, car tu portes la honte d’être monté sur le lit de ton père ».
  • Bénédiction de Moise sur la tribu de Ruben[4] : « Que Ruben vive et ne jamais mourir, et que ses hommes soient nombreux ! ».

Symboles de la tribu de RubenModifier

Ruben est souvent représenté par une mandragore (reconnaissable à sa racine fourchue caractéristique), en référence à celles qu'il apporta à sa mère Léa[5]. Il est également représenté par des vagues à la surface de l'eau en référence à la bénédiction de Jacob[6], « Bouillonnant comme l'eau ».

Ruben est le 1er fils d'Israël. La pierre précieuse associée à Ruben sur le pectoral du grand prêtre est une pierre rouge, probablement un rubis, ou une sardoine[7].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. 1 Chroniques 5,10
  2. a et b 1Rois 19:16. Aussi au Livre de l'Abeille (The Book of the Bee chap.32): Elisha (Élisé), l'apprenti d'Élijah (Élie) venait d’Abel-Meholah de la tribu de Ruben. Un grand prodige survint en Israël le jour de sa naissance : le taureau (idole citée par Epiphanius dans La vache d’or) qu’ils adoraient à Gilgal s’abaissa et sa voix se fit entendre à Jérusalem. À ce moment, le souverain sacrificateur annonça qu’un puissant prophète était né en ce jour en Israël et qu’il mettrait en pièces les images et les idoles. Il mourut en paix et fut enterré en Samarie.
  3. Genèse chap.49 
  4. Deutéronome chap.33
  5. Genèse 30:14
  6. Genèse 49:4
  7. Sardoine, cf. Exode 28:17