Ouvrir le menu principal

Unienville

commune française du département de l'Aube

Unienville
Unienville
Église Saint-Symphorien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Brienne-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs de Champagne
Maire
Mandat
Pascal Chatel
2014-2020
Code postal 10140
Code commune 10389
Démographie
Gentilé les "Papous"
Population
municipale
129 hab. (2016 en augmentation de 15,18 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 40″ nord, 4° 32′ 44″ est
Superficie 11,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Unienville

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Unienville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Unienville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Unienville

Unienville est une commune française située dans le département de l'Aube, en région Grand Est.

GéographieModifier

Le village est implanté au bord de l'Aube, en bordure de deux zones distinctes : la forêt et les grands lacs à l'ouest et la plaine agricole de Brienne-le-Château à l'est. Il se situe au carrefour entre quatre bourgs, chefs lieu de cantons, que sont Bar-sur-Aube, Brienne-le-Château, Vendeuvre-sur-Barse et Piney, mais aussi à distances comparables (50 km environ) de quatre villes plus importantes : Chaumont, Saint-Dizier, Vitry-le-François et Troyes.

TopographieModifier

La plus ancienne origine connue du nom Unienville date de 1099, le village se nommait alors Unicivilla. D'autres noms sont ensuite répertoriés comme Univilla (1136) puis Univille (1296). Le nom actuel daterait au plus tard du XVIe siècle. On suppose que ce toponyme est composé du nom propre germanique "Hunichin" et de "villa" (maison de campagne en latin)[1].

Le cadastre de 1825 cite au territoire : Arcenay, Aubry, Autre-Monde[2], Bâtilly, Breuil, les Caves, la Cour-au-Bâtard, Essarts, le fossé du Maure, les Fourches, Gagnage-au-Comte, la Lisouesderie, le ruisseau Mort, Moulin-à-Vent, Pierrottes, Pont-au-Saguenet, le Reître, Saint-Gengoul, Saint-Quentin, Saint-Symphorien et la Saulaie.

HistoireModifier

  • Les plus anciennes traces de vie sur la commune dateraient d'entre 200 000 et 40 000 ans avant le présent. Deux sites relevant du Moustérien ont été mis au jour par Raymond Tomasson en 1984 (et détruits) durant le creusement du canal d'amenée au réservoir Aube. Seules des dizaines d'objets en pierre taillée ont été sauvés, dont des lames, couteaux et un racloir[3].

Le fief relevait de Brienne ; le plus ancien seigneur serait Payen d'Unienville, cité sur une charte de 1136. Gui d'Unienville vendait ce qu'il avait de dîmes en ladite ville à l'abbaye de Boulancourt en 1233. La seigneurie fut longtemps divisée, puis réunie en la main de Pierre Grassin, seigneur de Dienville en 1723 et passait en 1772 à Louis Lomélie, comte de Brienne, dernier seigneur.

En 1789, Unienville était de l'intendance et la généralité de Châlons, de l'élection de Bar-sur-Aube et du bailliage de Chaumont.

  • Le village d'Unienville fut le théâtre d'affrontements, en février 1814, lors de la bataille dite "de la Rothière". Le pont sur la rivière Aube est en effet un point stratégique pour empêcher les troupes coalisées de contourner l'armée napoléonienne. Celle-ci, basée sur la plaine de la Rothière, défend Brienne-le-Château d'où Napoléon attend de pouvoir rallier Troyes pour défendre l'accès à Paris.

ArcenayModifier

Fief cité en 1636 comme appartenant à la Dame d'Avanne et ses enfants et un terrier y loge la ferme de la Garenne, une rue du village a porté le nom de rue d'Arcenay.

BâtilleryModifier

Ancien fief relevant de Chaumont[5] ayant appartenu à Henri de Lomélie, comte de Brienne, en 1642[6]. Il a aussi été nommé Gagnage-au-Comte ou la Bâtillerie.

Le Pont-au-SaguenetModifier

Ancien fief relevant de Brienne, appartenant au sieur de la Chaussé en 1636[7] et faisait cinquante ou soixante journaux ; elle était à Henri de Lomélie en 1642.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
autour de 1842 Hyacinthe Saget    
mars 2001 2008 Mme Sylvie Najotte    
mars 2008 2014 M. Alexandre Rozelier[8] DVD Employé de banque
mars 2014 En cours M. Pascal Chatel DVD Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 129 habitants[Note 1], en augmentation de 15,18 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375399388395426439444450446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
420417368321299295499278246
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
221221216229207205212185208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
205192167149139116116114127
2016 - - - - - - - -
129--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

  • Unienville fait partie du parc naturel régional de la forêt d'Orient[13], qui œuvre pour la préservation des espaces naturels et du riche patrimoine culturel et architectural du secteur. Sur la commune, les constructions se caractérisent par des bâtisses en moellons de calcaire, à tuiles plates ou creuses, mais aussi des maisons à pans de bois.
  • L'église Saint-Symphorien date du XIIe siècle qui était au doyenné de Brienne à la collation de l'évêque. Elle a subi des remaniements et reconstructions du XVIe au XIXe siècle. En forme de croix latine, son abside voûtée en cul-de-four fut remaniée au XVIIIe siècle. La nef se termine par un portail que ferment des vantaux[16] du XVIe siècle. L'ancien sanctuaire forme l'actuelle chapelle de la Sainte-Vierge (XVe siècle) où le vitrail restant[17] serait l'œuvre de Linard Gonthier, célèbre peintre troyen[18]. Elle a aussi comme mobilier :
    • la dalle funéraire de Catherine Barat[19], femme de Jean Jolly, morte le 14 mai 1660 ;
    • la dalle funéraire de Humberte Davanne[20], morte en 1580 ;
    • la dalle funéraire de Dider Fraignel[21], mort en 1652 ;
    • les dalles funéraire de Jeanne Davanne[22], morte en 1631 et de son époux Edme Dumesgnil[23], mort en 1608 ;
    • un tableau représentant l' Institution du Rosaire[24], peint en 1842 par de Rycke ;
    • un bénitier[25] circulaire sur une colonne de base carrée de la Renaissance ;
    • un maître autel[26] en bois peint et doré, de style faux marbre.
  • Unienville se trouve sur le tracé du chemin de grande randonnée GR 654, reliant Namur à Montréal-du-Gers via Vézelay notamment. Ce chemin est emprunté par de nombreux pèlerins car il permet d'atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle depuis la Belgique, voire les Pays-Bas, en rejoignant le GR 65.
  • Le village est aussi une étape possible sur la via Francigena, qui relie Calais (donc la Grande-Bretagne) à Rome. Ce chemin est aujourd'hui matérialisé en France par le GR 145.
  • Les espaces naturels de la commune abritent des espèces rares et protégées, comme le Triton à crête (Triturus cristatus) ou la Pyrole verdâtre (Pyrola chloranta)[27]. Cette dernière est par ailleurs un symbole officieux de la commune. Une partie de la commune est classée en tant que ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique), continentale de Type 1.
  • La commune compte un ensemble d'étangs, qui accueillent notamment une activité touristique liée à la pêche à la carpe. Un camping spécialisé y reçoit une clientèle exclusivement anglophone. Ce site porte paradoxalement un nom le rattachant à une commune voisine : les Lacs de Juvanzé[28].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Grassin, directeur général des Monnaies de France, baron d'Arcis et Dienville, qui aurait cédé la seigneurie d'Unienville à son neveu Antoine Marrier, vers 1739.
  • Antoine Marrier (1724 - 1790), premier baron d'Unienville, officier au régiment de Picardie et commissaire pour le roi à Sarrebourg.
  • Marie Claude Marrier d'Unienville (1766 - 1831), second baron d'Unienville, officier de la Marine Française qui combat lors de la guerre d'indépendance des États-Unis à bord du Glorieux puis émigre sur l'ïle Maurice où il occupe notamment le rôle de Président de l'Assemblée Coloniale. Chevalier de l'ordre de Saint -Louis, de la Légion d'honneur, membre fondateur de la société de Cincinnati en France. Il est l'auteur de Statistique de l'île Maurice et ses dépendances (1838). Ancêtre d'Alix d'Unienville, résistante et écrivaine française, Isabelle Marrier, écrivaine française, ou encore Raymond Marrier d'Unienville, juriste et historien.
  • Jacques Darnet (1772 - 1886), natif et résident d'Unienville, ce capitaine d'infanterie de ligne fut promu chevalier de la Légion d'honneur le 14 juin 1804. Il repose aujourd'hui au cimetière du village[29].

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Toponymie Générale de la France, tome 2. E. Nègre
  2. Maisons proches du pont sur la route de Jessains.
  3. Gallia préhistoire. Tome 29 fascicule 2, 1986. B. Chertier
  4. Gibert et Banaudo 1981
  5. Archives nationales, P223², no 511.
  6. Louis Caulin, Quelques seigneuries au Vallage en Champagne propre, précédées de notions sur le régime féodal, Troyes, Bertrand-Hu, 1867, p. 468.
  7. Archives nationales, P515², no 35.
  8. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. http://www.pnr-foret-orient.fr
  14. « grange », notice no PA00125379, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « route », notice no PA00078284, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « vantail et ferrures », notice no IM10009849, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. « verrière », notice no PM10002684, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. http://www.lacs-champagne.fr/fr/content/unienville
  19. « dalle funéraire », notice no IM10010054, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. « dalle funéraire », notice no IM10010045, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. « dalle funéraire », notice no IM10009891, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « dalle funéraire », notice no PM10002686, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. « dalle funéraire », notice no PM10002685, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. « tableau », notice no IM10010053, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. « bénitier », notice no PM10004432, base Palissy, ministère français de la Culture
  26. « autel », notice no IM10010050, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. Inventaire National du patrimoine Naturel : http://inpn.mnhn.fr/docs/ZNIEFF/znieffpdf/210002020.pdf
  28. (en) « Juvanzé Lakes » (consulté le 17 juillet 2014)
  29. « Base de données Léonore », sur Archives nationales (consulté le 15 octobre 2014)