Vouthon

commune française du département de la Charente

Vouthon
Vouthon
La mairie de Vouthon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Intercommunalité Communauté de communes La Rochefoucauld - Porte du Périgord
Maire
Mandat
Jean-Paul Cailleteau
2014-2020
Code postal 16220
Code commune 16421
Démographie
Population
municipale
419 hab. (2017 en augmentation de 3,46 % par rapport à 2012)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 40′ 13″ nord, 0° 27′ 43″ est
Altitude Min. 94 m
Max. 171 m
Superficie 10,38 km2
Élections
Départementales Canton de Val de Tardoire
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Vouthon
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Vouthon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vouthon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vouthon

Vouthon (Volton en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

GéographieModifier

Localisation et accèsModifier

Vouthon est une commune de l'est du département de la Charente proche de celui de la Dordogne, située 24 km à l'est d'Angoulême et 3 km à l'ouest de Montbron, dans la vallée de la Tardoire.

Le bourg de Vouthon est aussi à 7 km au nord de Marthon, 8 km à l'est de Pranzac et Chazelles, et 10 km au sud-est de La Rochefoucauld[1].

La route principale de la commune est la D 699, route d'Angoulême à Montbron, qui passe au bourg. Celui-ci est aussi desservi par la D 108, petite route qui relie Saint-Germain-de-Montbron au sud à la D 6 en limite nord de la commune, route de Montbron à La Rochefoucauld qui longe la rive droite de la Tardoire[2].

Hameaux et lieux-ditsModifier

Le hameau le plus important de la commune est la Chaise, situé à l'ouest du bourg sur la D 699 en direction d'Angoulême[2].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Vouthon[2]
Saint-Sornin
Moulins-sur-Tardoire   Montbron
Saint-Germain-de-Montbron Marthon

Géologie et reliefModifier

La commune est constituée de terrains des étages calcaires jurassiques inférieur et moyen (Bajocien), et par du tertiaire : colluvions sur les versants, sable argileux. Le nord de la vallée de la Tardoire est occupé par des formations en terrasses (Pléistocène) et d'argiles à galets. Le lit de la vallée est occupé par des dépôts du quaternaire post-glaciaire : sables fins à petits galets quartzeux ou calcaires[3],[4],[5].

Des mines de fer ont existé[6],[7].

Le relief d'une grande partie sud de la commune est celui d'un bas plateau d'une altitude moyenne de 120 m, avec quelques hauteurs au sud et à l'est, et qui se termine au nord par la vallée de la Tardoire, dont le bord sud est peu marqué. Sa rive droite est plus abrupte. Le point culminant de la commune est à une altitude de 171 m, situé en limite sud. Le point le plus bas est à 94 m, situé le long de la Tardoire au nord-ouest. Le bourg est à 101 m d'altitude[2].

HydrographieModifier

 
La Tardoire à Lachaise.

La Tardoire, sous-affluent de la Charente rive gauche, traverse le nord de la commune d'est en ouest et passe en bas du village, construit sur sa rive gauche. Dû à la nature karstique du sol, aucun autre cours d'eau ne traverse la commune[2].

ClimatModifier

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

ToponymieModifier

Le nom est attesté sous la forme ancienne Vultone(non datée, Moyen Âge)[8].

L'origine du nom de Vouthon remonterait à un nom de personne gaulois Voltu- avec suffixe -onem, ce qui correspondrait à Voltone[9],[10],[Note 1].

Le nom de la paroisse était orthographié Vouton en 1750 sur la carte de Cassini[2].

DialecteModifier

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[11]. Elle se nomme Volton en occitan[12].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

L'homme de Néandertal a résidé dans les abris sous roche de la Chaise. Plusieurs squelettes y ont été trouvés, mais pas de sépultures[13].

Des vestiges romains ont aussi été retrouvés sur la commune : tegulae, fragments de murs, monnaies, principalement près de la Chaise (Bagol, champ en limite de Vilhonneur...)[14]. Le chemin des Anglais, voie antique entre Saintes et Limoges par Angoulême, passait par Vilhonneur et 500 m au nord de la commune.

Moyen Âge et Ancien RégimeModifier

Au cours du Moyen Âge, Vouthon se trouvait, comme Montbron, sur un itinéraire secondaire est-ouest fréquenté par les pèlerins qui allaient au sanctuaire de Saint-Jacques-de-Compostelle et aux reliques de saint Eutrope à Saintes[15].

On trouve à Vouthon une ancienne commanderie des Templiers et dont faisait partie l'église Saint-Martin. C'est une des plus anciennes de la région. Les noms de certains commandeurs nous sont parvenus : frère Odebert Bordoil en 1239, frère Foulques de Saint-Michel, précepteur d'Aquitaine en 1251 et 1252, frère Gaîhard en 1264 et frère Raymond de Mareuil de 1285 à 1290 (qui fut lieutenant du précepteur d'Aquitaine de 1285 à 1288)[16].

Le donjon de la Chaise est le vestige d'un ancien château du XIe siècle qui a dû être détruit pendant la guerre de Cent Ans. Au XVIe siècle, le domaine de La Chaise appartenait à la famille de Corlieu, qui possédait également les terres de la Fenêtre et des Ombrais. En 1581, ces terres passèrent par mariage à la famille de La Croix, qui conserva le domaine de La Chaise jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. Puis le domaine passa aux de Lambertye, puis en 1813 par mariage à Charles du Rousseau, marquis de Ferrières, à la famille du Rousseau de Ferrières qui le possédait encore au début du XXe siècle[17].

Époque moderneModifier

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par le moulin de La Chaise, ainsi qu'une minoterie située au bourg de Vouthon (minoterie Guimard, dite aussi « moulin des Planches » ou de Vouthon)[17],[18]. Cette minoterie a remplacé à la fin du XIXe siècle l'ancien moulin à blé de la Chaise, qui a été lui aussi un moulin à huile de noix[19].

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant d'Angoulême à Roumazières par Montbron appelée le Petit Mairat[17].

AdministrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981 1983 Raymond Degail    
1983 ? Albert Philippe    
depuis 2001 En cours Jean-Paul Cailleteau PS Responsable Centre médico-social

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21].

En 2017, la commune comptait 419 habitants[Note 2], en augmentation de 3,46 % par rapport à 2012 (Charente : -0,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
422458470559539543505518509
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
534482477500503478453422409
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
404401362340321305296292326
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
307302322351327341343345426
2017 - - - - - - - -
419--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à Vouthon en 2007 en pourcentage[24].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
0,6 
5,2 
75 à 89 ans
5,8 
25,4 
60 à 74 ans
24,4 
23,7 
45 à 59 ans
26,2 
21,4 
30 à 44 ans
18,6 
8,1 
15 à 29 ans
12,8 
15,6 
0 à 14 ans
11,6 
Pyramide des âges du département de la 'Charente en 2007 en pourcentage[25].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

ÉconomieModifier

Équipements, services et vie localeModifier

EnseignementModifier

L'école est un RPI entre Saint-Sornin, et Vouthon. Saint-Sornin accueille l'école primaire, et Vouthon les écoles élémentaires. L'école publique de Vouthon, située près de la mairie, possède une classe. Le secteur du collège est Montbron[26].

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

L'église paroissiale Saint-Martin est celle de la commanderie templière. Elle a été construite au XIIe siècle, avant de passer à l'ordre de Malte dont on peut encore voir la croix sur le parvis, avant d'être l'église paroissiale. Elle appartenait à l'archiprêtré d'Orgedeuil. Sa façade a subi des modifications durant la guerre de Cent Ans. L'église a été remaniée aux XVe siècle pour son chevet, XVIIe siècle pour son clocher, et XIXe siècle pour sa sacristie[27].

Sa cloche en bronze est datée de 1624 et porte l'inscription : « SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM, SANCTE MARTINE ». Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1944[28].

Les bâtiments de la commanderie qui surplombent la Tardoire restent solides et imposants. Le logis qui avoisine le chevet de l'église est un bâtiment rectangulaire, dont la réfection de la toiture a supprimé les éléments défensifs crénelés.

  L'église et commanderie Saint-Martin

Patrimoine civilModifier

  • Le donjon de la Chaise, au lieu-dit la Garenne, est un édifice fortifié, un donjon carré qui a été édifié au XIe siècle sur un rocher percé de souterrains[7]. Il a été remanié aux XVe et XVIe siècles. Il a été inscrit monument historique le [29]. Il n'est visible que de loin.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Le monument aux morts.
  • Étienne Chérade (1663-1714), comte de Montbron et maire d'Angoulême, décédé dans sa maison noble du Petit Mas.
  • En 1899, l'astronome Octave Callandreau (1852-1904), dont la famille est originaire de Vouthon (son arrière-grand-père Léonard Callandreau 1673-1734 y est né et décédé), y achète une maison qui sera sa résidence secondaire.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le nom de la commune de Voulton (Seine-et-Marne) aurait la même origine.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c d e et f Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montbron », sur Infoterre, (consulté le 12 novembre 2011)
  6. H. Coquand, 1862
  7. a et b Catillus Carol
  8. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 313
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 730.
  10. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928, p.192
  11. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  12. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 10 novembre 2015)
  13. Conférence d'André Debénath, archéologue, en 2002 sur le site du lycée Guez-de-Balzac à Angoulême
  14. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 151
  15. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne), p. 9,76
  16. Documents d'histoire locale
  17. a b et c Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 414
  18. Communauté de communes Seuil Charente-Périgord, « Minoterie Guimard », (consulté le 10 novembre 2015)
  19. « Moulin de la Chaise », notice no IA00066424, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. « Evolution et structure de la population à Vouthon en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  25. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  26. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 29 juillet 2012)
  27. Panneau d'information à l'entrée
  28. « Cloche de l'église », notice no PM16000303, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Donjon de Lachaise », notice no PA00104548, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier