Ouvrir le menu principal

carte des sites châtelperroniens en France et EspagneModifier


Sites du Châtelperronien d'après la carte dressée par Morgan Roussel et Marie Soressi, 2014 ; extrait de Bodu et al. (2017)[32].

A quoi il faudrait ajouter les sites cités par Groenen (p. 185[24]) à l'étranger, portant des appellations locales.

RéférencesModifier

Géoportail
  1. « Grande roche de la Plématrie, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées de la grotte de la Grande roche de la Plématrie : 46° 36′ 55″ N, 0° 12′ 33″ E (estimation d'après Roussel & Soressi 2010, p. 204).
  2. « Grotte des Plumettes, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées de la grotte des Plumettes : 46° 24′ 53″ N, 0° 43′ 09″ E. Coordonnées approximatives d'après la carte dans Beauval et Morin 2010, p. 177, fig. 1.
  3. « Grotte des Plumettes, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées des Vieux Coutets : 44° 51′ 32″ N, 0° 32′ 24″ E.
  4. « Grotte XVI, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées de la grotte XVI : 44° 48′ 32″ N, 1° 09′ 34″ E
  5. « Le Piage, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées du Piage : 44° 47′ 51″ N, 1° 21′ 53″ E
  6. « Roc de Combe, carte interactive » sur Géoportail. Coordonnées du Roc de Combe ou Roquedeval : 44° 46′ 31″ N, 1° 21′ 05″ E
Notes
  1. Roquedeval est un hameau sur la commune de Payrignac dans le Lot, à 2,5 km plein sud de Milhac. Roc de Combe est à environ 2,7 km au sud-ouest du Piage. D'après la carte géologique de Géoportail, les deux grottes occupent la même position géologique : au pied de falaises coniaciennes (voir « Le Piage et Roquedeval, couche « Géologie » activée » sur Géoportail.). La région est une transition entre le Crétacé à l'ouest avec des « pechs » ou buttes à structure karstique recouvertes d’altérites (galets, sables et argiles) ; et le Jurassique moyen des plateaux karstiques plus élevés du Causse à l'est (en avant-poste du Massif Central au nord-est). D'après J.-G. Bordes, Roc-de-Combe est encore dans le Crétacé tandis que le Piage est « situé sur cette frontière » (voir J.-G. Bordes 2002, p. 22). Le Piage est effectivement plus proche que Roc de Combe de la vallée du ruisseau de Tournefeuille, où se trouve le plus proche affleurement jurassique d'importance (3,8 km contre 6,5 km pour Roc de Combe), mais les deux grottes sont aussi éloignées l'une que l'autre du plus proche affleurement jurassique strictement dit, celui que l'on trouve à Prouilhac (3,9 km et 3,8 km respectivement)
Refs
  1. Pierre Bodu, Hélène Salomon, Jessica Lacarrière, Michael Baillet, Michèle Ballinger, Henri-Georges Naton et Isabelle Théry-Parisot, « Un gisement châtelperronien de plein air dans le Bassin parisien : les Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire, no 57,‎ 2017, p. 3-64 (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018).
  2. T. Aubry, M. Almeida, P. Candela, F.-X. Chauvière, L. Dimuccio, L. Fontana, M. Liard, J.-C. Marquet, M. J. Neves, J.-B. Peyrouse et B. Walter, « Le Paléolithique supérieur ancien dans le sud-ouest du Bassin parisien : du Châtelperronien au Gravettien dans les vallées de la Creuse et de la Claise », Mémoire LVI de la Société préhistorique française,‎ 2013, p. 299-315 (lire en ligne [researchgate.net], consulté le 21 septembre 2018).
  3. « Stratigraphic and technological evidence from the Middle Palaeolithic-Châtelperronian-Aurignacian record at the Bordes-Fitte rockshelter (Roches d'Abilly site, Central France) »,  Journal of Human Evolution, vol. 62, no 1,‎ , p. 116-37 (lire en ligne [researchgate], consulté le 21 septembre 2018).
  4. Thierry Aubry et al., « Reprise des fouilles sur le site de Roches d’Abilly : premiers résultats et perspectives des campagnes de 2007 et 2008 », Bulletin des amis du Musée de Préhistoire du Grand-Pressigny, no 60,‎ , p. 41-49 (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2018).
  5. Morgan Roussel et Marie Soressi, « La Grande Roche de la Plématrie à Quinçay (Vienne). L'évolution du Châtelperronien revisitée », dans Jacques Buisson-Catil et Jérôme Primault, Préhistoire entre Vienne et Charente - Hommes et sociétés du Paléolithique, Association des Publications Chauvinoises, (lire en ligne), p. 203-219.
  6. Aubry et al. 2013, p. 313.
  7. Olivier Agogué, « Autour du grand paléolac miocène : continuités et ruptures de l'occupation territoriale au Paléolithique supérieur en région Centre », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 102, no 3,‎ 2005, p. 509-526 (lire en ligne [Persée], consulté le 21 septembre 2018), p. 510, 521.
  8. François Bachellerie, Quelle unité pour le Châtelperronien? Apport de l'analyse taphonomique et techno-économique des industries lithiques de trois gisements aquitains de plein air : le Basté, Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et Canaule II (Dordogne) (thèse de doctorat en préhistoire), Université Bordeaux I, (lire en ligne), p. 321.
  9. Cédric Beauval et Eugène Morin, « Les repaires d'hyènes du lussacois (Lussac-les-Châteaux, Vienne, France). Apports des sites des Plumettes et des Rochers-de-Villeneuve », Hommes et sociétés du Paléolithique, vol. Préhistoire entre Vienne et Charente,‎ 2010, p. 175-189 (lire en ligne [academia], consulté le 21 septembre 2018).
  10. Harald Floss, Christian Hoyer et Heike Würschem, « Le Châtelperronien de Germolles (Grotte de La Verpillière I, commune de Mellecey, Saône-et-Loire, France) », Paléo, no 27,‎ , p. 149-176 (lire en ligne [journals.openedition.org], consulté le 22 septembre 2018).
  11. Isabelle Crèvecoeur, « La Roche-à-Pierrot (Saint-Césaire, Charente-Maritime) », sur pacea.u-bordeaux1.fr (consulté le 22 septembre 2018).
  12. Bernard Vandermeersch, « A propos de la découverte du squelette néandertalien », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, vol. 1, no 3,‎ , p. 191-196 (lire en ligne [Persée], consulté le 22 septembre 2018).
  13. Marie Soressi, « Révision taphonomique et techno-typologique des deux ensembles attribués au Châtelperronien de la Roche-à-Pierrot à Saint-Césaire », L'Anthropologie, vol. 115, no 5,‎ , p. 569-584 (résumé).
  14. Philippe Fosse, Stéphane Madelaine, Christine Oberlin, Catherine Cretin et Peggy Bonnet-Jacquement, « Un lion des cavernes (Panthera (Leo) spelaea) exploité au Dryas récent : les données du gisement du Peyrat (Saint-Rabier, Dordogne, France) », Paléo, no 28,‎ , p. 91-115 (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2018), paragr. 29.
  15. Jean Pelegrin et Marie Soressi, « Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien », dans Les Néandertaliens. Biologie et cultures, (lire en ligne), p. 286.
  16. Robert Arambourou, Paul-Émile Jude et al., Le gisement de la Chèvre à Bourdeilles (Dordogne), Périgueux, Magne, , 132 p. (présentation en ligne).
  17. Dominique Baffier, Les Derniers Néandertaliens : Le Châtelperronien (De -36.000 à -30.000 ans), La Maison des Roches, ? (lire en ligne).
  18. Renaud Lippé, Nature, culture et progrès. Histoire comparative du concept de transition entre paléolithiques moyen et supérieur en archéologie préhistorique (thèse de doctorat en préhistoire), Université de Montréal/Université de Bordeaux 1, (lire en ligne), p. 43.
  19. Jacques Pelegrin, Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc-de-Combe (Lot) et de La Côte (Dordogne), Paris, CNRS, coll. « Cahiers du quaternaire », , 304 p. (ISBN 978-2-271-05309-1).
  20. a b et c François Bachellerie, Quelle unité pour le Châtelperronien ? Apport de l'analyse taphonomique et techno-économique des industries lithiques de trois gisements aquitains de plein air : le Basté, Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et Canaule II (Dordogne) (thèse de doctorat en préhistoire), Université Bordeaux I, (lire en ligne).
  21. Jean Pelegrin et Marie Soressi, « Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien », dans Les Néandertaliens. Biologie et cultures, (lire en ligne), p. 286.
  22. Michel Lenoir, « La Préhistoire ancienne en Gironde : apport des recherches récentes », Gallia Préhistoire, no 42,‎ , p. 57-84 (lire en ligne [Persée], consulté le 22 septembre 2018), p. 59.
  23. « Abri de Laussel », sur hominides.com (consulté le 22 septembre 2018).
  24. a b et c Marc Groenen, Pour une histoire de la préhistoire: le Paléolithique, ed. Jérôme Millon, , 603 p. (lire en ligne), p. 185.
  25. « Les industries lithiques du Gravettien du nord de l’Aquitaine dans leur cadre chronologique », Paléo, Les Eyzies, no 20 « Spécial table ronde (2e partie) : Le Gravettien : entités régionales d’une paléoculture européenne (juillet 2004) »,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018).
  26. Bertrand Kervazo et Jean-Pierre Texier, « Le site paléolithique de la grotte XVI (Dordogne, France) : lithostratigraphie, processus de formation et essai de chronologie », Paléo, no 21,‎ 2009-2010, p. 163-188 (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018).
  27. Marie Soressi, Le Moustérien de tradition acheuléenne du sud-ouest de la France. Discussion sur la signification du faciès à partir de l’étude comparée de quatre sites : Pech-de-l’Azé I, Le Moustier, La Rochette et la Grotte XVI (thèse de doctorat en préhistoire et géologie du Quaternaire), Université Bordeaux I, , 330 p. (lire en ligne).
  28. Jean-Luc Guadelli et Jean-Philippe Rigaud, « Les sites du Massif du Conte (Dordogne) », Les Cahiers de la Vallée de la Couze,‎ , p. 1-17 (lire en ligne [archives-ouvertes.fr], consulté le 24 septembre 2018).
  29. Jean-Guillaume Bordes, Contribution to the definition of the Protoaurignacian: the comparison of archaeological materials from Dufour, Le Piage and le Bois de Milhac (France) (thèse de doctorat en préhistoire et géologie du Quaternaire), Université Bordeaux I, 2002 (lire en ligne), p. 22 (carte).
  30. F. Champagne et R. Espitalie, « La stratigraphie du Piage: Note préliminaire », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 64, no 1 « Études et travaux »,‎ , p. 29-34 (présentation en ligne).
  31. a et b Joseba Rios-Garaizar, Alvaro Arrizabalaga et Aritza Villaluenga, « Haltes de chasse du Châtelperronien de la Péninsule Ibérique : Labeko Koba et Ekain (Pays Basque Péninsulaire) », L'Anthropologie, vol. 116, no 4,‎ (résumé).
  32. Pierre Bodu, Hélène Salomon, Jessica Lacarrière, Michael Baillet, Michèle Ballinger, Henri-Georges Naton et Isabelle Théry-Parisot, « Un gisement châtelperronien de plein air dans le Bassin parisien : les Bossats à Ormesson (Seine-et-Marne) », Gallia Préhistoire, no 57,‎ 2017, p. 3-64 (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2018), carte p. 9, fig. 18. Les pages indiquées correspondent aux numéros des paragraphes.

Le néolithique moyen bourguignonModifier

Le néolithique moyen bourguignon ou NMB est une culture du Néolithique qui concerne un groupe occupant la Bourgogne, la Haute-Marne et la Franche-Comté pendant la fin du IVe millénaire BC et la moitié du IIIe millénaire BC[1].

[2]

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Alain Gallay, L. Lepage, C. Mordant, D. Mordant, J.-P. Nicolardot, C. Pellet, A.-M. Pétrequin, P. Pétrequin, J.-F. P!ningre, J.-P. Thevenot et J.-L. Voruz, « Le néolithique moyen bourguignon : résumé de synthèse », dans Pierre Pétrequin et Alain Gallay, Le Néolithique moyen bourguignon (N.M.B.), Genève, A. Kündig, (lire en ligne [PDF]). Chapitre résumé également publié dans Archives suisses d'anthropologie générale, Genève, t. 48, n° 2, 1984, p. 143-159.
  2. Gallay et al. 1984, p. XXX.

Question à FredD sur Cassidaria Frisoni LavilleModifier

(Mémo, pour la grotte du Renne d'Arcy)