Vézénobres

commune française du département du Gard

Vézénobres
Vézénobres
Vézénobres.
Blason de Vézénobres
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Sébastien Ombras
2020-2026
Code postal 30360
Code commune 30348
Démographie
Gentilé Vézénobriens
Population
municipale
1 774 hab. (2017 en augmentation de 2,37 % par rapport à 2012)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 11″ nord, 4° 08′ 10″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 219 m
Superficie 17,07 km2
Élections
Départementales Canton d'Alès-3
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Vézénobres
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Vézénobres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vézénobres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vézénobres

Vézénobres, en occitan Vesenòbre, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Vézénobriens.

GéographieModifier

AccèsModifier

Commune située sur la route nationale 106, entre Nîmes et Alès.

Lieux-dits et hameauxModifier

Le Mas des Gardies

Le Mas du Pont

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Vézénobres
Saint-Christol-lès-Alès Saint-Hilaire-de-Brethmas Deaux
Ribaute-les-Tavernes   Martignargues
Cassagnoles Ners

ReliefModifier

GéologieModifier

SismicitéModifier

HydrographieModifier

ClimatModifier

ToponymieModifier

Le nom de Vézénobres provient du Latin Vedenobrensis (attesté en 1100) qui est construit sur la même racine pré-Celtique *ved- (hauteur?) que Vedène et Veynes [1].

HistoireModifier

 
Château de Vézénobres (en ruine)

Ces ruines concernent le château de Fay-Perraud, détruit par le Duc de Rohan en 1628.

Vézénobres fut une seigneurie vassale de la maison d'Anduze. Il semblerait qu'elle ait eu une certaine importance au XIIe siècle et au XIIIe siècle comme l'atteste la population de l'époque (340 foyers en 1295).

Le château est situé au sommet de la colline, tandis que l'agglomération s'étendit sur le flanc sud autour d'une voie de circulation principale.

La ville comporte encore de nos jours de nombreuses maisons datant des XIIe siècle, XIVe siècle et XVe siècle. Le château est de nos jours en ruine.

HéraldiqueModifier

D'argent au château de gueules de deux tours couvertes et flammées du même [2]

Politique et administrationModifier

 
Mairie de Vézénobres
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 Jacques Gras DVD Conseiller général du canton de Vézénobres (1985-1998)
mars 2008 2014 Bernard Mialhe PS  
mars 2014 En cours Sébastien Ombras SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2017, la commune comptait 1 774 habitants[Note 1], en augmentation de 2,37 % par rapport à 2012 (Gard : +2,56 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9208959858981 0201 0551 0661 0471 110
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0891 1201 0351 0011 003927902905922
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
914925900750762744690641789
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8659141 0561 0921 3121 3911 6321 6631 694
2013 2017 - - - - - - -
1 7401 774-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

IntercommunalitéModifier

La commune est le siège de la Communauté de communes de la Région de Vézénobres, qui est présidée par Pierre Soulier, maire (DVG) de Saint-Hippolyte-de-Caton.

Budget et fiscalitéModifier

JumelagesModifier

ÉconomieModifier

IndustrieModifier

TourismeModifier

AgricultureModifier

Vézénobres est célèbre pour sa production de figues sèches qui remonte à la fin du Moyen Âge. Celles-ci étaient jusqu'à la Révolution française[Note 2] séchées sur des clayettes posées sous des « calaberts », grandes terrasses couvertes des maisons. 20 tonnes étaient vendues chaque année lors de la foire de la Saint-André, saint patron du village. La fête est relancée en 1997 : les Journées Méditerranéennes de la Figue mettent à l'honneur chaque année un pays méditerranéen producteur de figues sèches [7]. En 2000, le Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles, voulant dédoubler ses collections par protection, confie à la commune une partie de sa collection variétale de figuiers : 100 variétés sont désormais présentes dans le verger-conservatoire de la figue de Vézénobres qui compte un millier d'arbres[8].

Lieux et monumentsModifier

Hôtel de MontfauconModifier

Cet hôtel est dit Maison d'Adam et Ève

D'époque Renaissance, la construction de cet hôtel particulier a été décidée en 1547 par la baronne Françoise de Montfaucon. La façade possède de belles fenêtres à meneaux et une tour polygonale très élégante surmontée d'une terrasse.

ÉgliseModifier

Dédiée à saint André, elle fut reconstruite au lendemain des guerres de religion, après que l'église médiévale, sise aux abords du château de Montanègre, ait été détruite.

TempleModifier

Le temple de Vézénobres était un des lieux que l'édit de Nantes avait prévu pour que les Protestants puissent librement pratiquer leur culte. Ayant échappé à la destruction lors des guerres de Religions, en 1663, le temple sera désaffecté après la Révocation de l' Édit de Nantes. Après la signature de lÉdit de toléranceen 1787, le temple rendu au culte fut restauré de 1792 à 1793 (Depuis il abrite un chaire qui passe pour remarquable).

Le château de CalvièreModifier

Château conçu vers 1750 par G. Rollin à l'intention du marquis de Calvière, seigneur de Vézénobres. Entouré par un parc de 17 hectares, ce château fastueux présente une combinaison de classicisme versaillais et de baroque italien. Il ne se visite pas.

La Porte de SabranModifier

Également appelée Porte de l'horloge

C'est la seule des 5 portes de l'enceinte médiévale à avoir été conservée. On remarque son appareillage en « bossage » qui permet d'identifier sa date de construction au début du XIIIe siècle. Elle a été surélevée d'un clocher et de l'horloge. La porte franchie, on remarque bien l'amorce du mur des remparts et le chemin de ronde.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Louis Mourier (1873-1960), médecin à Vézénobres, président du conseil général du Gard, ministre et sénateur, est né à Vézénobres et fut le conseiller général du canton éponyme.
  • Auguste Dide, sénateur du Gard.
  • Miranda Malzac, député et maire d'Alès.
  • Jean Cavalier, héros de la guerre des camisards, fréquenta souvent Vézénobres. C'est dans ses environs, de Ribaute à Euzet en passant par Martignargues, que Jean Cavalier accomplit ses principaux faits d'armes.
  • Mick Jagger acheta une maison de la rue Basse en 1978, mais ne resta que quelques mois dans sa demeure. La région, alors très peu desservie par les transports, lui permettait de trouver calme et repos et de s'isoler.

Équipements et servicesModifier

Transports urbainsModifier

EnseignementModifier

SportsModifier

SantéModifier


Vie localeModifier

CultesModifier

EnvironnementModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Arrivée à cette époque du mûrier et du ver à soie dont la production plus rentable supplante la culture des figuiers.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier