Bien-être

ensemble de facteurs favorisants la santé, la réussite sociale ou économique, le plaisir, la réalisation de soi, l'harmonie avec soi même et avec les autres

La notion de bien-être ou bienêtre[1] renvoie dans le sens commun à un ensemble de facteurs considérés de façon séparée ou conjointe : la santé, la réussite sociale ou économique, le plaisir, la réalisation de soi, l'harmonie avec soi-même et avec les autres.

Elle a fait l'objet d'un intérêt accru de la part notamment de psychologue se rattachant au courant de la psychologie positive.

En France, en 2000, le chercheur Jean-Pierre Rolland considère que deux approches sont à distinguer. La premier d'inspiration sociologique va s'intéresser aux conditions de vie qui vont amener les individus à faire une évaluation positive de leur vie, la seconde, plus psychologique, considérera que le bien-être renvoie à une personne pour laquelle les émotions positives sont plus intenses ou plus présentes que les émotions négatives[2].

DéfinitionModifier

Depuis les années 1990, il y a un accord assez large sur le plan scientifique pour dire que le bien-être est un phénomène subjectif qui renvoie d'une part à des composantes cognitives [ressortant de la satisfaction de la vie] et des composantes émotionnelles [qui renvoient à l'équilibre entre affects positifs et affects négatifs][3]. La satisfaction de vie s'évalue en interrogeant la personne sur la façon dont elle évalue sa vie de manière globale, les composantes émotionnelles positives et négatives. Diener parle à ce propos de composante ou niveau hédonique : « Le niveau hédonique renvoie à l’équilibre entre le caractère agréable et désagréable de sa propre vie émotionnelle »[4].

Dès lors, pour Rolland, « le bien-être subjectif n’est pas simplement l’absence de facteurs négatifs fournies par la plupart des échelles de mesure de santé mentale, il inclut également [la présence et le poids] des composantes positives (émotions agréables) »[2].

Approches du bien-êtreModifier

Mode de vieModifier

Pour l'utilitarisme, le bien-être se définit comme le mélange de plaisirs et de l'absence de peine, et prône la maximisation du bien-être général.

À l'écoleModifier

Selon le Conseil européen de l’éducation [2001][1], l’éducation et la formation doivent non seulement viser le développement de compétences tout au long de la vie, mais aussi œuvrer à l’épanouissement des personnes, d’où la préoccupation du bien être des élèves et de leur qualité de vie au sein des établissements scolaires.[5]

Etroitement lié à la notion du climat scolaire qui fixe un cadre, le bien être à l'école se rapporte à l'individu, au ressenti des élèves de leur scolarité.

Plusieurs facteurs peuvent intervenir dans le sentiment de bien être : la justice scolaire avec des règles clairement explicitées, le sentiment de sécurité, les relations positives avec les enseignants dans un parcours individualisé, une relation constructive entre les élèves, la bienveillance de la communauté éducative, la cohérence des propositions de l’équipe pédagogique, la satisfaction à l’égard de la classe, la coopération, les évaluations encourageantes, la responsabilisation, la coéducation parents professeurs, le sentiment de reconnaissance et de respect, le sentiment d’appartenance à la communauté scolaire, le sentiment d’estime de soi, la prise de conscience du lien santé physique et santé mentale, la motivation, le sentiment de développer pleinement son potentiel, une architecture scolaire adaptée[6],[7].

Au travailModifier

Il peut inclure mais ne se limite pas à l'absence de fatigue et de stress[8].

SantéModifier

Santé et bien-être sont indissociables puisque, depuis 1946, l'OMS définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. »[9]

René Dubos présente la santé comme la convergence des notions d'autonomie et de bien-être.

SociétéModifier

DérivesModifier

La notion de « bien-être » de par son caractère assez vague, peut servir de bannière à des démarches commerciales diverses, et potentiellement malhonnêtes[10]. Ainsi, santé et bien-être représentent 40% des signalements de dérives sectaires en France en 2020[11].

Le médecin et criminologue Jean-Marie Abgrall est l'auteur de plusieurs enquêtes sur le sujet (comme La mécanique des sectes en 1996 ou Les Charlatans de la santé en 1998). Il décrit ainsi le phénomène :

« Profitant de l’attirance grandissante du public pour les thérapies alternatives et les médecines douces, les groupes les plus divers investissent, depuis plusieurs décennies mais plus encore aujourd’hui dans des proportions inquiétantes, le domaine de la santé et du bien-être par une multitude d’offres de soins et d’accompagnement au développement personnel, assorties de promesses de guérison et de vie harmonieuse ici-bas et même au-delà.
Ce succès génère des risques divers, depuis l’escroquerie pure et simple jusqu’à la dérive « thérapeutique », voire sectaire au sens des critères retenus par les pouvoirs publics[12]. »

Pour lutter contre ces pratiques, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) a mis gratuitement à disposition un Guide santé et dérives sectaires[13].

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Béatrice Millêtre, Prendre la vie du bon côté, Pratiques du bien-être mental, Odile Jacob, 2009
  • Bigot R & al. (2012) L’évolution du bien-être en France depuis 30 ans , CREDOC no 298, cahier de recherche, décembre 2012.
  • Benoît Heilbrunn, L'Obsession du bien-être, Robert Laffont, 2019, 96 p.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Orthographe recommandée par les rectifications orthographiques de 1990.
  2. a et b Jean-Pierre Rolland, « Le bien-être subjectif: Revue de question », Pratiques Psychologiques,‎ , p. 5-21 (lire en ligne)
  3. (en) Diener, E., Suh, E.M., Lucas, R.E. & Smith, H., « Subjective Well-being: Three decades of Progress », Psychological Bulletin, 125e série, vol. 2,‎ , p. 276-302
  4. (en) Diener, E., « Assessing subjective well-being. Progress and opportunities », Social Indicators Research, 31e série,‎ , p. 103-157
  5. Philippe Guimard, Fabien Bacro, Séverine Ferrière, Agnès Florin, Tiphaine Gaudonville, Hué Ngo, « Le bien-être des élèves à l’école et au collège. Validation d’une échelle multidimensionnelle, analyses descriptives et différentielles », halshs.archives-ouvertes.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Favoriser le bien-être des élèves, condition de la réussite éducative », sur http://archives.strategie.gouv.fr, (consulté le )
  7. « Climat scolaire et bien être à l'école », sur esénesrTV, (consulté le )
  8. « 7 principes pour améliorer le bien-être au travail », sur L'Express (consulté le )
  9. Organisation mondiale de la santé, « Vos questions les plus fréquentes : Comment l’OMS définit-elle la santé ? », sur who.int (consulté le )
  10. Philippe Bardonnaud, Vanessa Descouraux, « Pour vivre heureux, vivons coachés », sur « Interception », sur France Inter, .
  11. Juliette Pierron, « La santé et le bien-être, nouvelles tendances de la dérive sectaire en France », sur France Inter, .
  12. Jean-Marie Abgrall, « Sectes et pseudo-médecines - 1ère partie », sur pseudo-medecines.org
  13. Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, « Guide santé et dérives sectaires », sur derives-sectes.gouv.fr.